Encouragée par Soros et le coran la racaille sans complexe pille les français partie 1

20-05-18-merkel-macron.jpg
Spread the love

Racaille un sacerdoce ?

Les coutumes des racailles 

La racaille tue 

La racaille, le virus cultivé par Soros pour détruire les français.

6 000 agressions par jour

120 coups de couteau

L’imam Mufti Ibn Muneer :
« La circoncision enseigne aux enfants qu’il y a du sang versé dans l’islam et qu’il faut être prêt à verser du sang pour la charia d’Allah » (Vidéo)

Vous pouvez utiliser le traducteur
pour avoir le sous titre ! 

L’imam Mufti Ibn Muneer : « La circoncision enseigne aux enfants qu’il y a du sang versé dans l’islam et qu’il faut être prêt à verser du sang pour la charia d’Allah »

Dans la video mise en ligne sur la chaîne YouTube « Hadith Disciple » le 19 mai 2019, le célèbre cheikh new-yorkais Mufti Muhammad Ibn Muneer a commenté la décision d’un érudit islamique selon laquelle les bébés ne devraient pas être circoncis immédiatement après leur naissance, afin qu’ils puissent sentir l’intervention et recevoir le « message psychologique » les éduquant à « supporter les difficultés et la douleur et à appliquer la charia ». 

Ibn Muneer a loué la profondeur de cette décision, affirmant qu’il est bon pour l’enfant d’apprendre que le sang versé et le « prélèvement de peau » font partie de l’islam et qu’il faut être prêt à « verser du sang pour la charia d’Allah ». 

Mufti Muhammad Ibn Muneer (en anglais) : Il est évident que la circoncision fabrique des monstres et des légumes. Elle date de l’époque ou les Egyptiens marqués leurs esclaves… J’ai écrit un livre PREPUCE MON AMOUR qui explique bien toutes les facettes maléfiques de la circoncision. Mais il y a quelque chose de très intéressant ici que je voudrais partager avec vous, concernant le moment choisi pour procéder à la circoncision. […]

Il dit que ce dont nous bénéficions, en lisant les vestiges des salaf [ancêtres], en regardant les récits, c’est qu’ils ne procédaient à la circoncision des enfants que lorsqu’ils étaient assez âgés pour la ressentir et en avoir conscience, et non directement à leur naissance, alors qu’ils pleuraient déjà, en sortant du ventre, etc. […]

Et ils la retardaient. Ils ne la pratiquaient pas trop tôt. Ils circoncisaient l’enfant un peu plus tard, pour donner une leçon à l’enfant et pour que l’enfant reçoive le message psychologique de résistance aux difficultés et à la douleur et d’application de la charia. Afin d’inculquer à l’enfant dès son plus jeune âge qu’il faut souffrir un peu et qu’il faut avoir goûté à l’amertume avant de goûter à la douceur. Quelle profondeur ! Enseigner à votre fils dès son plus jeune âge qu’il y a une petite piqûre, et qu’il doit être assez fort pour supporter la douleur, lorsqu’il s’agit d’appliquer les règles d’Allah. Le monde serait tellement meilleur si nous avions ce concept de base à l’esprit ! […]

Il dit, pour aller à l’extrême, de retirer de la peau et de la chair et de verser du sang. D’enseigner à l’extrême à l’enfant qu’il y a du sang versé dans l’islam et qu’il faut être prêt à verser du sang pour la charia d’Allah, et que tout n’est pas facile et doux dans l’existence d’un musulman.

Nous avons ici résumée toute l’horreur de cette secte qui enseigne le masochisme… lié à la soumission tellement désirée par l’autre pour dominer. Mais ce débile mental qui se prend pour Freud en s’exhibant au milieux de livres aussi inutiles qu’insipides, débite tout ce qui lui passe dans la tête juste pour faire l’intéressant et exploiter la connerie de ses fans.
Effectivement il existe une double souffrance due à la circoncision ; psychologique, car vécue comme une trahison d’adultes qui vous agressent alors qu’ils sont censés vous protéger… et physiologique car la douleur par surprise crée une overdose d’adrénaline provocant une maladie due à l’adrénochrome qui est la présence excessive d’adrénaline dans le sang. Le circoncis a cela de commun avec l’overdose du drogué, qui est un besoin masochiste de retrouver les sensations de cette montée d’adrénaline. Ce qui explique la violence et le viol dans lesquels le cerveau mémorise un état comateux excitant proche de la mort. Un homme intact ne recherche jamais la violence… mais l’amour… et évite la confrontation avec la mort. C’est un pacifique, capable d’empathie… une qualité premiére pour vivre en société, mais totalement supprimée par la circoncision.  
TOUT EST RESUME ICI sur l’origine de la violence gratuite impulsive ! En plus la racaille est à 50% consanguine, ce qui aggrave le coefficient de dérégenecence. 
Aux USA les juifs ont une telle influence que les mahométans qui copient tout sur eux, pratiquent la circoncision sur des bébés… alors que dans la coutume islamique cette barbarie se pratique à 10/12 ans provocant des dégâts neurologiques énormes… à commencer par une perte cognitive du métabolisme… la racaille roule sur trois roues avec un pneu crevé ! 
Ces gens profondément malades sont incurables et seul un arrêt de l’immigration et des expulsions de masse peuvent sauver le peuple français d’une mort certaine. Malheureusement la mafia juive qui a très bien analysé ce que je vous explique met la pression de tous les côtés pour encourager la racaille à nous agresser. Jusqu’à soudoyer la justice pour être clémente avec ces parasites. Et organiser l’immigration de masse pour provoquer une guerre civile. 
Et s’il faut tout vous expliquer… quand les français seront anéantis, la FRANCE sera un fruit mur cueilli par les juifs qui mettrons les arabes à leur botte ! La future résidence secondaire d’Israël c’est la France… 

Paméla Anderson battue

IMPOSSIBLE POUR UN ARABE DE RESPECTER LA FEMME

Devenu arabe uniquement par la circoncision et l’adoption des règles débiles de l’islam le circoncis ne supporte pas sa mutilation qui ne lui permet pas d’assumer sexuellement le plaisir de sa partenaire et surtout le sien… Ce qui fait de lui un frustré… et un frustré c’est comme un jaloux, il est dangereux car dans la violence…

Accusé de violences par Pamela Anderson suite à leur rupture, Adil Rami a-t-il un comportement déplacé avec les femmes ? Son ex, Sidonie Biémont, a fait une grosse mise au point sur Instagram.

Rien ne va plus pour Adil Rami. Il y a encore quelques jours, tout le monde pensait que le footballeur vivait le plus beau des amours avec l’une des plus grandes stars de la planète : Pamela Anderson. La réalité était bien différente. Le champion du monde menait en fait une double vie et voyait encore son ex, Sidonie Biémont. Les deux femmes se sont rendues compte des mensonges du sportif quand l’actrice d’Alerte à Malibu a contacté l’ex-compagne de son homme pour organiser une rencontre. Pamela Anderson et Sidonie Biémont sont alors tombées de très haut. Pour la première, Adil Rami n’avait plus de contact avec son ex. Il avait fait croire à la seconde que son couple avec l’actrice américano-canadienne était en fait bidon…

https://www.sudinfo.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_sp_16_9_illustration_principale/2019/06/29/node_127691/36772401/public/2019/06/29/B9720106441Z.1_20190629112028_000+G68DV6QKS.1-0.jpg?itok=ByzW-Isi1561956400

Dégoutée par les mensonges du footballeur, Pamela Anderson a décidé de rompre, tout comme Sidonie Biémont qui a arrêté sa liaison avec son ex au début de l’année. Rejeté par les deux femmes, Adil Rami doit aujourd’hui faire face à la colère de l’ancienne star d’Alerte à Malibu, qui l’a notamment accusé de violences. Les révélations de cette dernière risque d’entacher la réputation du joueur qui était le parrain d’une association contre les violences faites aux femmes. Suite aux accusations de Pamela Anderson, la Fédération Nationale Solidarité Femmes a pris une décision radicale et a décidé de suspendre sa collaboration avec Adil Rami.

Sidonie Biémont vole au secours de son ex

Adil Rami et Sidonie Biémont : retrouvailles en Turquie !

Adil Rami voit ses soutiens partir en fumée, mais il peut encore et toujours compter sur… Sidonie Biémont. Hier soir, la mère de ses jumeaux a fait une mise au point sur Instagram. Dans la légende de sa publication, elle explique : « Ce qu’il nous arrive est malheureusement d’un ordinaire affligeant connu de tous, mais voir ma vie privée salie et étalée sur les réseaux sociaux ne m’amuse absolument pas ». C’est donc à contrecoeur qu’elle a décidé de défendre Adil Rami concernant les accusations de violence de Pamela Anderson : « Ce que je peux certifier c’est que durant les 6 années passées avec Adil où nous vivions ensemble, il ne m’a jamais fait subir la moindre violence physique et n’a jamais été “l’hystérique” ni même le “jaloux pathologique” décrit actuellement. Si cela avait été le cas, je n’aurais pour rien au monde voulu faire mes enfants avec lui – pour rappel, conçus après quatre ans de vie commune – ».

Une connasse qui se met avec un arabe adopte les règles du mensonge permanent et de la prostitution, à raconter n’importe quoi pour la pension alimentaire… des grosses putes tarées… des connes incultes qui ignorent que l’arabe a droit à quatre femmes ! 

Imposture médiatique : 

la pratique de l’islam rendrait heureux !

Les musulmans seraient le peuple le plus heureux du monde, selon une étude récente

Par  Robert Spencer –

Voici ce qui ressort davantage de la haine de soi suicidaire de l’Occident, émanant toutefois du monde universitaire : « les musulmans se sentent le plus satisfaits de leur vie parce qu’ils se sentent plus unis ou plus proches les uns des autres» ainsi que le suggère une nouvelle étude.

Pourquoi les médias traditionnels sentent-il le besoin de couvrir constamment l’islam avec tant de prosélytisme n’est pas clair, mais c’est certainement un projet qu’ils poursuivent inlassablement.

Il n’est pas surprenant que les derniers efforts de prosélytisme du Daily Mail proviennent d’universitaires allemands de l’Université de Mannheim.

« Mesurer la satisfaction de la vie », dit le Daily Mail, « revient presque à quantifier le bonheur que nous avons pu obtenir jusqu’à présent, et la nouvelle étude d’un psychologue allemand suggère que le sentiment d’unité prédit le contentement général».

Partant de là, les musulmans se révèlent particulièrement heureux : « Et quand les chercheurs ont réparti leurs 67 562 répondants au sondage par religion, les musulmans ont ressenti le plus grand sentiment d’unité ».

Ces universitaires ont déterminé que « parmi tous les groupes, les musulmans étaient les plus susceptibles de croire qu’ils étaient liés à quelque chose de plus grand que soi, selon l’étude récente publiée dans le journal de l’American Psychological Association.

En second lieu derrière les musulmans, des chrétiens qui ne se considéraient ni catholiques ni protestants ont indiqué les plus grandes croyances d’unité, suivis de bouddhistes et d’hindous ».

Il faut probablement faire partie du monde universitaire pour prendre ce genre de chose au sérieux.

Et bien sûr, le Daily Mail, le pire journal du monde occidental, y va de toute son ardeur.

Mais ce que le Daily Mail ne vous dit pas, c’est qu’il existe de nombreuses études de ce type.

Les chrétiens évangéliques ont publié des études affirmant qu’ils sont les gens les plus heureux et les plus satisfaits du monde.

N’en doutons pas, ils y a certainement d’autres groupes qui répondraient de même à un sondage.

Le bonheur est une chose subjective et le but de telles études est simplement de vanter les vertus de l’heureux groupe en cause.

Le Daily Mail omet bien sûr de mentionner le fait que le Coran offre aux croyants une voie vers le bonheur : le djihad.

Le livre sacré de l’islam dit aux croyants qu’ils peuvent trouver du réconfort et soulager leur « furie » en combattant les incroyants :

« Combattez-les, Allah par vos mains les punira, les déshonorera et vous donnera la victoire sur eux. Et Il fera partir la colère de leurs cœurs. Allah accueille le repentir de qui Il veut. Allah est Omniscient et Sage », (Coran, Sourate 9, versets 14-15).

Et de toute façon, le bonheur des autres sens est non islamique. L’ayatollah Khomeiny a déclaré :

« Allah n’a pas créé l’homme pour qu’il puisse s’amuser. Le but de la création était que l’humanité soit mise à l’épreuve par des privations et la prière. Un régime islamique doit être sérieux dans tous les domaines. Il n’y a pas de plaisanteries dans l’islam. Il n’y a pas d’humour dans l’islam. Il n’y a pas d’amusement dans l’islam. Il ne peut y avoir ni plaisir ni joie dans ce qui est sérieux ».

Il est également possible que les musulmans interrogés par les chercheurs de l’Université de Mannheim soient réellement plus heureux que tout le monde, car l’islam est un système fermé qui prétend expliquer et énoncer les règles d’un comportement acceptable pour chaque aspect de la vie, et qui éprouve un dédain unique et même de la haine pour d’autres visions du monde et systèmes de croyance.

Cela pourrait favoriser chez les musulmans, que le Coran qualifie ainsi :

«  Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers » (Coran, Sourate 3 verset 110),

un sentiment de supériorité sur les incroyants,

« Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les Associateurs iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires » (Coran, Sourate 98, verset 6),

ce qui pourrait se traduire par une suffisance pouvant paraître comme étant un véritable bonheur aux yeux des ignorants mécréants.

Quoi qu’il en soit, quel que soit le nombre d’études publiées, l’affirmation selon laquelle les musulmans sont plus heureux que tout le monde ne repose sur rien, et rendre publique cette affirmation fait partie des efforts inlassables des médias traditionnels pour normaliser l’islam et réduire les soupçons sur le djihad, le terrorisme et l’oppression de la charia sur le public en Europe occidentale et en Amérique du Nord. 

Le Daily Mail publierait-il une étude affirmant que les chrétiens ou tout autre groupe seraient les plus heureux du monde ?

Pas de votre vivant !

Mais nous sommes à l’ère de la pandémie islamique.

Medias et sondeurs ne sont pas avares, effectivement, de louanges pour la RATP, histoire de nous faire croire qu’on aurait intérêt, sinon à nous convertir, quoique… au moins qu’on devrait se mettre à genoux devant les tenants de l’Eldorado sur terre et leur payer tous les impôts possibles et imaginables pour les remercier de leur présence.

Je me demande pourquoi une oumma si unie, si heureuse, réussit à produire en son sein des gens aussi haineux que les responsables des 37000 attentats dans le monde (source Religion of Peace) depuis le 11 septembre 2001..

Quelque chose doit m’échapper.

Jack

«Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n’obtiendront, ni ne méritent, ni l’une ni l’autre» Benjamin Franklin

Ben moi je préfère mon sentiment total de désunion ,d’isolement et d’égoïsme profond quand je ressens cette colère et cette indignation devant leur autosatisfaction abjecte .

Je préfère me regarder dans le miroir le cœur glacé d’indignation que leur amour d’alla imbécile qui les unit comme le fion réunit le troupeau – zut ,le foin .

Je préfère mes doutes et mes interrogations angoissées à leur certitudes abjectes dans un avenir soudé par leur haine de l’humain et du progrès .

Ils sont 65 millions en europe ,ces musulmans si sûrs de leur bonheur futur .

La seule chose qu’ils ne savent pas c’est que cet avenir ,ils sont en train de le détruire eux même ,en allant tous dans la même direction aveugle où l’humain n’a pas de place .

Daesh est en train de disparaitre et ils disparaitront un jour .Après avoir tout détruit autour d’eux EN se sentant unis et solidaires .Les connards

Je valide !!

Ce milliard et demi de lobotomises est heureux de se retrouver dans la pire secte que la terre ait porté.

La seule chose qui nous reste à faire est les combattre jusqu’au dernier.!!

On les raccompagne jusqu’au milieu du Sahara. Comme ils on fait au ARMENIENS en Turquie et Syrie et on les laisse crever !!!!!

Stéphane

Forcément !

Quand on choisi un mode de vie communautaire, à part de la société, les aides sociales, ce n’est que du bonus.

Aucune contrainte, que des avantages.

Qui c’est qui paye ? : les connards comme nous.

Anssiv Ossniv

La question qui se pose surtout c’est: Pourquoi, les musulmans, s’ils sont si heureux, ne restent pas cultiver ce bonheur dans leurs pays islamiques au lieu d’immigrer dans des pays où le bonheur est rare et où ils risquent de devenir malheureux comme leurs hôtes ?

Christian Jour

Donc pour être heureux il faut tuer, haïr, et violer. Ben mon cochon.

Hellen

@ Christian Jour,

C’est exactement ça, pour être heureux il faut tuer, haïr, et violer, et vous avez oublier deux autres choses importantes….

1. – Il faut battre sa femme, très souvent… de façon à ce qu’elle comprenne qui a l’autorité…!!!

2. – et il faut marier ses filles très vite à 8 ans, et les promettre à des vieux, dès l’âge de 3 ans….!!!!

Voilà la bonheur assuré par cette religion…

Pour ma part, je leur laisse…

Les journalistes sont «  » » » »malhonnêtes…! » » » » » »

Coupendeux

Vous vouliez dire « ben, mon macon »…

Les Merdialopes nous ont déjà fait un coup d’état pour nous imposer un machin… il n’y a pas de raisons pour qu’ils ne continuent pas: c’est tellement bon est rassurant être pourri.

Marcher sur des Oeufs

La collabo-islamosphere nous ennuie et empoisonne notre sphère privée individuelle en cherchant par tous moyens de propagande à nous convertir ou à nous soumettre à l’islam ; ça la fout bien pour un pays laïc !

Mais au nom de quoi et pourquoi cette obsession de vanter l’islam à toutes les sauces à toute heure du jour 7/7, 365 jour l’an ?

Aucune autre communauté religieuse française posent autant de problèmes et ne s’impose autant au reste de la population et n’influe autant sur la vie de la société française.

On en a marre ! Nous sommes nous et nous voulons rester nous. Il ne fallait pas aller chercher ces populations qui troublent notre société et l’expose à de multiples dangers. Il ne fallait pas que ces populations s’invitent pour reproduire la société qu’ils ont fuie.

Pourquoi en effet être allé chercher ces populations musulmanes et les faire entrer par millions sur des terres judéo-chrétiennes ? Pourquoi ?!

Pourquoi ne pas avoir privilégié dans leur délire immigrationniste les populations athées ou chrétiennes ? Ces populations martyrisées dans leur pays par les musulmans, les mêmes que l’on nous force à recevoir comme nouveaux français ?

C’est criminel, pas démocratique du tout surtout quand on sait que les français massivement rejette cette invasion.

Alors pourquoi nous faire bouffer de l’islam alors même que nous ne sommes pas convertis, que nous n’en voulons pas et que la France est encore un pays laïc ?

Ce qui se sont battus pour la laïcité dans les temps passés pourraient se retourner dans leur tombe s’ils avaient conscience de ce que la caste des zélites trame et fait comme trahison à la France et aux Français.

David Belhassen

Les drogués au LSD prétendent aussi qu’ils sont « heureux » en chevauchant dans les airs sur des éléphants roses. Jusqu’au jour où ils se jettent par la fenêtre non sans avoir auparavant égorger leurs femme et enfants.

Or le LSD comparé à l’islam est une drogue « douce ».

berger

Ce n’est pas étonnant qu’ils soient heureux, ils ont tout ce qu’ils exigent, on baisse les frocs sans arrêt. On dit un mot de travers,, hop sanction !

Fomalo

Cela fait longtemps qu’on sait que les muz nous ont toujours plagiés .Fin XIXème siècle existait une méthode, la méthode «Coué» sur le positivisme répétitif de la pensée, on dirait actuellement une forme d’auto-suggestion ou d’auto-hypnose amenant à une forme de satisfaction bienheureuse.. Tout le monde s’est bien fichu par la suite du pharmacien-psychologue mort entre les deux guerres, mais qui avait levé un lièvre de taille..Pourtant les Etats Unis et l’Europe ont développé moult méthodes à partir de ses conférences et de sa fameuse méthode,( dont le training autogène de Schulz et l’hypnose eriksonienne) . On peut dire que les muz procèdent des deux méthodes. Training autogène= lecture du Coran et cinq prières par jour avec formules et postures cul en l’air répétitives. Hypnose ériksonienne = passage à la case mosquée et audition de l’imam, qu’il chante ou qu’il parle.Comment voulez-vous que ça ne finisse pas par faire effet? Nous ne pouvons que regretter que la France,fille aînée de l’Eglise ait abandonné son genre de pratiques rituelles(agenouillement, signes de croix, sur le pain, les morts, etc…) depuis Vatican II au large profit des simagrées rituelles franc maçonnes, et des cantiques en rap, car nous serions heureux, heureux! (et rappelez-vous, nous avons en plus l’eau bénite, le saint-chrême et l’eau de Lourdes, trois produits Aop bien trop négligés et inimitables)!

Monique

Les musulmans ne sont pas heureux à Gaza,Égypte,Lybie,Maroc,Irak,Iran,Pakistan,Syrie,Liban. Alors ou,sont-ils heureux?Ils sont heureux au Canada,en Angletrre,en France,en Finlande,en Allemagne ,aux États-Unis,en Suède,en Hollande,au Danemark,en Suisse. En effet ,les musulmans sont heureux dans tous les pays qui ne le sont pas. Selon l article du Nouvel Observateur.

Ossniv

C’est exactement ce que je voulais dire plus haut. Le musulmans sont heureux mais seulement dans les pays de mécréants..Dans les pays musulmans ils n’arrêtent pas de se plaindre d’être malheureux à tel point que le remède qu’ils invoquent c’est d’immigrer dans les pays de mécréants pour retrouver le bonheur. Franchement j’y comprends rien. Selon ces savants du bonheur,faut-il partir vivre dans les pays musulmans pour être heureux ou alors se convertir a l’islam dans un pays de mécréants! Oui ça ne peut être que ça il faut se convertir jusqu’à ce que le pays entier devient un pays de musulman heureux…Mais alors est ce qu’une fois que le pays est en entier islamisé on restera toujours heureux? ça ses universitaires émérites du bonheur n’ont pas daigné y apporter une réponse…On va attendre la prochaine étude je pense!

clairement

Juste un petit mot.

…Parce que nous ne nous autoproduisons pas et que nous venons du désir de nos parents, que notre parole se constitue par imitation de celle de l’AUTRE, la langue maternelle ( comme disent les lacaniens ) pour faire court, nous sommes divisés dés que nous nous déportons dans le langage :

Moi, je parle avec le discours de l’Autre. ( Lacan dit que l’inconscient c’est le discours de l’Autre ce qui est tout à fait vrai )

Ce processus de déportation dans le langage produit du manque à être que nous pouvons aller chercher à combler par tous les sens de notre corps mais aussi dans une transcendance religieuse comme le Judaïsme, le Christianisme ce qui n’empêche d’ailleurs pas de manquer.

On cherche le UN, la jouissance de l’INFANS (= qui ne parle pas ) de l’EDEN etc

Les califes, qui sont des lâches, ont fourgué aux tribus arabes cette mauvaise copie de la Bible et du Talmud en racontant que c’était le TOUT et en menaçant de tuer ceux tous qui apostasieraient ( quel courage ! on a tous remarqué que ça laisse des traces dans ces cultures )

Ils ont contribué à combler, en quelque sorte, le manque à être avec des débilités criminelles chez des sauvages qui s’en sont saisis et qui croient qu’on leur a donné le TOUT avec lequel ILS ONT BOUCHE LEUR ETRE puisque CE DELIRE CRIMINEL REPOND A PRESQUE TOUT ( enfin qu’ils croient et veulent persuader les autres de gré ou de force) :

1 Au POUVOIR qui offre la dimension POLITIQUE de cette idéologie délirante

2 A la LOI qui est la CHARIA d’essence divine

3 Au RELIGIEUX avec tous les rites délirants …

C’est du COMPLET

En fait, le bonheur, est ce que ce ne serait pas LA BONNE HEURE, mes amis ?

clairement

Effectivement l’ISSlam est comme une drogue puisque c’est du TOUT

palimola

C’est connu ….bienheureux sont les pauvres d’esprit !

Charles Martel 02

C’est le bon vieil adage de « l’imbécile heureux »

Vent d’Est, Vent d’Ouest

« (…) la pratique de l’islam rendrait heureux ! » ? Donc, si je suis bien ce raisonnement, le bonheur rendrait haineux, intolérant, agressif si j’en crois les comportements des adeptes de la religion de paix, d’amour et de tolérance.

Mais il est vrai que la mode est aux valeurs inversées. Vive le progressif !

Toulouse, enceinte d’un 6ème futur djihadiste : « je vais faire un massacre comme Merah»

Voilà ce qui pousse chez nous, voilà le serpent que Macron nourrit en notre sein.

Elle a déjà 5 gosses, la salope, les services sociaux viennent de  lui retirer le plus petit, âgé d’un an, en danger au sein d’une famille qui se dispute, se tape dessus, se menace d’un couteau… Il semble que le compagnon – et père du futur 6ème ?- ne supporte pas le petit -d’un compagnon précédent ? – et ait tout fait pour le faire placer…

Alors elle décroche le téléphone et menace la gendarmerie et les services sociaux :   «J’ai caché une Kalachnikov, je vais faire un massacre comme Merah»

Elle passe devant le juge et devinez quoi:  10 mois de prison dont 5 avec sursis, sans mandat de dépôt…

Le procureur débute ses réquisitions avec un ton grave. «Entendre quelqu’un se comparer à Mohammed Merah, c’est affreux. Et elle ne s’excuse de rien, il n’y a aucun recul, c’est inquiétant !» Il demande 10 mois de prison, dont 5 mois avec sursis, assortis d’une obligation de soins.

