Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

CORONAVIRUS

Du port du masque facial en population générale, une méta-analyse

Publié

le

Par Guillaume BasquinMondialisation.ca, 22 novembre 2020Thème: Histoire, société et cultureScience et médecineAnalyses: COVID-19

Le coronavirus est assez malin pour faire le tour du monde comme Bill Gates ?… mais trop con pour être gêné par un masque… sur lequel devrait être écrit INTERDIT AU CORONAVIRUS … alors que nous vivons en parfaite harmonie entre des millions de virus et des milliards de bactéries qui sont à la base de notre énergie. La même énergie bactérienne d’un sol meuble pour que les plantes trouvent leur bonheur à travers leurs racines… Un sol aseptisé par Monsanto est un sol mort… qui fait la ruine des paysans…

Vous avez gobé l’arnaque du sida et de la ceinture de sécurité… c’est que vous êtes capables de vous auto détruire sur l’ordre d’un gourou… vous êtes des morts vivants ! Vous êtes ridicules avec votre préservatif et votre ceinture… cette paranoïa de la mort !

Le masque facial est devenu le véritable symbole de la crise de la Covid-19, pour le meilleur (en milieu hospitalier, quand les soignants opèrent à 20 ou 30 cm des malades, et comme l’a dit et redit le Dr. Didier Raoult, qui a raison en tout dans cette crise, et là aussi ; et sans aucun doute pour les malades qui toussent ou expectorent, on le peut comprendre aisément), et pour le pire. Le pire, surtout. Je m’explique : imposer le masque aux gens en bonne santé, non malades, est une mesure expérimentale (ainsi que l’a si bien dit la généticienne Alexandra Henrion-Caude à André Bercoff sur Sud Radio [1]), jamais essayée auparavant en population générale. Outre que j’ai tout de suite prévu que ce serait un instrument de Terreur (à la fois instrument de contrôle social (= muselière, bâillon anti-logos, dissuadant de manifester, crier, etc.) et de pouvoir de nuire au travail ou dans la rue : intimidations, pressions, engueulades, crispations, raison suffisante pour virer quelqu’un de son poste, voire de l’école (sic !) — autant de masques, autant de kapos…), j’ai aussi très vite senti ses dangers pour la santé : imaginez donc mettre un bout de chiffon, souvent sale et déjà usagé,[2] devant les entrée et sortie d’air d’un réacteur d’avion, d’une chaudière à gaz, ou d’un moteur thermique à explosion : vous voyez tout de suite l’emballement thermique des dites machines : la panne : l’explosion ! Si « Dieu, qui est immense », avait voulu nous protéger par là, il nous aurait pourvu de paupières de bouche et de nez, n’est-ce pas !? Il n’en a rien fait. Demandons-nous pourquoi ?

L’ensemble bouche/nez/poumons est un ensemble biologique et thermodynamique ultra-complexe, qu’il est très dangereux de perturber à moyen-long terme. Tel chercheur nous dit que le port du masque nous met en état d’hypercapnie (augmentation de la pression partielle en CO2 (ou dioxyde de carbone) dans le sang) ; tel autre, microbiologiste, nous dit que vouloir arrêter un coronavirus avec un masque grand public revient à vouloir arrêter un sac de balles de tennis entre deux arbres espacés de plusieurs dizaines de mètres (à cause de la taille d’iceux) ; quand une neurologue allemande nous dit qu’ils sont carrément un véritable danger de santé publique. De source sure (visite médicale du personnel navigant), le port du masque fait presque instantanément chuter le taux de saturation en oxygène de 6 points, de 98% (taux normal) à 92%. Quid de son utilisation prolongée, sur plusieurs heures d’affilée ? La plupart des chirurgiens honnêtes nous disent que le port du masque n’est adapté qu’à une utilisation très normée et réduite dans le temps pour une opération chirurgicale en atmosphère contrôlée etc., avec élimination du masque après l’avoir utilisé une seule fois (risque d’auto-contamination, sinon…). Pour le professeur émérite de l’Université Johannes-Gutenberg de Mayence, Sucharit Bhakdi, « les masques pour la population générale ne sont pas nécessaires et peuvent en fait être des “nids à microbes” plus nuisibles qu’autre chose ».

En tout état de cause, leur imposition dans tout l’Occident cet été n’a pas du tout empêché l’arrivée de l’acte 2 de cette épidémie, et la comparaison avec la Suède,[3] où personne ne le porte ou presque, n’est pas en notre faveur… Le virus semble se jouer de nos masques de papier ou en tissu, de nos confinements,[4] comme autant de lignes Maginot : il passe, dans les interstices, par-dessus, sur les côtés…

Même l’OMS [5] ne les recommande pas vraiment en population générale, ainsi que nous l’a rappelé l’excellent anthropologue suisse de la santé Jean-Dominique Michel sur son blog « Anthropo-logiques » : « Le port du masque est bien sûr nocif pour la santé ! »[6]. (Je vous recommande vivement de lire les deux autres textes que J.-D. Michel a consacré à ce sujet sur son blog : « Bas les masques ?! Touchez pas à nos mômes et un scandale de plus… »[7] ; et, constatant largement leur inefficacité durant le 2e acte de l’épidémie : « À défaut de nous laisser libres de nos mouvements, laissez-nous au moins (et laissez nos enfants) respirer ! » [8]

