Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

ETAT PROFOND

_

Publié

le

17 novembre 2020 

Nous vous avons souvent parlé ici de la future disparition du « cash », au profit d’une monnaie exclusivement numérique. Les choses se précisent… non sans une certaine précipitation.

Christine Lagarde - Forum Économique Mondial

D’une manière hypocrite, Christine Lagarde a annoncé dimanche dernier le lancement d’une soi-disant enquête d’opinion concernant l’émission d’un euro numérique. 

Ainsi l’ancienne directrice générale du Fonds Monétaire Internationale (FMI) et actuelle présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE) a décidé de ne pas attendre la fin des déconfinements pour lever le voile sur les projets de transformation du système financier de l’institution :« Alors que les Européens se tournent de plus en plus vers le numérique dans la manière dont ils dépensent, économisent et investissent, nous devons être prêts à émettre un euro numérique, si nécessaire. Je souhaite également connaître votre point de vue à ce sujet », a t‑elle déclaré. Et de spécifier : « Nous venons de lancer une consultation publique afin que les consommateurs et les Européens puissent réellement exprimer leur préférence, et nous dire s’ils seraient heureux d’utiliser un euro numérique de la même manière qu’ils utilisent une pièce en euros ou un billet en euros, sachant que c’est la monnaie de la banque centrale qui est disponible et sur laquelle ils peuvent compter. »

Cette démarche est fondée sur l’hypocrisie parce que la décision, comme nous l’avons écrit déjà plusieurs fois, est prise depuis longtemps. Cette enquête d’opinion ne servira en fait qu’à préciser la manière d’annoncer les choses. Si le public accepte cette monnaie électronique, pas de problème. Mais s’il la rejette, il faudra compter alors sur les médias pour, selon l’expression utilisée maintes fois, « faire de la pédagogie », c’est à dire un chantage à la peur de l’effondrement d’un système qui est effectivement condamné depuis 2008.

Benoît Cœuré - BRI

En réalité, ce projet est engagé depuis presqu’un an, quand Benoît Cœuré a été désigné à la tête de la banque centrale des banquiers centraux, la BRI(Banque des Règlements Internationaux).

La grosse différence serait que ce nouvel Euro numérique ne serait plus seulement une monnaie destinée aux seules banques, mais à l’ensemble des particuliers et des entreprises.
Autrement dit, c’est la banque centrale qui prendra le contrôle de l’inscription numérique de l’épargne des citoyens et qui gérera les transactions du quotidien au lieu de vos banques habituelles.

Dès lors, de sérieuses questions se posent : comment nos dépenses resteront-elles de l’ordre du privé ? Qui pourra le garantir ? Qui supervisera le crédit ? Qui pourra prêter à qui ? Et comment ? Qui remboursera quoi, à quel prix et sous quel délai ?
Sous prétexte de commodité, de « sécurité » des transactions (plus de piratage des cartes de crédit), le citoyen renoncera à détenir de l’argent sur son compte (certes, ce n’est plus depuis longtemps qu’une simple inscription numérique, mais elle reste transférable d’un établissement à un autre). Surtout, il n’aura plus la possibilité de convertir ses avoirs en cash en tirant des billets dans des distributeurs qui se font déjà de plus en plus rares.

On vous expliquera dans un premier temps que, de cette manière, toutes les transactions seront dématérialisées, et donc que la question de l’argent occulte ou sale s’en trouvera résolue. Plus de cash donc, et autrement dit plus de travail au noir, plus de trafics, ni de corruption, en principe !

Puis viendra le temps de la propagande : si vous détenez du cash et ne réalisez que peu de transactions « traçables », vous serez potentiellement suspect. On vous accusera de chercher à échapper à la surveillance d’un « système qui voit presque tout » et donc, qui se méfie de ce qu’il ne voit pas. Les artisans, commerçants (toutes ces professions revêches car elles ne sont pas entrées dans le moule globalisé du salariat globalisé), déjà bien éprouvés par les confinements se sentiront-ils visés ?