Le tribunal a condamné Sabrina à 10 mois de prison dont 5 avec sursis, sans mandat de dépôt. Déjà mère de cinq enfants, elle doit accoucher d’un sixième dans les prochains mois. Elle a d’ores et déjà rendez-vous avec le juge pour faire aménager sa peine.

Pendant ce temps, un procureur et 3 juges agressent une Christine Tasin en lui faisant subir un interrogatoire stalinien, la faisant passer pour une femme dangereuse qui méditerait d’appeler à la haine contre les musulmans. Un procureur réclamant 100 jours-amende, ce qui, si les juges le suivent, reviendra à mettre 3 mois Christine Tasin en prison si celle-ci ne payait pas l’amende. En prison ferme. Pour avoir juste publié un autocollant « islam assassin, islam dehors ».

Oui, au fou, comme dit Zemmour.

Mais ce n’est pas seulement une histoire de fous, c’est une mise en danger délibérée d’autrui, organisée et voulue par les juges de Toulouse, avec les encouragements -et la volonté ? – des politiques au pouvoir.

Non seulement ils rapatrient des djihadistes et leur progéniture susceptible de suivre leurs pas, forcément ; non seulement ils continuent d’ouvrir nos portes à des clandestins dont ils ignorent si ce sont des terroristes en herbe ; mais, en sus, ils gardent au chaud de vrais dangers publics, reconnus, sans les expulser, sans les enfermer…

Que vont-ils proposer à cette adoratrice de Merah, enceinte jusqu’aux dents ? De rencontrer un psy qui va lui dire, comme le procureur, que ce n’est pas bien ?

Et aucune stérilisation ? Et aucune mesure pour lui enlever les 6 gosses, définitivement ?

Ils sont combien, en France, à nous haïr et à pondre nos futurs assassins avec la bénédiction des autorités et nos sous ?

Votez bien…. RN ou NDA à votre choix, on n’a pas d’autre choix possible, pour toutes les élections.

Toulouse : les dealers se géolocalisent sur Internet, offrent une carte de fidélité…

Christian Jour

Tous ces collabos n’ont pas assez de sang sur les mains, il leur en faut encore un peu plus. Bougez pas ça va venir. Combien encore de morts faut il pour que les Français comprennent que cette secte satanique, ne veut qu’une chose, notre mort. RÉAGISSEZ, BORDEL DE MERDE.

Moissy

Bonjour Christian, inutile d’attendre des Français qu’ils réagissent. Même avec 100.000 morts de plus, ils ne bougeront pas. Les Français sont déjà morts.

C’est à nous – les quelques vivants qui restent – de nous lever.

Si nous réussissons, nous redonnerons vie à ce pays éteint. Mais personne ne pourra le faire à notre place.

palimola

Toutes les aides  »sociales» distribuées généreusement en France sont une catastrophe pour le pays on voit le résultat, certains font des gosses comme on achète une paire de chaussettes et c’est vous et moi qui les assumons avec notre fric . Dans la plupart de ces familles  »tuyaux de poële» ou le tiroir a Pinocchio fonctionne beaucoup plus souvent que le cerveau personne ne travaille mais change souvent de compagne ou de compagnon sans oublier de laisser une trace de son passage. Le plus souvent tous ces gosses sont ensuite livrés a eux mêmes sans éducation aucune instruction et tournent mal surtout avec le genre de parent que vous décrivez dans cet article, en effet seul le RN ou NDA pourraient endiguer ce fléau dont nous continuerons néanmoins a subir les conséquences pendant des décennies.

Amélie Poulain

« Toutes les aides » sociales » distribuées généreusement en France sont une catastrophe pour le pays on voit le résultat »

Depuis le temps que je le dis, je suis contente de voir qu’il y en a qui en sont conscients, merci.

L’immigration est une résultante de cette mentalité Française qui existe depuis des lustres sans recul ni réflexion du fait de hurlements dès que l’on touche à ce domaine in-interrogeable, c’est un tabou.

En effet, la Société serait, dans une conception manichéenne et immature, divisée seulement en deux parties : ceux qui ont de l’argent qui seraient des privilégiés et donc, dans un devoir exclusif, devraient entretenir le monde d’en bas (les «pauvres») qui serait, lui, complètement « démuni ».

Dany BARTHOUIL

La volonté du pouvoir est claire, depuis le décret de Valls applicable depuis le 1/01/2017 , qui enlève toute indépendance à la Justice.

Gromago

Quand on voit l’histoire de Assange,on voit bien que les lanceurs d’alerte ne sont pas protégés .

Qui va se rendre compte de la réalité ?

Que les français en ont marre de l’injustice .

Sous toutes ses formes .

Que seul compte le secret et que dénoncer la vérité est devenu un danger public .

Qu’aujourd’hui le : J’accuse  » est devenu passible de prison alors qu’on laisse se balader des bombes ambulantes (femmes y comprises encore plus dangereuses que leurs alter ego masculins) qui crachent leur haine en toute impunité. Se comparer à Merah c’est attaquer l’Etat français.Les américains n’auraient pas laissé passer ça .

Mais nous on se laisse ch… dessus par ces rebuts de l’humanité sans que personne ne bronche .

Quel trou du c…. de pays que la France où tout est interdit surtout de réfléchir et de s’exprimer .

Quelle honte . Cette tarée mérite guantanamo à vie .

Pour qu’elle ferme sa gueule à vie avec des chaines aux pieds .

Au lieu de ça une autre viendra et encore une autre, comme des blattes qui un jour seront si nombreuses qu’il ne restera plus que nos cadavres à ronger .

Salauds de juges ,salaud de macron ,cette tête brûlée (comme a dit un gilet jaune).Il est temps que ça s’arrête .

JUSTICE pour les citoyens qui vivent honnêtement et espèrent encore le meilleur pour leur pays .

Alors : NDA ? Il est pas mal ce bonhomme .

Catherine Terrillon
Je n’aurais jamais cru que la France puisse se désintégrer à ce point ! Des tribunaux pleins de partialité, des «élites» corrompues, des industriels véreux, des services publics qui ne fonctionnent plus, et pour comble, une émigration «indispensable » dans un pays aux trois millions de chômeurs ! Soit les dirigeants sont fous soient ils tentent de détruire la démocratie pour reconstruire une sorte de dictature à leur avantage exclusif !

GAVIVA

Quand un enfant est placé, les parents continuent de toucher les allocations, les enfants ne sont pas adoptables tant qu’il y a «maintient du lien familial », il suffit d’un « lettre » par an. Le gosse sera ballot d’une famille d’accueil à une autre, et on se demande pourquoi tant de désespérés vont aller s’acheter ( il s’agit bien d’un ACHAT) un gosse du tiers monde. Quant au business des agréments pour l’adoption ça carbure aussi.

Révolution

@Hellen  » je me demande s’il ne serait pas possible qu’un maximum de Français portent plainte contre Macron et son gouvernement et contre sa politique d’immigration  »

Sérieusement vous pensez qu’il n’y a que Macron qui oeuvre pour l’immigration ? Cela fait 40 ANS que dure cette politique fou

Avec Giscard l’inventeur du regroupement familial à la tête des imbéciles

Donc oui il faudrait déposer plainte , mais il faudrait encore une Justice digne de ce nom pour recevoir cette plainte

Le mieux ne peut se faire que par les urnes , en votant pour des personnes qui défendent nos valeurs et pays

Hellen

Révolution, Je sais bien tout ça… mais il va falloir faire quelque chose pour s’en sortir, parce que pour ce qui est de voter, comptez sur moi, je n’ai jamais rater aucun vote… parce que d’une part, je veux être responsable de mon vote, et je n’ai jamais voté blanc, parce que ça, c’est de l’irresponsabilité, c’est grâce à ça, que nous avons Macron, et que nous en sommes là aujourd’hui…

Une chose est certaine… et ceci qu’on le veuille ou non, voter ne sert plus à grand chose, quand on voit où nous en sommes, puisque beaucoup de Français n’ont pas encore compris, où nous allons… vers la cata la pire de l’histoire de notre pays…

Je suis retraitée et j’ai peur du pays que nous allons laisser à nos enfants et à nos petits enfants…!

La démocratie n’a jamais été la soumission qui résulte du vote…

Car une fois que nous avons voté, il faut tout supporter, et quand on a à faire à un fou, pour qui seul l’argent compte et pour en avoir toujours plus, il est prêt à détruire son propre pays… et ses habitants…!!!

ça fait peur…!

Si nous attendons tout sans rien faire de ce vote… ça ne changera pas grand chose…!!!!

Il faut inverser cette situation ubuesque tout en sachant que si ces pourris ont fait rentrer autant d’immigrés sur notre sol ce n’est par esprit humanitaire mais bien pour garder le pouvoir en faisant tout pour empêcher l’alternance démocratique y compris prendre le risque de créer une guerre civile en France!

Beaucoup de gens hésitent à voter pour les patriotes, non parce qu’ils sont opposés, mais parce qu’ils savent que ce pourrait être le chaos;

Ce n’est pas pour rien que le système a tant d’attention pour cette véritable armée qu’ils ont fait entrer en France dont ils ont fait des intouchables .

De toute façon ils se foutent bien de la France, eux, ils pourront toujours se barrer en avion quelque part . Les mondialistes sont partout chez eux!!

On se fera un plaisir de les accueillir au Qatar ou en Arabie saoudite

Pour ma part je pense que ce sera pire si on laisse les choses s’aggraver c’est à dire l’envahissement accéléré .

En tout cas je n’envisage pas un instant que mes enfants et petits enfants puissent vivre sous le règne de la charia ou du tiers mondisme institutionalisé . Il n’y pas d’alternative possible, c’est la France ou rien!

Grand remplacement à Savigny-le-Temple : on va te trancher la gorge, sale Blanche, tu n’avais rien à faire ici

Savigny-le-Temple se situe au centre du département de Seine-et-Marne (77) et dans la banlieue sud-est de l’agglomération parisienne. La ville est située à 30 kilomètres de Paris.

En juin 1903, le correspondant poète écrit :

« C’est le calme de la campagne… »  

« Savigny restera le Temple ».

En quelques décennies, la physionomie de Savigny a bien changée. Le calme de la campagne appartient au passé.

 ANNEES 1950-1960 : C’EST ENCORE VIVABLE !

ANNEES 1970-2020 : URBANISATION MASSIVE

C’est dans les années 1970 que la ville connaît un bouleversement majeur qui change radicalement son visage, à savoir une urbanisation massive commandée par l’établissement de la ville nouvelle de Melun-Sénart.

Le constat démographique

LA POPULATION PASSE

DE 800 A 30.000 HABITANTS

On dénombre 1228 associations 

PLUSIEURS DIZAINES

SONT DES ASSOCIATIONS  CULTURELLES  AFRICAINES.

Voici quelques-unes des associations de ressortissants africains, ce qui donne une idée de la diversité des communautés présentes.

A.C.I.B / Djidjuwe (Association culturelle de Irohé-Boueni)

A.C.S.M. (Association congolaise de la Seine-et-Marne)

A.D.C.M. (Association de développement culturel de Magoudjou) en France

A.E.F.A. (Association d’entraide familiale Awoulaba)

A.P.A. (Action pour l’Angola)

A.R.A.F. (Association des ressortissants du Aïde en France)

A.S.A.S. (Association solidarité africaine de Sénart)

A.S.B.L. ENTRAIDE – LEMBA 1

AMIS DE MADAGASCAR EN FRANCE

AMITIE FRANCE CENTRAFRIQUE

ANGOLA EMERGENT

ASSOCIATION CONGO CONNEXION (A.C.C.)

ASSOCIATION DES GHANEENS DE MELUN SENART (A.G.M.E.S.)

ASSOCIATION des rainizafimanga en France

Association franco-congolaise de Sénart (A.F.C.S.)

CONSEIL SUPERIEUR DES CONGOLAIS DE L’EXTERIEUR

MALAGASY MANDROSO

UNION MAROCAINE DE SENART

CONFLITS ENTRE POPULATIONS :

RETOUR SUR  L’AFFAIRE LETERME « On va te trancher la gorge, sale Blanche, tu n’avais rien à faire ici »

 Résumé ; dans un quartier habité par une forte communauté maghrébine, une famille ostracisée est exfiltrée de son domicile par les policiers sous un torrent de menaces et d’injures racistes anti-blanc. L’affaire a été jugée  dans le silence médiatique.

Madame Leterme a été victime d’une persécution raciste lorsqu’elle habitait à Savigny-le-Temple (77).

Elle raconte son histoire à Minute. Extraits :

« Du jour au lendemain, ma fille a été rejetée, insultée, et le conflit a vite pris des proportions énormes, à tel point que j’ai fini par ne plus la laisser sortir dans le jardin commun aux résidents. Les autres enfants la traitaient de sale fille de Blanche, de sale Française, lui disaient que sa mère était une sale pute, qu’elle n’avait rien à faire là, qu’elle n’était même pas une bâtarde… […]

« Nous avons reçu des menaces et des lettres nous incitant à partir, sous pei­ne d’être égorgés. »

Les agresseurs se sont aperçus que je vivais seule, ce qui les a rendus encore plus hostiles.

Je me suis rendue au commissariat pour déposer deux mains courantes, qui n’ont jamais rien donné.

Des enfants d’une dizaine d’années venaient jusqu’à mon portillon pour nous insulter, nous traiter de sales putes et de sales Blanches, jusqu’à ce soir du 30 juin, où, après une nouvelle altercation, des adultes sont intervenus pour effrayer ma fille, en lui disant qu’elle n’avait pas à se mélanger avec leurs enfants, qu’ici ils étaient chez eux et qu’ils allaient nous faire la peau.

Mon ex-mari et un autre ami, venus fêter mon anniversaire, sont sor­tis pour discuter et se sont alors fait lyncher par sept individus, à coups de bâtons, de planches de bois et de casque. Mon ex-mari a eu un traumatisme crânien, le cuir chevelu ouvert et de multiples contusions, et notre ami une fracture ouverte à deux doigts. Ma fille et moi assistions à la scène. […]

Mes enfants étaient enfermés dans mon appartement et j’étais sortie pour accompagner les pompiers, qui prenaient en charge mon ex-mari et notre ami pour les em­mener au CHU de Melun.

C’était la cohue, la jubilation to­tale, tout le monde trouvait normal que nous partions. Nos agresseurs m’insultaient et me menaçaient de mort devant les policiers, sans au­cune gêne ni crainte : ils m’ont dit qu’ils nous trancheraient la gorge, à ma fille et à moi : « Ne t’inquiète pas, on va te retrouver, tu ne seras pas toujours protégée, on va te trancher la gorge, sale Blanche, tu n’avais rien à faire ici… »

Sur les sept hommes qui avaient lynché mon ex-mari et notre ami, trois seulement ont été interpellés et traduits en justice. […] En dépit de casiers judiciaires chargés, ils ont été condamnés à des peines avec sursis, ou de moins de deux ans de prison fermes : ils ne seront donc pas emprisonnés. […] »

BONUS : FLORILEGE DE FAITS DIVERS (extraits)

Les plus récents –et les plus violents- figurent en début de liste. Savigny-le-Temple (77) : 7 jeunes tabassent une famille. Des coups de pied et poing assénés pour un motif futile. Sept jeunes de Savigny-le-Temple ont tabassé une famille de quatre personnes, avenue des…

Savigny-le-Temple (77) : première arrestation depuis la nouvelle loi anti-rodéo, un jeune sous l’emprise de stupéfiants « déjà très connu des services de police » Un jeune homme d’origine marocaine qui faisait du rodéo à scooter à Savigny-le-Temple (Seine-Et-Marne) a été arrêté en flagrant délit grâce à une vidéo. Une première en…

Savigny-le-Temple (77) : séquestrée et forcée à se prostituer, une adolescente est libérée par le Raid.Le Raid est intervenu dimanche soir à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) pour libérer une adolescente de 16 ans. La jeune fille, retenue par quatre personnes armées qui…

Savigny-le-Temple (77) : des coups de feu aux Cités-Unies. Mercredi soir, des coups de feu ont retenti à Savigny-le-Temple dans le quartier des Cités-Unies. Vers 20 heures, des témoins ont appelé la police après…

Savigny-le-Temple (77) : la police caillassée lors d’un guet-apens.C’est quasiment une embuscade qu’ils ont tendue aux policiers. Samedi soir, un homme de 19 ans a été interpellé après avoir jeté plusieurs projectiles sur…

Savigny-le-Temple (77) : « Vive Daech ! Allah Akbar, nique la France ! » crie-t-il avant de mordre un policier. « Vive Daech ! Allah Akbar, nique la France !  » C’est ce qu’a crié, jeudi 19 novembre, vers 23 heures, un individu qui s’est mêlé à un…

Savigny-le-Temple (77) : Mounir, 28 ans, «C’est que le début. Il y en aura de plus en plus, c’est bien fait pour votre gueule». « Je suis né en Syrie, je suis Syrien. La France et les Français, vous mangez bien dans la gueule avec tous ces attentats et…

Savigny-le-Temple (77) : les policiers caillassés trois jours d’affilée.Pour le troisième jour d’affilée, les policiers qui patrouillaient dans la Zone de sécurité prioritaire (ZSP) de Savigny-le-Temple ont été la cible de caillassage, vendredi…

Savigny-le-Temple (77) : un homme décède après avoir été roué de coups chez lui la nuit. Quatre hommes ont fait irruption chez un trentenaire, la nuit de ce jeudi à vendredi. Ils l’ont roué de coups. Il s’est éteint à l’hôpital.

Savigny -le-Temple (77) : un candidat FN violemment agressé par un voyou se réclamant du parti socialiste. Les appels à la haine et à la violence contre le Front National se multiplient de la part des plus hauts responsables politiques et évidemment…

Savigny-le-Temple (77) : un homme de 29 ans tué par balles dans la zone de sécurité prioritaire. Un homme de 29 ans a été tué par balles dimanche soir peu avant minuit. Le meurtre a eu lieu rue François-Villon, dans la zone…

Savigny-le-Temple (77). Un lycéen lynché par un groupe de jeunes parce qu’il habitait Moissy-Cramayel…Un jeune Moisséen scolarisé au lycée Antonin-Carême de Savigny-le-Temple a été passé à tabac à la sortie de l’établissement. Son seul tort ? Habiter Moissy-Cramayel….

Savigny-le-Temple : Un adjoint au maire EELV agressé au distributeur de billets.Il venait juste de quitter la réunion du conseil municipal, vendredi vers 23 heures. Morgan Conq, 37 ans, adjoint au maire (EELV) de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne),…

Savigny-le-Temple (77) : Il poignarde mortellement le nouvel ami de son ex-compagne. Vers 22 heures, un homme de 36 ans a agressé le nouveau petit ami de son ancienne compagne en lui plantant un coup de couteau….

Liste d’un parti musulman aux européennes : «On veut être présent à chaque rendez-vous pour que les Français s’habituent à nous» Nagib Azergui est le candidat qui va mener la liste de l’Union des Démocrates Musulmans Français, lors du scrutin du 26 mai prochain. Il est…

Sénart (77) : Prison ferme pour un livreur marocain adepte des rodéos routiers sous stups : « J’m’en bats les c…, j’vais faire appel ».La ville nouvelle de Sénart est particulièrement concernée par les phénomènes de rodéos. À tel point que le député PS de la circonscription, Olivier Faure,…

«Gilets jaunes» : plus d’un million de signataires pour la pétition partie de Savigny contre la hausse des prix du carburant. La pétition en ligne « pour une baisse des prix du carburant à la pompe », lancée par l’une des figures des « gilets jaunes » de  Savigny-le-Temple,…

« Purge » d’Halloween : Plusieurs véhicules ont été incendiés et quelques abris de bus ont été dégradés dans différentes villes du département : Provins, Gretz-Armainvilliers, Savigny-le-Temple, Moissy-Cramayel, Lognes… Des policiers ont également reçu des projectiles lors de leurs interventions, sans toutefois être blessés.

 77 : Le RAID libère une jeune fugueuse qui aurait été séquestrée par des hommes armés et forcée à se prostituer. Les policiers veulent comprendre comment cette jeune fille de 16 ans s’est retrouvée piégée. Les policiers d’élite du Raid sont intervenus dimanche soir en Seine-et-Marne…

Issa, l’exhibitionniste du collège écroué avant une nouvelle expertise.« Que comptiez-vous faire, Monsieur T., en attrapant une fille par l’épaule avec le sexe à la main ? » « Je voulais la violer… Il n’a jamais découché du domicile familial de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), lui qui assure pourtant « détester » ses parents : « Ils me forcent à faire la prière, le ramadan… Ils me laissent pas sortir dehors. » « Si vous n’arrivez pas à vous maîtriser, c’est concevable », avance la présidente.

Paris : piégée sur Facebook, aguichée à Barbès et violée au Champ de Mars. MàJ : arrestation de 3 Algériens. C’est un guet-apens par Internet. Et un viol collectif d’une sauvagerie sans nom dans l’un des plus beaux parcs du centre de Paris. Une femme, jeune majeure, s’est fait violer par quatre hommes dans la nuit de dimanche à lundi(…)La jeune fille, en différend familial, chassée de chez sa mère à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), s’est fait piéger deux jours avant par un prédateur, rencontré sur Facebook

Omerta médiatique autour des violences urbaines du 14 juillet : plusieurs commissariats attaqués

Régionales. Seine-et-Marne : les « démocrates musulmans » veulent « s’adresser à tous les Français ».Ce dimanche, à Savigny-le-Temple, Khalid Majid, président de l’Union des démocrates français musulmans (UDMF), est venu lancer le premier meeting de campagne de son parti…

Vols et agressions dans le RER D : 9 jeunes dont 8 mineurs interpellés. La police parisienne a arrêté neuf adolescents, dont huit mineurs, soupçonnés de nombreux vols avec violence contre des passagers du RER D. Coups de poings au visage. L’une d’entre elles, ayant refusé de céder, a écopé de trois coups de poing à l’œil et au visage, qui lui ont valu cinq jours d’ITT. Une femme, elle, a été traînée au sol alors qu’elle tentait de résister à l’un des garçons lui arrachant son téléphone portable.

Le RN tient Valls pour responsable des agressions subies par ses candidats. Le parti de Marine Le Pen a dénoncé plusieurs agressions dont auraient été victimes ses candidats et met en cause, à chaque…

Seine-et-Marne : un handicapé bousculé et dépouillé par un « couple » déjà interpellé 23 fois. Un handicapé âgé de vingt-six ans a été la cible d’une agression samedi soir à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Ses deux assaillants en voulaient à sa sacoche…. Connus des services de police, ils avaient déjà été interpellés 23 fois auparavant.

Un homme enlevé et retrouvé décédé, les chevilles brisées (M-à-J).Un homme de 30 ans a été enlevé par plusieurs personnes, hier vers 14H00 dans le quartier des Tarte rets, à Corbeil-Essonnes, par plusieurs personnes qui l’ont mis dans une voiture, puis retrouvé dans la rue à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) quelques heures plus tard, ligoté, avec les chevilles brisées. Il a été retrouvé vers 16h30 dans la rue, à Savigny-le-Temple, à une dizaine de kilomètres, ligoté, les chevilles brisées, et ayant subi de nombreux coups.

Un gang de « nomades » démantelé. Un gang de nomades du nord-est de la France, soupçonné de 17 attaques à main armée contre des bijouteries, marchands d’or et sociétés de métaux précieux, a été démantelé par la police qui a saisi des armes et plus de 100.000 euros, a-t-on appris aujourd’hui de sources policières. Dix personnes ont été interpellées à Crépy-en-Valois et Lainerie (Oise), Villers-Cotterêts (Aisne) et Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), entre vendredi et dimanche, dont cinq ont été écrouées hier et aujourd’hui, a-t-on précisé de mêmes sources. Presque toutes ces personnes sont des récidivistes, connues pour vols à main armée, et l’une, en rupture de contrôle judiciaire, était sous bracelet électronique.

La banlieue, un filon pour les banquiers ? Rodolphe Pedro, millionnaire et financier, veut peut-être prouver que les «pépites de banlieues» peuvent devenir réalité. Ancien habitant des «quartiers», ceux de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) et…

Neuf mois ferme et un stage de tolérance. Cet employé municipal de Savigny-le-Temple a eu une énorme frayeur. Jeudi dernier, un homme a tenté à plusieurs reprises de l’écraser, vraisemblablement du fait…

Nuit de violence sur la ligne du RER D.Au cours d’une fête près de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), plusieurs groupes de jeunes se sont affrontés. Ils ont ensuite agressé des voyageurs dans le RER D…

Mis à part ce bordel monstre de gens irrécupérables dont le métabolisme est bousillé au départ par la consanguinité et l’overdose d’adrenochrome à la circoncision (voir mon livre PREPUCE MON AMOUR) va empirer car nous avons affaire à des récidivistes qui ne voudrons jamais travailler… et SOROS continue à financer et encourager des déserteurs pour pourrir notre tranquillité naturelle. 

Jules Ferry

n’est pas prêt à renoncer à son mode de vie occidental. En un mot, Jules Ferry dit NON à ceux qui veulent reléguer les femmes au foyer, couvrir leur tête, rallonger leurs jupes, jeter les homosexuels du haut des tours, interdire l’alcool, limiter la liberté d’expression, bannir les caricatures religieuses, censurer les livres, codifier la tolérance…

L’ignoble Macron dépèce la France : la Moselle « eurodépartement » !!!!

Combien de points a coûté au RN la fraude électorale comme celle de Rouen ?

Chapeau bas, camarade Zemmour, pour la volée infligée à l’immonde Szafran

Vous croyez qu’il n ‘y a qu ‘à Savigny ? c ‘est partout pareil petite ou grande cité

Charles Martel 

L’état, Macron en tête, est complice de tout ça, on ne peut pas ignorer que la police et la justice fonctionnent à deux vitesses. Laxisme, complicité et tolérance totale pour les racailles musulmanes arabo-africaines et tolérance zéro pour les français qui sont traités comme un troupeau de moutons à abattre, trahis et détestés par nos élus ainsi que par la merde mahométane qui nous envahit et s’approprie notre terre.

Devant ce constat il n’y a plus qu’une solution, s’associer, se constituer en milices armés pour défendre les nôtres qui sont persécutés par ces ordures. La France nous a laissé tomber, nous français, la France ne veut plus de nous, descendants de ceux qui ont donné leurs vies et leur sang pour faire de ce pays ce qu’il a été. Devant ce que j’appellerai ce patient génocide anti-français organisé avec la complicité de ces ordures de politicards européo-mondialistes il n’y a plus d’autre solutions que bien planquer nos armes et nous unir pour nous défendre en remettant à leurs places (c’est à dire dehors) touts ces salopards de muzz qui viennent nous faire chier. Il n’y a pas d’autre solution, le temps des bla bla est révolu si nous ne prenons pas notre destin en main ce sera le même choix pour nous que ce qui a été pour les pieds noirs: « La valise ou le cercueil »

Olivia Blanche

C’est d’une tristesse sans nom… Nos si jolis villages défigurés à la fois sur le plan urbanistique et racial, ce dernier étant le pire… Et nous ne sommes que quelques uns à être horrifiés alors que c’est la France dans son ensemble qui devrait l’être…

Jamais l’inversion des valeurs n’a été aussi flagrante : ceux qui dénoncent le mal sont qualifiés de nazis et ceux qui font le mal sont défendus…

Je crois que c’est inédit dans l’Histoire de l’Humanité car, même les sociétés primitives avaient des règles très strictes afin que la vie en communauté soit harmonieuse à tous ses membres.

Et qu’il a t’il de pire que d’être chassés de chez soi, de son village, de son pays, par des étrangers démoniaques ? Je pose la question aux politiques censés nous protéger. Leur tour viendra.

Amélie Poulain

C’est un constat, que l’on ne vienne pas nous dire que le « grand remplacement » est un fantasme !Qu’on arrête de prendre les Français (les vrais) pour des imbéciles.

A garder dans les archives…. et l’on pourrait adresser à Macron et à tous ceux qui rejettent les revendications légitimes des Français de préserver leur pays…

clairement

L’HORREUR

Que font les pouvoirs publics et le Maire Marie Line PICHERY ?

Machinchose

terrifiant florilège….auquel je tiens a offrir ma contribution en vous présentant le futur Maire et Evêque de cette pétaudière de

gouvernements successifs de notre France depuis 198O, pourquoi avez vous fait ça ??

En toute connaissance de cause, en traitrise assumée , en sachant trés bien la suite, Pourquoi ?

Soyez maudits vous et les vôtres pour l’ éternité! !!! et que ceux qui continuent a martyriser l’ex fille ainée de l’ Eglise vous rejoignent en Enfer !! et que revive « Ense, Cruce, Aratro ». ces trois vertus qui ont fait la France.

Remigration !!!!!!

C’est tellement criant, on devrait demander à beaucoup d’entre nous de dresser avec leurs propres archives l’album de la chronologie de leurs villes d’enfance, la transformation est tellement criante!

Ma région, terre de rugby, est moins touchée que les régions parisienne ou lyonnaise mais il suffit de se promener dans les rues de la capitale de région pour constater la transformation!

Sarisse

Juppé parlait de « mondialisation heureuse » et nous aurons aussi « la partition calamiteuse »,

Langevin

Oui, mais le peuple ne se révolte pas. Un Maghrébin sur un scooter volé qui terrorise le quartier en pleine nuit, s’il lui arrive quelque chose en étant poursuivi par la police, c’est la police qui est en tort, et plus de 500 maghrébins qui incendient les voitures, par vengeance..! Allons allons..! Un peu de sérieux, et sortons tous ensemble dans les rues pour montrer que nous sommes chez nous, et que nous ne voulons plus de ces immigrés d’Afrique qui de toute façon, ne s’intègreront jamais.

marzia perez

moi ce pays me fait vomir

Gromago
Elle a raison Marion Maréchal .Il est temps que les droites ( puisqu’il faut continuer ainsi à appeler des citoyens qui ne veulent pas qu’on leur vole leur pays ) se réunissent ;

C’est sans doute ce qu’il va se passer .

La droite ce ne sera plus sarko et calculs narcissiques ou fillon et ses calculs sordides .

La Droite ce seront des gens qui ne veulent pas disparaitre .

L’instinct de conservation a toujours été le plus fort .

Pour l’instant on est dans l’instinct de conversation mais il y a un jours ou ce sera basta .

Les français ouvrent les yeux ,c’est lent ,c’est long mais comme disait ma grand mère ,ça vient .

Rosa SAHSAN

MARINE VITE

Christian Jour

Bientôt, soyez patient. 

Catherine Terrillon

Toutes ces « incivilités » (lynchages, meurtres, viols etc) … on n’en parle pas beaucoup au journal télévisé. Officiellement, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, et tant pis pour ceux qui sont trop pauvres pour vivre ailleurs que dans ces banlieues de m…

Ceux qui nous gouvernent depuis Giscard jusqu’à aujourd’hui sont des vendus.

Flupke

On les a laissé entrer. Maintenant on passe à la caisse

denise

Olivia , E.Zemmour disait lors d’une conférence, invité par A.Del Vall à Bruxelles, des choses simples : on donne de l’argent aux immigrés( social) pour qu’ils consomment, ce qui veut dire que l’immigration est indispensable pour la consommation, ce n’est pas une immigration de travail ! donc la délinquance est acceptée ! ils se sont « bien adaptés « !! les anglais ont intégré dans leur PIB , les revenus de la prostitution, comme d’ailleurs il a été question à un moment donné d’inclure dans le PIB, le commerce de la drogue, en France .

Ben c’est une logique économique !!!! Tous les commissariats font « remonter » tout ce qui se passe à Bauveau, journalièrement, puis copie à la présidence et au Sénat, le Sénat car « il remplacerait  » le président si il y avait une défaillance .Un élu a dit « quand on voit ce qui se passe, on a l’impression d’être dans un pays en guerre  » ! çà ne se voit pas, si, un peu , il n’y a pas de chars, et tout cela est bien caché ! il s’agit d’une guerre civile larvée, un ensauvagement phénoménal ! là, je n’apprend rien ! tout le monde n’a pas l’effet de réel ! Zemmour dit aussi que Macron n’avait jamais rien vu de tout cela aux finances et qu’il a compris .;. comme il a compris que les pays qui envoient les immigrés clandestins ne les reprennent pas ..( ils refusent de signer le certificat qui le permettrait ) . C’est une question que j’avais posé un jour, à un maire suite aux meurtres et viol de deux jeunes par un rwandais qui ne sera jamais retourné dans son pays !.. Macron aurait demandé au roi du Maroc de faire cesser ce jeu là , pour « les affaires « concernant ce pays ..

Donc tout le monde a conscience mais ne fera rien à cause des soutiens, et qu’il y a un autre paramètre : c’est l’oligarchie judiciaire qui gouverne !

Conclusion : jamais De Gaulle n’aurait accepté qu’un juge gouverne !

Olivia Blanche

Réponse à Denise : merci pour vos explications. Cela dépasse l’entendement normal…

La France et l’Europe ont connu bien des salauds, des ordures, des traîtres, au cours de leur longue histoire mais jamais à ce point… Que s’est il passé, en si peu de temps, pour que ceux qui détiennent le pouvoir agissent contre leur peuple ?

Au Danemark, ça y est, trop ! c’est trop ! z’en ont bouffé du migrant au point de l’indigestion ; ils en sont au rejet. Et les immigrés de se plaindre, de rechigner et de pleurer à la stigmatisation ; n’ont pas peur de se stigmatiser par leur comportement anti-social comme en France, en Allemagne et partout en Europe où pas un jour ne pesse sans violence, assassinat, viols de leur part sans parler de l’islamisation obligatoire de nos sociétés ; non ! cette auto-stigmatisation ne les gêne pas du tout.

Bref ! LES DANOIS EN ONT MARRE ! z’en veulent plus du migrant.

Au Danemark, la sociale-démocrate Mette Frederiksen s’engage à poursuivre la « rigueur migratoire »

Jaloux de sa prospérité et de sa cohésion, le Danemark sort de deux décennies de rigueur migratoire sous l’influence d’un parti populiste dont la ligne et le discours font aujourd’hui largement consensus, à droite comme à gauche, au grand dam des immigrés qui s’estiment stigmatisés.

« Nous ne voulons pas que le Danemark devienne une société plus multi-ethnique », martèle Hans Kristian Skibby, parlementaire du Parti du Peuple danois venu à la rencontre de ses électeurs à Horsens (ouest).

A l’approche des législatives du 5 juin, la sociale-démocrate Mette Frederiksen, probable future Première ministre, s’est engagée à poursuivre la politique d’immigration et d’intégration du gouvernement sortant du libéral Lars Løkke Rasmussen, soutenu par les populistes du Parti du Peuple danois. « Les sociaux-démocrates se sont dit que pour ne pas perdre une autre élection sur les questions d’immigration, ils devaient copier la politique des libéraux et du Parti du Peuple danois « , affirme à l’AFP le politologue Flemming Juul Christiansen, chercheur à l’Université de Roskilde.

Depuis 2001, occupant une position charnière, le Parti du Peuple danois dicte la politique d’immigration et d’intégration du royaume scandinave de 5,6 millions d’habitants, dont près de 10% sont nés à l’étranger. Cette formation populiste anti-immigration a chèrement monnayé son soutien aux gouvernements de droite au pouvoir 14 des 18 dernières années, et son corpus idéologique et sémantique est désormais la norme. […]

Olivier çpamonom

MARINE VITE

ROSA

Réponse à Rosa : êtes vous vraiment certaine que Marine s’imagine être élue un jour en faisant l’unanimité dans tout ce qui s’appelle droite, souverainisme, défense de la patrie et de la nation ?

Cela dit, ces intrus, envahisseur se discréditent, leur racisme est de plus en plus flagrant, dès qu’ils se trouvent en nombre sensible ou majorité.

Il est urgent de les inciter à prendre un billet retour ou d’aller porter leur candidature dans des pays où il y a du travail, moins d’avantages sociaux pour s’engraisser à ne rien faire. Un CV, des lettres de candidatures, des missions : éduquer, alphabétiser les africaines …

palimola

Pauvre pays ! et dire que nous célébrons dans quelques jours le débarquement de Normandie , tous ces hommes jeunes venus mourir pour nous libérer certains étaient encore des gamins . ils ont traversé la mer pour venir combattre et mourir sur notre sol et voyez ce qu’on a fait de leur sacrifice ce qu’on a fait de notre pays , c’est devenu une gigantesque cour des miracles peuplée de barbares arriérés dirigée par des politiciens corrompus . quelle honte !! j’espère que ceux qui ont donné leur vie ne voient pas toute cette merde de là, ou ils sont !!

Amélie Poulain

Oui @Palimola, j’y suis sensible aussi au sacrifice de ces jeunes hommes.

Dans ma commune, une élue de Gauche (bien sûr…) avait refusé de venir à la cérémonie en honneur de ces Américains, septuagénaires alors, venus, très émus, sur notre sol à l’occasion du cinquantenaire du Débarquement… parce que c’était des Américains…

A ce jour, je n’ai jamais oublié…. Il faut dire qu’elle n’est pas très futée.

hebe

l’Afrique est vraiment le trou de cul du monde, au nord comme au sud de Sahara et quand l’islam s’en mêle en plus …

que n’avons-nous importé des asiatiques bouddhistes !

Dorylée

Parmi ceux qui les adorent, il y en a au moins un qui a goûté au plaisir de côtoyer ces braves gens :  » Savigny-le-Temple : Un adjoint au maire EELV agressé au distributeur de billets.Il venait juste de quitter la réunion du conseil municipal, vendredi vers 23 heures. Morgan Conq, 37 ans, adjoint au maire (EELV) de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne),…

Antiislam

Bonjour,

Enfin la bonne nouvelle de la journée !

Un élu EELV : quel pied :=)

J’espère qu’il aura la dignité de ne pas porter plainte: « fo pas stigmatiser ces povs banlieues ! » comme il disent les EELV …

CELTE 56

Bravo Palimola, tout est dit. Il est temps que les Français résistent à cette invasion islamique, comme l’on fait les résistants durant la 2ème guerre mondiale.

CELTE 56

Il faut que les Français sortent dans la rue en masse, pour manifester contre l’islamisation forcenée de notre pays, contre la délinquance provoquée par les islamo-racailles, pour que tous les déboutés du droit d’asile, tous les interdits de séjour, tous les clandestins soient renvoyées dans leurs pays d’origine. Que tous les étrangers ou tous ceux qui ont une double nationalité, soient déchus de la nationalité française dès le 1er délit. Enfin, commencer une politique de remigration active. Là, on commencera déjà à voir plus clair. Et, comme la Norvège, on pourra, sans aucun doute, constater une baisse significative de la délinquance dans notre pays.

 Les députés en Marche veulent que nos enfants deviennent les esclaves des petits musulmans à l’école

Il serait plus exact factuellement d’écrire : Les députés en Marche demandent que nos enfants soient mélangés avec les enfants musulmans à l’école. Sauf que le résultat, si leurs demandes sont acceptées et entérinées par Macron, seront celles-là : nos enfants seront, de fait,  les esclaves des petits musulmans.

Tout commence avec une récupération du Grand débat par les musulmans, drastiquement absents sur les ronds-points et des manifestations des Gilets Jaunes jusqu’à présent. Mais quand il s’agit de réclamer pour leur gueule, et uniquement pour leur gueule, ils sont là.

Ils ont donc participé au Grand Débat… en tant que musulmans ! Cela suppose qu’il y a des traîtres qui ont catégorisé les participants au dit débat et ont donc communautarisé ce débat censé être destiné à tous les Français, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur religion, quelle que soit leur couleur de peau. Par contre, je ne suis pas sûre du tout qu’on ait demandé leur carte d’identité aux participants, ce qui signifierait  que des immigrés, africains ou européens ont pu participer au « Grand Débat » français. Cela n’aurait rien d’étonnant avec Macron.

Et, au cours de ce Grand débat les musulmans ont demandé… plus de choses pour les musulmans. Ils ont l’air malin avec leur carte d’identité et leurs cris provocateurs « je suis français« … Français, mais Français à part…

–L’enseignement du fait religieux à l’école. Ben tiens donc, l’école coranique à la mosquée, ça suffit pas, il faudrait en plus que tous les petits non musulmans aient droit à l’endoctrinement. Doit être content, Mahomet, de là-haut, ses prosélytes appliquent exactement ses prescriptions.

–Les transports gratuits. Ben voyons… Et le député en Marche Saïd Ahamada  d’approuver la discrimination positive, plaidant pour la gratuité des transports pour « une certaine population »…  Porte-parole du groupe En Marche  à l’Assemblée nationale, il est le  « premier député issu de l’immigration comorienne », élu député d’une partie des quartiers Nord de Marseille… C’est par lui que la voix de ces gens qui ont voulu rester entre eux et en payent le prix va arriver à Mohamed Macron.

–Une définition commune de la laïcité. Carrément. Ils veulent mettre leur grain de sel dans notre histoire, dans nos valeurs, dans nos textes fondamentaux et changer la laïcité afin qu’elle leur convienne. Il y a des musulmans qui osent tout…

–La suppression de la carte scolaire, il n’y a pas assez de têtes blondes dans les écoles, les non musulmans fuient les écoles où il y a une majorité de musulmans, on se demande bien pourquoi… Et les pauvres mères de dire (comme à Montpellier il y a 4 ans) que, de ce fait, le niveau est très bas et qu’il n’y a pas de mixité sociale.  Si on supprime la carte scolaire, que se passera-t-il ? Les enfants musulmans pourront eux aussi aller où ils veulent ? Mais c’est déjà le cas, comme les autres, non ? Pourquoi ne font-ils pas comme les autres, pour fuir le mauvais niveau instauré par leurs coreligionnaires ? J’ai ma petite idée…

Ce sont d’ailleurs les mêmes mères qui appellent à l’aide à cause des règlements de compte entre musulmans dans les quartiers…

Ils réclament donc que nous envoyions nos têtes blondes dans les écoles où ils sont majoritaires… ces mêmes écoles dont leurs enfants ont chassé les nôtres à coups d’incivilités, de refus de laisser les profs enseigner, d’agressions contre les « intellos », d’agressions contre les kouffars. 

C’est une énormité. Non pas en soi, puisque la République ne connaît que des citoyens égaux entre eux, et non identifiés religieusement puisque les statistiques ethniques sont interdites chez nous. Elles sont interdite quand ça les arrange, dirait-on.

Bref, a priori, tous les enfants, qu’ils soient fils de Français, de Portugais, d’Italiens, de musulmans, de chrétiens, d’athées ou pas sont mélangés dans le classes. Et cela n’a jamais posé de problème avec l’immigration européenne, jusque dans les années 1980.Pourquoi est-ce que cela ne marche plus ? Pourquoi est-ce qu’on ne trouve plus de profs, tant le passage quasi-obligé en Seine-Saint-Denis est l’horreur ? Pourquoi est-ce que les familles de non musulmans fuient ?

Pourquoi est-ce que le Haut Conseil à l’Intégration a fait des compte-rendus cauchemardesques de ce qui se fait ou plutôt ne peut plus se faire ni s’étudier dans nos écoles à cause des élèves musulmans qui refusent la musique, la mixité, la piscine, les cours de sciences nat, d’entendre parler de la Shoah et compagnie ?

Le dernier rapport du Haut Conseil à l’Intégration, avant qu’il ne soit dissous par Hollande car trop lucide sur l’islam :

Rapport du Haut Conseil à l’Intégration : c’est la catastrophe à l’école

Aïcha, t’as peur pour tes gosses, bien fait ! On ne lèvera pas le petit doigt !

Ahurissantes mères musulmanes…

Elles ont peur pour leurs gosses. A cause des autres gosses musulmans. Mais elles ne remettent pas en cause l’islam.

Nous avons peur pour nos gosses. A cause des gosses musulmans.

Et que font-elles ? Elles demandent des moyens, des médiateurs, des gens qui parlent avec les gosses qu’elles ont si mal élevés. Elles en appellent au Président, et donc une fois de plus à nos sous, à notre travail, pour réparer leur impéritie et leurs négligences.

Et  nous, nous demandons que l’islam, fabrique de dégénéré, soit interdit, afin que nos gosses et les leurs retrouvent l’enfance, l’adolescence, l’insouciance, les rêves et les fantasmes, l’innocence… 

Parce que l’islam génère l’endogamie, il génère la consanguinité  et son cortège de tares congénitales, de QI inférieur à la moyenne…

Parce que l’islam génère le communautarisme et la haine de l’autre. La haine du non musulman d’abord, ensuite la haine du musulman qui n’est pas du même pays, du  même quartier.

Parce que l’islam  interdit les remises en cause, enferme dans un monde de violence, d’interdits, de préceptes…

Parce que l’islam laisse croire au jeune musulman qu’il serait supérieur aux autres…

Aïcha Nadiri, mère de famille de la cité Floréal à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), exprime sa lassitude et ses craintes face à la violence entre jeunes dans sa ville.

C’est un petit cercueil fait de carton, de tissu, et sur lequel est inscrit un poème. Pour la deuxième fois en quelques années, Aïcha Nadiri et d’autres mères de Saint-Denis l’ont porté à bout de bras, dans les rues de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) il y a quelques semaines. « C’était une façon de dire : On ne veut pas que nos enfants terminent là-dedans », explique cette maman, âgée de 45 ans. La marche a eu lieu en écho à la mort de Luigi. L’adolescent de 16 ans a été fauché par balles le 17 septembre, dans ce qui s’apparente à une brouille entre cités.

La tragédie a saisi d’effroi toute la ville, sans épargner le quartier Floréal, où habite Aïcha. « Je me suis sentie très mal, confie-t-elle. Je ne connaissais Luigi que de vue. Il avait été dans le même collège que ma fille. Mais c’est l’un de nos enfants qui est parti. On ne peut pas accepter ça. »

Un mort pour être « pris au sérieux »

En cet après-midi de vacances scolaires, la cité Floréal offre un visage paisible. Des ados entrent timidement dans la maison de quartier et viennent serrer la main d’Aïcha, qui y travaille comme animatrice. Voilà 17 ans qu’elle habite là, après avoir « grandi en pavillon, dans le nord de la France ». Ici, dit-elle, c’est « comme une famille » : « On partage des moments conviviaux, des moments de stress, des pleurs, de la colère. »

La colère, précisément, a grandi dans le cœur d’Aïcha. « Il y a plusieurs années, les habitants s’étaient rassemblés contre les violences entre deux collèges. L’an dernier, on a marché contre les violences entre notre quartier et le quartier Allende. On a réclamé des médiateurs, on a demandé de l’aide. A l’époque, on disait : Est-ce qu’on doit attendre qu’il y ait un mort pour qu’on nous prenne au sérieux ? Et puis, c’est arrivé… »

Dans le quartier, la mort de Luigi est dans toutes les têtes. Aïcha a le sentiment que les parents font ce qu’ils peuvent, à leur mesure. « Ils ne sont pas démissionnaires. Certains sont simplement démunis. Ils ont besoin d’être aidés. » Elle-même est en permanence sur le qui-vive, veillant de près avec son mari sur ses quatre enfants, âgés de 8 à 21 ans. Tous les soirs, confie-t-elle, elle vérifie que les baskets de son fils aîné sont bien devant la porte de sa chambre. « C’est plus fort que moi. Ça me rassure. C’est le signe qu’il est bien rentré du travail, qu’il ne lui est rien arrivé. Parce que la violence est partout, omniprésente. Et pas que dans nos quartiers… »

Elle s’insinue aussi au lycée Paul-Eluard, toujours à Saint-Denis, que fréquente l’une de ses filles : « Depuis le début de l’année, elle est rentrée plusieurs fois à la maison en disant : Les cours se sont arrêtés, parce qu’il y a eu des intrusions, des coups, un parpaing lancé à travers la fenêtre d’une classe
Luigi, 16 ans, tué dans une fusillade à Saint-Denis : «Qui m’a pris mon fils ?»

400 personnes environ ont participé à une marche silencieuse après la mort par balles de l’adolescent .

 400 personnes ont participé à la marche d'hommage à Luigi, 16 ans, tué par balles. Au premier rang, à droite, les parents de la victime.
400 personnes ont participé à la marche d’hommage à Luigi, 16 ans, tué par balles. Au premier rang, à droite, les parents de la victime.

Sur la photo, sa bouille éclate de rire au soleil, torse nu et cheveux au vent, tirant la langue au photographe. Le visage d’enfant de Luigi s’étalait sur les tee-shirts ce samedi à Saint-Denis. 400 personnes environ ont participé à la marche d’hommage

Dès 13 heures, le cortège, imposant, s’est massé au pied des tours de Joliot-Curie, la cité où habite la famille de Luigi. Les enfants ont déployé une banderole peinte de lettres bleues : « Luigi, repose en paix », et constellée des petits mots de ses amis : « On t’aimera pour toujours » ; « Mon pote »… A la tête du cortège, s’appuyant l’un contre l’autre, les parents de l’adolescent, une rose blanche à la main. Derrière eux, ses trois soeurs, la famille venue en nombre, et une foule de tous âges, encore sous le choc.

Jamais condamné par la justice

«On n’arrive pas à y croire, soufflent en coeur ses cousines Midzy et Mélanie, à peine plus vieilles que lui. Il y a quelques semaines on était encore tous en vacances au Cap-Vert, en famille. On était toute une bande de cousins, on allait ensemble à la plage, on s’ambiançait… C’était un enfant gentil, souriant. »

St-Denis, samedi 22 septembre 2018. 400 personnes ont participé à une marche d'hommage au jeune Luigi, tué par balles lundi dernier dans le quartier Romain-Rolland./DR
St-Denis, samedi 22 septembre 2018. 400 personnes ont participé à une marche d’hommage au jeune Luigi, tué par balles lundi dernier dans le quartier Romain-Rolland./DR  

«Il devait être dans ma classe cette année », explique Ilyess*, 15 ans, scolarisé en lycée pro à La Courneuve. Lui aussi utilise le terme d’enfant : «C’était un enfant, comme nous. On n’arrive pas à y croire. On se connaissait de vue. Il était courtois, respectueux des mères. » « Je l’ai vu deux heures avant sa mort, raconte Landy, 22 ans, rappeur du quartier Joliot-Curie. Ca me faisait toujours plaisir de le croiser. Il avait grandi, changé de coupe, il avait un tatouage… »

L’adolescent avait vécu une période mouvementée, soupçonné dans une affaire de vol. Mais il n’avait jamais été condamné par la justice. «On ne va pas dire qu’on est tous parfaits, glisse Mibram*, 16 ans. Mais une chose est sûre, on ne pourra pas le faire revenir. »

Au fil du trajet, le cortège grossit, rejoint par des familles entières, les yeux rougis. Des élus sont là : le maire (PC) Laurent Russier, le député (PC) Stéphane Peu, le conseiller départemental PS Mathieu Hanotin, et bien d’autres… Tous sont venus sans écharpe et se mêlent à la foule. «C’était une demande de la famille : une marche silencieuse, sans discours », confirme le maire-adjoint (divers gauche) Bally Bagayoko.