Du côté de la littérature, pour l’écrivain et critique Jacques Henric,[9] aucune dictature n’avait jusqu’ici réussi à masquer toute sa population, et c’est une sorte d’« exploit » ; dans France Soir (loué soit ce journal !), l’éditeur Lucien Oulahbib titre : « Masques et voiles obligatoires : la même idéologie totalitaire ».[10] Par un tour de force tout à fait diabolique, quasi satanique, chacun doit être un malade en puissance, une nouvelle sorte de malade imaginaire version 3.0, et si même vous ne portez pas votre masque par peur de la contagion, vous devez le porter pour protéger les autres, supposés alors plus vulnérables que vous — le tour est ainsi joué : chacun devient un contaminateur potentiel, un untore selon Giorgio Agamben et après Alessandro Manzoni : « L’untore ! haro ! haro ! haro sur l’untore ! » On a confié l’espace public au Dr. Knock, et le monde entier est devenu un hôpital où tout le monde est plus ou moins malade sans le savoir.

Car finalement, et comment ne le pas voir ?, c’est bien le Pouvoir politique qui tire le plus grand avantage de cette imposition du port du masque généralisé : nous voici muselés, privés d’éloquence (c’est l’avis de Bernard Henri-Lévy,[11] pour une fois bien éclairé dans cette crise) pour nous plaindre, en un mot bâillonnés. Celui-là qui ne se sent pas bâillonné avec ce « putain » de bout-de-tissu sur la gueule, celui-là n’est pas vraiment un homme [ou une femme]… (Et sauf à être un vrai sujet à risques…) Voilà comment je pense.

En mai 2020, quand le masque était encore facultatif, on pouvait encore se réserver ce bon plaisir de distinguer, dans la rue, la « secte des covidistes » (ceux qui y croient dur comme fer, et qui pour cela n’hésitant pas une seconde à se retrancher de la communauté des humains, comme s’ils faisaient partie d’une secte (du latin secare : couper)), qui nous semblaient alors comme frappés de rhinocérite (et alors que la première vague était largement passée, et la première épidémie finie), du groupe plus large alors des covidiots (ceux qui ne croient pas en l’exceptionnalité de cette épidémie, très semblable aux grippes asiatiques de 1957 et 1968) ; depuis que le masque est rendu obligatoire dans tout l’espace public, à Paris tout du moins, il est devenu absolument impossible de trancher : qui porte ce masque par obligation, comme un brassard du Parti unique obligé, celui de la Grande Terreur Sanitaire (GTS), qui le porte comme un gris-gris (une sorte de nouvel objet religieux intransitif, qui va vous protéger du coronavirus comme le bouclier vous empêchait que le ciel ne vous tombât sur la tête au temps d’Astérix-le-Gaulois), et qui le porte parce qu’il a vraiment peur de mourir sans ?

Mais qu’en est-il réellement de la démonstration de sa prétendue efficacité dans la littérature scientifique, au delà des injonctions hystériques de nos médias officiels et de nos politiciens ?

Ce qu’en disent des médecins

Le mieux, dans cette histoire, et pour y comprendre quelque chose, c’est encore de s’informer auprès des vrais praticiens, des hommes et femmes de l’art (de la médecine, c’est-à-dire du soin (et non pas de la politique)).

Voici donc un petit florilège, relevé sur plusieurs mois de lectures intensives :

– Le 5 août, sur Facebook, je vois qu’un pharmacien s’exprime ainsi : « Le port du masque et la distanciation sont les meilleurs moyens d’obtenir une seconde vague par manque d’immunité collective de la population. C’est une aberration médicale et scientifique selon le doctorat d’exercice en pharmacie que j’ai passé » : nous sommes le 19 novembre et le port généralisé du masque dans les pays en Occident n’a nul part empêché l’arrivée du 2e épisode de l’épidémie de SARS-CoV-2… Une microbiologiste, Emma Kahn, suggère même l’idée, sur Linkedin, qu’avec nos masques-pour-tous, on pourrait, dans un grand mouvement darwiniste, avoir sélectionné une souche plus contagieuse du SARS-CoV-2, le fameux « Marseille-4 », comme autrefois nous avons sélectionné les moustiques les plus résistants avec un usage massif du DDT… Et si c’était vrai ? Primum, non nocere…

– Dans un excellent texte publié dans le dernier journal, France Soir, la pédiatre et oncologue Nicole Delépine nous disait que « les amateurs de confinement présentent les mêmes symptômes que les membres de sectes, qui persistent dans leurs certitudes même lorsque celles-ci ont été discréditées ».[12]

– Sur sa page Linkedin, le 19 novembre 2020, le médecin anesthésiste-réanimateur en soins intensifs belge Pascal Sacré écrit : « Les mains transmettent principalement les virus ; et porter des masques partout, tout le temps, tout le monde, dans plein de situations où c’est pas nécessaire (j’en ai vu qui le portaient dans leurs voitures 😖, dans la rue, à la campagne même…), c’est très mauvais ; c’est pire que tout car on touche ce masque à de nombreuses reprises, du papier mouillé dans lequel on exhale tous nos miasmes dont peut-être du Covid, puis on touche plein de choses et bravo la prévention d’une épidémie ; c’est tout le contraire qui se passe » (« Ni anti-masque ni pro-masque, pour le bon sens ! »).