Benoit Hamon - Revenu universel

Mais ce qui rassure les autorités monétaires, ce sera l’impossibilité d’un retrait massif de votre épargne, ou pire de son exportation vers un paradis fiscal (cela sera réservé à une élite initiée ∴), solution à laquelle chaque Français peut penser pour éviter la confiscation de ses avoirs.
En revanche si vous êtes docile et compréhensif, on pourra vous récompenser par un « revenu universel » (déjà évoqué par Benoît Hamon lors des primaires socialistes de 2017). Ce revenu universel serait versé directement par la Banque Centrale pour finir d’asservir le peuple.

Un autre avantage pour la BCE c’est de pouvoir mesurer immédiatement quel usage est fait de cet « argent magique », de corriger le tir si d’aventure les flux ne prenaient pas la direction escomptée, et d’inciter le titulaire du compte à dépenser là où on lui dit de dépenser.

La monnaie — qui s’est découplée de l’or depuis 1971 — se fabriquera et s’évaporera au gré des manipulations informatiques. Le rêve des alchimistes (notre illustration à la une) de transformer le plomb en or se réalise enfin. Mieux que ça : même plus besoin de plomb !

Les gouvernements n’auront plus qu’à orienter l’action des médias dans le sens souhaité. Ceux-ci n’existant plus que grâce aux subventions d’État et à la publicité des groupes globalisés, sauront pousser les titulaires de comptes dans les bonnes directions, (ce qui se fait déjà, je vous le concède) ou au contraire, leur interdire l’usage de leur argent pour des causes n’allant pas dans le sens voulu. On pourra aussi imaginer des « punitions », par exemple pour un refus d’une vaccination obligatoire (suivez mon regard), il ne reste qu’à imaginer quelle forme elles prendront.

Les dettes pesant sur les générations futures, qui s’alourdissent chaque mois, sont déjà colossales. Elles ne sont déjà plus remboursables depuis longtemps, et la crise de cette année n’a fait qu’amplifier le désastre avec tous les emprunts souscrits pour soutenir une économie qu’on s’est efforcée de détruire. Cette « monnaie dette » sera donc progressivement transformée en « unités » de monnaie « banque centrale », vous aurez le choix entre les prendre ou les laisser. Mais on vous rappellera discrètement qu’en d’autres temps, un pays appelé la Grèce avait failli en mourir et qu’il ne fallait surtout pas l’imiter !

Bien sûr, tout cela est difficile à croire aujourd’hui si l’on n’est pas un peu « éveillé » et dégagé de l’emprise idéologique des médias Main Stream. On va dire que l’on exagère, que c’est impossible, que c’est de la science fiction, que vous êtes « complotiste » et donc « antisémite » (lire Nice-Matin nous interdit de réfléchir du 30 mars 2020). Mais si on vous avait dit il y a juste un an, qu’il vous faudrait une attestation écrite pour sortir faire pisser le chien, vous auriez dit quoi ?

Avec la peur, les gens sont prêts à tout accepter. Voilà pourquoi nos dirigeants malhonnêtes en usent et en abusent.

Patrice LEMAÎTRE

Voyez la suite
6 Comments

6 Comments

  1. lridgqpvg

    18 juin 2021 at 9h09

    Disparition programmée de l’argent liquide – DEFI
    alridgqpvg
    lridgqpvg http://www.g3eo1e4de43m20711wy0184c8fkbmlx4s.org/
    [url=http://www.g3eo1e4de43m20711wy0184c8fkbmlx4s.org/]ulridgqpvg[/url]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ETAT PROFOND

_

Publié

le

Le gouvernement britannique a récemment annoncé une aide à l’agence de recherche avancée et d’invention (Advanced Research and Invention Agency (Aria)). de 800 millions de livres sterling (920 M.Euros), financée par les contribuables. Imaginée par l’ancien conseiller en chef du Premier ministre britannique, Dominic Cummings et sur le modèle de la Darpa américaine (Defense Advanced Research Projects Agency), l’organisation se concentrera en partie sur la recherche génomique.
La technologie du génome occupe une place de plus en plus importante dans la recherche militaire. Étant donné que le Royaume-Uni possède certains des meilleurs centres de recherche génomique au monde, quel effet aura la nouvelle agence sur la course aux armes basées sur la technologie génomique ?

En 2019, Darpa a annoncé qu’elle souhaitait explorer des soldats édités génétiquement. Elle a également investi plus de 65 millions de dollars américains (45 millions de livres sterling) pour améliorer la sécurité et la précision des technologies d’édition du génome. Il s’agit notamment du célèbre ciseau moléculaire Crispr-Cas, lauréat du prix Nobel , un outil qui peut modifier l’ADN en coupant et en collant des sections de celui-ci.

Mais la facilité d’accès et le faible coût des technologies basées sur Crispr ont suscité des inquiétudes concernant la modification génétique militaire potentielle et la militarisation des virus ou des bactéries . Ceux-ci incluent la variole ou la tuberculose, et pourraient être extrêmement destructeurs.

Les États-Unis ne sont pas seuls dans leur quête militaire de la technologie génomique. La Russie et la Chine ont été accusées d’utiliser la technologie génomique pour renforcer les capacités militaires.

Le super soldat

Universal Soldier et Captain America ne sont que quelques films hollywoodiens qui ont exploré le concept du super soldat. Malgré sa nature de science-fiction, plusieurs pays cherchent à explorer le potentiel de telles perspectives. Darpa a l’intention d’explorer les soldats édités génétiquement pour les transformer en «usines à anticorps» , les rendant résistants aux attaques chimiques ou biologiques.

En décembre 2020, le directeur américain du renseignement national de l’époque, John Ratcliffe, a déclaré qu’il y avait des preuves que l’armée chinoise menait une expérimentation humaine dans le but de renforcer biologiquement les soldats. Cela faisait suite à un rapport du groupe de réflexion politique de Jamestown qui mettait en évidence des rapports suggérant que Crispr formerait une technologie clé de voûte en Chine pour «renforcer l’efficacité au combat des troupes». Aucun autre détail n’a cependant été donné.Cependant, tous les pays ne sont pas prêts à utiliser l’édition de gènes ou même la technologie génomique pour améliorer les soldats. Le comité d’éthique militaire français a récemment approuvé des recherches sur «l’augmentation» des soldats, tels implants qui pourraient «améliorer la capacité cérébrale». Cependant, le comité a averti que certaines lignes rouges ne pouvaient pas être franchies, notamment l’édition du génome ou l’eugénisme. Pour reprendre les mots plus francs de la ministre française des forces armées , Florence Parly, cela revenait à «un oui à Ironman, mais un non à Spiderman» (Ironman tire ses super pouvoirs d’un costume alors que Spiderman a été mordu par une araignée radioactive).

En Russie, l’armée cherche à mettre en place des passeports génétiques pour son personnel, lui permettant d’évaluer les prédispositions génétiques et les biomarqueurs, par exemple, pour la tolérance au stress. Cela pourrait aider à placer les soldats dans des lignes militaires appropriées, telles que la marine, l’armée de l’air, etc. Le projet génétique vise également à comprendre comment les soldats réagissent à des situations stressantes à la fois physiquement et mentalement.

La position britannique

Il y a des signes que le Royaume-Uni sera plus audacieux et moins responsable dans sa recherche de défense génétique que de nombreux autres pays. Par exemple, ARIA ne fera pas l’objet de demandes de liberté d’information , contrairement à Darpa.

Le Royaume-Uni a également été à l’avant-garde de la mise en place d’une technologie du génome non militaire controversée et pionnière, comme les bébés à trois parents . Et il n’y a pas eu de pénurie de rapports gouvernementaux qui ont souligné l’importance de la technologie du génome dans le domaine de la défense et de la sécurité.

En 2015, un examen de la défense nationale britannique a mis en évidence l’influence que les progrès du génie génétique peuvent avoir sur «la sécurité et la prospérité». Dans le récent examen de 2021 sur la sécurité, la défense, le développement et la politique étrangère, le gouvernement britannique a de nouveau souligné son importance pour «la défense et la sécurité nationale».

Le manque de responsabilité proposé d’Aria, combiné à la mission générale du gouvernement pour que la technologie du génome soit étendue aux applications de sécurité et de défense, créera un foyer de débats et de discussions. Ces dernières années, des scientifiques britanniques ont reçu un financement de la Darpa pour des recherches génomiques controversées , telles que l’extinction génétique d’espèces envahissantes telles que les moustiques ou les rongeurs. Malgré sa promesse, cela pourrait avoir un potentiel désastreux de nuire à la sécurité alimentaire et de menacer les écosystèmes des nations.

Le déploiement de la technologie génomique doit être géré d’une manière universelle, éthique et scientifiquement robuste. Si ce n’est pas le cas, le potentiel d’une nouvelle course aux armements pour faire avancer cette recherche ne conduira qu’à des solutions plus radicales et potentiellement dangereuses. De nombreuses questions restent sans réponse sur la manière dont Aria aidera la recherche génomique dans la sphère militaire. La voie choisie par le Royaume-Uni aura des conséquences durables sur la façon dont nous percevons la technologie génomique dans l’espace public.

Par Yusef Paolo Rabiah
Doctorant en sciences, technologie, ingénierie et politiques publiques, UCL
Source : From Bioweapons to Super Soldiers: How the UK is Joining the Genomic Technology Arms Race
May 1, 2021

Voyez la suite

ETAT PROFOND

_

Publié

le

Dans l’entretien accordé à TVLibertés, Philippe de Villiers n’est jamais allé aussi loin dans sa critique de la personnalité d’Emmanuel Macron. Celui qui évoquait un lien amical avec le président de la République considère aujourd’hui que ce dernier “n’a pas le goût de la France. Ce pays est trop vieux pour lui !”. La rupture date du 3 mars 2019. Il s’en explique ouvertement et évoque la nécessité absolue de battre l’actuel locataire de l’Elysée. Philippe de Villiers décrit aussi dans son nouveau livre à succès “Le jour d’après”, un monde qui passe du politique au bio politique. Il cible ceux qui, comme le patron du Forum de Davos, Klaus Schwab, veulent mettre à profit les crises sanitaires pour nous faire basculer dans une société distanciée, désagrégée, contrôlée par le numérique et imposant le capitalisme de surveillance : “On nous prépare le goulag numérique, l’épadhisation de la vie avec un tiers accompagnant, un auxiliaire de vie digitale”. Cependant, même si “notre société coule à pic et est en perdition”, Philippe de Villiers réfute avec force tout esprit de défaitisme. Il appelle à un travail de re-francisation de notre pays et à une véritable insurrection des consciences. Un entretien puissant avec des arguments nouveaux, Philippe de Villiers dit tout !! A regarder et partager de toute urgence.

En cliquant sur la couverture
vous serez guidé sur Amazon

« Ce que nous avons vécu a déjà été joué. À New-York. Lors d’une réunion ou plutôt d’un exercice de simulation d’une pandémie de coronavirus, le 18 octobre 2019 ; tout a été filmé et se trouve sur internet. 

Cela s’est passé plusieurs mois avant la survenance du virus. En réalité, les participants – les géants du capitalisme de surveillance – anticipaient ainsi la catastrophe à venir. Ils avaient voulu un monde d’un seul tenant, sans cloisons. Ils savaient que ce monde-là serait hautement pathogène. Ils le savaient et ils s’y préparaient. Ils attendaient la pandémie et ils la voyaient venir. 

Quand elle survint, ils la saluèrent comme « une fenêtre d’opportunité ». 

Pour les rentiers du numérique et de la Big Tech, ce fut une aubaine. Mais aussi pour les gouvernements qui mirent au ban d’essai l’idée d’une « société disciplinaire ». 

Ainsi les élites globalisées ont-elles préparé le jour d’après. Occasion rêvée pour tout changer, changer la société, changer de société. Et imposer enfin leurs codes de désocialisation, leur esthétisme woke, leur idéologie du Bien total. »

Ayant entre les mains des éléments d’information fiables, recoupés, glaçants, Philippe de Villiers a décidé de prendre la plume pour alerter les Français, en espérant contribuer ainsi à l’insurrection des consciences.

Voyez la suite

ETAT PROFOND

_

Publié

le

Pour les Démocrates, la grandeur de l’Amérique ne compte pas. Ce qui compte, pour eux c’est le pouvoir brut. Les Démocrates ne se sont jamais souciés des Noirs américains mais ont utilisé leurs votes pour obtenir et conserver le pouvoir. Pendant 50 ans, ils ont eu la mainmise sur le vote des Noirs. En constatant que les Noirs ont été plus nombreux à voter pour Donald Trump en 2020, les Démocrates ont paniqué. Ils réagissent en diabolisant encore plus les Blancs. Mais ils doivent compter avec des personnalités comme Leo Terrell, un commentateur politique, ex-Démocrate ou avec Candace Owens, deux supporters de Trump. M. Terrel a même déclaré que le Président Trump a fait plus pour les Noirs que Barack Obama!

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 22 avril.

***************************

Nous assistons à la vengeance finale des Démocrates pour avoir perdu la guerre civile

Les Britanniques ont introduit l’esclavage africain sur les côtes américaines. Les Démocrates ont fait de l’esclavage une chose sacrée et ont tiré les premiers coups de feu de la guerre civile pour le défendre. 

Lorsqu’ils ont perdu la guerre civile, les Démocrates ont instauré les Lois ségrégationnistes de Jim Crow destinées à marginaliser les Noirs.

Malgré cela, les Noirs américains ont prospéré, jusqu’à ce que les Démocrates libèrent l’arme la plus puissante de toutes : les couvrir de «gentillesse».

Nous en voyons les résultats à travers l’Amérique.

Dans la pièce de Shakespeare « The Taming of the Shrew » (La Mégère Apprivoisée),Petruchio soumet Katherine, la mégère, en la maltraitant férocement tout en disant qu’il fait cela par amour.

La dissonance cognitive a fini par la briser, et elle est devenue la femme soumise dont rêvait Petruchio. Les Démocrates, apparemment, ont bien étudié Shakespeare.

Depuis le début de la « Great Society » de Lyndon B. Johnson et de l’État-providence, les Démocrates ont brisé les Noirs américains de la même manière que Petruchio a brisé Katherine. Si l’on s’en tient à la rhétorique, il ne peut y avoir de plus grand amour que celui que les gauchistes de la politique, des médias, des universités et du monde des affaires portent aux Noirs. Les résultats de cette grande affection ont été dévastateurs.

« Les mains en l’air, ne tirez pas.* », « Je ne peux pas respirer. », « Je suis une folle blanche qui crie après les flics au nom des Noirs. », « Les maths sont racistes. », « L’ambition est raciste. », « La langue anglaise est raciste. », « Les Blancs sont nés racistes. », « La mélanine rend les gens supérieurs. » (Cette dernière phrase est une paraphrase de Kristen Clarke, la candidate de Biden à la tête de la division de l’égalité des droits du ministère de la Justice).

Des normes académiques dévaluées. Des dortoirs séparés. Des salles à manger séparées. La théorie critique de la race. Le privilège blanc. Les best-sellers d’Ibram X. Kendi. BLM. Définancer la police. Le mouvement All Cops Are Bastards (Tous les flics sont des salauds). Tout ça c’est tellement plein d’amour.

C’est l’amour qui fait que LeBron James, un multimillionnaire noir prêt à tout pour le président Xi Jinping et qui semble ignorer que les Chinois sont férocement racistes, a menacé (NdT: dans un tweet qu’il a effacé plus tard) un policier blanc qui a évité à au moins une et peut-être à deux femmes noires d’être poignardées à mort en Ohio. 

Bree Newsome (une cinéaste et militante noire) a insisté sur le fait qu’il est parfaitement normal qu’une adolescente en attaque une autre avec un couteau à longue lame. 

Deux jours avant le tweet de Bree, lorsqu’une adolescente noire de 13 ans a engagé une autre dans ce rite de passage amusant pour les adolescents qu’est la bagarre au couteau, elle a poignardé l’autre fille à mort.

Toute cette gentillesse des Démocrates envers les Noirs a ravagé les communautés noires. L’aide sociale, que les jeunes travailleurs sociaux blancs ont vivement recommandée aux Noirs dans les années 1960 à titre de réparation, a remplacé les hommes en tant que soutien de famille. Beaucoup d’entre eux, privés de but dans leur vie, ont dérivé vers le crime.

Puis, en 1994, le projet de loi sur la criminalité de Biden a fait en sorte que ces hommes perdus disparaissent complètement de la communauté.

Le gauchisme a également enlevé la religion à de larges segments de la communauté noire. Ainsi, les Noirs ont perdu les deux piliers d’une communauté qui fonctionne harmonieusement – la foi et la famille.

Et, comme Candace Owens ( NdT: Une commentatrice politique, partisane de Donald Trump, et affiliée au mouvement conservateur), l’a commenté de manière poignante, l’«amour» incessant de la gauche pour les criminels noirs signifie que les Noirs sont désormais « uniques en ce sens que nous sommes les seuls à nous battre, à crier et à exiger soutien et justice pour les personnes de notre communauté qui ne font rien de bon ».

Les héros noirs ne sont pas des hommes moraux qui s’occupent de leurs familles ; ce sont des criminels de carrière qui meurent sous une grêle de balles parce qu’ils résistent à leur arrestation et essaient de tuer les policiers.

Grâce à la bonté façon Petruchio des Démocrates, en 2019, il y avait plus de 4,15 millions de mères célibataires noires, soit une augmentation de 22% en 20 ans. Plus de 50% des enfants noirs vivent dans une famille monoparentale, c’est-à-dire, une famille appauvrie, sans père pour modeler les vertus masculines des garçons et protéger les filles des mâles prédateurs.

Il vous serait difficile de trouver un foyer stable et biparental dans la longue liste de malfaiteurs, présentés comme des martyrs par BLM, soit parce que les hommes sont eux-mêmes issus de foyers brisés ou soit parce qu’ils ont des enfants biologiques dispersés dans leurs communautés.

Voici les fruits de l’amour dépravé des Démocrates : Adam Toledo, 13 ans, courant dans Chicago au milieu de la nuit, armé, en compagnie d’un membre de gang âgé de 21 ans; Janiah Pate, 13 ans, poignarde à mort Nyaira Givens, 13 ans; Ma’Khia Bryant, 15 ans, meurt sous une grêle de balles de la police alors qu’elle était engagée dans une violente bagarre au couteau avec deux autres adolescentes en Ohio.

Pharaon a refusé de laisser partir les Hébreux malgré l’escalade de fléaux qui atteignaient son peuple. Seule la peste dans son propre palais l’a fait changer d’avis. 

Le fléau auquel les Noirs vont être confrontés sera le moment où la police refusera de se rendre dans les communautés noires de peur de se faire «chauviner» (subir le destin de Derek Chauvin).

Le massacre qui en résultera pourrait enfin briser l’emprise «aimante» des Démocrates sur les Noirs.

Jusqu’à ce que ce moment arrive, les Démocrates continueront de se venger d’avoir perdu la Guerre Civile.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

* Une allusion à l’incident concernant Michael Brown, survenu à Ferguson dans le Missouri, le 9 août 2014, tandis que ce dernier, selon l’ami qui l’accompagnait était soi disant prêt à se rendre lorsqu’il a été abattu par le policier qu’il avait agressé et dont il avait essayé de prendre l’arme.

Sources :

Introduction :

https://www.americanthinker.com/articles/2021/04/the_democrats_divide_and_conquer_policy_is_on_steroids.html

Texte Principal :

https://www.americanthinker.com/blog/2021/04/we_are_witnessing_the_democrats_final_revenge_for_losing_the_civil_war.html

Pendant combien de temps encore la gauche va nuire à la planète ?0 Répondre

Cestmoi

Cestmoi Répondre à  Dansas 9 heures plus tôt

C’est une religion séculière qui promet le bonheur sur Terre. Malgré tous les échecs, malgré tout les massacres, malgré tout les malheurs d’autres y croiront et continuent d’y croire.  » Pendant combien de temps encore la gauche va nuire à la planète ? » Pendant longtemps encore, hélas. 0 Répondre

Cestmoi

Cestmoi 9 heures plus tôt

Bonjour Madame,

Que Dementia Joe tente d’influer sur la décision d’un procès en dit long sur leur inquiétude. Les afro-américains qui ont brisé leurs chaines invisibles ne retourneront plus dans la Nouvelle Plantation. Leur hypocrisie, leurs mensonges ainsi que leurs obscènes génuflexions n’y changeront plus rien.Reste à savoir ce que feront ceux qui ont vu leur situation financière s’améliorer pendant la présidence de Trump et qui constatent qu’elle détériore déjà à nouveau avec Dementia Joe. Nous le saurons l’année prochaine.

« Le massacre qui en résultera pourrait enfin briser l’emprise «aimante» des Démocrates sur les Noirs.

Jusqu’à ce que ce moment arrive, les Démocrates continueront de se venger d’avoir perdu la Guerre Civile. »

Puissent ces paroles être prophétiques. 

PS: En écrivant Le Grand Inquisiteur (le chef-d’oeuvre dans le chef-d’œuvre, le livre dans le livre) Dostoïevski avec prédit le désastre socialiste. 

Cordialement0 Répondre

Meyer

Meyer 7 heures plus tôt

Dans un monde hyper-médiatisé ce qui compte c’est l’apparence pas le fond. Le style, la tendance, les influenceurs, la mode monopolisent ce champ médiatique. Il créent une atmosphère ultra-conformiste, un véritable snobisme qui se croit ou se prétend « révolutionnaire » ou, au minimum, se revendique appartenir au camp du Bien. C’est juste du marketing à très grande échelle. Goebbels aurait été un sacré publicitaire! Il aurait fait son trou au parti démocrate!!! Ah…le smile…l’arme fatale de la séduction…Génocidez avec le smile on vous trouvera toujours grave hyper cool sa mère…. Et si à cela vous ajoutez le risque de mise à l’index, voire un lynchage au propre comme au figuré (voir le cas édifiant d’un Lebron James qui d’un clic rageur, peut-être avachi dans son sofa en cuir de rhinoféros blanc tapotant sur son ordi aux composants conçus par quelque ignoble sioniste, désigne à la vindicte populaire un policier…blanc il va s’en dire pour un tableau mirifique), l’imposition de nouveaux tabous, l’attribution de bons points ou le collage de cibles par les médias mainstreams tous alignés sur une identique politique éditoriale (bonjour la diversité pourtant tant vantée!), il reste peu de place pour le débat, l’argumentation avec la recherche du véridique et nos émotions au vestiaire. La « communauté » noire n’est qu’un ensemble d’individus comme tout le monde qui se laisse influencer, comme tout le monde, qui se laisse titiller le « ça » freudien et parmi lesquels on déniche quelques braves « révolutionnaires » en ce sens qu’ils nagent à l’encontre des idées dans le vent. Au risque d’être traités de traîtres, de « bounty »… Les démocrato-progressistes sont les véritables racistes dans l’histoire. Ils inventent une barrière raciale, un mur insurmontable que seule la soumission pourra compenser. La soumission de tous, toutes races confondues… Mais ils avancent derrière le masque avantageux de l’anti-racisme grâce aux médias complices. Voilà qui rappelle ces ordures pleines aux as qui vous serinent droit dans les yeux sans sourciller « je suis quelqu’un de bien ». Tandis qu’elles exploitent leur boniche venue de l’autre bout du monde qui trime 24h/24 pour subvenir aux besoins de ses proches dans des pays où l’écologie est une lubie de riches. Nous vivons donc une époque formidable où, par la magie mensongère des médias, cette couverture qui étouffe comme elle peut le principe de réalité, les valeurs nous apparaissent sans-dessus-dessous, les imposteurs s’imposent et les spectateurs applaudissent ou conspuent en chœur comme dans un stade à l’échelle planétaire. Si certains, parmi la « communauté » noire, pensent pouvoir tirer parti de cette tendance victimaire par facilité, j’imagine que d’autre se sentent humiliés car traités différemment de leurs pairs homo sapiens. Je ne fais qu’exercer cette aptitude que l’on nomme « empathie », cette faculté de se mettre à la place d’autrui. Ce qui fait de nous des être humains à part entière. Parce que nous avons tous un point commun, nous faisons tous partie de l’espèce humaine, pour le meilleur et pour le pire. Mais avec ce bon sens, cette curiosité, ce besoin d’au-delà qui la caractérise et que les idéologies,… Lire la suite »0 Répondre

maujo

maujo 3 heures plus tôt

A un moment donné, tous les américains qui ont voté démocrate vont finir par se réveiller et voir la réalité en face, tout ce que nous voyons ou lisons, ce n’est pas l’image d’un pays apaisé, mais au contraire la haine qui se répand dans la société complètement fanatisée par le rejet de l’homme blanc qui doit expier les crimes de ses paires dont beaucoup ne sont pas responsables, étant eux même souvent issus de familles misérables qui ont autant souffert que les noirs en esclavage. Ras le bol de cette société de nantis qui veut revisiter l’histoire du monde à l’image de leur idéologie pourrie.0 Répondre

Delaye

Delaye Répondre à  maujo 2 heures plus tôt

Je ne suis pas sûre qu’ils se réveillent, car il se trouve parmi eux beaucoup trop de pourris, avides de fric et de pouvoir et menteurs comme tous les gauchistes.0 Répondre

christopher.dee

christopher.dee 1 heure plus tôt

Les démocrates vont droit dans le mur avec leurs manipulations anti police et raciste. Ce n’est qu’une question de temps (qui s’accélère). De plus en plus de membres des minorités prennent conscience de l’hypocrise astronomique de la gauche qui n’apporte que malheur et pauvreté.
Si les républicains parviennent à obtenir des élections non truquées en 2022, les noirs, comme les hispaniques et les asiatiques, voteront encore en plus grand nombre pour les républicains.
A force de se servir du racisme, la vérité sur le rôle historique du parti démocrate dans l’esclavagisme va leur exploser à la figure.
En faisant le malin en évoquant Jim Crow, Biden a fait un faux pas énorme, parce que Jim Crow était démocrate… Et cela va se savoir de plus en plus.
De même que Martin Luther King était républicain !
De plus la colère de la communauté noire d’Atlanta va croître contre les dems, ainsi que dans tous les quartiers noirs des villes démocrates sinistrés par les antifas et BLM.
J’imagine que les dems croient avoir la parade en distribuant des billets verts extorqués, sauf que l’inflation arrive à grands pas…

Et si l’audit de Maricopa parvient enfin à ouvrir la boite de pandore de la fraude démocrate, alors il y aura du sport et pas que du baseball.0 Répondre

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance