En ISRAËL se sont les arabes qui rasent les murs ! Les Arabes israéliens sont particulièrement exposés aux agressions par arme à feu… comme dans NETFLIX !

Spread the love

Un Arabe israélien court 36 fois plus de risque qu’un Juif ; le chef de Raam appelle à investir dans l’éducation, dans les opportunités d’emploi et dans le maintien de l’ordre

Par TIMES OF ISRAEL STAFFAujourd’hui, 12:40  

Photo d’illustration : La police sur les lieux d’une fusillade dans la ville bédouine de Rahat, le 8 avril 2021. (Crédit : Police israélienne) 

Un rapport qui a été préparé par une unité de recherche de la Knesset souligne que les hommes arabes risquent beaucoup plus d’être les victimes de violences commises à l’aide d’armes illégales que leurs compatriotes juifs.

Les détails de l’étude qui a été effectuée par le centre de recherche et d’information de la Knesset ont été initialement révélés lundi par le site Ynet, vingt-quatre heures après l’assassinat du conseiller aux affaires arabes de la ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton, qui a été abattu à l’extérieur de son domicile situé à Rameh, une ville du nord du pays.

L’étude a examiné les violences commises entre 2017 et 2020. Elle conclut que les hommes arabes de 25 ans et plus ont 36 fois plus de risque d’être victimes d’une agression par arme à feu que les Juifs israéliens appartenant à la même catégorie d’âge. 

Les jeunes arabes (le rapport n’a pas précisé l’âge) ont de manière plus générale 21 fois plus de risque d’être agressés par balle que les jeunes Juifs.

Les résidents des localités arabes ont 30 fois plus de chance d’être victimes d’un crime commis par arme à feu que les habitants des secteurs juifs, a noté encore l’étude. 

Entre 2017 et 2020, 10 891 personnes ont été blessées par arme à feu : 84 % étaient des Arabes résidant en Israël ; 12 % étaient des Juifs israéliens et 4 % étaient des Arabes non-résidents, dit le rapport.

Les Arabes israéliens ne forment qu’un cinquième de la population du pays.La scène du meurtre de Shara Ismail, 50 ans, à Rameh, le 15 août 2021. (Crédit : Police israélienne)

La recherche montre aussi que les crimes avec arme à feu sont en hausse régulière – en 2017, il y avait eu 1 733 Arabes et 267 juifs victimes d’un crime de ce genre et ces chiffres ont significativement augmenté en 2020, avec 2 983 Arabes et 397 juifs. 

Sur les 13 450 dossiers de crimes avec arme dans cette période – des dossiers où l’identité du suspect est connue – 78 % étaient des Arabes et 14 % étaient des Juifs. L’étude remarque également qu’une large proportion des dossiers portant sur des crimes avec arme, dans la société arabe, ont été clos pour manque de preuve.

L’étude met aussi en lumière le problème des armes illégales. Entre 2017 et 2020, 27 000 armes et pièces de munition ont été saisies par les forces de sécurité. Parmi elles, environ 2 000 fusils et armes de poing. 

Une proportion significative des armements qui ont été volées en Israël provenaient de l’armée israélienne – 272 armes à feu ; 29 372 balles et 1 249 d’autres types d’armement, indique le rapport. 

En réponse à cette étude, le dirigeant du parti Raam, Mansour Abbas, qui préside la Commission spéciale de la Knesset sur les Affaires de la société arabe, a indiqué qu’en plus du maintien de l’ordre, des ressources devaient être investies dans certains domaines comme l’éducation. 

« Les crimes et les violences dans notre société sont une maladie grave qui doit être traitée avec sérieux, à tous les niveaux, et il faut s’attaquer à toutes les causes de ce phénomène », a déclaré Abbas à Ynet.

« Il est très important de collecter les armes mais il est plus important encore de faire naître l’espoir et de créer un environnement de vie de haut-niveau, et il faut aussi investir des ressources dans l’éducation, le logement, l’emploi et l’industrie ainsi que dans d’autres domaines qui empêcheront ces meurtres », a-t-il continué. Mansour Abbas, chef du parti Raam, dirige une réunion de faction, au Parlement israélien, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les villes arabes ont connu, ces dernières années, une recrudescence des violences dont le crime organisé serait le principal responsable. Les Arabes reprochent à la police de ne pas parvenir à réprimer les organisations criminelles puissantes et de détourner largement le regard face à ces violences – avec, entre autres, des querelles familiales, des guerres entre gangs ou des violences faites aux femmes.

Ce sont presque 70 Arabes israéliens qui sont morts dans des homicides depuis le début de l’année 2021, selon l’organisation à but non-lucratif Abraham Initiatives. En 2020, 96 Arabes israéliens avaient été tués – le bilan de loin le plus lourd de mémoire récente. 

Douze autres Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem-Est ont été tués sur le territoire israélien au cours d’homicides apparents.

Selon un rapport de la Knesset établi en 2020, environ 400 000 armes illégales circuleraient au sein de l’État juif, la vaste majorité dans les communautés arabes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*