Mort sous les yeux de ses copains impuissants

À l’entrée de l’avenue Romain-Rolland, le cortège s’immobilise. C’est là, derrière un arbre, que Luigi est mort, sous les yeux de ses copains impuissants. Une plainte déchirante s’élève, tandis que la maman s’effondre : «Qui m’a pris mon fils ?». Sanglots dans la foule. La fusillade trouverait son origine dans un conflit absurde entre « petits » des cités Joliot-Curie et Romain-Rolland. Le parquet de Bobigny a saisi la brigade criminelle de Paris dans le cadre d’une enquête pour meurtre et tentative de meurtre en bande organisée.

« La solution, il faut qu’on la trouve ensemble »

Elle a déroulé ces anecdotes en souriant malgré tout. Et puis le sourire s’efface, le regard d’Aïcha s’assombrit : « Je redoute la violence. A chaque fois que je vois des jeunes courir, je me demande ce qui se passe. Vendredi dernier, j’ai séparé une bagarre à la sortie du collège. Un garçon et une fille s’étaient attrapés. Je me suis interposée au moment où le garçon mettait un coup de poing, un vrai coup de poing. J’ai eu tellement peur… »

Mais si elle peut séparer une bagarre, Aïcha sait qu’elle ne peut rien contre les expéditions punitives, les coups de feu, les explosions de violence collective… « La solution, il faut qu’on la trouve ensemble. Les parents, les élus, le président, les ministres… Aidez-nous à sauver nos enfants ! Il faut que l’Etat mette les moyens pour nous aider. On réclame depuis longtemps des médiateurs, des professionnels pour parler avec les ados. Il faut trouver des formations pour les plus grands qui traînent sans rien faire. »

Aïcha, tu as voulu vivre avec tes soeurs, 

Il faut lire ce rapport officiel, paru sur le site de la Documentation française, qui dit les horreurs du communautarisme et d’une soi-disant religion, l’islam, qu’on n’a pas obligée à respecter les lois et les valeurs de notre pays.

Quelques extraits, au hasard…tirés du chapitre 3, l’école aux prises avec des difficultés d’ordre culturel.

l’école est fortement exposée, dans certains quartiers populaires, aux tensions ethnoculturelles. Le communautarisme progresse avec des demandes aménagements de différentes natures pour tenir compte de pratiques religieuses ou supposées telles. En outre, la fracture culturelle qui peut exister entre certains immigrés et la grande majorité de la population crée de profonds malentendus sur la mission de l’école en termes d’intégration sociale et culturelle à la nation française.

3.1.2 Le bien commun en danger

A tous les niveaux de la scolarité, les témoignages recueillis par le HCI font état d’obstacles croissants.

Ainsi, il n’est plus rare que, dès l’école primaire, des parties du programme soient refusées : alors que le programme d’histoire en CM1 prévoit expressément « les Gaulois, la romanisation de la Gaule et la christianisation du monde gallo-romain », au même titre que l’étude « des conflits et échanges en méditerranée au Moyen Âge : les Croisades, la découverte d’une autre civilisation, l’islam », des enseignants se voient systématiquement opposés un refus de parents musulmans à l’étude, par leurs enfants, de la christianisation. Les

mouvements migratoires, conséquences des Croisades sont remis en cause au prétexte que les Chevaliers n’ont pas existé ou que dans le meilleur des cas, ils n’ont jamais atteint le Proche- Orient ! Qui imaginerait que l’éducation musicale soit contestée ? Pourtant, des enfants refusent de chanter dans une chorale ou de jouer de la flûte à bec au prétexte d’une interdiction religieuse.

Ainsi, la pression religieuse s’invite au sein des cours et dans la contestation ou l’évitement de certains contenus d’enseignement. Ainsi, les cours de gymnastique et de piscine sont-ils évités par des jeunes filles qui ne peuvent être en mixité avec les garçons. Ces dispenses d’enseignement, parfois justifiées par des dérogations médicales « de complaisance », pose le problème du vivre ensemble entre filles et garçons. Il arrive que des enseignants, désemparés devant le peu d’élèves à la piscine lors du ramadan, cherchent auprès de l’imam le plus proche la justification religieuse à pouvoir suivre les cours dispensés. Par une volonté de bien faire, ces enseignants contreviennent alors au principe de laïcité et inscrivent de fait la religion comme ayant force de loi.

Si des contenus sont contestés ou refusés, d’autres sont demandés qui portent sur le pays d’origine et non pas sur celui d’accueil.

Dans le cadre de l’éducation civique, juridique et sociale, au lycée, le débat argumenté est de plus en plus difficile à mettre en place dans les établissements à forte population d’origine étrangère par crainte d’affrontements identitaires.

Depuis peu, les professeurs du domaine scientifique ne sont pas davantage à l’abri de contestations qu’ils doivent sans cesse contrer. L’évolutionnisme est remis en cause au profit d’une action divine ou créationniste imposée par l’élève, sans argumentation. Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.

Par ailleurs, de plus en plus nombreux sont les établissements du second degré dont les enseignements peuvent être, sinon troublés par des évènements géopolitiques, au moins perturbés par des questionnements au professeur qui éloignent des programmes et des connaissances constitutifs du cadre commun. Ces questionnements, ces prises de positions Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.souvent bruyantes exigent de la part de l’enseignant une forte conviction dans la portée de son métier et une formation solide pour affirmer rigueur et autorité pendant une séquence afin de garder le cap. Contrairement à ce que l’on entend, il n’est pas certain que les enseignants confirmés soient les mieux préparés à cet exercice car, confortés par des années d’écoute relative de leur auditoire, beaucoup confirment l’émergence soudaine de situations de classes qui leur étaient jusque là inconnues. Décontenancés, certains lâchent prise. Aussi faut-il craindre que, pour acheter la paix dans la classe, des parties de programmes ne soient plus abordées ou deviennent l’objet de négociations permanentes mettant à mal les outils indispensables à l’intégration sociale.

Ces dernières années sont marquées par une affirmation de l’appartenance religieuse dans les comportements des élèves. Face à cela, les enseignants et les équipes éducatives ne savent pas quelle attitude choisir : certains font semblant de ne pas voir le problème, d’autres justifient es comportements par la victimisation de ces élèves, d’autres encore cherchent un fondement religieux pour légitimer leur cours… d’autres enfin refusent de négocier en tenant bon sur la laïcité. Enfin, insistons sur le fait que ces contestations perturbent le bon déroulement des cours et empiètent sur le temps dévolu aux enseignements. Cela est un facteur supplémentaire qui peut contribuer à renforcer le fossé entre les savoirs acquis par les élèves de ces territoires et ceux d’établissements plus à l’écart de ces débats.

3.2 L’enseignement de l’histoire : le « roman national » contesté

La France est depuis longtemps un pays d’immigration. Pour des générations d’enfants d’immigrés, la remise en question de l’histoire ne s’est pas posée. La formule bien connue de « nos ancêtres les Gaulois », aujourd’hui considérée comme assimilatrice, était conçue comme un moyen d’intégrer dans une même histoire des écoliers venus de pays différents. La France étant une terre de droit du sol, le lien qui unit les nationaux est un lien de communauté choisie

qui s’incarne dans une histoire nationale. Or, depuis plusieurs années, dans un nombre croissant d’établissements, les cours d’histoire sont le lieu de contestations ou d’affrontements, de mise en concurrence de mémoires particulières qui témoignent du refus de partager une histoire commune. Les sujets difficiles portent sur ce qui apparaît comme une concurrence des mémoires ou une difficulté à gérer une « contradiction dans le sentiment d’appartenance ».

Auditionnée par le HCI, l’association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) fait état des incidents qui ont émaillé les cours de collèges de la région parisienne, notamment sur la question de l’extermination des Juifs d’Europe. L’association a donc lancé une enquête au printemps 2003 auprès des professeurs d’histoire-géographie des collèges et lycées (5 344 questionnaires, 708 réponses). Les résultats montrent une incidence modérée et limitée à certains établissements : 112 incidents déclarés sur les 708 réponses, soit 15,8%, et localisés principalement dans les académies d’Aix-Marseille, Lyon, Grenoble, Lille, Strasbourg, Reims, Toulouse. L’association observe cependant que les professeurs d’un certain nombre d’établissements difficiles ne se sont pas exprimés dans le cadre de cette enquête.

Trois questions provoquent des situations de tension dans certains établissements :

– l’enseignement du fait religieux ;

– l’extermination des Juifs d’Europe ;

– le Proche-Orient (le conflit israélo-palestinien).

On peut y ajouter la décolonisation, notamment la guerre d’Algérie et les Etats-Unis (guerre du Golfe, guerre d’Irak, attentats de septembre 2001).

L’enseignement du fait religieux est souvent assimilé à du catéchisme. Certains parents y voient des tentatives d’évangélisation.

Plusieurs incidents sont liés à la visite de lieux de culte ou mémoriaux (refus de visiter des églises ou des mosquées, refus de visiter les cimetières de Verdun…). Des revendications religieuses se font jour : demande de pause pour la rupture du jeûne lors du Ramadan, rupture du jeûne de professeurs musulmans avec leurs élèves dans un collège du Nord de Paris, refus de représentation de figures humaines en cours de dessin…

L’antisémitisme est souvent exprimé anonymement et peut se manifester lors des cours consacrés à l’enseignement du génocide des Juifs : plaisanteries déplacées, refus de voir des films comme Nuit et Brouillard. Les tensions viennent souvent d’élèves qui s’affirment musulmans. L’antiaméricanisme est souvent lié à l’antisémitisme.

La vision du monde qui semble s’opérer est binaire : d’un côté, les opprimés, victimes de l’impérialisme des Occidentaux, et ce, depuis les temps les plus reculés, et de l’autre, les oppresseurs, les Européens et Américains blancs, pilleurs des pays du Tiers-Monde. Cette vision fantasmée sert d’explication à l’histoire du monde et de justification aux échecs personnels. Les mécanismes propres à l’histoire sont méconnus, seuls subsistent pour ainsi dire des « états de nature ». La question de l’esclavage est un bon exemple de cette vision du monde : si la traite négrière transatlantatique est connue de tous, il est plus difficile d’aborder

la question de la traite interne à l’Afrique ainsi que celle de l’Afrique du Nord et du Moyen- Orient. Le programme d’histoire introduit en classe de 5è pallie cette faiblesse.

Sur certains territoires, ce vague héritage du tiers-mondisme trouve parfois des échos au sein même du corps enseignant, quelques uns de ses membres confortant les élèves dans un statut de victime, d’autant plus quand ils sont habitants des quartiers. Cette vision de l’histoire peut parfois servir de justification aux rapports sociaux : les habitants des cités, souvent immigrés, seraient les opprimés d’hier, concentrés dans des ghettos, rejetés de la vie économique et de la réussite, tandis qu’au-dehors, les Français, assimilés aux Blancs, se partageraient les richesses.

Le sentiment de ne pas appartenir à la communauté nationale est partagé : chacun se définit par la nationalité d’origine de ses parents avant de se sentir Français.

Marginalement, une difficulté chronique tient sans doute à l’histoire contemporaine de notre pays, qu’une partie du corps enseignant a intégrée inconsciemment. Par rapport au public étranger ou issu de l’immigration, certains sont marqués par la repentance dans leur approche pédagogique. L’embarras de certains enseignants d’histoire pour aborder la période coloniale face à un public d’élèves d’origine subsaharienne ou nord africaine existe et la mise en cause de l’Etat dans l’histoire du XXème siècle rend plus difficile l’appropriation des principes républicains.

L’école dans les quartiers ? C’est un film, certes, mais bien en-dessous de la réalité : 

S’il n’y a pas un bon niveau dans les écoles des quartiers c’est parce que trop de leurs enfants refusent l’école française, tout simplement Bref, ils refusent l’école française et à présent ils pleurent.

Bref, ils ont choisi de vivre en France, mais ils refusent le modèle français et à présent ils pleurent.

Et c’est leur faute uniquement leur faute.

Qu’est-ce que c’est que ces gens-là qui ne cessent de dire qu’ils sont différents des autres, qu’ils ont des règles de vie différentes des autres mais qui nous demandent de payer, nous, les pots cassés de leurs différences ?

Mais le pire dans l’histoire, après tout les musulmans sont dans leur rôle, en réclamant sans cesse la lune, c’est que ces demandes exorbitantes, monstrueuses, scandaleuses… sont relayées et transmises en bonne et due forme par des députés macronistes à Macron.

Députés communautaristes, félons, qui n’ont rien à envier aux insoumis ni au NPA.

Des vendus. Et des musulmans. Jamais il n’y a eu autant de musulmans à l’Assemblée nationale que depuis que Macron est là…

Et en cette période électorale, il est bien capable de tenir compte de leurs desiderata et parce qu’il est dans le même état d’esprit qu’eux, fervent partisan de la discrimination positive et parce qu’il a compris que pas un gilet jaunes ne votera pour lui, il faut qu’il récupère des votes musulmans.

On n’a pas encore tout vu.

Ils sont bien capables d’interdire toute dérogation, tout contournement de la Carte scolaire, ils sont bien capables de faire ce que Bel Kacem avait entrepris, elle qui mettait un seul enfant blanc sur les photos de classes françaises de la page facebook de l’EN mais qui préparait l’obligation pour les enfants des beaux quartiers de prendre le bus pour aller dans les écoles des ghettos et inversement. Les enfants affectés dans une école non plus en fonction du lieu d’habitation mais en fonction des revenus de leurs parents…

Bel Kacem a déjà chassé tous les Blancs des écoles françaises, elle méritera 70 dattes au paradis

La page facebook de l’éducation nationale qui avait fait « paul et mike » l’année dernière.

« La photo, publiée lundi sur la page Facebook de l’Éducation nationale, semblait anodine : huit enfants de maternelle, dont plusieurs noirs. »
Anodin en effet: Plus un seul blanc, et encore.. pas vraiment blond non plus, faut pas exagérer…

La photo, publiée lundi sur la page Facebook de l’Éducation nationale, semblait anodine : huit enfants de maternelle, dont plusieurs noirs. Mais les multiples réactions d’internautes ont poussé le ministère à dénoncer des commentaires « injurieux » et « racistes ». « En publiant des photos d’enfants noirs, vous vous attendiez à quoi? » se demande un des internautes dont le commentaire a été partagé de nombreuses fois, souvent pour être dénoncé, avant de disparaître de la Toile. Comme nombre de personnes inscrites sur ce réseau social, l’un voit dans cette photo une « véritable provocation », quand un autre s’interroge : « Trouvez-vous normal de mettre une photo avec un seul enfant blanc en France ? »

Parodiant le slogan de campagne en 2012 du président François Hollande tout en empruntant une formule de l’extrême droite contre l’immigration, un internaute lance : « Le grand remplacement, c’est maintenant ! » En réponse, le ministère de l’Éducation nationale a dénoncé des « commentaires injurieux et/ou racistes » et annoncé qu’ils seraient supprimés « conformément à la charte de cette page ». Le cliché montrant ces huit enfants, partagé près de 80 fois, avait suscité vendredi plus de 600 commentaires en quatre jours, sans compter ceux qui ont été supprimés.

La ministre aussi la cible d’attaques

Face aux détracteurs, d’autres internautes saluent les mérites de la diversité et dénoncent des « pensées haineuses ». « Le plus bel exemple d’échec de notre système d’éducation, c’est la teneur des commentaires sur cette photo », réagit une jeune femme. Depuis sa nomination mardi comme ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem est la cible d’une partie de la droite et de l’extrême droite, ainsi que des opposants au mariage homosexuel, qui dénoncent la nomination de celle qui a porté les ABCD de l’égalité contre les stéréotypes fille-garçon, pourtant abandonnés. SOS Racisme a même lancé une pétition en ligne pour lutter contre « l’idée qu’une femme d’origine immigrée ne saurait avoir légitimement sa place au sein d’un gouvernement.

Note de Christine Tasin

A l’heure où nous mettons cet article en ligne, la page facebook en question n’est plus accessible… Effet des protestations ? On peut le penser (ce qui justifie, plus que jamais, la mobilisation citoyenne, systématiquement). Mais sans doute une simple parenthèse le temps de sortir une saloperie du même genre un peu plus tard…

Qu’il est loin le moment où l’on s’inquiétait des images subliminales à la télé… A présent ils affichent clairement leurs volontés, ils nous représentent comme ils voudraient nous voir. Clairement. Et, cerise sur le gâteau, ceux qui osent râler sont qualifiés de racistes. Rien de nouveau ni d’étonnant avec Belkacem.

On se rappellera qu’elle n’en est pas à son coup d’essai. C’est la même photo qui avait déjà fait jaser il y a deux ans. Ils l’adorent…

On se rappellera que le gouvernement et ses sbires n’en sont pas à leur coup d’essai :

frejus-rachline-forum-orientation

On se rappellera que ceux qui hurlent à présent contre les protestataires traitaient de racistes le Maire de Bollène, Marie-Claude Bompard pour cette publicité :

capture-decran-2016-11-14-a-22-10-44

Certes, les statistiques ethniques sont interdites en France, mais quand même… Malgré la vague migratoire, malgré la vague islamique, on doit encore être un pays de Race blanche, non ?

Et ça les emmerde, d’où leur efficacité pour faire croire à nos enfants qu’ils ne sont plus chez eux et que les authentiques français sont tout sauf blancs, tout sauf nés en France de parents français de naissance.

Bel Kacem aura-t-elle 70 puceaux pour la remercier au paradis ? Impossible, les hommes c’est les 70 vierges (il paraît que c’est une mauvaise traduction et que ce serait en fait 70 grains de raisin… ) et les femmes une poignée de dattes. A ne pas mettre sur le même plan que le nectar et l’ambroisie des Dieux de l’Olympe chez les Grecs. Mais chez eux on savait vivre…

Quant aux malheureux enfants blancs qui se retrouveraient en petit nombre dans certaines écoles ( en Seine-Saint-Denis il n’y a plus un enfant juif dans les écoles publiques, la faute aux juifs ? ), ils n’auront pas le choix. Pour survivre, ils devront payer la taxe du dhimmi sous forme de racket, cirer et lécher les chaussures de leurs maîtres musulmans ou se convertir.

Un plan de ville présentant un enfant noir est-il une insulte à tous les blancs qui ont fait la France ?

Question provocatrice et thématique inhabituelle ici, j’en conviens. Mais comment réagir autrement face à la sottise et à la trahison des militants de Front de Gauche de Bollène ?

La municipalité de Bollène a osé distribuer un plan avec un enfant blond aux yeux bleus, ce qui serait, pour le Front de Gauche, qui, comme chacun sait, pratique la préférence immigrée et la haine nationale « une honte pour notre ville et pour tous nos enfants issus de l’immigration dont les parents sont venus construire le canal… « .

Oyez bonnes gens, les blonds aux yeux bleus sont la honte de la France pour le Front de Gauche.

Oyez bonnes gens, les blonds aux yeux bleus sont des usurpateurs selon le Front de Gauche et devraient retourner dans les contrées du Nord ou de l’Est dont leurs parents sont venus pour construire la France. Il ne peut et il ne doit y avoir d’immigré et de descendant d’immigré que brun ou noir pour le Front de Gauche.

Oyez bonnes gens, la France ne peut plus être que black et beur pour le Front de Gauche.

Oyez bonnes gens, les descendants des Gaulois doivent se teindre les cheveux et porter des lentilles teintées pour cacher leur origine honteuse selon le Front de Gauche.

On ne parlera pas du mauvais procès fait par les militants de Front de Gauche au maire qui aurait commis le crime d’informer sur la halal avant le premier tour des législatives, la coupe est suffisamment pleine comme cela !

 On savait que Mélenchon était fou. On savait, après les campagnes électorales ,que lui comme ses militants n’étaient que haine et agressivité pour ceux qui défendent la France, on ne pensait pas qu’ils iraient si loin dans l’hystérie fascisante qu’ils voudraient chasser toute trace de ceux qui ont construit notre pays depuis Clovis et ont donné leur vie pour lui au bénéfice exclusif des enfants de certains immigrés récents venus du Maghreb ou d’Afrique.

 Ça se passe en France, en 2012.

Christine Tasin

L’esclavage est dans les textes sacrés de l’islam, encouragé…

D’ailleurs il suffit de voir ce que les ordures de djihadistes ont fait aux Yézidies et aux chrétiennes pour comprendre que l’esclavage est dans l’ADN de l’islam.

Elisabeth Borne et Guillaume Pepy, assassins en puissance, vont employer des clandestins à la SNCF !

Un psychologue danois démontre le rapport entre violence et culture musulmane…

Etats-Unis : des enfants chantent les têtes coupées et le sang des martyrs

“Les députés en Marche veulent que nos enfants deviennent les esclaves des petits musulmans à l’école”

Marcher sur des Oeufs

S’il n’y a plus d’enfants blancs dans les zones totalement envahies, c’est que les parents les ont fuies et ne veulent pas imposer l’expérience plus ou moins douloureuse qui a été la leur. Sinon il seraient restés.

Par ailleurs, si la nouvelle population allogène réclame, cela fait déjà plusieurs fois sans succès apparemment et pour cause sans doute, c’est qu les enfants de la bien-pensance, les enfants de ceux qui nous disent et nous imposent ce qu nous ne voulons pas ; bien, les enfants de ces gens-là ne sont pas dans ces zones tellement paradisiaques comme ils nous obligent à croire qu’elles sont.

Viendra un temps où ils nous imposeront, les nouveaux froncés et leurs acolytes français, soit par l’argent profitant de la misère dans laquelle ils plongent le peuple autochtone ; et plus tard, économie oblige par la force.

Si c’est si bien, pourquoi leurs eux et leurs enfants ne cohabitent-ils pas avec leurs privilégiés ? Il y en a pourtant des traitres et des rejetons de traîtres.

Marcher sur des Oeufs

Vous avez remarqué comme à l’Assemblée internationale française siègent plus d’allogène que de nationalistes.

Même les violents, les poursuivis ou pas par la justice qui ne semble pas intéressée par leurs cas sont là à parader et à nous faire la nique quand à l’extrême droite de l’hémicycle pour représenter plus de 11 millions de personnes ils ne sont que 6, que l’on muselle, que l’on n’écoute pas et pour lesquels on se bouche le nez et les oreilles.

Par contre on laisse brailler les bis-nationaux qui nous crachent leur haine et la supériorité sur nous que les pouvoirs corrompus leur ont données.

C’est tout simplement insupportable d’être dépossédé de la sorte ; d’être banni en quelque sorte par des traîtres et leurs alliés allogènes à qui ils ont donné le pouvoir sur nous et les clefs de Notre patrie.

Alexcendre 62

Nous n’avoir plus d’argent et plus d’idée pour en avoir sauf la dette ! alors la seule et unique réponse d’un responsable digne de ce nom serait face a toutes les demandes d’où quelles viennent désolé le guichet est fermé jusqu’a nouvel ordre la France rembourse sa dette .L’homme capable de répondre ça n’aurait pas beaucoup de courtisant ou de rapace dans sa suite mais au moins il servirait son pays avec honnêteté , je doute que ce soit actuellement le cas car il vient du même bocal .

Langevin49

Nos enfants seront soumis au harcèlement et au racket de la part des tribus de musulmans et d’Africains en tous genres, pour les rabaisser et les humilier; surtout les pauvres filles qui devront marcher au pas, et se faire violer sans broncher. Les femmes le seront de la même manière, partout où elles se trouveront; jusqu’à ce qu’elles se voilent enfin, pour échapper au viol de ces délinquants. Pour ce qui concerne les garçons, ils seront pris à partie par ces groupes de musulmans, et seront maltraités, et frappés, de la manière la plus honteuse, s’ils s’opposent à leur volonté. Ce sera, comme ça, la France de macron et c’est CERTAIN.

berger

Saïd Ahamada , député, tout est dit…

Baudoin de Flandre

Ah, « le vivre ensemble » !!! mais ça c’est pour nous, pour eux c’est « vivre entre eux » !!! oui, bientôt, ils décideront ce que ça veut dire d’être français ou européen… ils ont déjà commencé !!! le navire (est) sombre…

Lafayette

Désolé On ne mélange pas les serviettes et torchons , de même que nos enfants propres ,éduqués avec des sauvages sales et sous développés manipulés par leur barbare idéologie sectaire. , nos enfants resteront dans une école privée catholique, dans notre tradition judéo-chrétienne. Et aucune loi nous l’ interdira ,sans être confronté a notre sanglante colère , vive la France libre . Lafayette JM

Amélie Poulain

Bien-dit et partagé entièrement.

Christian Jour

Et mon cul c’est du poulet. Mes enfants esclaves de ces petites raclures, jamais. J’ai appris à mes enfants à se défendre et ça a marché plutôt bien, ils ont eu la paix.

Apprenez à vos enfants à péter la gueule des petits parasites chaque fois qu’ils se font emmerder et ne pas oublier que l’union fait la force.

Machinchose

« LA SECTE DE LA VIRGINITE AHAMADA- – grand format …

livre.fnac » »

je me doutais confusément au nom qu’il était question d’une secte……

mais ne pas confondre avec le Ahamadis (pas vraiment des Gaules) algériens qui sont de braves gens qui tentent de réformer l’ Islam

quand aux écoles, nous avons eu la chance de voir nos petits enfants fréquenter jusqu’au Bac, l’ école catholique des Francs- Bourgeois, d’ obédience Salésienne !

et plus les années avançaient plus les postulants musulmans a l’ inscription ont augmenté 

bien sur rien a voir avec la racaille crasseuse , des parents et des enfants n’ ayant rien a nous envier…. question milieu socio-culturo-professionel

comme quoi …………le « racisme » on sait mieux a présent de quel fumier infect il provient tout en y etant soigneusement cultivé

Marcher sur des Oeufs

Mélenchon et tous les siens ils crèchent où ?

Lui qui ne peut pas blairer les blancs, blonds aux yeux bleus ; ça lui donne la nausée ; il est blancophobie, blondcophobe ; il ne supporte pas ;il se sent mal au milieu des indigènes européens ; ça lui occasionne des malaise.

Lui qui n’est pas raciste sauf avec les blancs ; lui qui aime l’immigration à mort ; lui qui s’en prend à notre jeunesse identitaire qui ne veut pas mourir, qui aime sa Patrie et veut légitimement la protéger ; pourquoi n’est-il pas avec ses chouchous ? Il ne risque rien lui puisqu’il les aime tant. Comment ce fait-il qu’il n’y soit pas ?

Oui, oui ! Il vont nous crier au racisme refusant de voir que si les gens sont partis c’est que c’est invivable.

Qui voudrait vivre dans ces milieux délabrés parce que si peu respectés.

Oseront-ils imposer aux femmes d’aller vivre dans ces zones de non droit ou seulement de droit islamique où comme à Sevran les autochtones qui seront poussées ; forcées à y vivre devront vivre selon les règles établies par les musulmans du coins ; couvertes totalement et ne pouvant sortir que selon ces mêmes règles.

Nos zélites traitresses oseront-elles pousser les plus démunis des gaulois à vivres dans ces zones coupe-gorges eux et leurs enfants ?

Oh ! Il se peut que pour faire avaler la pilule empoisonnée soudain ces zones de non-droit deviennent tout à coup accueillantes juste l’histoire de faire venir le kouffar pour que le rejeton mécréant soit éduqué, imprégné et devienne plus tard, volontairement musulman ; juste la méthode du foulard imposé aux toute petites filles pour qu’elle ne souffre pas et soient tellement conditionnées qu’elles ne savent plus vivre sans, se sentant nues si elles ne le portent pas.

C’est un piège des plus dégoûtant que nous ont tendu les zélites qui se garderont bien elles de s’installer en zone de non droit ou en zone islamique.

Samia

J’assume, je suis une sale islamophobe. Il était hors de question que mon fils aille dans un collège racaillisé, lui le fils d’une personne qui a rejeté la pourriture d’islam. Je l’ai mis dans le privé, je ne regrette rien, je recommencerais à l’infini.

Idem, j’ai choisi de vivre dans un quartier à majorité non musulmane car c’est là que je peux vivre ma vie en toute quiétude. Dès que l’environnement est islamisé, ce n’est plus possible. C’est pétage de plomb garanti, c’est fini liberté d’agir en son âme et conscience. Pourquoi se mentir, c’est une réalité connue de tous.

Je suis fatiguée de toute cette hypocrisie…

Marcher sur des Oeufs

Bonjour @Samia ;

Une chose m’interpelle : jusqu’à présent la collabo-islmao-sphère, celle de ma bien-pensance a fait tout ce qu’il fallait pour miner la réflexion de nos compatriotes ; pour les hypnotiser en quelque sorte et parvenir à ce que ceux-ci soient frappés de cécité concernant le tsunami d’allogènes essentiellement musulmans. Même les atteintes à la laïcité et dans la sphère publique ne provoque en eux le questionnement.

Ont-ils remarqué la présence incroyablement massive de ces éléments allogènes islamistes dans toutes les infrastructures sociales, administratives et POLITIQUES de notre pays et ce que cela signifie ? Pas même leur mantra : « pas de haine, vive l’amour, le vivre ensemble… » opère.

Pourtant il y a dans ce domaine une accélération extrêmement dangereuse ; l’islmisme c’est imposé partout dans les plus hautes sphères de notre société.

Dans le domaine de la culture et de l’enseignement c’est la domination qui règne soit imposée par les islamistes soit que nos zélites pourries et traîtresses suivent leur plan d’islamisation de l’occident et met la main à la patte se révélant être un allié inconditionnel.

C’est ainsi qu’à la présidence de l’UNEF, nous avons une islamiste ; mais aussi en Angleterre ; ça y est ! ce sera partout pareil en Europe pour montrer qu’ils sont des gens bien au peuple bêlant qui ne comprend pas que ces zélites ne favorisent cette islamisation que pour servir leurs intérêts.

Londres a son maire islamiste ; Paris est en passe de reproduire l’exploit avec Moundir….

Nos Assemblées regorgent d’élus islamistes, pourtant pas tous irréprochables ; et au besoin on fait l’impasse sur la légitimité légale et judiciaire de ces élus qui de toutes les façons passent à travers les mailles de l’Injustice ; pourquoi pas après tout puisque tous les jours sur notre sol sont perpétrés des délits le plus souvent très graves en toute impunité. Vous rendez-vous compte que cette « minorité » a plus d’élus qui la représentent à l’Assemblée que n’en ont l’ENSEMBLE des nationalistes qui sont presque 20 millions d’électeurs et à la différence de cette population immigrée, ils sont autochtones depuis des siècles, ont construit la France, n’ont que ce pays pour Patrie. Comment les Français ne voient-ils pas qu’on les dépouille, qu’on les déshérite de leur Pays ? Que nous restera-t-il ?

Une liste exclusivement musulmane pour l’islam en France et en Europe se présente aux élections européennes.

On sait que les différentes communautés musulmanes sont rivales et que chacune rêve de l’emporter sur les autres en matière de domination de l’idéologie de leur mouvance respective.

La Charia est là qui fait son nid.

Les musulmans imposent leurs vision islamique de la société et veulent que l’ occident et les occidentaux appartiennent à la Oumma ; cette demande répétée de repeuplement par les enfants autochtones des zones qu’ils ont pris à la France (je ne dirais pas à la république mais bien à la France) en est une preuve flagrante ; et ils l’obtiendront.

Alors, oui ! j’en reviens à l’étourdissement avant abattage des français : vraiment ne voient-ils rien venir ? Ne sont-ils pas du tout conscients de l’évolution de la situation et de la tournure qu’elle prend ? Vont-ils ne pas se réveiller ? Sont-ils encore capables de penser par eux mêmes et de s’émanciper de l’hypnose collective exercée par l’oligarchie ?

Il est temps, mais vraiment grand temps.

Samia

Bonsoir MSDO,

J’entends ce que vous voulez dire et je suis complètement d’accord. Je ne comprends pas ce qui se passe actuellement, c’est très grave, les politiques magouillent à qui mieux mieux et jouent avec le feu, quand une bonne part de la population dort profondément d’un sommeil léthargique.

Je n’aime pas et je dirais même je hais l’injustice, l’obscurantisme, la fourberie, la violence, les inégalités provoqués par l’islam. Je suis profondément pour l’humain quel qu’il soit et cette doctrine c’est tout le contraire.

Je vis depuis toujours sur la terre de France et je trouve normal de l’aimer, de la chérir, de faire en sorte de la préserver et de la servir. Je suis fonctionnaire pour cette raison, servir mes concitoyens. C’est cette saleté d’islam qui empêche les gens venus de pays islamiques d’être corrects vis à vis de la France. Leur haine, toutes les emmerdes qu’ils provoquent aux Français de souche mais pas seulement aux Asiatiques, aux populations immigrées assimilées ou intégrées font qu’ils n’ont rien à faire ici et qu’ils ne méritent pas leur présence en terre de France.

Aimer la Kabylie de mes ancêtres ne m’a jamais empêché d’adorer la France, sa culture, sa gastronomie, son histoire, sa langue, ses paysages, son terroir… Elle est mienne, son amour coule dans mes veines. Je trouve dommage que certains en arrivent à opposer les choses, et à se murer dans une vision exclusive, agressive, haineuse.

90 % de mes amis sont non musulmans et j’ai pour eux beaucoup d’estime, d’affection, de respect et à côté de ça, j’ai gardé des liens avec des kabyles de Kabylie par le biais des snapchats…

Pourquoi devoir haïr ? Les italiens, espagnols, portugais ont gardé des liens avec leur pays d’origine et aiment la France. L’islam ne permet pas ça, c’est déplorable. Pourquoi, on a laissé faire ça, s’installer des gens haineux, chérissant la division, la défiance, la mauvaise foi, l’impérialisme de leur religion. Pourquoi ? Moi pas comprendre !

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai pensé cela, ce n’est pas d’aujourd’hui.

Marcher sur des Oeufs

Bonjour @Samia ;

Tout à fait en accord avec vous.

Et pour revenir à ‘immigration européenne, il faut rajouter que ces populations immigrées en France partageaient la même religion ou tout simplement étaient athées.

La très grande différence est aussi là ; que les musulmans sont des religieux avant tout ; des citoyens de la oumma et nous avons introduit chez-nous par millions des allergiques à la laïcité. Nous les avons tellement bien accueillis que les coupables e cette invasion acceptent la transformation de notre société au point d’en faire une société musulmane alors qu’elle était laïque et qu’ils ont combattu la chrétienté en France.

Et le drame, qui se révèlera être une tragédie, c’est que ces zélites ont choisi comme population immigrante à l’excès, les adeptes de la religion la plus violente et dangereuse au monde dans notre pays laïc.

Je n’oublie pas bien sûr nombre de nos compatriotes du Maghreb qui sont de parfaits Français comme par exemple l’était, cette excellente personne Alain Mimoun qui s’est gagné le respect et l’admiration sur tous les plans ; vous avez bien compris que nous parlons de Français reconnus par l’Etat mais aussi par leur compatriotes Français ce que ne sont pas la majorité des maghrebins et les envahisseurs d’aujourd’hui, lesquels sont d’abord Musulmans et ensuite Maghrebins.

Hellen

Et, nous allons accepter ça, sans broncher, en baissant la tête, laisser nos enfants et petits enfants devoir supporter ce que nous n’arrivons plus à supporter???

Quand est-ce que finalement nous allons réagir comme nous aurions dû le faire dès le début, c’est à dire, il y a longtemps et protéger nos enfants et nos petits enfants qui finiront par avoir le cou tranché comme cette espèce-là sait le faire, puisqu’elle ne sait faire que cela d’ailleurs…???!

Désolée, mais eux vont très loin dans leurs demandes et revendications, parce que nous les laissons faire et nous nous laissons faire…

Résultat : nos enfants et petits-enfants finiront soit assassinés, soit suicidés parce que nous ne sommes au final que des pleutres!!!

Bien à vous

Samia

Le pire, c’est que cela les fait rire et augmente leur dédain et mépris déjà bien présents du fait de leur doctrine !!!!!!!

Chère Madame, cher Monsieur,

Jeudi dernier un détenu a été condamné à dix-huit mois de prison supplémentaires, après que l’administration pénitentiaire ait découvert des images pédo-pornographiques sur son ordinateur.

Ce détenu purgeait déjà une peine de dix-huit ans de prison pour le viol de deux adolescentes, commis à Brest en 2002 et 2003, comme le rapporte France 3.

S’il avait un ordinateur portable dans sa cellule, c’est parce que l’administration pénitentiaire l’y avait autorisé. En effet, ce condamné rédigeait une thèse pendant le temps de sa détention, pour préparer sa « réinsertion ».

Les images pédo-pornographiques qui ont été trouvées sur son ordinateur, il les avait achetées à un autre détenu grâce à la revente d’alcool à laquelle il se livrait en prison. En toute illégalité bien sûr. Il avait en effet « reconstitué un alambic » dans sa cellule à l’aide de briques de jus de fruits…

Et savez-vous quel était le sujet de la thèse sur laquelle il était censé travailler ?

« La prison et la lutte contre la récidive » ! Je vous jure que je n’invente rien.

Voilà donc un homme :

• condamné pour le viol de deux mineures,

• qui trouve cependant le moyen pendant sa détention de se livrer à un trafic d’alcool…

• … pour se procurer des images pédo-pornographiques sur son ordinateur

• fourni par l’administration.

Comment expliquer un tel scandale ? Voici comment a réagi le Procureur :

« On a foi en l’être humain, on croit toujours que la personne est récupérable… Mais lui, au lieu de travailler utilement sur sa thèse universitaire, il a préféré retomber dans ses travers et ses anomalies »

Et en effet, tout cela est profondément choquant.

Choquant et profondément inacceptable.

À l’IPJ nous croyons à la réinsertion des condamnés après leur peine. Nous aussi nous pensons que beaucoup de délinquants sont récupérables.

MAIS pour cela il y a une condition préalable indispensable : qu’ils soient réellement punis et sanctionnés pour leurs crimes et que les peines soient exécutées sans faiblesse.

Les partisans de la culture de l’excuse et du laxisme judiciaire veulent nous faire croire que, pour réinsérer les délinquants, il faut absolument se montrer « gentil » ou « compréhensif » avec eux.

D’abord en leur évitant la prison le plus longtemps possible, en préférant toujours les « peines alternatives ». Et ensuite en relâchant la discipline carcérale le plus possible. En accordant aux détenus toujours plus de « droits » et d’éléments de confort et toujours moins d’obligations, de devoirs ou de discipline.

Mais c’est l’inverse qui est vrai.

Pour beaucoup de délinquants un passage par la prison est souvent une condition nécessaire pour abandonner leur mode de vie délinquant, pour être capables de « décrocher ». Et eux-mêmes en ont conscience.

Le docteur Théodore Dalrymple, l’un de nos experts, qui a pendant longtemps été psychiatre dans les prisons anglaises explique :

« Tôt dans ma carrière de médecin pénitentiaire j’ai découvert une chose à laquelle je ne m’attendais pas le moins du monde : qu’une proportion étonnante des détenus préférait la vie en prison à la vie “à l’extérieur”. »

S’ils préféraient la vie en prison, au moins un temps, c’est d’abord parce que, disaient-ils, ils s’y sentaient plus “en sécurité”.

« Mais en sécurité par rapport à quoi ? La plupart du temps c’était par rapport à eux-mêmes. Ils ne savaient pas quoi faire de la liberté et lorsqu’un choix se présentait à eux, ils choisissaient toujours la branche de l’alternative la plus superficiellement attirante et la plus évidemment autodestructrice. Ils provoquaient le chaos et le malheur autour d’eux, y compris pour eux-mêmes, et ils étaient souvent sous la menace d’ennemis que leur propre comportement avait suscités. »

En prison il n’y a pas tout cela, du moins lorsque la prison est réellement une prison et que l’administration ne laisse pas les condamnés y recréer leur mode de vie délinquant.

Pendant leur détention, beaucoup de condamnés reçoivent aussi des soins qu’ils ne recevraient pas ailleurs. C’est particulièrement vrai pour ceux qui se droguent. Or beaucoup de délinquants sont de grands consommateurs de psychotropes : cannabis, alcool, cocaïne, etc.

Le docteur Dalrymple en a rencontré beaucoup durant sa carrière :

« Les drogués étaient si maigres qu’ils auraient pu servir de figurants dans n’importe quel film sur les camps de concentration. Après quelques mois en prison, ils étaient à nouveau l’image vivante de la santé. Malheureusement ils revenaient quelques mois après leur libération dans le même état cadavérique. Certains avaient même supplié les juges de les envoyer en prison afin qu’ils puissent “décrocher“, comme ils le disaient, c’est-à-dire cesser de se droguer.Mais le désir de décrocher n’était pas équivalent à la volonté nécessaire pour résister à la tentation de la drogue une fois qu’ils étaient libérés. »

Lorsque l’administration pénitentiaire préfère « fermer les yeux » sur certains trafics pour acheter la « paix carcérale », non seulement elle met en danger la sécurité de tout le monde, mais elle manque aussi à son devoir d’aider les condamnés qui veulent se réinsérer.

Ce manquement peut avoir des conséquences dramatiques pour les détenus eux-mêmes.

Le docteur Alexandre Baratta, un autre de nos experts, psychiatre lui aussi, raconte qu’il a déjà eu à faire à des détenus présentant « des troubles d’allure psychotique » qui étaient « probablement consécutifs à la consommation de stupéfiants. Ils avaient consommé soit trop de cannabis, soit des amphétamines ou de la cocaïne, qui circulent librement en prison et auxquels les détenus ont recours – particulièrement le vendredi… »

Les trafics qui gangrènent nos prisons ne sont pas une fatalité. Ils sont le résultat d’une suite de décisions prises par les pouvoirs publics. Une suite de lâchetés et de démissions.

À cause de ces renoncements, nos prisons sont de moins en moins capables de remplir leurs fonctions : punir les criminels, protéger la population, aider les condamnés qui le veulent à se réinsérer.

À l’IPJ, nous n’avons pas peur de dénoncer ces démissions et de dire des vérités qui dérangent.

Nous n’avons pas peur de dire que la prison est un instrument indispensable pour lutter contre la délinquance.

Nous n’avons pas peur de dire qu’il faudrait construire de très nombreuses places de prison supplémentaires.

Et nous n’avons pas peur de dire qu’il faudrait rétablir une vraie discipline carcérale, afin de pouvoir faire de la détention un temps utile. N’en déplaise aux soi-disant « humanistes » pour qui le mot discipline est un gros mot.

Nous continuerons à le dire, inlassablement, et à être les porte-parole de tous les Français qui veulent une justice plus rapide, plus ferme et plus protectrice des citoyens.

Vous pouvez compter sur moi.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Ahurissantes mères musulmanes…

Elles ont peur pour leurs gosses. A cause des autres gosses musulmans. Mais elles ne remettent pas en cause l’islam.

Nous avons peur pour nos gosses. A cause des gosses musulmans.

Et que font-elles ? Elles demandent des moyens, des médiateurs, des gens qui parlent avec les gosses qu’elles ont si mal élevés. Elles en appellent au Président, et donc une fois de plus à nos sous, à notre travail, pour réparer leur impéritie et leurs négligences.

Et  nous, nous demandons que l’islam, fabrique de dégénéré, soit interdit, afin que nos gosses et les leurs retrouvent l’enfance, l’adolescence, l’insouciance, les rêves et les fantasmes, l’innocence… 

Parce que l’islam génère l’endogamie, il génère la consanguinité  et son cortège de tares congénitales, de QI inférieur à la moyenne…

Parce que l’islam génère le communautarisme et la haine de l’autre. La haine du non musulman d’abord, ensuite la haine du musulman qui n’est pas du même pays, du  même quartier.

Parce que l’islam  interdit les remises en cause, enferme dans un monde de violence, d’interdits, de préceptes…

Parce que l’islam laisse croire au jeune musulman qu’il serait supérieur aux autres…

Aïcha Nadiri, mère de famille de la cité Floréal à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), exprime sa lassitude et ses craintes face à la violence entre jeunes dans sa ville.

C’est un petit cercueil fait de carton, de tissu, et sur lequel est inscrit un poème. Pour la deuxième fois en quelques années, Aïcha Nadiri et d’autres mères de Saint-Denis l’ont porté à bout de bras, dans les rues de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) il y a quelques semaines. « C’était une façon de dire : On ne veut pas que nos enfants terminent là-dedans », explique cette maman, âgée de 45 ans. La marche a eu lieu en écho à la mort de Luigi. L’adolescent de 16 ans a été fauché par balles le 17 septembre, dans ce qui s’apparente à une brouille entre cités.

La tragédie a saisi d’effroi toute la ville, sans épargner le quartier Floréal, où habite Aïcha. « Je me suis sentie très mal, confie-t-elle. Je ne connaissais Luigi que de vue. Il avait été dans le même collège que ma fille. Mais c’est l’un de nos enfants qui est parti. On ne peut pas accepter ça. »

Un mort pour être « pris au sérieux »

En cet après-midi de vacances scolaires, la cité Floréal offre un visage paisible. Des ados entrent timidement dans la maison de quartier et viennent serrer la main d’Aïcha, qui y travaille comme animatrice. Voilà 17 ans qu’elle habite là, après avoir « grandi en pavillon, dans le nord de la France ». Ici, dit-elle, c’est « comme une famille » : « On partage des moments conviviaux, des moments de stress, des pleurs, de la colère. »

La colère, précisément, a grandi dans le cœur d’Aïcha. « Il y a plusieurs années, les habitants s’étaient rassemblés contre les violences entre deux collèges. L’an dernier, on a marché contre les violences entre notre quartier et le quartier Allende. On a réclamé des médiateurs, on a demandé de l’aide. A l’époque, on disait : Est-ce qu’on doit attendre qu’il y ait un mort pour qu’on nous prenne au sérieux ? Et puis, c’est arrivé… »

Dans le quartier, la mort de Luigi est dans toutes les têtes. Aïcha a le sentiment que les parents font ce qu’ils peuvent, à leur mesure. « Ils ne sont pas démissionnaires. Certains sont simplement démunis. Ils ont besoin d’être aidés. » Elle-même est en permanence sur le qui-vive, veillant de près avec son mari sur ses quatre enfants, âgés de 8 à 21 ans. Tous les soirs, confie-t-elle, elle vérifie que les baskets de son fils aîné sont bien devant la porte de sa chambre. « C’est plus fort que moi. Ça me rassure. C’est le signe qu’il est bien rentré du travail, qu’il ne lui est rien arrivé. Parce que la violence est partout, omniprésente. Et pas que dans nos quartiers… »

Elle s’insinue aussi au lycée Paul-Eluard, toujours à Saint-Denis, que fréquente l’une de ses filles : « Depuis le début de l’année, elle est rentrée plusieurs fois à la maison en disant : Les cours se sont arrêtés, parce qu’il y a eu des intrusions, des coups, un parpaing lancé à travers la fenêtre d’une classe… »

« La solution, il faut qu’on la trouve ensemble »

Elle a déroulé ces anecdotes en souriant malgré tout. Et puis le sourire s’efface, le regard d’Aïcha s’assombrit : « Je redoute la violence. A chaque fois que je vois des jeunes courir, je me demande ce qui se passe. Vendredi dernier, j’ai séparé une bagarre à la sortie du collège. Un garçon et une fille s’étaient attrapés. Je me suis interposée au moment où le garçon mettait un coup de poing, un vrai coup de poing. J’ai eu tellement peur… »

A Sarcelles, Fodie, 17 ans, jeune sans histoire tué à coups de bâtons

Mais si elle peut séparer une bagarre, Aïcha sait qu’elle ne peut rien contre les expéditions punitives, les coups de feu, les explosions de violence collective… « La solution, il faut qu’on la trouve ensemble. Les parents, les élus, le président, les ministres… Aidez-nous à sauver nos enfants ! Il faut que l’Etat mette les moyens pour nous aider. On réclame depuis longtemps des médiateurs, des professionnels pour parler avec les ados. Il faut trouver des formations pour les plus grands qui traînent sans rien faire. »

Aïcha, tu as voulu vivre avec tes soeurs, 

Il faut lire ce rapport officiel, paru sur le site de la Documentation française, qui dit les horreurs du communautarisme et d’une soi-disant religion, l’islam, qu’on n’a pas obligée à respecter les lois et les valeurs de notre pays.

Quelques extraits, au hasard…tirés du chapitre 3, l’école aux prises avec des difficultés d’ordre culturel.

l’école est fortement exposée, dans certains quartiers populaires, aux tensions ethnoculturelles. Le communautarisme progresse avec des demandes aménagements de différentes natures pour tenir compte de pratiques religieuses ou supposées telles. En outre, la fracture culturelle qui peut exister entre certains immigrés et la grande majorité de la population crée de profonds malentendus sur la mission de l’école en termes d’intégration sociale et culturelle à la nation française.

3.1.2 Le bien commun en danger

A tous les niveaux de la scolarité, les témoignages recueillis par le HCI font état d’obstacles croissants.

Ainsi, il n’est plus rare que, dès l’école primaire, des parties du programme soient refusées : alors que le programme d’histoire en CM1 prévoit expressément « les Gaulois, la romanisation de la Gaule et la christianisation du monde gallo-romain », au même titre que l’étude « des conflits et échanges en méditerranée au Moyen Âge : les Croisades, la découverte d’une autre civilisation, l’islam », des enseignants se voient systématiquement opposés un refus de parents musulmans à l’étude, par leurs enfants, de la christianisation. Les

mouvements migratoires, conséquences des Croisades sont remis en cause au prétexte que les Chevaliers n’ont pas existé ou que dans le meilleur des cas, ils n’ont jamais atteint le Proche- Orient ! Qui imaginerait que l’éducation musicale soit contestée ? Pourtant, des enfants refusent de chanter dans une chorale ou de jouer de la flûte à bec au prétexte d’une interdiction religieuse.

Ainsi, la pression religieuse s’invite au sein des cours et dans la contestation ou l’évitement de certains contenus d’enseignement. Ainsi, les cours de gymnastique et de piscine sont-ils évités par des jeunes filles qui ne peuvent être en mixité avec les garçons. Ces dispenses d’enseignement, parfois justifiées par des dérogations médicales « de complaisance », pose le problème du vivre ensemble entre filles et garçons. Il arrive que des enseignants, désemparés devant le peu d’élèves à la piscine lors du ramadan, cherchent auprès de l’imam le plus proche la justification religieuse à pouvoir suivre les cours dispensés. Par une volonté de bien faire, ces enseignants contreviennent alors au principe de laïcité et inscrivent de fait la religion comme ayant force de loi.

Si des contenus sont contestés ou refusés, d’autres sont demandés qui portent sur le pays d’origine et non pas sur celui d’accueil.

Dans le cadre de l’éducation civique, juridique et sociale, au lycée, le débat argumenté est de plus en plus difficile à mettre en place dans les établissements à forte population d’origine étrangère par crainte d’affrontements identitaires.

Depuis peu, les professeurs du domaine scientifique ne sont pas davantage à l’abri de contestations qu’ils doivent sans cesse contrer. L’évolutionnisme est remis en cause au profit d’une action divine ou créationniste imposée par l’élève, sans argumentation. Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.

Par ailleurs, de plus en plus nombreux sont les établissements du second degré dont les enseignements peuvent être, sinon troublés par des évènements géopolitiques, au moins perturbés par des questionnements au professeur qui éloignent des programmes et des connaissances constitutifs du cadre commun. Ces questionnements, ces prises de positions Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.souvent bruyantes exigent de la part de l’enseignant une forte conviction dans la portée de son métier et une formation solide pour affirmer rigueur et autorité pendant une séquence afin de garder le cap. Contrairement à ce que l’on entend, il n’est pas certain que les enseignants confirmés soient les mieux préparés à cet exercice car, confortés par des années d’écoute relative de leur auditoire, beaucoup confirment l’émergence soudaine de situations de classes qui leur étaient jusque là inconnues. Décontenancés, certains lâchent prise. Aussi faut-il craindre que, pour acheter la paix dans la classe, des parties de programmes ne soient plus abordées ou deviennent l’objet de négociations permanentes mettant à mal les outils indispensables à l’intégration sociale.

Ces dernières années sont marquées par une affirmation de l’appartenance religieuse dans les comportements des élèves. Face à cela, les enseignants et les équipes éducatives ne savent pas quelle attitude choisir : certains font semblant de ne pas voir le problème, d’autres justifient es comportements par la victimisation de ces élèves, d’autres encore cherchent un fondement religieux pour légitimer leur cours… d’autres enfin refusent de négocier en tenant bon sur la laïcité. Enfin, insistons sur le fait que ces contestations perturbent le bon déroulement des cours et empiètent sur le temps dévolu aux enseignements. Cela est un facteur supplémentaire qui peut contribuer à renforcer le fossé entre les savoirs acquis par les élèves de ces territoires et ceux d’établissements plus à l’écart de ces débats.

3.2 L’enseignement de l’histoire : le « roman national » contesté

La France est depuis longtemps un pays d’immigration. Pour des générations d’enfants d’immigrés, la remise en question de l’histoire ne s’est pas posée. La formule bien connue de « nos ancêtres les Gaulois », aujourd’hui considérée comme assimilatrice, était conçue comme un moyen d’intégrer dans une même histoire des écoliers venus de pays différents. La France étant une terre de droit du sol, le lien qui unit les nationaux est un lien de communauté choisie

qui s’incarne dans une histoire nationale. Or, depuis plusieurs années, dans un nombre croissant d’établissements, les cours d’histoire sont le lieu de contestations ou d’affrontements, de mise en concurrence de mémoires particulières qui témoignent du refus de partager une histoire commune. Les sujets difficiles portent sur ce qui apparaît comme une concurrence des mémoires ou une difficulté à gérer une « contradiction dans le sentiment d’appartenance ».

Auditionnée par le HCI, l’association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) fait état des incidents qui ont émaillé les cours de collèges de la région parisienne, notamment sur la question de l’extermination des Juifs d’Europe. L’association a donc lancé une enquête au printemps 2003 auprès des professeurs d’histoire-géographie des collèges et lycées (5 344 questionnaires, 708 réponses). Les résultats montrent une incidence modérée et limitée à certains établissements : 112 incidents déclarés sur les 708 réponses, soit 15,8%, et localisés principalement dans les académies d’Aix-Marseille, Lyon, Grenoble, Lille, Strasbourg, Reims, Toulouse. L’association observe cependant que les professeurs d’un certain nombre d’établissements difficiles ne se sont pas exprimés dans le cadre de cette enquête.

Trois questions provoquent des situations de tension dans certains établissements :

– l’enseignement du fait religieux ;

– l’extermination des Juifs d’Europe ;

– le Proche-Orient (le conflit israélo-palestinien).

On peut y ajouter la décolonisation, notamment la guerre d’Algérie et les Etats-Unis (guerre du Golfe, guerre d’Irak, attentats de septembre 2001).

L’enseignement du fait religieux est souvent assimilé à du catéchisme. Certains parents y voient des tentatives d’évangélisation.

Plusieurs incidents sont liés à la visite de lieux de culte ou mémoriaux (refus de visiter des églises ou des mosquées, refus de visiter les cimetières de Verdun…). Des revendications religieuses se font jour : demande de pause pour la rupture du jeûne lors du Ramadan, rupture du jeûne de professeurs musulmans avec leurs élèves dans un collège du Nord de Paris, refus de représentation de figures humaines en cours de dessin…

L’antisémitisme est souvent exprimé anonymement et peut se manifester lors des cours consacrés à l’enseignement du génocide des Juifs : plaisanteries déplacées, refus de voir des films comme Nuit et Brouillard. Les tensions viennent souvent d’élèves qui s’affirment musulmans. L’antiaméricanisme est souvent lié à l’antisémitisme.

La vision du monde qui semble s’opérer est binaire : d’un côté, les opprimés, victimes de l’impérialisme des Occidentaux, et ce, depuis les temps les plus reculés, et de l’autre, les oppresseurs, les Européens et Américains blancs, pilleurs des pays du Tiers-Monde. Cette vision fantasmée sert d’explication à l’histoire du monde et de justification aux échecs personnels. Les mécanismes propres à l’histoire sont méconnus, seuls subsistent pour ainsi dire des « états de nature ». La question de l’esclavage est un bon exemple de cette vision du monde : si la traite négrière transatlantatique est connue de tous, il est plus difficile d’aborder

la question de la traite interne à l’Afrique ainsi que celle de l’Afrique du Nord et du Moyen- Orient. Le programme d’histoire introduit en classe de 5è pallie cette faiblesse.

Sur certains territoires, ce vague héritage du tiers-mondisme trouve parfois des échos au sein même du corps enseignant, quelques uns de ses membres confortant les élèves dans un statut de victime, d’autant plus quand ils sont habitants des quartiers. Cette vision de l’histoire peut parfois servir de justification aux rapports sociaux : les habitants des cités, souvent immigrés, seraient les opprimés d’hier, concentrés dans des ghettos, rejetés de la vie économique et de la réussite, tandis qu’au-dehors, les Français, assimilés aux Blancs, se partageraient les richesses.

Le sentiment de ne pas appartenir à la communauté nationale est partagé : chacun se définit par la nationalité d’origine de ses parents avant de se sentir Français.

Marginalement, une difficulté chronique tient sans doute à l’histoire contemporaine de notre pays, qu’une partie du corps enseignant a intégrée inconsciemment. Par rapport au public étranger ou issu de l’immigration, certains sont marqués par la repentance dans leur approche pédagogique. L’embarras de certains enseignants d’histoire pour aborder la période coloniale face à un public d’élèves d’origine subsaharienne ou nord africaine existe et la mise en cause de l’Etat dans l’histoire du XXème siècle rend plus difficile l’appropriation des principes républicains.

L’école dans les quartiers ? C’est un film, certes, mais bien en-dessous de la réalité : 

S’il n’y a pas un bon niveau dans les écoles des quartiers c’est parce que trop de leurs enfants refusent l’école française, tout simplement Bref, ils refusent l’école française et à présent ils pleurent.

Bref, ils ont choisi de vivre en France, mais ils refusent le modèle français et à présent ils pleurent.

Et c’est leur faute uniquement leur faute.

Qu’est-ce que c’est que ces gens-là qui ne cessent de dire qu’ils sont différents des autres, qu’ils ont des règles de vie différentes des autres mais qui nous demandent de payer, nous, les pots cassés de leurs différences ?

Mais le pire dans l’histoire, après tout les musulmans sont dans leur rôle, en réclamant sans cesse la lune, c’est que ces demandes exorbitantes, monstrueuses, scandaleuses… sont relayées et transmises en bonne et due forme par des députés macronistes à Macron.

Députés communautaristes, félons, qui n’ont rien à envier aux insoumis ni au NPA.

Des vendus. Et des musulmans. Jamais il n’y a eu autant de musulmans à l’Assemblée nationale que depuis que Macron est là…

Et en cette période électorale, il est bien capable de tenir compte de leurs desiderata et parce qu’il est dans le même état d’esprit qu’eux, fervent partisan de la discrimination positive et parce qu’il a compris que pas un gilet jaunes ne votera pour lui, il faut qu’il récupère des votes musulmans.

On n’a pas encore tout vu.

Ils sont bien capables d’interdire toute dérogation, tout contournement de la Carte scolaire, ils sont bien capables de faire ce que Bel Kacem avait entrepris, elle qui mettait un seul enfant blanc sur les photos de classes françaises de la page facebook de l’EN mais qui préparait l’obligation pour les enfants des beaux quartiers de prendre le bus pour aller dans les écoles des ghettos et inversement. Les enfants affectés dans une école non plus en fonction du lieu d’habitation mais en fonction des revenus de leurs parents…

Quant aux malheureux enfants blancs qui se retrouveraient en petit nombre dans certaines écoles ( en Seine-Saint-Denis il n’y a plus un enfant juif dans les écoles publiques, la faute aux juifs ? ), ils n’auront pas le choix. Pour survivre, ils devront payer la taxe du dhimmi sous forme de racket, cirer et lécher les chaussures de leurs maîtres musulmans ou se convertir.

L’esclavage est dans les textes sacrés de l’islam, encouragé…

D’ailleurs il suffit de voir ce que les ordures de djihadistes ont fait aux Yézidies et aux chrétiennes pour comprendre que l’esclavage est dans l’ADN de l’islam.

Elisabeth Borne et Guillaume Pepy, assassins en puissance, vont employer des clandestins à la SNCF !

Un psychologue danois démontre le rapport entre violence et culture musulmane…

Etats-Unis : des enfants chantent les têtes coupées et le sang des martyrs

“Les députés en Marche veulent que nos enfants deviennent les esclaves des petits musulmans à l’école”

Marcher sur des Oeufs

S’il n’y a plus d’enfants blancs dans les zones totalement envahies, c’est que les parents les ont fuies et ne veulent pas imposer l’expérience plus ou moins douloureuse qui a été la leur. Sinon il seraient restés.

Par ailleurs, si la nouvelle population allogène réclame, cela fait déjà plusieurs fois sans succès apparemment et pour cause sans doute, c’est qu les enfants de la bien-pensance, les enfants de ceux qui nous disent et nous imposent ce qu nous ne voulons pas ; bien, les enfants de ces gens-là ne sont pas dans ces zones tellement paradisiaques comme ils nous obligent à croire qu’elles sont.

Viendra un temps où ils nous imposeront, les nouveaux froncés et leurs acolytes français, soit par l’argent profitant de la misère dans laquelle ils plongent le peuple autochtone ; et plus tard, économie oblige par la force.

Si c’est si bien, pourquoi leurs eux et leurs enfants ne cohabitent-ils pas avec leurs privilégiés ? Il y en a pourtant des traitres et des rejetons de traîtres.

Marcher sur des Oeufs

Vous avez remarqué comme à l’Assemblée internationale française siègent plus d’allogène que de nationalistes.

Même les violents, les poursuivis ou pas par la justice qui ne semble pas intéressée par leurs cas sont là à parader et à nous faire la nique quand à l’extrême droite de l’hémicycle pour représenter plus de 11 millions de personnes ils ne sont que 6, que l’on muselle, que l’on n’écoute pas et pour lesquels on se bouche le nez et les oreilles.

Par contre on laisse brailler les bis-nationaux qui nous crachent leur haine et la supériorité sur nous que les pouvoirs corrompus leur ont données.

C’est tout simplement insupportable d’être dépossédé de la sorte ; d’être banni en quelque sorte par des traîtres et leurs alliés allogènes à qui ils ont donné le pouvoir sur nous et les clefs de Notre patrie.

Alexcendre 62

Nous n’avoir plus d’argent et plus d’idée pour en avoir sauf la dette ! alors la seule et unique réponse d’un responsable digne de ce nom serait face a toutes les demandes d’où quelles viennent désolé le guichet est fermé jusqu’a nouvel ordre la France rembourse sa dette .L’homme capable de répondre ça n’aurait pas beaucoup de courtisant ou de rapace dans sa suite mais au moins il servirait son pays avec honnêteté , je doute que ce soit actuellement le cas car il vient du même bocal .

Langevin49

Nos enfants seront soumis au harcèlement et au racket de la part des tribus de musulmans et d’Africains en tous genres, pour les rabaisser et les humilier; surtout les pauvres filles qui devront marcher au pas, et se faire violer sans broncher. Les femmes le seront de la même manière, partout où elles se trouveront; jusqu’à ce qu’elles se voilent enfin, pour échapper au viol de ces délinquants. Pour ce qui concerne les garçons, ils seront pris à partie par ces groupes de musulmans, et seront maltraités, et frappés, de la manière la plus honteuse, s’ils s’opposent à leur volonté. Ce sera, comme ça, la France de macron et c’est CERTAIN.

berger

Saïd Ahamada , député, tout est dit…

Baudoin de Flandre

Ah, « le vivre ensemble » !!! mais ça c’est pour nous, pour eux c’est « vivre entre eux » !!! oui, bientôt, ils décideront ce que ça veut dire d’être français ou européen… ils ont déjà commencé !!! le navire (est) sombre…

Lafayette

Désolé On ne mélange pas les serviettes et torchons , de même que nos enfants propres ,éduqués avec des sauvages sales et sous développés manipulés par leur barbare idéologie sectaire. , nos enfants resteront dans une école privée catholique, dans notre tradition judéo-chrétienne. Et aucune loi nous l’ interdira ,sans être confronté a notre sanglante colère , vive la France libre . Lafayette JM

Amélie Poulain

Bien-dit et partagé entièrement.

Christian Jour

Et mon cul c’est du poulet. Mes enfants esclaves de ces petites raclures, jamais. J’ai appris à mes enfants à se défendre et ça a marché plutôt bien, ils ont eu la paix.

Apprenez à vos enfants à péter la gueule des petits parasites chaque fois qu’ils se font emmerder et ne pas oublier que l’union fait la force.

Machinchose

« LA SECTE DE LA VIRGINITE AHAMADA- – grand format …

livre.fnac » »

je me doutais confusément au nom qu’il était question d’une secte……

mais ne pas confondre avec le Ahamadis (pas vraiment des Gaules) algériens qui sont de braves gens qui tentent de réformer l’ Islam

quand aux écoles, nous avons eu la chance de voir nos petits enfants fréquenter jusqu’au Bac, l’ école catholique des Francs- Bourgeois, d’ obédience Salésienne !

et plus les années avançaient plus les postulants musulmans a l’ inscription ont augmenté 

bien sur rien a voir avec la racaille crasseuse , des parents et des enfants n’ ayant rien a nous envier…. question milieu socio-culturo-professionel

comme quoi …………le « racisme » on sait mieux a présent de quel fumier infect il provient tout en y etant soigneusement cultivé

Marcher sur des Oeufs

Mélenchon et tous les siens ils crèchent où ?

Lui qui ne peut pas blairer les blancs, blonds aux yeux bleus ; ça lui donne la nausée ; il est blancophobie, blondcophobe ; il ne supporte pas ;il se sent mal au milieu des indigènes européens ; ça lui occasionne des malaise.

Lui qui n’est pas raciste sauf avec les blancs ; lui qui aime l’immigration à mort ; lui qui s’en prend à notre jeunesse identitaire qui ne veut pas mourir, qui aime sa Patrie et veut légitimement la protéger ; pourquoi n’est-il pas avec ses chouchous ? Il ne risque rien lui puisqu’il les aime tant. Comment ce fait-il qu’il n’y soit pas ?

Oui, oui ! Il vont nous crier au racisme refusant de voir que si les gens sont partis c’est que c’est invivable.

Qui voudrait vivre dans ces milieux délabrés parce que si peu respectés.

Oseront-ils imposer aux femmes d’aller vivre dans ces zones de non droit ou seulement de droit islamique où comme à Sevran les autochtones qui seront poussées ; forcées à y vivre devront vivre selon les règles établies par les musulmans du coins ; couvertes totalement et ne pouvant sortir que selon ces mêmes règles.

Nos zélites traitresses oseront-elles pousser les plus démunis des gaulois à vivres dans ces zones coupe-gorges eux et leurs enfants ?

Oh ! Il se peut que pour faire avaler la pilule empoisonnée soudain ces zones de non-droit deviennent tout à coup accueillantes juste l’histoire de faire venir le kouffar pour que le rejeton mécréant soit éduqué, imprégné et devienne plus tard, volontairement musulman ; juste la méthode du foulard imposé aux toute petites filles pour qu’elle ne souffre pas et soient tellement conditionnées qu’elles ne savent plus vivre sans, se sentant nues si elles ne le portent pas.

C’est un piège des plus dégoûtant que nous ont tendu les zélites qui se garderont bien elles de s’installer en zone de non droit ou en zone islamique.

Samia

J’assume, je suis une sale islamophobe. Il était hors de question que mon fils aille dans un collège racaillisé, lui le fils d’une personne qui a rejeté la pourriture d’islam. Je l’ai mis dans le privé, je ne regrette rien, je recommencerais à l’infini.

Idem, j’ai choisi de vivre dans un quartier à majorité non musulmane car c’est là que je peux vivre ma vie en toute quiétude. Dès que l’environnement est islamisé, ce n’est plus possible. C’est pétage de plomb garanti, c’est fini liberté d’agir en son âme et conscience. Pourquoi se mentir, c’est une réalité connue de tous.

Je suis fatiguée de toute cette hypocrisie…

Marcher sur des Oeufs

Bonjour @Samia ;

Une chose m’interpelle : jusqu’à présent la collabo-islmao-sphère, celle de ma bien-pensance a fait tout ce qu’il fallait pour miner la réflexion de nos compatriotes ; pour les hypnotiser en quelque sorte et parvenir à ce que ceux-ci soient frappés de cécité concernant le tsunami d’allogènes essentiellement musulmans. Même les atteintes à la laïcité et dans la sphère publique ne provoque en eux le questionnement.

Ont-ils remarqué la présence incroyablement massive de ces éléments allogènes islamistes dans toutes les infrastructures sociales, administratives et POLITIQUES de notre pays et ce que cela signifie ? Pas même leur mantra : « pas de haine, vive l’amour, le vivre ensemble… » opère.

Pourtant il y a dans ce domaine une accélération extrêmement dangereuse ; l’islmisme c’est imposé partout dans les plus hautes sphères de notre société.

Dans le domaine de la culture et de l’enseignement c’est la domination qui règne soit imposée par les islamistes soit que nos zélites pourries et traîtresses suivent leur plan d’islamisation de l’occident et met la main à la patte se révélant être un allié inconditionnel.

C’est ainsi qu’à la présidence de l’UNEF, nous avons une islamiste ; mais aussi en Angleterre ; ça y est ! ce sera partout pareil en Europe pour montrer qu’ils sont des gens bien au peuple bêlant qui ne comprend pas que ces zélites ne favorisent cette islamisation que pour servir leurs intérêts.

Londres a son maire islamiste ; Paris est en passe de reproduire l’exploit avec Moundir….

Nos Assemblées regorgent d’élus islamistes, pourtant pas tous irréprochables ; et au besoin on fait l’impasse sur la légitimité légale et judiciaire de ces élus qui de toutes les façons passent à travers les mailles de l’Injustice ; pourquoi pas après tout puisque tous les jours sur notre sol sont perpétrés des délits le plus souvent très graves en toute impunité. Vous rendez-vous compte que cette « minorité » a plus d’élus qui la représentent à l’Assemblée que n’en ont l’ENSEMBLE des nationalistes qui sont presque 20 millions d’électeurs et à la différence de cette population immigrée, ils sont autochtones depuis des siècles, ont construit la France, n’ont que ce pays pour Patrie. Comment les Français ne voient-ils pas qu’on les dépouille, qu’on les déshérite de leur Pays ? Que nous restera-t-il ?

Une liste exclusivement musulmane pour l’islam en France et en Europe se présente aux élections européennes.

On sait que les différentes communautés musulmanes sont rivales et que chacune rêve de l’emporter sur les autres en matière de domination de l’idéologie de leur mouvance respective.

La Charia est là qui fait son nid.

Les musulmans imposent leurs vision islamique de la société et veulent que l’ occident et les occidentaux appartiennent à la Oumma ; cette demande répétée de repeuplement par les enfants autochtones des zones qu’ils ont pris à la France (je ne dirais pas à la république mais bien à la France) en est une preuve flagrante ; et ils l’obtiendront.

Alors, oui ! j’en reviens à l’étourdissement avant abattage des français : vraiment ne voient-ils rien venir ? Ne sont-ils pas du tout conscients de l’évolution de la situation et de la tournure qu’elle prend ? Vont-ils ne pas se réveiller ? Sont-ils encore capables de penser par eux mêmes et de s’émanciper de l’hypnose collective exercée par l’oligarchie ?

Il est temps, mais vraiment grand temps.

Samia

Bonsoir MSDO,

J’entends ce que vous voulez dire et je suis complètement d’accord. Je ne comprends pas ce qui se passe actuellement, c’est très grave, les politiques magouillent à qui mieux mieux et jouent avec le feu, quand une bonne part de la population dort profondément d’un sommeil léthargique.

Je n’aime pas et je dirais même je hais l’injustice, l’obscurantisme, la fourberie, la violence, les inégalités provoqués par l’islam. Je suis profondément pour l’humain quel qu’il soit et cette doctrine c’est tout le contraire.

Je vis depuis toujours sur la terre de France et je trouve normal de l’aimer, de la chérir, de faire en sorte de la préserver et de la servir. Je suis fonctionnaire pour cette raison, servir mes concitoyens. C’est cette saleté d’islam qui empêche les gens venus de pays islamiques d’être corrects vis à vis de la France. Leur haine, toutes les emmerdes qu’ils provoquent aux Français de souche mais pas seulement aux Asiatiques, aux populations immigrées assimilées ou intégrées font qu’ils n’ont rien à faire ici et qu’ils ne méritent pas leur présence en terre de France.

Aimer la Kabylie de mes ancêtres ne m’a jamais empêché d’adorer la France, sa culture, sa gastronomie, son histoire, sa langue, ses paysages, son terroir… Elle est mienne, son amour coule dans mes veines. Je trouve dommage que certains en arrivent à opposer les choses, et à se murer dans une vision exclusive, agressive, haineuse.

90 % de mes amis sont non musulmans et j’ai pour eux beaucoup d’estime, d’affection, de respect et à côté de ça, j’ai gardé des liens avec des kabyles de Kabylie par le biais des snapchats…

Pourquoi devoir haïr ? Les italiens, espagnols, portugais ont gardé des liens avec leur pays d’origine et aiment la France. L’islam ne permet pas ça, c’est déplorable. Pourquoi, on a laissé faire ça, s’installer des gens haineux, chérissant la division, la défiance, la mauvaise foi, l’impérialisme de leur religion. Pourquoi ? Moi pas comprendre !

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai pensé cela, ce n’est pas d’aujourd’hui.

Marcher sur des Oeufs

Bonjour @Samia ;

Tout à fait en accord avec vous.

Et pour revenir à ‘immigration européenne, il faut rajouter que ces populations immigrées en France partageaient la même religion ou tout simplement étaient athées.

La très grande différence est aussi là ; que les musulmans sont des religieux avant tout ; des citoyens de la oumma et nous avons introduit chez-nous par millions des allergiques à la laïcité. Nous les avons tellement bien accueillis que les coupables e cette invasion acceptent la transformation de notre société au point d’en faire une société musulmane alors qu’elle était laïque et qu’ils ont combattu la chrétienté en France.

Et le drame, qui se révèlera être une tragédie, c’est que ces zélites ont choisi comme population immigrante à l’excès, les adeptes de la religion la plus violente et dangereuse au monde dans notre pays laïc.

Je n’oublie pas bien sûr nombre de nos compatriotes du Maghreb qui sont de parfaits Français comme par exemple l’était, cette excellente personne Alain Mimoun qui s’est gagné le respect et l’admiration sur tous les plans ; vous avez bien compris que nous parlons de Français reconnus par l’Etat mais aussi par leur compatriotes Français ce que ne sont pas la majorité des maghrebins et les envahisseurs d’aujourd’hui, lesquels sont d’abord Musulmans et ensuite Maghrebins.

Hellen

Et, nous allons accepter ça, sans broncher, en baissant la tête, laisser nos enfants et petits enfants devoir supporter ce que nous n’arrivons plus à supporter???

Quand est-ce que finalement nous allons réagir comme nous aurions dû le faire dès le début, c’est à dire, il y a longtemps et protéger nos enfants et nos petits enfants qui finiront par avoir le cou tranché comme cette espèce-là sait le faire, puisqu’elle ne sait faire que cela d’ailleurs…???!

Désolée, mais eux vont très loin dans leurs demandes et revendications, parce que nous les laissons faire et nous nous laissons faire…

Résultat : nos enfants et petits-enfants finiront soit assassinés, soit suicidés parce que nous ne sommes au final que des pleutres!!!

Bien à vous

Samia

Le pire, c’est que cela les fait rire et augmente leur dédain et mépris déjà bien présents du fait de leur doctrine !!!!!!!

Chère Madame, cher Monsieur,

Jeudi dernier un détenu a été condamné à dix-huit mois de prison supplémentaires, après que l’administration pénitentiaire ait découvert des images pédo-pornographiques sur son ordinateur.

Ce détenu purgeait déjà une peine de dix-huit ans de prison pour le viol de deux adolescentes, commis à Brest en 2002 et 2003, comme le rapporte France 3.

S’il avait un ordinateur portable dans sa cellule, c’est parce que l’administration pénitentiaire l’y avait autorisé. En effet, ce condamné rédigeait une thèse pendant le temps de sa détention, pour préparer sa « réinsertion ».

Les images pédo-pornographiques qui ont été trouvées sur son ordinateur, il les avait achetées à un autre détenu grâce à la revente d’alcool à laquelle il se livrait en prison. En toute illégalité bien sûr. Il avait en effet « reconstitué un alambic » dans sa cellule à l’aide de briques de jus de fruits…

Et savez-vous quel était le sujet de la thèse sur laquelle il était censé travailler ?

« La prison et la lutte contre la récidive » ! Je vous jure que je n’invente rien.

Voilà donc un homme :

• condamné pour le viol de deux mineures,

• qui trouve cependant le moyen pendant sa détention de se livrer à un trafic d’alcool…

• … pour se procurer des images pédo-pornographiques sur son ordinateur

• fourni par l’administration.

Comment expliquer un tel scandale ? Voici comment a réagi le Procureur :

« On a foi en l’être humain, on croit toujours que la personne est récupérable… Mais lui, au lieu de travailler utilement sur sa thèse universitaire, il a préféré retomber dans ses travers et ses anomalies »

Et en effet, tout cela est profondément choquant.

Choquant et profondément inacceptable.

À l’IPJ nous croyons à la réinsertion des condamnés après leur peine. Nous aussi nous pensons que beaucoup de délinquants sont récupérables.

MAIS pour cela il y a une condition préalable indispensable : qu’ils soient réellement punis et sanctionnés pour leurs crimes et que les peines soient exécutées sans faiblesse.

Les partisans de la culture de l’excuse et du laxisme judiciaire veulent nous faire croire que, pour réinsérer les délinquants, il faut absolument se montrer « gentil » ou « compréhensif » avec eux.

D’abord en leur évitant la prison le plus longtemps possible, en préférant toujours les « peines alternatives ». Et ensuite en relâchant la discipline carcérale le plus possible. En accordant aux détenus toujours plus de « droits » et d’éléments de confort et toujours moins d’obligations, de devoirs ou de discipline.

Mais c’est l’inverse qui est vrai.

Pour beaucoup de délinquants un passage par la prison est souvent une condition nécessaire pour abandonner leur mode de vie délinquant, pour être capables de « décrocher ». Et eux-mêmes en ont conscience.

Le docteur Théodore Dalrymple, l’un de nos experts, qui a pendant longtemps été psychiatre dans les prisons anglaises explique :

« Tôt dans ma carrière de médecin pénitentiaire j’ai découvert une chose à laquelle je ne m’attendais pas le moins du monde : qu’une proportion étonnante des détenus préférait la vie en prison à la vie “à l’extérieur”. »

S’ils préféraient la vie en prison, au moins un temps, c’est d’abord parce que, disaient-ils, ils s’y sentaient plus “en sécurité”.

« Mais en sécurité par rapport à quoi ? La plupart du temps c’était par rapport à eux-mêmes. Ils ne savaient pas quoi faire de la liberté et lorsqu’un choix se présentait à eux, ils choisissaient toujours la branche de l’alternative la plus superficiellement attirante et la plus évidemment autodestructrice. Ils provoquaient le chaos et le malheur autour d’eux, y compris pour eux-mêmes, et ils étaient souvent sous la menace d’ennemis que leur propre comportement avait suscités. »

En prison il n’y a pas tout cela, du moins lorsque la prison est réellement une prison et que l’administration ne laisse pas les condamnés y recréer leur mode de vie délinquant.

Pendant leur détention, beaucoup de condamnés reçoivent aussi des soins qu’ils ne recevraient pas ailleurs. C’est particulièrement vrai pour ceux qui se droguent. Or beaucoup de délinquants sont de grands consommateurs de psychotropes : cannabis, alcool, cocaïne, etc.

Le docteur Dalrymple en a rencontré beaucoup durant sa carrière :

« Les drogués étaient si maigres qu’ils auraient pu servir de figurants dans n’importe quel film sur les camps de concentration. Après quelques mois en prison, ils étaient à nouveau l’image vivante de la santé. Malheureusement ils revenaient quelques mois après leur libération dans le même état cadavérique. Certains avaient même supplié les juges de les envoyer en prison afin qu’ils puissent “décrocher“, comme ils le disaient, c’est-à-dire cesser de se droguer.Mais le désir de décrocher n’était pas équivalent à la volonté nécessaire pour résister à la tentation de la drogue une fois qu’ils étaient libérés. »

Lorsque l’administration pénitentiaire préfère « fermer les yeux » sur certains trafics pour acheter la « paix carcérale », non seulement elle met en danger la sécurité de tout le monde, mais elle manque aussi à son devoir d’aider les condamnés qui veulent se réinsérer.

Ce manquement peut avoir des conséquences dramatiques pour les détenus eux-mêmes.

Le docteur Alexandre Baratta, un autre de nos experts, psychiatre lui aussi, raconte qu’il a déjà eu à faire à des détenus présentant « des troubles d’allure psychotique » qui étaient « probablement consécutifs à la consommation de stupéfiants. Ils avaient consommé soit trop de cannabis, soit des amphétamines ou de la cocaïne, qui circulent librement en prison et auxquels les détenus ont recours – particulièrement le vendredi… »

Les trafics qui gangrènent nos prisons ne sont pas une fatalité. Ils sont le résultat d’une suite de décisions prises par les pouvoirs publics. Une suite de lâchetés et de démissions.

À cause de ces renoncements, nos prisons sont de moins en moins capables de remplir leurs fonctions : punir les criminels, protéger la population, aider les condamnés qui le veulent à se réinsérer.

À l’IPJ, nous n’avons pas peur de dénoncer ces démissions et de dire des vérités qui dérangent.

Nous n’avons pas peur de dire que la prison est un instrument indispensable pour lutter contre la délinquance.

Nous n’avons pas peur de dire qu’il faudrait construire de très nombreuses places de prison supplémentaires.

Et nous n’avons pas peur de dire qu’il faudrait rétablir une vraie discipline carcérale, afin de pouvoir faire de la détention un temps utile. N’en déplaise aux soi-disant « humanistes » pour qui le mot discipline est un gros mot.

Nous continuerons à le dire, inlassablement, et à être les porte-parole de tous les Français qui veulent une justice plus rapide, plus ferme et plus protectrice des citoyens.

Vous pouvez compter sur moi.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Ahurissantes mères musulmanes…

Elles ont peur pour leurs gosses. A cause des autres gosses musulmans. Mais elles ne remettent pas en cause l’islam.

Nous avons peur pour nos gosses. A cause des gosses musulmans.

Et que font-elles ? Elles demandent des moyens, des médiateurs, des gens qui parlent avec les gosses qu’elles ont si mal élevés. Elles en appellent au Président, et donc une fois de plus à nos sous, à notre travail, pour réparer leur impéritie et leurs négligences.

Et  nous, nous demandons que l’islam, fabrique de dégénéré, soit interdit, afin que nos gosses et les leurs retrouvent l’enfance, l’adolescence, l’insouciance, les rêves et les fantasmes, l’innocence… 

Parce que l’islam génère l’endogamie, il génère la consanguinité  et son cortège de tares congénitales, de QI inférieur à la moyenne…

Parce que l’islam génère le communautarisme et la haine de l’autre. La haine du non musulman d’abord, ensuite la haine du musulman qui n’est pas du même pays, du  même quartier.

Parce que l’islam  interdit les remises en cause, enferme dans un monde de violence, d’interdits, de préceptes…

Parce que l’islam laisse croire au jeune musulman qu’il serait supérieur aux autres…

Aïcha Nadiri, mère de famille de la cité Floréal à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), exprime sa lassitude et ses craintes face à la violence entre jeunes dans sa ville.

C’est un petit cercueil fait de carton, de tissu, et sur lequel est inscrit un poème. Pour la deuxième fois en quelques années, Aïcha Nadiri et d’autres mères de Saint-Denis l’ont porté à bout de bras, dans les rues de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) il y a quelques semaines. « C’était une façon de dire : On ne veut pas que nos enfants terminent là-dedans », explique cette maman, âgée de 45 ans. La marche a eu lieu en écho à la mort de Luigi. L’adolescent de 16 ans a été fauché par balles le 17 septembre, dans ce qui s’apparente à une brouille entre cités.

La tragédie a saisi d’effroi toute la ville, sans épargner le quartier Floréal, où habite Aïcha. « Je me suis sentie très mal, confie-t-elle. Je ne connaissais Luigi que de vue. Il avait été dans le même collège que ma fille. Mais c’est l’un de nos enfants qui est parti. On ne peut pas accepter ça. »

Un mort pour être « pris au sérieux »

En cet après-midi de vacances scolaires, la cité Floréal offre un visage paisible. Des ados entrent timidement dans la maison de quartier et viennent serrer la main d’Aïcha, qui y travaille comme animatrice. Voilà 17 ans qu’elle habite là, après avoir « grandi en pavillon, dans le nord de la France ». Ici, dit-elle, c’est « comme une famille » : « On partage des moments conviviaux, des moments de stress, des pleurs, de la colère. »

La colère, précisément, a grandi dans le cœur d’Aïcha. « Il y a plusieurs années, les habitants s’étaient rassemblés contre les violences entre deux collèges. L’an dernier, on a marché contre les violences entre notre quartier et le quartier Allende. On a réclamé des médiateurs, on a demandé de l’aide. A l’époque, on disait : Est-ce qu’on doit attendre qu’il y ait un mort pour qu’on nous prenne au sérieux ? Et puis, c’est arrivé… »

Dans le quartier, la mort de Luigi est dans toutes les têtes. Aïcha a le sentiment que les parents font ce qu’ils peuvent, à leur mesure. « Ils ne sont pas démissionnaires. Certains sont simplement démunis. Ils ont besoin d’être aidés. » Elle-même est en permanence sur le qui-vive, veillant de près avec son mari sur ses quatre enfants, âgés de 8 à 21 ans. Tous les soirs, confie-t-elle, elle vérifie que les baskets de son fils aîné sont bien devant la porte de sa chambre. « C’est plus fort que moi. Ça me rassure. C’est le signe qu’il est bien rentré du travail, qu’il ne lui est rien arrivé. Parce que la violence est partout, omniprésente. Et pas que dans nos quartiers… »

Elle s’insinue aussi au lycée Paul-Eluard, toujours à Saint-Denis, que fréquente l’une de ses filles : « Depuis le début de l’année, elle est rentrée plusieurs fois à la maison en disant : Les cours se sont arrêtés, parce qu’il y a eu des intrusions, des coups, un parpaing lancé à travers la fenêtre d’une classe… »

« La solution, il faut qu’on la trouve ensemble »

Elle a déroulé ces anecdotes en souriant malgré tout. Et puis le sourire s’efface, le regard d’Aïcha s’assombrit : « Je redoute la violence. A chaque fois que je vois des jeunes courir, je me demande ce qui se passe. Vendredi dernier, j’ai séparé une bagarre à la sortie du collège. Un garçon et une fille s’étaient attrapés. Je me suis interposée au moment où le garçon mettait un coup de poing, un vrai coup de poing. J’ai eu tellement peur… »

Mais si elle peut séparer une bagarre, Aïcha sait qu’elle ne peut rien contre les expéditions punitives, les coups de feu, les explosions de violence collective… « La solution, il faut qu’on la trouve ensemble. Les parents, les élus, le président, les ministres… Aidez-nous à sauver nos enfants ! Il faut que l’Etat mette les moyens pour nous aider. On réclame depuis longtemps des médiateurs, des professionnels pour parler avec les ados. Il faut trouver des formations pour les plus grands qui traînent sans rien faire. »

Aïcha, tu as voulu vivre avec tes soeurs, 

Val-d’Oise : Fodie, 17 ans, tué à coups de bâton

Un lycéen de terminale a été frappé à mort à coups de bâton à Sarcelles, dans le quartier des Sablons, mardi soir. Les auteurs sont activement recherchés par la police. Les origines du drame sont encore floues.

Sarcelles (Val-d’Oise), mercredi 24 octobre 2018. Les policiers dans une allée à proximité du lieu du drame, dans le quartier des Sablons. LP/Frédéric Naizot

Par Frédéric Naizot

 Sarcelles (Val-d’Oise), mercredi 24 octobre 2018. Les policiers dans une allée à proximité du lieu du drame, dans le quartier des Sablons.

Une mare de sang derrière un préfabriqué, au cœur du quartier des Sablons, à Sarcelles (Val-d’Oise). C’est là que le jeune Fodie, qui était âgé de 17 ans, a été violemment agressé par plusieurs personnes à coups de bâton, mardi soir, trouvant la mort des suites de ses blessures occasionnée à la tête. Une scène terrible qui s’est pratiquement déroulée sous les fenêtres de l’appartement familial de l’allée Arthur-Honegger, à Sarcelles.

« Fodie, il n’a jamais lâché l’école… Il devait passer son bac cette année. Il était en terminale à Jean-Jacques-Rousseau » confie sur les lieux de l’agression le père de la victime, qui peine à contenir son chagrin. A quelques mètres des lieux du crime, il parle de l’arrivée de son fils du Mali en 2015, l’année passée ensuite au collège pour rattraper son retard et commencer l’étude de l’espagnol, puis la scolarisation au lycée. Un père fier de confier que ses enfants sont diplômés et qui emploie encore le présent pour parler de Fodie. « Il est bon élève. Ses profs, ils m’ont bien dit cela… »

«C’est un gamin qui n’a jamais fait parler de lui»

Le père évoque une fratrie de trois filles et deux garçons, leur mère décédée, du foot que Fodie aimait. Présent à ses côtés, un cousin du jeune homme décrit lui aussi un adolescent sérieux. « Il ne sortait pas. C’était un jeune qui, s’il n’était pas à l’école, restait à la maison pour travailler. » « C’est un gamin qui n’a jamais fait parler de lui », précise encore un habitant de son immeuble.

Lamine Sy, le père de la victime, sur les lieux du drame. LP/Frédéric Naizot

Lamine Sy, le père de la victime, sur les lieux du drame. LP/Frédéric Naizot  

Selon les premiers éléments recueillis, la victime, inconnue des services de police, se trouvait seule lorsque les faits se sont produits. Trois ou quatre personnes sont arrivées et ont frappé Fodie au niveau du crâne, à coups de bâton, avant de l’abandonner sur place.

Un premier habitant de l’immeuble, qui a entendu du bruit, descend et appelle à l’aide. Un second arrive. « J’étais à la cuisine lorsque j’ai entendu les cris d’une personne qui hurlait d’appeler les pompiers », confie ce dernier, Farouk Largo, alors que le drame s’est déroulé sous ses fenêtres. « Quand j’ai compris que c’était grave, je suis descendu aussitôt porter assistance. J’ai essayé de maintenir le jeune en position de sécurité pendant qu’un voisin essayait de contenir le sang qui coulait avec son tee-shirt. Il y en avait partout. Cela saignait énormément. Lui, il gémissait. Il était encore conscient. Mais il convulsait. » Un jeune victime, selon lui, « d’une expédition punitive ».

L’origine du drame reste très floue

L’équipe du Samu a pris en charge une victime qui présentait de multiples plaies saignantes à la tête avant d’être en arrêt cardio-respiratoire. Les secours l’ont ensuite évacuée en urgence absolue vers l’hôpital Beaujon, à Clichy (Hauts-de-Seine). Fodie y décédera des suites de ses blessures.

Les policiers ont mené sur place les premières investigations. « Les constatations réalisées sur le lieu des faits amenaient la découverte d’un morceau de manche à balai, de plusieurs bouts de bois disséminés, dont l’un présentant des traces de sang » a précisé au cours de la journée Eric Corbaux, le procureur de Pontoise. Ce dernier a précisé qu’une autopsie aura lieu pour déterminer les causes de la mort et qu’une enquête était ouverte pour homicide volontaire. Celle-ci a été confiée à la sûreté départementale du Val-d’Oise. L’hypothèse d’un affrontement entre bandes rivales serait écartée. Mais l’origine exacte des faits n’était pas précisée ce mercredi soir.

Il faut lire ce rapport officiel, paru sur le site de la Documentation française, qui dit les horreurs du communautarisme et d’une soi-disant religion, l’islam, qu’on n’a pas obligée à respecter les lois et les valeurs de notre pays.

Quelques extraits, au hasard…tirés du chapitre 3, l’école aux prises avec des difficultés d’ordre culturel.

l’école est fortement exposée, dans certains quartiers populaires, aux tensions ethnoculturelles. Le communautarisme progresse avec des demandes aménagements de différentes natures pour tenir compte de pratiques religieuses ou supposées telles. En outre, la fracture culturelle qui peut exister entre certains immigrés et la grande majorité de la population crée de profonds malentendus sur la mission de l’école en termes d’intégration sociale et culturelle à la nation française.

3.1.2 Le bien commun en danger

A tous les niveaux de la scolarité, les témoignages recueillis par le HCI font état d’obstacles croissants.

Ainsi, il n’est plus rare que, dès l’école primaire, des parties du programme soient refusées : alors que le programme d’histoire en CM1 prévoit expressément « les Gaulois, la romanisation de la Gaule et la christianisation du monde gallo-romain », au même titre que l’étude « des conflits et échanges en méditerranée au Moyen Âge : les Croisades, la découverte d’une autre civilisation, l’islam », des enseignants se voient systématiquement opposés un refus de parents musulmans à l’étude, par leurs enfants, de la christianisation. Les

mouvements migratoires, conséquences des Croisades sont remis en cause au prétexte que les Chevaliers n’ont pas existé ou que dans le meilleur des cas, ils n’ont jamais atteint le Proche- Orient ! Qui imaginerait que l’éducation musicale soit contestée ? Pourtant, des enfants refusent de chanter dans une chorale ou de jouer de la flûte à bec au prétexte d’une interdiction religieuse.

Ainsi, la pression religieuse s’invite au sein des cours et dans la contestation ou l’évitement de certains contenus d’enseignement. Ainsi, les cours de gymnastique et de piscine sont-ils évités par des jeunes filles qui ne peuvent être en mixité avec les garçons. Ces dispenses d’enseignement, parfois justifiées par des dérogations médicales « de complaisance », pose le problème du vivre ensemble entre filles et garçons. Il arrive que des enseignants, désemparés devant le peu d’élèves à la piscine lors du ramadan, cherchent auprès de l’imam le plus proche la justification religieuse à pouvoir suivre les cours dispensés. Par une volonté de bien faire, ces enseignants contreviennent alors au principe de laïcité et inscrivent de fait la religion comme ayant force de loi.

Si des contenus sont contestés ou refusés, d’autres sont demandés qui portent sur le pays d’origine et non pas sur celui d’accueil.

Dans le cadre de l’éducation civique, juridique et sociale, au lycée, le débat argumenté est de plus en plus difficile à mettre en place dans les établissements à forte population d’origine étrangère par crainte d’affrontements identitaires.

Depuis peu, les professeurs du domaine scientifique ne sont pas davantage à l’abri de contestations qu’ils doivent sans cesse contrer. L’évolutionnisme est remis en cause au profit d’une action divine ou créationniste imposée par l’élève, sans argumentation. Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.

Par ailleurs, de plus en plus nombreux sont les établissements du second degré dont les enseignements peuvent être, sinon troublés par des évènements géopolitiques, au moins perturbés par des questionnements au professeur qui éloignent des programmes et des connaissances constitutifs du cadre commun. Ces questionnements, ces prises de positions Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.souvent bruyantes exigent de la part de l’enseignant une forte conviction dans la portée de son métier et une formation solide pour affirmer rigueur et autorité pendant une séquence afin de garder le cap. Contrairement à ce que l’on entend, il n’est pas certain que les enseignants confirmés soient les mieux préparés à cet exercice car, confortés par des années d’écoute relative de leur auditoire, beaucoup confirment l’émergence soudaine de situations de classes qui leur étaient jusque là inconnues. Décontenancés, certains lâchent prise. Aussi faut-il craindre que, pour acheter la paix dans la classe, des parties de programmes ne soient plus abordées ou deviennent l’objet de négociations permanentes mettant à mal les outils indispensables à l’intégration sociale.

Ces dernières années sont marquées par une affirmation de l’appartenance religieuse dans les comportements des élèves. Face à cela, les enseignants et les équipes éducatives ne savent pas quelle attitude choisir : certains font semblant de ne pas voir le problème, d’autres justifient es comportements par la victimisation de ces élèves, d’autres encore cherchent un fondement religieux pour légitimer leur cours… d’autres enfin refusent de négocier en tenant bon sur la laïcité. Enfin, insistons sur le fait que ces contestations perturbent le bon déroulement des cours et empiètent sur le temps dévolu aux enseignements. Cela est un facteur supplémentaire qui peut contribuer à renforcer le fossé entre les savoirs acquis par les élèves de ces territoires et ceux d’établissements plus à l’écart de ces débats.

3.2 L’enseignement de l’histoire : le « roman national » contesté

La France est depuis longtemps un pays d’immigration. Pour des générations d’enfants d’immigrés, la remise en question de l’histoire ne s’est pas posée. La formule bien connue de « nos ancêtres les Gaulois », aujourd’hui considérée comme assimilatrice, était conçue comme un moyen d’intégrer dans une même histoire des écoliers venus de pays différents. La France étant une terre de droit du sol, le lien qui unit les nationaux est un lien de communauté choisie

qui s’incarne dans une histoire nationale. Or, depuis plusieurs années, dans un nombre croissant d’établissements, les cours d’histoire sont le lieu de contestations ou d’affrontements, de mise en concurrence de mémoires particulières qui témoignent du refus de partager une histoire commune. Les sujets difficiles portent sur ce qui apparaît comme une concurrence des mémoires ou une difficulté à gérer une « contradiction dans le sentiment d’appartenance ».

Auditionnée par le HCI, l’association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) fait état des incidents qui ont émaillé les cours de collèges de la région parisienne, notamment sur la question de l’extermination des Juifs d’Europe. L’association a donc lancé une enquête au printemps 2003 auprès des professeurs d’histoire-géographie des collèges et lycées (5 344 questionnaires, 708 réponses). Les résultats montrent une incidence modérée et limitée à certains établissements : 112 incidents déclarés sur les 708 réponses, soit 15,8%, et localisés principalement dans les académies d’Aix-Marseille, Lyon, Grenoble, Lille, Strasbourg, Reims, Toulouse. L’association observe cependant que les professeurs d’un certain nombre d’établissements difficiles ne se sont pas exprimés dans le cadre de cette enquête.

Trois questions provoquent des situations de tension dans certains établissements :

– l’enseignement du fait religieux ;

– l’extermination des Juifs d’Europe ;

– le Proche-Orient (le conflit israélo-palestinien).

On peut y ajouter la décolonisation, notamment la guerre d’Algérie et les Etats-Unis (guerre du Golfe, guerre d’Irak, attentats de septembre 2001).

L’enseignement du fait religieux est souvent assimilé à du catéchisme. Certains parents y voient des tentatives d’évangélisation.

Plusieurs incidents sont liés à la visite de lieux de culte ou mémoriaux (refus de visiter des églises ou des mosquées, refus de visiter les cimetières de Verdun…). Des revendications religieuses se font jour : demande de pause pour la rupture du jeûne lors du Ramadan, rupture du jeûne de professeurs musulmans avec leurs élèves dans un collège du Nord de Paris, refus de représentation de figures humaines en cours de dessin…

L’antisémitisme est souvent exprimé anonymement et peut se manifester lors des cours consacrés à l’enseignement du génocide des Juifs : plaisanteries déplacées, refus de voir des films comme Nuit et Brouillard. Les tensions viennent souvent d’élèves qui s’affirment musulmans. L’antiaméricanisme est souvent lié à l’antisémitisme.

La vision du monde qui semble s’opérer est binaire : d’un côté, les opprimés, victimes de l’impérialisme des Occidentaux, et ce, depuis les temps les plus reculés, et de l’autre, les oppresseurs, les Européens et Américains blancs, pilleurs des pays du Tiers-Monde. Cette vision fantasmée sert d’explication à l’histoire du monde et de justification aux échecs personnels. Les mécanismes propres à l’histoire sont méconnus, seuls subsistent pour ainsi dire des « états de nature ». La question de l’esclavage est un bon exemple de cette vision du monde : si la traite négrière transatlantatique est connue de tous, il est plus difficile d’aborder

la question de la traite interne à l’Afrique ainsi que celle de l’Afrique du Nord et du Moyen- Orient. Le programme d’histoire introduit en classe de 5è pallie cette faiblesse.

Sur certains territoires, ce vague héritage du tiers-mondisme trouve parfois des échos au sein même du corps enseignant, quelques uns de ses membres confortant les élèves dans un statut de victime, d’autant plus quand ils sont habitants des quartiers. Cette vision de l’histoire peut parfois servir de justification aux rapports sociaux : les habitants des cités, souvent immigrés, seraient les opprimés d’hier, concentrés dans des ghettos, rejetés de la vie économique et de la réussite, tandis qu’au-dehors, les Français, assimilés aux Blancs, se partageraient les richesses.

Le sentiment de ne pas appartenir à la communauté nationale est partagé : chacun se définit par la nationalité d’origine de ses parents avant de se sentir Français.

Marginalement, une difficulté chronique tient sans doute à l’histoire contemporaine de notre pays, qu’une partie du corps enseignant a intégrée inconsciemment. Par rapport au public étranger ou issu de l’immigration, certains sont marqués par la repentance dans leur approche pédagogique. L’embarras de certains enseignants d’histoire pour aborder la période coloniale face à un public d’élèves d’origine subsaharienne ou nord africaine existe et la mise en cause de l’Etat dans l’histoire du XXème siècle rend plus difficile l’appropriation des principes républicains.

L’école dans les quartiers ? C’est un film, certes, mais bien en-dessous de la réalité : 

S’il n’y a pas un bon niveau dans les écoles des quartiers c’est parce que trop de leurs enfants refusent l’école française, tout simplement Bref, ils refusent l’école française et à présent ils pleurent.

Bref, ils ont choisi de vivre en France, mais ils refusent le modèle français et à présent ils pleurent.

Et c’est leur faute uniquement leur faute.

Qu’est-ce que c’est que ces gens-là qui ne cessent de dire qu’ils sont différents des autres, qu’ils ont des règles de vie différentes des autres mais qui nous demandent de payer, nous, les pots cassés de leurs différences ?

Mais le pire dans l’histoire, après tout les musulmans sont dans leur rôle, en réclamant sans cesse la lune, c’est que ces demandes exorbitantes, monstrueuses, scandaleuses… sont relayées et transmises en bonne et due forme par des députés macronistes à Macron.

Députés communautaristes, félons, qui n’ont rien à envier aux insoumis ni au NPA.

Des vendus. Et des musulmans. Jamais il n’y a eu autant de musulmans à l’Assemblée nationale que depuis que Macron est là…

Et en cette période électorale, il est bien capable de tenir compte de leurs desiderata et parce qu’il est dans le même état d’esprit qu’eux, fervent partisan de la discrimination positive et parce qu’il a compris que pas un gilet jaunes ne votera pour lui, il faut qu’il récupère des votes musulmans.

On n’a pas encore tout vu.

Ils sont bien capables d’interdire toute dérogation, tout contournement de la Carte scolaire, ils sont bien capables de faire ce que Bel Kacem avait entrepris, elle qui mettait un seul enfant blanc sur les photos de classes françaises de la page facebook de l’EN mais qui préparait l’obligation pour les enfants des beaux quartiers de prendre le bus pour aller dans les écoles des ghettos et inversement. Les enfants affectés dans une école non plus en fonction du lieu d’habitation mais en fonction des revenus de leurs parents…

Quant aux malheureux enfants blancs qui se retrouveraient en petit nombre dans certaines écoles ( en Seine-Saint-Denis il n’y a plus un enfant juif dans les écoles publiques, la faute aux juifs ? ), ils n’auront pas le choix. Pour survivre, ils devront payer la taxe du dhimmi sous forme de racket, cirer et lécher les chaussures de leurs maîtres musulmans ou se convertir.

L’esclavage est dans les textes sacrés de l’islam, encouragé…

D’ailleurs il suffit de voir ce que les ordures de djihadistes ont fait aux Yézidies et aux chrétiennes pour comprendre que l’esclavage est dans l’ADN de l’islam.

Elisabeth Borne et Guillaume Pepy, assassins en puissance, vont employer des clandestins à la SNCF !

Un psychologue danois démontre le rapport entre violence et culture musulmane…

Etats-Unis : des enfants chantent les têtes coupées et le sang des martyrs

“Les députés en Marche veulent que nos enfants deviennent les esclaves des petits musulmans à l’école”

Marcher sur des Oeufs

S’il n’y a plus d’enfants blancs dans les zones totalement envahies, c’est que les parents les ont fuies et ne veulent pas imposer l’expérience plus ou moins douloureuse qui a été la leur. Sinon il seraient restés.

Par ailleurs, si la nouvelle population allogène réclame, cela fait déjà plusieurs fois sans succès apparemment et pour cause sans doute, c’est qu les enfants de la bien-pensance, les enfants de ceux qui nous disent et nous imposent ce qu nous ne voulons pas ; bien, les enfants de ces gens-là ne sont pas dans ces zones tellement paradisiaques comme ils nous obligent à croire qu’elles sont.

Viendra un temps où ils nous imposeront, les nouveaux froncés et leurs acolytes français, soit par l’argent profitant de la misère dans laquelle ils plongent le peuple autochtone ; et plus tard, économie oblige par la force.

Si c’est si bien, pourquoi leurs eux et leurs enfants ne cohabitent-ils pas avec leurs privilégiés ? Il y en a pourtant des traitres et des rejetons de traîtres.

Marcher sur des Oeufs

Vous avez remarqué comme à l’Assemblée internationale française siègent plus d’allogène que de nationalistes.

Même les violents, les poursuivis ou pas par la justice qui ne semble pas intéressée par leurs cas sont là à parader et à nous faire la nique quand à l’extrême droite de l’hémicycle pour représenter plus de 11 millions de personnes ils ne sont que 6, que l’on muselle, que l’on n’écoute pas et pour lesquels on se bouche le nez et les oreilles.

Par contre on laisse brailler les bis-nationaux qui nous crachent leur haine et la supériorité sur nous que les pouvoirs corrompus leur ont données.

C’est tout simplement insupportable d’être dépossédé de la sorte ; d’être banni en quelque sorte par des traîtres et leurs alliés allogènes à qui ils ont donné le pouvoir sur nous et les clefs de Notre patrie.

Alexcendre 62

Nous n’avoir plus d’argent et plus d’idée pour en avoir sauf la dette ! alors la seule et unique réponse d’un responsable digne de ce nom serait face a toutes les demandes d’où quelles viennent désolé le guichet est fermé jusqu’a nouvel ordre la France rembourse sa dette .L’homme capable de répondre ça n’aurait pas beaucoup de courtisant ou de rapace dans sa suite mais au moins il servirait son pays avec honnêteté , je doute que ce soit actuellement le cas car il vient du même bocal .

Langevin49

Nos enfants seront soumis au harcèlement et au racket de la part des tribus de musulmans et d’Africains en tous genres, pour les rabaisser et les humilier; surtout les pauvres filles qui devront marcher au pas, et se faire violer sans broncher. Les femmes le seront de la même manière, partout où elles se trouveront; jusqu’à ce qu’elles se voilent enfin, pour échapper au viol de ces délinquants. Pour ce qui concerne les garçons, ils seront pris à partie par ces groupes de musulmans, et seront maltraités, et frappés, de la manière la plus honteuse, s’ils s’opposent à leur volonté. Ce sera, comme ça, la France de macron et c’est CERTAIN.

berger

Saïd Ahamada , député, tout est dit…

Baudoin de Flandre

Ah, « le vivre ensemble » !!! mais ça c’est pour nous, pour eux c’est « vivre entre eux » !!! oui, bientôt, ils décideront ce que ça veut dire d’être français ou européen… ils ont déjà commencé !!! le navire (est) sombre…

Lafayette

Désolé On ne mélange pas les serviettes et torchons , de même que nos enfants propres ,éduqués avec des sauvages sales et sous développés manipulés par leur barbare idéologie sectaire. , nos enfants resteront dans une école privée catholique, dans notre tradition judéo-chrétienne. Et aucune loi nous l’ interdira ,sans être confronté a notre sanglante colère , vive la France libre . Lafayette JM

Amélie Poulain

Bien-dit et partagé entièrement.

Christian Jour

Et mon cul c’est du poulet. Mes enfants esclaves de ces petites raclures, jamais. J’ai appris à mes enfants à se défendre et ça a marché plutôt bien, ils ont eu la paix.

Apprenez à vos enfants à péter la gueule des petits parasites chaque fois qu’ils se font emmerder et ne pas oublier que l’union fait la force.

Machinchose

« LA SECTE DE LA VIRGINITE AHAMADA- – grand format …

livre.fnac » »

je me doutais confusément au nom qu’il était question d’une secte……

mais ne pas confondre avec le Ahamadis (pas vraiment des Gaules) algériens qui sont de braves gens qui tentent de réformer l’ Islam

quand aux écoles, nous avons eu la chance de voir nos petits enfants fréquenter jusqu’au Bac, l’ école catholique des Francs- Bourgeois, d’ obédience Salésienne !

et plus les années avançaient plus les postulants musulmans a l’ inscription ont augmenté 

bien sur rien a voir avec la racaille crasseuse , des parents et des enfants n’ ayant rien a nous envier…. question milieu socio-culturo-professionel

comme quoi …………le « racisme » on sait mieux a présent de quel fumier infect il provient tout en y etant soigneusement cultivé

Marcher sur des Oeufs

Mélenchon et tous les siens ils crèchent où ?

Lui qui ne peut pas blairer les blancs, blonds aux yeux bleus ; ça lui donne la nausée ; il est blancophobie, blondcophobe ; il ne supporte pas ;il se sent mal au milieu des indigènes européens ; ça lui occasionne des malaise.

Lui qui n’est pas raciste sauf avec les blancs ; lui qui aime l’immigration à mort ; lui qui s’en prend à notre jeunesse identitaire qui ne veut pas mourir, qui aime sa Patrie et veut légitimement la protéger ; pourquoi n’est-il pas avec ses chouchous ? Il ne risque rien lui puisqu’il les aime tant. Comment ce fait-il qu’il n’y soit pas ?

Oui, oui ! Il vont nous crier au racisme refusant de voir que si les gens sont partis c’est que c’est invivable.

Qui voudrait vivre dans ces milieux délabrés parce que si peu respectés.

Oseront-ils imposer aux femmes d’aller vivre dans ces zones de non droit ou seulement de droit islamique où comme à Sevran les autochtones qui seront poussées ; forcées à y vivre devront vivre selon les règles établies par les musulmans du coins ; couvertes totalement et ne pouvant sortir que selon ces mêmes règles.

Nos zélites traitresses oseront-elles pousser les plus démunis des gaulois à vivres dans ces zones coupe-gorges eux et leurs enfants ?

Oh ! Il se peut que pour faire avaler la pilule empoisonnée soudain ces zones de non-droit deviennent tout à coup accueillantes juste l’histoire de faire venir le kouffar pour que le rejeton mécréant soit éduqué, imprégné et devienne plus tard, volontairement musulman ; juste la méthode du foulard imposé aux toute petites filles pour qu’elle ne souffre pas et soient tellement conditionnées qu’elles ne savent plus vivre sans, se sentant nues si elles ne le portent pas.

C’est un piège des plus dégoûtant que nous ont tendu les zélites qui se garderont bien elles de s’installer en zone de non droit ou en zone islamique.

Samia

J’assume, je suis une sale islamophobe. Il était hors de question que mon fils aille dans un collège racaillisé, lui le fils d’une personne qui a rejeté la pourriture d’islam. Je l’ai mis dans le privé, je ne regrette rien, je recommencerais à l’infini.

Idem, j’ai choisi de vivre dans un quartier à majorité non musulmane car c’est là que je peux vivre ma vie en toute quiétude. Dès que l’environnement est islamisé, ce n’est plus possible. C’est pétage de plomb garanti, c’est fini liberté d’agir en son âme et conscience. Pourquoi se mentir, c’est une réalité connue de tous.

Je suis fatiguée de toute cette hypocrisie…

Marcher sur des Oeufs

Bonjour @Samia ;

Une chose m’interpelle : jusqu’à présent la collabo-islmao-sphère, celle de ma bien-pensance a fait tout ce qu’il fallait pour miner la réflexion de nos compatriotes ; pour les hypnotiser en quelque sorte et parvenir à ce que ceux-ci soient frappés de cécité concernant le tsunami d’allogènes essentiellement musulmans. Même les atteintes à la laïcité et dans la sphère publique ne provoque en eux le questionnement.

Ont-ils remarqué la présence incroyablement massive de ces éléments allogènes islamistes dans toutes les infrastructures sociales, administratives et POLITIQUES de notre pays et ce que cela signifie ? Pas même leur mantra : « pas de haine, vive l’amour, le vivre ensemble… » opère.

Pourtant il y a dans ce domaine une accélération extrêmement dangereuse ; l’islmisme c’est imposé partout dans les plus hautes sphères de notre société.

Dans le domaine de la culture et de l’enseignement c’est la domination qui règne soit imposée par les islamistes soit que nos zélites pourries et traîtresses suivent leur plan d’islamisation de l’occident et met la main à la patte se révélant être un allié inconditionnel.

C’est ainsi qu’à la présidence de l’UNEF, nous avons une islamiste ; mais aussi en Angleterre ; ça y est ! ce sera partout pareil en Europe pour montrer qu’ils sont des gens bien au peuple bêlant qui ne comprend pas que ces zélites ne favorisent cette islamisation que pour servir leurs intérêts.

Londres a son maire islamiste ; Paris est en passe de reproduire l’exploit avec Moundir….

Nos Assemblées regorgent d’élus islamistes, pourtant pas tous irréprochables ; et au besoin on fait l’impasse sur la légitimité légale et judiciaire de ces élus qui de toutes les façons passent à travers les mailles de l’Injustice ; pourquoi pas après tout puisque tous les jours sur notre sol sont perpétrés des délits le plus souvent très graves en toute impunité. Vous rendez-vous compte que cette « minorité » a plus d’élus qui la représentent à l’Assemblée que n’en ont l’ENSEMBLE des nationalistes qui sont presque 20 millions d’électeurs et à la différence de cette population immigrée, ils sont autochtones depuis des siècles, ont construit la France, n’ont que ce pays pour Patrie. Comment les Français ne voient-ils pas qu’on les dépouille, qu’on les déshérite de leur Pays ? Que nous restera-t-il ?

Une liste exclusivement musulmane pour l’islam en France et en Europe se présente aux élections européennes.

On sait que les différentes communautés musulmanes sont rivales et que chacune rêve de l’emporter sur les autres en matière de domination de l’idéologie de leur mouvance respective.

La Charia est là qui fait son nid.

Les musulmans imposent leurs vision islamique de la société et veulent que l’ occident et les occidentaux appartiennent à la Oumma ; cette demande répétée de repeuplement par les enfants autochtones des zones qu’ils ont pris à la France (je ne dirais pas à la république mais bien à la France) en est une preuve flagrante ; et ils l’obtiendront.

Alors, oui ! j’en reviens à l’étourdissement avant abattage des français : vraiment ne voient-ils rien venir ? Ne sont-ils pas du tout conscients de l’évolution de la situation et de la tournure qu’elle prend ? Vont-ils ne pas se réveiller ? Sont-ils encore capables de penser par eux mêmes et de s’émanciper de l’hypnose collective exercée par l’oligarchie ?

Il est temps, mais vraiment grand temps.

Samia

Bonsoir MSDO,

J’entends ce que vous voulez dire et je suis complètement d’accord. Je ne comprends pas ce qui se passe actuellement, c’est très grave, les politiques magouillent à qui mieux mieux et jouent avec le feu, quand une bonne part de la population dort profondément d’un sommeil léthargique.

Je n’aime pas et je dirais même je hais l’injustice, l’obscurantisme, la fourberie, la violence, les inégalités provoqués par l’islam. Je suis profondément pour l’humain quel qu’il soit et cette doctrine c’est tout le contraire.

Je vis depuis toujours sur la terre de France et je trouve normal de l’aimer, de la chérir, de faire en sorte de la préserver et de la servir. Je suis fonctionnaire pour cette raison, servir mes concitoyens. C’est cette saleté d’islam qui empêche les gens venus de pays islamiques d’être corrects vis à vis de la France. Leur haine, toutes les emmerdes qu’ils provoquent aux Français de souche mais pas seulement aux Asiatiques, aux populations immigrées assimilées ou intégrées font qu’ils n’ont rien à faire ici et qu’ils ne méritent pas leur présence en terre de France.

Aimer la Kabylie de mes ancêtres ne m’a jamais empêché d’adorer la France, sa culture, sa gastronomie, son histoire, sa langue, ses paysages, son terroir… Elle est mienne, son amour coule dans mes veines. Je trouve dommage que certains en arrivent à opposer les choses, et à se murer dans une vision exclusive, agressive, haineuse.

90 % de mes amis sont non musulmans et j’ai pour eux beaucoup d’estime, d’affection, de respect et à côté de ça, j’ai gardé des liens avec des kabyles de Kabylie par le biais des snapchats…

Pourquoi devoir haïr ? Les italiens, espagnols, portugais ont gardé des liens avec leur pays d’origine et aiment la France. L’islam ne permet pas ça, c’est déplorable. Pourquoi, on a laissé faire ça, s’installer des gens haineux, chérissant la division, la défiance, la mauvaise foi, l’impérialisme de leur religion. Pourquoi ? Moi pas comprendre !

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai pensé cela, ce n’est pas d’aujourd’hui.

Marcher sur des Oeufs

Bonjour @Samia ;

Tout à fait en accord avec vous.

Et pour revenir à ‘immigration européenne, il faut rajouter que ces populations immigrées en France partageaient la même religion ou tout simplement étaient athées.

La très grande différence est aussi là ; que les musulmans sont des religieux avant tout ; des citoyens de la oumma et nous avons introduit chez-nous par millions des allergiques à la laïcité. Nous les avons tellement bien accueillis que les coupables e cette invasion acceptent la transformation de notre société au point d’en faire une société musulmane alors qu’elle était laïque et qu’ils ont combattu la chrétienté en France.

Et le drame, qui se révèlera être une tragédie, c’est que ces zélites ont choisi comme population immigrante à l’excès, les adeptes de la religion la plus violente et dangereuse au monde dans notre pays laïc.

Je n’oublie pas bien sûr nombre de nos compatriotes du Maghreb qui sont de parfaits Français comme par exemple l’était, cette excellente personne Alain Mimoun qui s’est gagné le respect et l’admiration sur tous les plans ; vous avez bien compris que nous parlons de Français reconnus par l’Etat mais aussi par leur compatriotes Français ce que ne sont pas la majorité des maghrebins et les envahisseurs d’aujourd’hui, lesquels sont d’abord Musulmans et ensuite Maghrebins.

Hellen

Et, nous allons accepter ça, sans broncher, en baissant la tête, laisser nos enfants et petits enfants devoir supporter ce que nous n’arrivons plus à supporter???

Quand est-ce que finalement nous allons réagir comme nous aurions dû le faire dès le début, c’est à dire, il y a longtemps et protéger nos enfants et nos petits enfants qui finiront par avoir le cou tranché comme cette espèce-là sait le faire, puisqu’elle ne sait faire que cela d’ailleurs…???!

Désolée, mais eux vont très loin dans leurs demandes et revendications, parce que nous les laissons faire et nous nous laissons faire…

Résultat : nos enfants et petits-enfants finiront soit assassinés, soit suicidés parce que nous ne sommes au final que des pleutres!!!

Bien à vous

Samia

Le pire, c’est que cela les fait rire et augmente leur dédain et mépris déjà bien présents du fait de leur doctrine !!!!!!!

Chère Madame, cher Monsieur,

Jeudi dernier un détenu a été condamné à dix-huit mois de prison supplémentaires, après que l’administration pénitentiaire ait découvert des images pédo-pornographiques sur son ordinateur.

Ce détenu purgeait déjà une peine de dix-huit ans de prison pour le viol de deux adolescentes, commis à Brest en 2002 et 2003, comme le rapporte France 3.

S’il avait un ordinateur portable dans sa cellule, c’est parce que l’administration pénitentiaire l’y avait autorisé. En effet, ce condamné rédigeait une thèse pendant le temps de sa détention, pour préparer sa « réinsertion ».

Les images pédo-pornographiques qui ont été trouvées sur son ordinateur, il les avait achetées à un autre détenu grâce à la revente d’alcool à laquelle il se livrait en prison. En toute illégalité bien sûr. Il avait en effet « reconstitué un alambic » dans sa cellule à l’aide de briques de jus de fruits…

Et savez-vous quel était le sujet de la thèse sur laquelle il était censé travailler ?

« La prison et la lutte contre la récidive » ! Je vous jure que je n’invente rien.

Voilà donc un homme :

• condamné pour le viol de deux mineures,

• qui trouve cependant le moyen pendant sa détention de se livrer à un trafic d’alcool…

• … pour se procurer des images pédo-pornographiques sur son ordinateur

• fourni par l’administration.

Comment expliquer un tel scandale ? Voici comment a réagi le Procureur :

« On a foi en l’être humain, on croit toujours que la personne est récupérable… Mais lui, au lieu de travailler utilement sur sa thèse universitaire, il a préféré retomber dans ses travers et ses anomalies »

Et en effet, tout cela est profondément choquant.

Choquant et profondément inacceptable.

À l’IPJ nous croyons à la réinsertion des condamnés après leur peine. Nous aussi nous pensons que beaucoup de délinquants sont récupérables.

MAIS pour cela il y a une condition préalable indispensable : qu’ils soient réellement punis et sanctionnés pour leurs crimes et que les peines soient exécutées sans faiblesse.

Les partisans de la culture de l’excuse et du laxisme judiciaire veulent nous faire croire que, pour réinsérer les délinquants, il faut absolument se montrer « gentil » ou « compréhensif » avec eux.

D’abord en leur évitant la prison le plus longtemps possible, en préférant toujours les « peines alternatives ». Et ensuite en relâchant la discipline carcérale le plus possible. En accordant aux détenus toujours plus de « droits » et d’éléments de confort et toujours moins d’obligations, de devoirs ou de discipline.

Mais c’est l’inverse qui est vrai.

Pour beaucoup de délinquants un passage par la prison est souvent une condition nécessaire pour abandonner leur mode de vie délinquant, pour être capables de « décrocher ». Et eux-mêmes en ont conscience.

Le docteur Théodore Dalrymple, l’un de nos experts, qui a pendant longtemps été psychiatre dans les prisons anglaises explique :

« Tôt dans ma carrière de médecin pénitentiaire j’ai découvert une chose à laquelle je ne m’attendais pas le moins du monde : qu’une proportion étonnante des détenus préférait la vie en prison à la vie “à l’extérieur”. »

S’ils préféraient la vie en prison, au moins un temps, c’est d’abord parce que, disaient-ils, ils s’y sentaient plus “en sécurité”.

« Mais en sécurité par rapport à quoi ? La plupart du temps c’était par rapport à eux-mêmes. Ils ne savaient pas quoi faire de la liberté et lorsqu’un choix se présentait à eux, ils choisissaient toujours la branche de l’alternative la plus superficiellement attirante et la plus évidemment autodestructrice. Ils provoquaient le chaos et le malheur autour d’eux, y compris pour eux-mêmes, et ils étaient souvent sous la menace d’ennemis que leur propre comportement avait suscités. »

En prison il n’y a pas tout cela, du moins lorsque la prison est réellement une prison et que l’administration ne laisse pas les condamnés y recréer leur mode de vie délinquant.

Pendant leur détention, beaucoup de condamnés reçoivent aussi des soins qu’ils ne recevraient pas ailleurs. C’est particulièrement vrai pour ceux qui se droguent. Or beaucoup de délinquants sont de grands consommateurs de psychotropes : cannabis, alcool, cocaïne, etc.

Le docteur Dalrymple en a rencontré beaucoup durant sa carrière :

« Les drogués étaient si maigres qu’ils auraient pu servir de figurants dans n’importe quel film sur les camps de concentration. Après quelques mois en prison, ils étaient à nouveau l’image vivante de la santé. Malheureusement ils revenaient quelques mois après leur libération dans le même état cadavérique. Certains avaient même supplié les juges de les envoyer en prison afin qu’ils puissent “décrocher“, comme ils le disaient, c’est-à-dire cesser de se droguer.Mais le désir de décrocher n’était pas équivalent à la volonté nécessaire pour résister à la tentation de la drogue une fois qu’ils étaient libérés. »

Lorsque l’administration pénitentiaire préfère « fermer les yeux » sur certains trafics pour acheter la « paix carcérale », non seulement elle met en danger la sécurité de tout le monde, mais elle manque aussi à son devoir d’aider les condamnés qui veulent se réinsérer.

Ce manquement peut avoir des conséquences dramatiques pour les détenus eux-mêmes.

Le docteur Alexandre Baratta, un autre de nos experts, psychiatre lui aussi, raconte qu’il a déjà eu à faire à des détenus présentant « des troubles d’allure psychotique » qui étaient « probablement consécutifs à la consommation de stupéfiants. Ils avaient consommé soit trop de cannabis, soit des amphétamines ou de la cocaïne, qui circulent librement en prison et auxquels les détenus ont recours – particulièrement le vendredi… »

Les trafics qui gangrènent nos prisons ne sont pas une fatalité. Ils sont le résultat d’une suite de décisions prises par les pouvoirs publics. Une suite de lâchetés et de démissions.

À cause de ces renoncements, nos prisons sont de moins en moins capables de remplir leurs fonctions : punir les criminels, protéger la population, aider les condamnés qui le veulent à se réinsérer.

À l’IPJ, nous n’avons pas peur de dénoncer ces démissions et de dire des vérités qui dérangent.

Nous n’avons pas peur de dire que la prison est un instrument indispensable pour lutter contre la délinquance.

Nous n’avons pas peur de dire qu’il faudrait construire de très nombreuses places de prison supplémentaires.

Et nous n’avons pas peur de dire qu’il faudrait rétablir une vraie discipline carcérale, afin de pouvoir faire de la détention un temps utile. N’en déplaise aux soi-disant « humanistes » pour qui le mot discipline est un gros mot.

Nous continuerons à le dire, inlassablement, et à être les porte-parole de tous les Français qui veulent une justice plus rapide, plus ferme et plus protectrice des citoyens.

Vous pouvez compter sur moi.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*