– Pour le Dr. Louis Fouché, médecin-réanimateur à l’hôpital de la Conception à Marseille, « la protection des personnes vulnérables (en surpoids, hypertendues, et immunodéprimées) serait peut-être une piste de ciblage plus fin. En effet, l’utilisation d’un masque chirurgical ne les protège pas. Alors que celle d’un masque FFP2 semble tout à fait efficace. Et que c’est bien ceux-là qui sont à risque de faire des formes graves ».[13] Ciblons donc les mesures, nous dit-il (et nous l’approuvons). On a le droit d’être en bonne santé ! (et intelligent, comme le clame haut et fort le Pr. Raoult dans ses vidéos de l’IHU).

– Pour le Dr. Simone Gold, fondatrice de « America’s Frontline Doctors », il y a une véritable obsession des masques dans les médias, infondée, car ceux-ci ne protègent pas des coronaviri [14]; le site de son association recense tout un tas d’études scientifiques sur le sujet [15]. On notera que tout un corpus d’études positives sur le port du masque y sont répertoriées, mais la plupart d’icelles ont été faites en laboratoire.

– le 8 octobre, le Dr. Margarite Griesz-Brisson, docteur en médecine, neurologue consultante et neurophysiologiste, titulaire d’un doctorat en pharmacologie, avec un intérêt particulier pour la neurotoxicologie, la médecine environnementale, la neurorégénération et la neuroplasticité, nous met en garde sur le site Coggito, des effets du manque d’oxygène dans le cerveau : « La privation d’oxygène provoque des dommages neurologiques irréversibles » [16]. Quand l’on sait que l’adage premier de la médecine, ou prudence hippocratique, devrait être primum, non nocere, (« d’abord, ne pas nuire »), il y a de quoi se poser des questions…

– Le 2 novembre, un médecin de Tulsa, USA, Robert Zoellner, avertit de « l’augmentation des pneumonies bactériennes en raison du port du masque »[17] ; mais qui s’en soucie ? 

Ce qu’en disent les philosophes, les psychiatres et autres psychanalystes

– Pour Giorgio Agamben, le dernier grand philosophe vivant, rare héritier de la pensée des Deleuze, Debord, Foucault et Virilio, le port du masque généralisé dépolitise totalement l’espace public, qui devient une sorte de chenil ou de poulailler : l’homme y est totalement réifié, transformé en chose, voire en animal, dans « Un pays sans visage » [18].

– Selon le philosophe québécois Didier Vachon, « le port du masque obligatoire n’est pas une question sanitaire, mais plutôt symbolique. En effet, la raison pour laquelle c’est uniquement le port du couvre-visage qui importe, et non son efficacité, est que le masque sert principalement de symbole de réminiscence constante que nous sommes en période de pandémie »[19].

– C’est le psychanalyste belge Michel Rosenzweig qui a, à mon avis, écrit le meilleur texte sur cette nouvelle question métaphysique, Le masque et la vie.[20] Le masque, nous transforme clairement en zombies…

Du côté de l’Église catholique

À part un trop rare appel d’un groupe de cardinaux catholiques, « Appel pour l’Église et le monde »[21], et la révolte d’un curé français, « Les masques font partie d’un rituel occultiste »[22], rien : l’Église n’a plus rien à dire, à opposer, à la Terreur sanitaire, et alors qu‘il me semble évident que l’Homme, fait à Son image, ne devrait pas se présenter masqué dans une église pour prier et/ou communier. « Nous sommes la descendance d’Abraham et nous n’avons jamais été esclaves de personne », car Dieu ne t’as pas donné une âme d’esclave ni des paupières pour te boucher le souffle…

Ce qu’en dit la science pure et dure

– C’est un chercheur canadien en physique, Denis Rancourt, qui a produit la méta-analyse la plus complète des études passées sur les masques dans la littérature scientifique ; son constat est claire et net : « Les masques ne protègent pas des coronaviri »[23].

– Un site suisse, « Swiss Policy Report», rassemble tout un tas d’informations scientifiques très précieuses sur le sujet : « Are Face Masks Effective? The Evidence »[24].

– Un site américain, « Technocracy.news», fait sa propre méta-analyse des données disponibles, et titre : « Les masques ne sont ni efficaces ni sûrs : Un résumé de la science » [25]; on y lit : « Cette étude a montré que les masques chirurgicaux n’offraient pas de protection contre la grippe. » Quant aux masques en tissu, on a trouvé que « les soignants avaient 13 fois plus de risque de contracter un virus de type grippal en les choisissant plutôt que des masques chirurgicaux ». « Dans la plupart des cas, le désir d’utilisation généralisée du masque est une réaction réflexive à l’anxiété due à la pandémie. » Une question politique, donc : Qui contrôle notre peur, contrôle notre âme…

Et dans le réel ?

– Le 4 novembre, l’éditorialiste d’un journal du Maine (USA), The Fort Fairfield JournalDavid Deschesne, en plus de devoir constater que « la hausse des cas de Covid-19 dans le Maine semble liée au port des masques faciaux », procède à une méta-analyse [26] sur 60 ans des essais de masques « en double aveugle randomisé » ; sa conclusion est sévère :

« The recent rise in Covid-19 cases in Maine could be linked to the prolonged use of face masks by the general public. Scientific data collected in randomized controlled trials over the past sixty years has shown consistently that the use of face masks to stop respiratory viruses is not only ineffective, but face masks may actually cause an increase in respiratory illnesses such as influenza and Covid-19. »

(La récente augmentation des cas de Covid-19 dans le Maine pourrait être liée à l’utilisation prolongée de masques faciaux par le grand public. Les données scientifiques recueillies dans le cadre d’essais contrôlés randomisés au cours des soixante dernières années ont montré de manière constante que l’utilisation de masques faciaux pour arrêter les virus respiratoires est non seulement inefficace, mais que les masques faciaux peuvent en fait provoquer une augmentation des maladies respiratoires telles que la grippe et le Covid-19.)

– En octobre, on commence à entendre parler d’une grande étude danoise [27] contrôlée et randomisée, effectuée entre avril et juin, sur 6 000 personnes réparties en deux groupes : 3 000 personnes avec masques, et 3 000 personnes sans, en conditions réelles. Comme les résultats ne correspondent pas aux attentes de l’orthodoxie actuelle de la GTS, 3 journaux scientifiques la refusent [28], et il faut attendre le 13 novembre pour en voir sa publication dans une modeste revue. Voici ses conclusions brutes : « Infection with SARS-CoV-2 occurred in 42 participants recommended masks (1.8%) and 53 control participants (2.1%). The between-group difference was −0.3 percentage point. » ( L’infection par le CoV-2 du SRAS s’est produite chez 42 participants dont le masque était recommandé (1,8 %) et 53 participants témoins (2,1 %). La différence entre les groupes était de -0,3 point de pourcentage.) Pas de quoi fouetter un chat… et emmerder la population entière !…

– Une étude californienne commandée et financée par l’UCSF (University Of California San Francisco), qui voulait démontrer une « Baisse des hospitalisations pour Covid-19 après l’imposition du port du masque dans 1083 Contés américains »[29] est retirée le 4 novembre, car une notable hausse des infections a pu être observée après son écriture, semblant l’invalider. Le port du masque généralisé et obligatoire n’a donc en rien empêché cette hausse qu’on qualifiera de « saisonnière ».

– Le 29 octobre, un chercheur américain, Yinon Weiss, publie les résultats de ses recherches observationnelles dans The Federalist : « Ces douze graphiques montrent que l’imposition du port du masque n’arrive en rien à arrêter la Covid ».[30]

– Quid des pays asiatiques, souvent cités en exemple ? C’est une bonne et vraie question… Le Pr. Raoult dit, sur la foi d’une étude dont je n’ai pas la référence, que la seule vraie différence dans la mortalité face à ce virus qu’il a pu observer à travers le monde est la précocité de la mise en place du testing à grand échelle, afin d’étouffer l’épidémie dans l’œuf, si je puis dire. C’est ce qui a été fait à Taiwan, en Corée du Sud et à Singapour, doublé d’un Contact tracing très sévère et d’un contrôle très strict des frontières. Voici une donnée qui ne laisse pas d’interroger : dans la capitale japonaise, une étude semble montrer que jusqu’à 50% de la population aurait été infectée par le virus,[31] et ce malgré un port généralisé du masque très tôt dans la crise. Raoult avance cette hypothèse : les populations d’Asie du Sud-Est, en fait, suite à une bien plus forte exposition aux autres coronaviri du passé, aurait été mieux naturellement protégées par immunité croisée (grâce à nos fameuses cellules T). C’est aussi l’avis de l’épidémiologiste anglaise Sunetra Gupta: « Le confinement rend la population générale “vulnérable à de nouveaux pathogènes”, selon le Pr. Gupta ».[32] D’autres facteurs sont cités : une meilleure santé générale (moins d’obésité, de diabète, de maladies cardio-vasculaires, bref une alimentation plus saine), des raisons génétiques — d’où en a résulté un taux bas de létalité « record » de la maladie : IFR à 0.0006%.

Conclusion

Pour en finir avec le jugement provisoire du port imposé du masque-pour-tous, on dira ceci : sa présence ostensible dans l’espace public, partout, tout le temps, est le rappel permanent qu’il y a une menace invisible ; on pourrait presque dire que c’est une répétition générale pour une hypothétique et future guerre de type NBC (Nucléaire / Bactériologique / Chimique). Jamais vous ne devez oublier que la menace est là ; et vous devez le porter, parce que vous êtes une personne vertueuse, d’abord altruiste, comme un signe visible, quasi religieux — un fétiche, un doudou ! — de votre adhésion au Parti Covidiste. Vous croyez qu’il vous va protéger du SARS-CoV-2. Vous acceptez cette présence permanente de la menace, via le port de ce brassard politique. Qui ne le porte pas est comme exclu de la communauté ; c’est un pervers narcissique qui ne pense qu’à lui : un covidiot, un untore !…

On remarquera que ces deux groupes semblent inconciliables ; il y a comme un air de Saint-Barthélemy entre eux : c’est la Grande Zizanie, comme dans Astérix, chaque covidiste se méfiant des covidiots, les tenant pour responsables du reconfinement etc.

Cela vaut-il la peine de détruire la société, la sociabilité, la vie culturelle et l’amitié, pour si peu de résultats ?

Quid des produits chimiques présents dans les masques chirurgicaux « bleus » ? Avez-vous déjà vraiment mis votre nez dedans ? Qu’avez-vous pensé de cette impression de renifler dans un pot de peinture ? Un chef d’entreprise, François Ducrocq, pourtant pro-masque en mars-avril, a mesuré des choses pas jolies-jolies dedans : « L’usage des masques est dangereux »[33] ; « c’est comme un poison lent ». Des cancers en perspective ? des Alzheimer en séries ? des maladies chroniques aggravées à cause de l’acidification du pH interne des corps ?

D’abord, ne pas nuire…

Guillaume Basquin

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Notes :

1https://www.sudradio.fr/societe/alexandra-henrion-caude-jai-limpression-quon-est-revenu-au-temps-des-devins/

2Écouter Mme Henrion-Caude dans un autre entretien, sur TV-Liberté : https://covidinfos.net/covid19/la-geneticienne-alexandra-henrion-caude-denonce-une-folie-collective-qui-nous-mene-dans-le-mur/1540/

3https://nypost.com/2020/08/19/swedens-tegnell-wearing-face-masks-may-be-very-dangerous/

4https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/11/06/confinement-strict-surcharge-hospitaliere-et-surmortalite-du-310435.html

5https://covidinfos.net/covid19/autocontamination-lesions-cutanees-difficultes-respiratoires-le-port-du-masque-vu-par-loms/1787/

6https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/09/16/le-port-du-masque-est-bien-sur-nocif-pour-la-sante-309118.html

7http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/11/02/bas-les-masques-310326.html

8https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/11/05/a-defaut-de-nous-laisser-libres-de-nos-mouvements-laissez-no-310407.html

9http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article2350

10http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/masques-et-voiles-obligatoires-la-meme-ideologie-totalitaire

11https://www.lefigaro.fr/vox/societe/bernard-henri-levy-la-grande-peur-des-bien-portants-20200830

12http://www.francesoir.fr/politique-monde/les-mysteres-du-masque-entre-deraison-soumission-panique-et-contagion

13https://covidinfos.net/covid19/les-francais-nont-ni-besoin-detre-punis-ni-surveilles-ni-reconfines-ni-reeduques-selon-le-dr-fouche/2111/

14https://www.youtube.com/watch?v=Hz_jMxzH7BM&feature=emb_logo

15https://www.americasfrontlinedoctors.com/references/ – masks

16https://cogiito.com/a-la-une/une-neurologue-allemande-met-en-garde-contre-le-port-du-masque-la-privation-doxygene-provoque-des-dommages-neurologiques-irreversibles/

17https://www.fawkes-news.com/2020/11/un-medecin-avertit-de-laugmentation-des.html?spref=fb&fbclid=IwAR2_i_r1jvErH4zbFGgVM8CpjBvqORii7rOba6HMCPFEsfigzI3kENrUi8o

18https://lundi.am/Un-pays-sans-visage

19https://covidinfos.net/covid19/masques-obligatoires-confinement-le-philosophe-quebecois-d-vachon-denonce-une-arnaque-intellectuelle/1313/

20https://www.tribunejuive.info/2020/07/29/michel-rosenzweig-le-masque-et-la-vie/

21https://covidinfos.net/covid19/les-droits-inalienables-des-citoyens-ont-ete-violes-selon-des-cardinaux-catholiques/936/

22https://www.youtube.com/watch?v=ps5pUxLpKuk

23https://covidinfos.net/covid19/il-ny-a-aucun-benefice-a-porter-un-masque-affirme-une-nouvelle-etude-sur-le-sujet/883/

24https://swprs.org/face-masks-evidence/

25https://www.technocracy.news/masks-are-neither-effective-nor-safe-a-summary-of-the-science/

26http://fortfairfieldjournal.com/ffj/2020/11042001a.html

27https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/M20-6817

28https://swprs.org/the-suppressed-danish-mask-study/

29https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.10.21.20208728v2 – p-5

30https://thefederalist.com/2020/10/29/these-12-graphs-show-mask-mandates-do-nothing-to-stop-covid/

31https://swprs.org/covid-in-japan/

32https://covidinfos.net/?s=gupta

33https://www.youtube.com/watch?v=v_Cjet14e9MLa source originale de cet article est Mondialisation.caCopyright © Guillaume Basquin, Mondialisation.ca, 2020

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CORONAVIRUS

Coronavirus, ma nouvelle réflexion du jour

Publié

le

Qui nous dit que les bons chiffres d’Israël, qui a vacciné à tour de bras ceux qui le souhaitaient, vont durer ? Rien. Personne ne connaît l’avenir.

Tour à tour, nous en avons vu des pays exemplaires afficher des résultats impressionnants. Souvenez-vous, la Suède était montrée en exemple : elle avait refusé le confinement et opté pour l’immunité de groupe. Et puis paf, tout s’est écroulé et les chiffres sont aujourd’hui dramatiques.

La Turquie a adopté très tôt les recommandations du professeur Raoult, le traitement précoce des malades, ainsi que le Brésil, l’Inde, l’Argentine, etc. Pareil : aux excellents résultats ont succédé des chiffres catastrophiques.

Qui nous dit qu’un variant ne va pas atterrir en Israël, un variant résistant aux vaccins Pfizer et Moderna, et que les habitants, ayant baissé leur garde – le masque n’est plus requis, la distanciation sociale non plus, les restaurants et les bars sont ouverts – ne vont pas devoir repartir dans un confinement total et voir les hôpitaux reprendre du service ?

Aussi, convient-il de garder profil bas avec nos certitudes, et de montrer une grande modestie dans les bons résultats qu’affiche un pays ou un autre, un traitement ou un autre. Je continue à penser qu’il y a plus de choses qu’on ignore sur ce virus communiste que de choses que l’on connaît.

Hélas, mes lecteurs n’y parviennent guère. 

J’ai reçu des emails enflammés de lecteurs qui refusent de lire les articles sur les aspects négatifs du vaccin, parce qu’ils s’obstinent à penser que si on n’est pas radicalement hostile au vaccin, c’est qu’on est forcément pour. Accepter mes articles qui critiquent le vaccin, ou le masque, ou le confinement, les forcerait à accepter qu’on puisse être ni pour ni contre : intenable.

«Ni pour ni contre, bien au contraire!»

Quel idée de faire du journalisme! On attend de vous de la propagande, comme presque partout ailleurs. Chapeau bas à tous vos articles sur le sujet et à votre potentiel d’objectivité journalistique.

Personne ne peut raisonnablement prendre la responsabilité pour les autres en faveur ou contre les vaccins.

Chacun peut témoigner cependant de ses motifs pour ou contre et révéler éventuellement son ignorance : pour moi, ce virus communiste n’a rien de naturel et l’idée d’en introduire de force des éléments traficotés dans mon organisme est brutalement inconcevable.

Mon sentiment profond : l’humanité est peut-être au bord de la pire catastrophe de son histoire avec ce virus aux multiples capacités adaptatives et évolutives.

Si le vaccin se révèle être un leurre passager, le résultat peut se révéler pire que de simples mesures prophylactiques…

Si une vaccinée Pfizzer embrasse un vacciné Astra, auront-ils des enfants astro-pfizzers…  🙂 2 Répondre

gabriel

gabriel 1 heure plus tôt

Bonjour,

Le virus n’est pas communiste. C’est un micro-organisme infectieux.

En revanche c’est un virus issu d’un pays communiste, avec toutes les négligences, corruptions et propagandes médiatiques propres au « gouvernement » communistes.

Bien cordialement.1 Répondre

Jeanne 33

Jeanne 33 Répondre à  gabriel 25 minutes plus tôt

Le mutant anglais, le mutant brésilien, le mutant sud africain….le virus chinois ou du parti communiste chinois..1 Répondre

Daniel

Daniel 36 minutes plus tôt

Et qui nous dit que les mesures liberticides servent à quelque chose? Merci pour votre honnêteté.3 Répondre

Fabrice

Fabrice 34 minutes plus tôt

Bonjour Monsieur Grumberg, permettez moi de préciser au 26 avril 2021 les chiffres de mortalité pour 100.000 habitants* : 

Inde : 14,43
Turquie :46,60
Israël : 71,50
Argentine : 138,54
France : 152.56
Monde :41,14

Bien entendu, ces chiffres restent dépendants de l’honnêteté ou non des pays concernés, et du système de validation des morts covid (morts dû, avec, après test PCR positif lors d’un accident de voiture, …..)

  • Sources politologue.com

Bien cordialement1 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Fabrice 22 minutes plus tôt

https://www.worldometers.info/coronavirus/
Ne vous inquiétez pas, aucun des journalistes de Dreuz n’ignore ces chiffres, mais comme vous le dites vous même, de nombreux pays sont non fiables soit parce qu’ils trichent (dans un sens ou dans l’autre), soit parce qu’ils n’ont pas les structures sanitaires nécessaires à un décompte fiable.1 Répondre

Jeanne 33

Jeanne 33 19 minutes plus tôt

Bonjour Jean-Patrick

Toutes mes condoléances pour le décès de votre ami.

Vous avez raison, on ne sait pas grand-chose sur l’évolution future. 

Le renforcement des défenses immunitaires , l’aération des pièces et le lavage des mains semblent les mesures les plus simples et les plus faciles à mettre en œuvre.

Voyez la suite

CORONAVIRUS

Rapport catastrophique sur la vaccination Pfizer en Israël

Publié

le

Le Comité populaire israélien (IPC), un organisme civil composé d’éminents experts israéliens de la santé, a publié son rapport d’avril sur les effets secondaires du vaccin Pfizer.* Les conclusions sont catastrophiques à tous les niveaux. Leur verdict est qu'”il n’y a jamais eu de vaccin qui ait nui à autant de personnes”. Le rapport est long et détaillé. Je ne citerai que quelques-unes des conclusions les plus dévastatrices présentées dans le rapport.

Nous avons reçu 288 rapports de décès autour de la vaccination (90% jusqu’à 10 jours après la vaccination), 64% d’entre eux étaient des hommes.”Pourtant, le rapport indique que “selon les données fournies par le ministère de la Santé, seuls 45 décès en Israël étaient liés à la vaccination.” Si les chiffres ci-dessus sont sincères, alors Israël, qui prétendait mener une expérience mondiale, n’a pas véritablement rendu compte des résultats de son expérience. Nous entendons souvent parler de caillots sanguins causés par le vaccin AstraZeneca. Par exemple, nous avons appris ce matin l’existence de 300 cas de caillots sanguins en Europe. Toutefois, si les conclusions de l’IPC sont authentiques, le vaccin Pfizer pourrait être associé à plus de décès en Israël seulement que le vaccin AstraZeneca dans toute l’Europe.

“Selon les données du Bureau central des statistiques, en janvier-février 2021, au plus fort de la campagne israélienne de vaccination de masse, on a constaté une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à l’année précédente. En fait, janvier-février 2021 ont été les mois les plus meurtriers de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globale les plus élevés par rapport aux mois correspondants des dix dernières années.

L’IPC constate que “dans le groupe d’âge des 20-29 ans, l’augmentation de la mortalité globale a été la plus spectaculaire. Dans ce groupe d’âge, on constate une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à l’année précédente“. “L’analyse statistique des informations du Bureau central des statistiques, combinée aux informations du ministère de la Santé, permet de conclure que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à environ 1 : 5000 (1 : 13000 chez les 20-49 ans, 1 : 6000 chez les 50-69 ans, 1 : 1600 chez les 70 ans et plus). Selon cette estimation, il est possible d’estimer le nombre de décès en Israël, autour du vaccin, à ce jour, à environ 1000-1100 personnes.

Encore une fois, si cette analyse statistique est correcte, alors les chiffres rapportés par les autorités sanitaires israéliennes sont trompeurs de plus de 22 fois.  Ceux qui suivent mes écrits sont au courant de mon travail sur la corrélation indéniable entre la vaccination, les cas de Covid-19, les décès et la propagation des souches mutantes. L’IPC confirme mon observation, en fournissant des informations plus cruciales concernant les groupes d’âge. “Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour, dans une fourchette allant jusqu’à 10 jours, dans tous les groupes d’âge. Les 20-49 ans – une fourchette de 9 jours entre la date de la vaccination et la mortalité, les 50-69 ans – 5 jours entre la date de la vaccination et la mortalité, les 70 ans et plus – 3 jours entre la date de la vaccination et la mortalité.”

L’IPC révèle également que “le risque de mortalité après le second vaccin est plus élevé que le risque de mortalité après le premier vaccin.”

Mais la mort n’est pas le seul risque lié à la vaccination. L’IPC révèle que “à la date de publication du rapport, 2066 rapports d’effets secondaires se sont accumulés et sont parvenus au Comité d’enquête civ; il et les données continuent d’arriver. Ces rapports indiquent des dommages à presque tous les systèmes du corps humain….Notre analyse a révélé un taux relativement élevé de lésions cardiaques, 26% de tous les événements cardiaques sont survenus chez des jeunes jusqu’à l’âge de 40 ans, le diagnostic le plus courant dans ces cas étant la myosite ou la péricardite. On a également observé un taux élevé de saignements vaginaux massifs, de lésions neurologiques et de dommages aux systèmes squelettique et cutané. Il convient de noter qu’un nombre important de rapports d’effets secondaires sont liés, directement ou indirectement, à l’hypercoagulabilité (infarctus), l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral, les fausses couches, l’altération de la circulation sanguine dans les membres, l’embolie pulmonaire.

En Israël, le gouvernement cherche désespérément à vacciner les enfants. L’IPC souligne qu’une telle démarche peut être désastreuse. “À la lumière de l’étendue et de la gravité des effets secondaires, nous souhaitons exprimer la position du comité selon laquelle la vaccination des enfants peut également entraîner chez eux des effets secondaires, tels qu’observés chez les adultes, y compris la mort d’enfants en parfaite santé. Comme le coronavirus ne présente aucun danger pour les enfants, le comité estime que l’intention du gouvernement israélien de vacciner les enfants met en danger leur vie, leur santé et leur développement futur.”

L’IPC souligne qu’“il n’y a jamais eu de vaccin qui ait affecté autant de personnes ! Le système américain VARES présente 2204 rapports de mortalité de personnes vaccinées aux États-Unis au premier trimestre 2021, un chiffre qui reflète une augmentation de milliers, en pourcentage, par rapport à la moyenne annuelle, qui s’élevait à 108 rapports par an.”  Je dois mentionner que le travail de l’IPC a été très peu couvert par la presse israélienne. Ces experts de la santé font un travail courageux, sachant que leur licence d’exercice de la profession médicale et leurs moyens de subsistance sont gravement menacés.

 Par  Gilad Atzmon 
* Pour lire le rapport en hébreu, cliquez ici.

Source :  Entre La Plume et l’Enclume – Rapport catastrophique sur la vaccination en Israël (plumenclume.org)

Le centre français d’évaluation des médicaments déclare que les quatre vaccins Covid-19 sont dangereux et devraient être retirés du marchéLe Centre territorial d’Information indépendante et d’Avis pharmaceutiques (CTIAP), un centre régional indépendant d’évaluation des médicaments en France, a publié un rapport montrant qu’aucune des quatre «vaccinations» contre le coronavirus actuellement administrées n’est sûre ou efficace, parce que tous n’ont reçu qu’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) avec des tests cliniques insuffisants.Lesvaccins sont tous problématiques car les procédés de fabrication utilisés sont nouveaux, tout comme les excipients qu’ils contiennent, qui, selon une équipe d’experts de l’hôpital public de Cholet dans l’ouest de la France, «devraient être considérés comme de nouvelles substances actives».Dirigée par le Dr Catherine Frade, pharmacienne, l’équipe de recherche a travaillé avec des données publiques publiées par l’Agence européenne des médicaments (EMA) concernant les injections publiées par Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson). Ces quatre injections n’ont qu’une autorisation temporaire basée sur un besoin perçu, par opposition à une approbation basée sur des preuves cliniques de sécurité et d’efficacité.Tous les vaccins sont également encore soumis à des études qui s’étendent jusqu’en 2024 – dans trois ans – et au-delà. On en sait très peu à ce stade, sur les effets secondaires à long terme des injections, bien que nous voyions des effets secondaires à court terme sous forme de caillots sanguins graves et de décès.Selon le CTIAP, les quatre vaccins ont été mis à la disposition de l’administration publique avant que «la preuve de qualité de la substance active et du produit fini» ne soient vérifiés. Tous les laboratoires où les vaccins sont produits ont également obtenu des échéances futures pour soumettre les études associées.Cela signifie bien sûr que chaque personne qui se fait vacciner contre le coronavirus est un cobaye humain participant à une expérience pharmaceutique de masse. Reste à voir comment les vaccinés vont le vivre.Dans les mois et années à venir, l’équipe de recherche prévient que «les variabilités, qui ont un impact sur le cœur même du produit, pourraient même invalider les essais cliniques menés.»«La prudence imposerait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre le COVID-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » doivent être retirés immédiatement; et que ces AMM qui ont été accordées devraient être suspendues, voire annulées de toute urgence jusqu’à nouvel ordre », disent-ils.Les Covidiens sont les membres d’une secte avec un objectif mortifère C’est bien loin des messages provenant de la Maison Blanche, de Donald Trump, d’Anthony Fauci et de la quasi-totalité de la médecine traditionnelle et même de la religion, ici aux États-Unis.Alors que d’autres pays semblent adopter une approche plus prudente avec cette nouvelle médecine expérimentale, l’establishment ici en Amérique pousse tout le monde à se faire vacciner le plus rapidement possible, afin d’instaurer une «nouvelle normalité».On parle très peu ici de la nature expérimentale de toute cette campagne. Presque personne, à l’exception des médias indépendants, ne prend même la peine de parler du fait que les injections de vaccins de Big Pharma n’entraînent aucune responsabilité envers leurs fabricants – ce qui signifie que si vous tombez malade ou mourez, il n’y a aucun recours légal.Ceci, combiné au fait que les vaccins n’ont même jamais subi le processus normal de test et d’approbation, fait de l’ensemble un très mauvais pari en termes de santé publique. Nous nous attendons à ce qu’une «troisième vague» de variants viraux entraîne une mort massive parmi les vaccinés . La seule question est de savoir quand cela se produira.N’oubliez pas de consulter le rapport complet du CTIAP pour en savoir plus sur les dangers et l’inefficacité des vaccins contre le covid19.Source

Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. nicolas bonnal25 avril 2021 à 13:27https://pgibertie.com/2021/04/19/le-mystere-des-nonnes-du-kentucky/Répondre
  2. Joset25 avril 2021 à 15:56En 1939-1945 les juifs marchaient vers les fours crématoires. Aujourd’hui en Israël ils vont vers la seringue. D’ici peu les décès dans ce pays devraient alerter la population mondiale. L’Iran n’a plus besoin de l’arme atomique pour détruire Israël, Pfizer s’en charge.

Voyez la suite

CORONAVIRUS

« UN MONDE DE MENTEURS »

Publié

le

C’est juste un masque ! 
C’est juste 2 mètres de distanciation ! 
Ce ne sont que des entreprises non essentielles ! 
Ce ne sont que des travailleurs non essentiels ! 
C’est juste un bar ! 
C’est juste un restaurant ! 
C’est juste une salle de sport ! 
C’est juste une église ! 

……………
C’est juste le NOUVEL ORDRE MONDIAL ET ON VOUS A BIEN EUS !

« UN MONDE DE MENTEURS », un roman vérité où chaque révélation est argumentée de preuves irréfutables. C’est juste un masque ! 
C’est juste 2 mètres de distanciation ! 
Ce ne sont que des entreprises non essentielles ! 
Ce ne sont que des travailleurs non essentiels ! 
C’est juste un bar ! 
C’est juste un restaurant ! 
C’est juste une salle de sport ! 
C’est juste une église ! 
C’est juste pour éviter de submerger les hôpitaux. 
C’est juste pour aplanir la courbe ! 
C’est juste une application informatique ! 
C’est juste pour vous tracer ! 
C’est juste un test ! 
C’est juste pour vous protéger et protéger les autres ! 
C’est juste pour faire savoir aux autres que vous êtes un cas contact ! 
C’est juste un vaccin ! 
C’est juste un certificat de vaccination ! 
C’est juste un certificat de vaccination sous-cutané ! 
C’est juste pour que vous puissiez sortir de chez vous, voyager ! 
C’est jusque pour que vous puissiez aller en cours ! 
C’est juste pour que vous puissiez vous marier ! 
C’est juste une amende de 135 € ! 
C’est juste pour quelques mois encore ! 
C’est juste le NOUVEL ORDRE MONDIAL ET ON VOUS A BIEN EUS !

5 commentaires:

  1. nicolas bonnal22 avril 2021 à 11:20Très bien.Répondre
  2. Bruno22 avril 2021 à 15:11Le vérité blesse et ça fait très mal
    RépondreRéponses
    1. Mr Reynard23 avril 2021 à 00:41“Veritas liberabit vos” !

      MaCrotte “Quid est veritas?”.
  3. hubert22 avril 2021 à 16:42Mais non, il faut voir les choses différemment !

    Il y a la Vérité, et les vérités.

    Tout comme :

    Il y a Dieu, et les dieux.

    Si vous faites le bon choix, vous êtes éliminé
    Répondre
  4. andre boran23 avril 2021 à 00:16les 70 % de francais nes con a vie sont tres fort en geule 
    mais leurs couilles resteront molles a vie je ne suis plus jeune mais l’envie de detruire le gouvernement est mon seul souhait et de retablir la chretiente et un nouveau systeme de gouvernement par le vrai peuple Répondre

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance