DISPARITION d’ENFANTS

Spread the love

Quarante-cinq enfants disparus ont été sauvés d’un trafic d’êtres humains

Repéré par Robin Tutenges — 27 octobre 2020 Il s’agirait de la plus grande opération du genre aux États-Unis.

Au total, 179 personnes ont été arrêtées au cours de cette vaste opération.

L’opération «Autumn Hope» a été un succès. Orchestrée par près de cinquante services de police à travers l’État américain de l’Ohio, elle a permis de secourir 109 personnes victimes de traite d’êtres humains. Parmi elles se trouvaient 45 enfants disparus.

L’objectif de ces raids, menés notamment par le United States Marshals Service, était multiple. Les opérations visaient à lutter contre la traite d’êtres humains dans l’État, à trouver les nombreux enfants disparus, et à arrêter les coupables ainsi que ceux qui tentent de recourir aux services sexuels de ces mineurs.

Au total, 179 personnes ont été arrêtées, dont 22 ayant cherché à avoir des relations sexuelles avec ces enfants. «N’achetez pas de sexe dans l’Ohio!», s’est insurgé le procureur général de l’État dans un communiqué.

Trois opérations au total

Ces descentes de police font partie d’un programme plus large de lutte contre le fléau qu’est la traite des êtres humains dans la région, ajoute The Independent. Ces dernières semaines, deux autres opérations du genre ont eu lieu, l’une également dans l’Ohio, baptisée «Safety net» («Filet de sécurité») et l’autre en Géorgie, appelée «Not forgotten» («Pas oublié»).

À lire aussi

Des marchés aux esclaves sur Instagram et autres applications

Plusieurs jeunes enfants ont ainsi été retrouvés, dont une fille de 14 ans et une de 15 ans, disparues respectivement à Cleveland et à Lancaster. Toutes les victimes ont été orientées vers des services sociaux, dont le Cleveland Rape Center.

Bien que les données soient difficiles à récolter, la fondation Missing Children estime que 250.000 enfants sont portés disparus (fugues, enlèvements, enfants égarés, etc.) chaque année en Europe, soit un toutes les deux minutes. Aux États-Unis, ce chiffre grimpe à 460.000 enfants par an.

En savoir plus: Parents & enfants Monde Etats Unis trafic d’êtres humains disparition pédophile

Des marchés aux esclaves sur Instagram et autres applications

Repéré par Léa Polverini Des travailleuses domestiques sont vendues comme des marchandises pour quelques milliers d’euros pour aller travailler dans des familles loin de leur pays d’origine.

Des travailleuses domestiques philippines quittent le Koweït, après le meurtre d’une domestique, le 18 février 2018, à Manille. |

Sur l’écran du smartphone, les photos défilent par milliers: des portraits de femmes, la plupart originaires de pays d’Afrique (Guinée, Ghana, Éthiopie, Soudan…) ou d’Asie (Philippines, Népal, Inde…), répertoriées par ethnies, avec un prix affiché: elles sont disponibles à l’achat, pour quelques milliers d’euros.

Le commerce illégal de travailleuses domestiques, qui fonctionne comme un réseau de trafic d’êtres humains, prospère tranquillement sur les applications mobiles. Sur Instagram par exemple, propriété de Facebook, on peut trouver des publications boostées par certains hashtags, proposant d’acheter une femme et ses services domestiques –la négociation aura tout simplement lieu par message privé.

D’autres applications, comme 4Sale ou Haraj, approuvées et disponibles sur Google Play et l’App Store d’Apple, proposent des offres similaires.

Marché aux esclaves

«Ce qu’ils font, c’est promouvoir un marché aux esclaves en ligne», alerte Urmila Bhoola, rapporteuse spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines d’esclavage. «Si Google, Apple, Facebook ou toute autre société héberge des applications comme celles-ci, elles doivent être tenues pour responsables», ajoute-t-elle.

De fait, les ventes illégales, de quelque nature qu’elles soient, constituent une violation des règles qui s’appliquent aux entreprises de technologie, aussi bien du côté des développeur·euses que des utilisateur·ices des applications concernées.

À LIRE AUSSI Il existe un marché noir pour comptes Instagram

Contactée par la BBC, Facebook a annoncé l’interdiction de l’un des hashtags en cause, et Google et Apple ont déclaré faire des efforts pour empêcher toute activité illégale sur les applications qu’elles promeuvent. En dépit de ces déclarations, le commerce de travailleuses domestiques se poursuit en ligne.

Ces femmes sont destinées à travailler comme domestiques au sein de familles, le plus souvent dans des pays du Moyen-Orient comme le Koweït, le Liban, les Émirats arabes unis ou encore le Qatar, où le système dit de la «kafala» (parrainage) permet aux locaux d’acheter les services de travailleurs et de travailleuses immigrées en se portant garants pour elles.

À LIRE AUSSI Les domestiques au Liban, un esclavage qui ne dit pas son nom

Travailleuses précaires et exploitées

Dans la majeure partie des cas, cela se traduit par une exploitation de ces travailleur·euses, privé·es de leur passeport comme de leurs droits dans le pays d’accueil. Au Koweït, neuf foyers sur dix possèdent au moins une employée de maison. Les conditions dans lesquelles ces femmes rejoignent les familles et travaillent pour elles sont le plus souvent à la limite de la légalité, si ce n’est tout à fait illégales.

Des journalistes de BBC Arabic se sont fait passer pour un couple à la recherche d’une domestique au Koweït, et ont contacté via l’application populaire 4Sale cinquante-sept personnes proposant de vendre des femmes. Presque toutes leur ont recommandé de confisquer le passeport de leur future domestique, de la confiner à la maison, de lui refuser tout congé et de limiter drastiquement son accès à un téléphone.

«Croyez-moi, elle est très gentille, elle rit et a un visage souriant. Même si vous la gardez éveillée jusqu’à cinq heures du matin, elle ne se plaindra pas», argumentait un vendeur, policier de son état.

À LIRE AUSSI L’esclavage ne recule pas dans le monde… au contraire

Selon les profils, classés sur les applications selon des critères racistes, moins de 2.000€ peuvent suffire pour s’acheter une domestique. Les femmes, qui sont ramenées dans ces pays avec l’espoir de pouvoir subvenir par la suite aux besoins de leur propre famille, restée dans leur pays d’origine, seront ensuite payées quelques centaines d’euros par mois, selon le bon plaisir de leurs employeur·euses, quand encore elles reçoivent un salaire. Elles ne sont pas toujours majeures, alors même que la loi koweïtienne fixe l’âge minimal des travailleuses domestiques à 21 ans.

Officiellement, elles doivent passer par des agences et être enregistrées auprès du gouvernement pour intégrer le système de la kafala, mais l’usage d’applications comme 4Sale ou Instagram permet de contourner ces obligations via un marché noir, qui augmente encore la précarité de ces femmes.

Fatou, une jeune guinéenne de 16 ans dont le prénom a été modifié, a été renvoyée dans son pays d’origine après avoir travaillé neuf mois au Koweït, dans trois famille différentes: «Ils avaient l’habitude de me crier dessus comme un animal. Cela me blessait, me rendait triste, mais je ne pouvais rien faire», témoigne-t-elle. Au total, elle n’a été payée que pour deux mois de travail. «Ma vie est meilleure maintenant. J’ai l’impression d’être revenue de l’esclavage

Depuis l’enquête de la BBC, la section dédiée aux annonces de travailleuses domestiques a été enlevée de 4Sale. Via d’autres canaux, le trafic continue.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*