Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

TRUMP

Comment les ennemis de TRUMP le font passer pour un con !

Publié

le

Comment Trump a forcé des milliers de supporters à faire des dons pour sa campagne… qui va croire à une telle connerie ?

Repéré par Nina Pareja — 

Une arnaque digne des techniques marketing les plus agressives pour un total de 122 millions de dollars.

Le journaliste américain Shane Goldmacher a mené une très longue enquête qu’il livre dans un article d’une vingtaine de pages pour le New York times. Il révèle l’étendue de l’arnaque menée par le candidat Trumpet son équipe de campagne chargée des levées de fonds dans le cadre des élections présidentielles américaines de 2020. 

Le journaliste raconte l’histoire de Stacy Blatt, un supporter de Trump qui en septembre 2020 décide de faire un don en ligne ponctuel de 500 dollars (425 euros) pour la campagne de son candidat préféré. Cela représente une somme importante pour ce retraité luttant contre le cancer dont les revenus mensuels sont d’environ 1000 dollars. En seulement quelques semaines, les prélèvements se multiplient pour atteindre 3000 dollars et les comptes de l’homme sont gelés. 

L’histoire de Stacy Blatt est loin d’être isolée, des milliers de supporters de Trump se sont retrouvés dans la même situation quand leur don qu’ils pensaient ponctuel sont devenus réguliers.À lire aussiMais que devient Donald Trump? 

122 millions de dollars 

En septembre 2020, alors que les finances de campagne du candidat Trump sont en mauvais état, son équipe met en place un système d’incitation aux dons digne des techniques de marketing les plus agressives interdites en Europe depuis la loi RGPD. Cette technique s’appelle le «opt-in passif»: une option est présentée à l’internaute dans une case qui est pré-cochée, s’il ne la décoche pas, il consent à ce qui est inscrit dans la case. 

Des milliers de contributeurs sont tombés dans le panneau. Il faut dire qu’à mesure que l’échéance des élections se rapproche, les explications qui accompagnent les cases pré-cochées sont de moins en moins claires. Quand les donateurs se rendent compte de l’arnaque ils font opposition aux dons et croient pour la plupart à une fraude et demandent le remboursement, sans soupçonner le candidat. 

Selon les chiffres du New-York Times, dans les deux derniers mois et demi de la campagne, le parti Républicain a dû procéder à 530.000 remboursements équivalant à 64,3 millions de dollars (54,7 millions d’euros). Pour la même période, l’équipe Biden a procédé à 37.000 remboursements pour un total de 5,6 millions de dollars (4,8 millions d’euros). Le candidat Biden doit la plupart de ses remboursements au dépassement du montant maximal forfaitaire individuel autorisé par la loi américaine. 

En tout, 10% de l’argent levé par le candidat Trump a dû être remboursé –contre 2,2% pour Biden– soit 122 millions de dollars (104 millions d’euros) –contre 21 millions de dollars (18 millions d’euros) pour Biden. Pour le candidat Trump cette trésorerie est l’équivalent d’un prêt à taux zéro bienvenu dans un moment crucial de la campagne.À lire aussiLes plus belles bourdes du mandat Trump, de l’humour à deux balles aux fake news 

«Faites de cet apport un don mensuel»

Tout commence en mars 2020, avec l’apparition d’un premier rectangle jaune contenant une case pré-cochée et une indication claire sur le site de dons en ligne de Trump: «Faites de cet apport un don mensuel.» 

Le New York Times présente ensuite cinq des versions utilisées de ce rectangle jaune, de plus en plus confuses. En juin est ajouté à la proposition de mensualisation un second rectangle contenant une case pré-cochée avec l’inscription: «Battons ensemble un record pour l’anniversaire du Président Trump» en gras, puis, en dessous, en caractères plus petits: «Cette donation supplémentaire sera prélevée le 14 juin.» Le 14 juin, le candidat bat ses records de donation. 

À l’approche des élections, de nouveaux rectangles apparaissent en plus de la suggestion de mensualisation: «Président Trump: Je vais débattre contre Joe Biden le 29 septembre et j’ai besoin de savoir que vous me soutenez. Rejoignez l’attaque de cash éclair de Trump MAINTENANT.» En plus petit, une mention indique: «Donnez automatiquement 100 dollars de plus le 29 septembre.» 

En septembre, la proposition de mensualisation se transforme en proposition de don hebdomadaire avec une indication plus floue: «Rejoignez le club des patriotes du président Trump». 

Enfin la dernière version a pour vocation de perdre le donateur comme le montre cette image:

Dix lignes en gras pour perdre le donateur avant de lui indiquer qu’il a pré-cochée l’option «Faire de ce don une donation hebdomadaire» et «Donnez automatiquement 100 dollars supplémentaires le 10 septembre» | Capture d’écran du New York Times

Par ailleurs, entre octobre et novembre les supporters reçoivent jusqu’à quinze mails par jour pour les inciter à faire des dons. 

Ce n’est pas fini. Lors de l’élection sénatoriale de novembre, les mêmes techniques ont été utilisées par certains candidats Républicains. Et à la suite de la première prise de parole post-présidentielle à la fin du mois de février, l’équipe de Trump a envoyé à tous ses supporters un message: «Je vous ai manqué?» avec un lien, bien sûr, vers son site pour effectuer une donation et ceci avec une case pré-cochée pour la mensualiser.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

TRUMP

La fraude électorale qui a volé la présidence à Trump apparaît au grand jour

Publié

le

Cinq mois après l’élection présidentielle américaine, les résultats officiels d’une vérification réalisée au Michigan semblent confirmer les soupçons de fraude massive dénoncée par l’ancien président Donald Trump et son équipe.

Dans 9 comtés sur 83 de cet Etat, après vérification des ordinateurs équipés de la fameuse application DOMINION, chargée de compter les suffrages, il a été constaté 66.194 bulletins de vote de personnes non-inscrites, ce qui sur la totalité des comtés pourrait atteindre un chiffre de plus de 600.000 voix. Par ailleurs et surtout, des puces de yper ES&S ont été découvertes bien cachées à l’intérieur d’ordinateurs sur la carte-mère, pouvant être connectées à Internet sans passer par un modem, ce qui était interdit par crainte d’intervention extérieure.

Le président Joe Biden est bien en place, mais une ombre suspecte subsistera toujours sur la bonne tenue de ce scrutin si important dans la politique mondiale. »

Cet article est paru sur LPH, et vous pourrez le retrouver avec le lien suivant: lphinfo.com. Mais ce qui est également intéressant c’est que l’article renvoie à celui-ci en anglais : headlines360.news. N’essayez cependant pas de le diffuser sur les réseaux sociaux, car, à peine tenterez-vous de diffuser cette information sur Facebook, par exemple, que vous recevrez ceci :

Qu’il y ait fraude électorale, nous le savions déjà et les lecteurs de Dreuz sont sans doute parmi les mieux informés sur ce sujet, surtout après le travail exceptionnel réalisé par Jean Pierre Grumberg qui a suivi les élections américaines jour et nuit pendant 2 mois sans pratiquement dormir. Qu’elle fût massive ne faisait pas non plus le moindre doute, car personne de censé ne pouvait réellement imaginer que Joe l’endormi et son hystérique de vice-présidente avaient pu remporter 80 millions de voix sans même faire campagne. Que les médias officiels et les réseaux sociaux s’en soient faits complices était aussi évident qu’un nez de clown sur la figure de Biden. 

Mais voici, enfin, qu’arrive confirmation.

Imaginez, juste pour le plaisir de le faire, la scène que représenterait l’arrestation de Biden et sa mafia par le FBI, leur envoi à Guantanamo pour crime de haute trahison, et le retour victorieux du Président Trump à la Maison-Blanche. On peut rêver, c’est vrai.

Mais je pense que ce n’est qu’un début. Croisons les doigts.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Merci Mr Rehov. Savez-vous ce qui se passera si la fraude est confirmee de facon telle que les democrates ne peuvent plus le cacher. Y aura t’il des sanctions?3 Répondre

Cestmoi

Cestmoi Répondre à  Hector 5 heures plus tôt

Il pourrait y avoir une mise en accusation (« impeachment »). Cependant il faudra qu’il y ait la majorité de la Chambre des représentants et ,sauf erreur de ma part: 60 % du Sénat. Ce qui me semble malheureusement très difficile à obtenir. En supposant que ce soit le cas, je ne sais pas si c’est Cruella Harris qui pourrait lui succéder. 

Joe laissera dans l’Histoire une image aussi peu glorieuse qu’infamente.2 Répondre

david

david 4 heures plus tôt

Oui, nous étions bien au courant.
Voilà pourquoi je ne comprends pas pourquoi le président Trump n’a pas mieux utilisé les deux mois entre l’élection et la prise de pouvoir de Cheater Joe pour vraiment contester cette mascarade.

Il est évident que les Démocrates, qui ont désormais tout pouvoir (médiatique, politique, opinion mondiale…) ne lâcheront rien.

Seule une cascade de plainte à la cour suprême pourrait avoir un effet (et encore). Mais il ne suffit pas de dire « j’accuse », il faut agir.

Et franchement, le GOP n’en prend pas le chemin.2 Répondre

trump

trump 3 heures plus tôt

J en ai pleure interieurement et j ai maintenant classe mes USA bien aimes dans la categorie perdu
J espere que l avenir me donnera tors mais avec un systems electoral maintenance gangrene, je vois Mal un President Patriotes revenir au pouvoir sans la violence ou la secession…..2 Répondre

François Fauteux

François Fauteux 2 heures plus tôt

Désolé mais il n’y aura jamais de revirement et Trump ne reviendra jamais au pouvoir. Le peuple permet la censure sur les réseaux sociaux sans brocher, sans rien dire et sans ne rien faire. Les tribunaux ne feront rien non plus. Les américains qui ont votés pour Trump ont désormais peur de descendre dans la rue depuis le Capitole. Ils ont peur de se faire poursuivre en justice. La peur, le contrôle et bien trop installé. Il est trop tard malheureusement. Kamala Harris va devenir la présidente des États-Unis, et ce même si elle n’est pas aimé du tout. Il est beaucoup trop tard.2 Répondre

Cestmoi

Cestmoi Répondre à  François Fauteux 2 heures plus tôt

Les élections ami-mandat auront lieu l’année prochaine et ça se présente assez mal pour Joe.0 Répondre

marie

marie 1 heure plus tôt

Malheureusement le FBI est gangrené, comme les fonctionnaires de la Justice, donc aucune raison que les malfaisants soient arrêtés et mis hors d’état de nuire, ils ont des complices très bien placés partout, à mon grand regret !0 Répondre

Michelle d’Astier de la Vigerie

Michelle d’Astier de la Vigerie 15 minutes plus tôt

Je trouve bien des commentaires très pessimistes. Et si, justement, Trump, qui avait tout prévu depuis quatre ans, avait aussi laissé faire cela, à la fois pour démasquer les démoncrates (pour qu’il n’y ait pas de guerre civile), mais aussi pour faire, avec l’armée (qui a de fait la gouvernance des USA: Trump avait aussi préparé cela !), pour nettoyer l’État profond, discrètement mais efficacement.

Et si nous devions avoir de méga surprises dans les semaines à venir ?

En tout cas, j’attends cela de puis des mois mais avec confiance. Car l’avenir de la France en dépend aussi !0 Répondre

Voyez la suite

TRUMP

Présidentielle américaine : 80 millions de voix pour Trump contre 66 pour Biden !

Publié

le

International Publié le 10 avril 2021 – par Jacques Guillemain– 15 commentaires

Il semblait étonnant que plus personne ne parle des fraudes massives qui ont faussé l’élection présidentielle américaine et privé Donald Trump de son écrasante victoire.

Il semblait étonnant que le peuple américain se soit résigné, convaincu que finalement, Biden avait peut-être gagné.

En fait, il n’en est rien et les enquêtes se poursuivent, même si les médias se gardent bien d’en parler. Une partie de l’Amérique refuse d’accepter la fraude en silence.

https://www.francesoir.fr/politique-monde/elections-americaines-les-revelations-de-mike-lindell

Certes, Biden ne rendra pas son tablier et Trump ne reviendra pas aux affaires, mais l’important, c’est que la vérité éclate au grand jour et que le monde entier sache que les Démocrates ont triché.

Vérité et justice, tels sont les deux piliers de la démocratie que veulent rétablir quelques patriotes qui dénoncent l’élection d’un Président fantoche.

Vote par correspondance et machines à voter ont été les sources essentielles des fraudes. Des experts en cyberattaques, des informaticiens et des statisticiens ont poursuivi l’analyse scientifique des machines à voter mais sans que le public en soit informé. L’omerta est totale.

Parmi les Américains qui refusent de capituler devant les tricheurs qui veulent tuer la démocratie, un physicien a réuni une équipe de scientifiques volontaires pour analyser les résultats des élections. Le verdict est sans appel : Trump avait largement gagné.

41 plaintes sont en cours d’examen par les juges.

Un avocat du Colorado, après les déboires de Lin Wood, de Sydney Powell et de Rudy Giuliani, a pris la voie d’une class action, un recours collectif avec six autres confrères. Tout électeur peut s’associer à la plainte. Cette class actiona été déposée le 21 décembre 2020. 160 millions d’électeurs sont concernés.

Manipulations des machines Dominion, bulletins truqués, votes multiples sous la même identité sont au menu des limiers.

En Géorgie, chaque vote pour Biden était majoré de 13 % et chaque vote pour Trump était minoré d’autant. Un facteur de 1,3 contre 0,87 !! On est bien loin de la règle démocratique élémentaire : un citoyen = une voix.

Menacés, diabolisés et traînés dans la boue par la presse, les justiciers tiennent tête au système.

Dans un documentaire intitulé “La preuve absolue” diffusé début février, Mike Lindell démontre que les machines de vote sont connectées à internet, envoient et reçoivent des données en temps réel. Les votes électroniques ont donc bien été manipulés via des serveurs à distance. Le 3 novembre 2020, les hackers n’ont pas chômé !

Et 67 % de ces intrusions proviennent d’ordinateurs situés en Chine. 115 millions de personnes ont déjà visionné “La preuve absolue” et les 3/4 des Américains sont aujourd’hui convaincus que l’élection a été volée.

Dans l’Ohio, État où Trump a gagné avec 7 points d’avance, l’analyse a montré qu’il avait en fait gagné avec 14 points d’avance.

Trump a gagné les États clés et remporté l’élection haut la main, avec 80 millions de voix contre 66 pour Biden.

La plupart des décideurs politiques dans le monde savent très bien que les élections de novembre 2020 ont été volées. Mais l’omerta reste totale.

Trump a été la victime d’une formidable machination, comme nous l’avons souvent écrit sur RL.

Il n’y aura pas de renversement du scrutin, évidemment, mais au moins ces enquêtes auront ouvert les yeux à une majorité d’Américains qui sont aujourd’hui convaincus de la réalité de la fraude.

C’est essentiel. Et espérons que chez nous le vote par correspondance et les machines à voter ne viendront jamais tuer la démocratie comme en Amérique.

https://ripostelaique.com/presidentielle-americaine-80-millions-de-voix-pour-trump-contre-66-pour-biden.html

Du lourd et maintenant on fait quoi? Répondre

vieux bidasse

vieux bidasse il y a 1 jour

Bizarre! personne ne parle de Destitution.
La géométrie variable existe donc… Répondre

Cayssials. Jacques

Cayssials. Jacques il y a 1 jour

Chez nous ce sera le même scénario
MACRON a déjà gagné l’élection présidentielle d’après les sondages mafieux.
Et le pire c’est qu’il voulait mettre en place le vote électronique.
On va vivre la même chose que les US
Sans compter le vote de ces copains les immigrés avec de faux passe et cartes d’identité.
On est vraiment très mal Répondre

franck

franck il y a 1 jour

RR a mis du temps a réagir ! Beaucoup de français savaient sur les fraudes aux USA !! ET DEPUIS le début ! l’état profond a pris la main, et sans une guerre ! il ne le rendra pas ! la dictature a vie ! la guerre ou l’asservissement ! Répondre

Christine Tasin

AdministrateurChristine Tasin il y a 1 jour Reply to  franck

Pardon ? Nous avons fait partie des premiers à alerter sur les fraudes et à publier chaque jour ou presque des articles les révélant, les dénonçant… et cela dès le 3 novembre ! Nous avons même publié des videos au cours des mois précédant l’élection montrant les fraudes en train de se préparer.
Nous publions cet article de synthèse qui a le mérite de donner les chiffres exacts, ce n’est pas une révélation. Répondre

Argo

Argo il y a 22 heures Reply to  Christine Tasin

Parfois, je me demande si en France, nous n’aurions pas eu ce type de problème ! Le traité de Maastricht passé à 0’quelque chose près ? Etc. Il est vrai que j’ai mauvaise mentalité !🤫🤫🤫🤫🤫 Répondre

Bernard MAUFFAIT

Bernard MAUFFAIT il y a 1 jour

Au bout du compte on peut s’injurier de la fraude mais Biden l’a pratiqué ,elle a été validée et il est président. A ce jour être malhonnête ça paye ! Répondre

Bubu

Bubu il y a 22 heures Reply to  Bernard MAUFFAIT

À ce jour effectivement, et pour l’instant Répondre

Aude B

Aude B il y a 11 heures Reply to  Bernard MAUFFAIT

Attendons !
je crois au karma !! Répondre

Sugarhawk

Sugarhawk il y a 23 heures

La fraude avérée ne peut inverser le cours des choses. A nous de veiller que cela ne produise pas en France. Répondre

franck

franck il y a 14 heures Reply to  Sugarhawk

comment ??????????? Répondre

jacques

jacques il y a 20 heures

Vous affolez pas les gars, l’affaire n’est pas du tout pliée, on vous le dit depuis longtemps. Soyez encore un petit peu patient et … Répondre

PASCAL ALEVEK

PASCAL ALEVEK il y a 16 heures

C’est clair, j’ai toujours pensé que Trump avait gagné mais il s’est fait avoir par les mouvements de fond, l’Etat profond qui a manœuvré avec beaucoup de complicité auprès des postes stratégiques (justice, administration, CIA, etc…). Cela prouve une chose importante et c’est pareil en France, une élection même démocratique n’est plus une garantie pour obtenir un pouvoir souverain dans un pays car il existe différentes strates de pouvoir qui agissent et qui influencent les élections. Répondre

Pascal JUNG-LEDOUX

Pascal JUNG-LEDOUX il y a 4 heures

Je crains le pire en 2022. Répondre

Les ROUGES

Les ROUGES il y a 39 minutes

C’est bien grace à M Trump que l’économie repart aux States ,et chez nous ça dégringole !sauf la Bourse ! Répondre

Voyez la suite

TRUMP

USA. Ces évangéliques derrière Trump ;

Publié

le

Hégémonie, démonologie et fin du monde
L’auteur livre une puissante réflexion sur ce raz-de-marée idéologique évangélique qui irrigue les moindres terres du Nouveau Continent, au nord comme au sud, et qui ne s’arrêtera pas en si bon chemin.
L’annonce de la victoire de Joe Biden face à Donald Trump à la dernière élection présidentielle a renforcé l’idée de deux Amériques. Mais loin de la catastrophe annoncée, Trump a renforcé en quatre ans toutes les franges conservatrices, radicales, mystiques et messianiques de la société américaine en un joyeux chaos politique, social et cultuel. 

La victoire de Biden pourrait pourtant nous faire croire à la caducité du contenu du livre d’André Gagné, professeur à l’Université Concordia à Montréal. Il n’en est rien : l’auteur livre une puissante réflexion sur ce raz-de-marée idéologique évangélique qui irrigue les moindres terres du Nouveau Continent, au nord comme au sud, et qui ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Si l’auteur explique que « pour la frange charismatique proche du pouvoir politique, le président Trump représente le seul espoir pour l’Amérique », c’est bien que le « trumpisme » a quelque chose en lui d’évangélique.

Domination nécessaire des chrétiens dans le monde mais aussi dans toutes les couches nationales de la société, vision binaire du monde, le Bien contre le Mal, qui passe par la lutte contre le diable, instinct de survie contre les autres, désignation des ennemis ultimes de l’Amérique, lien à Israël, Iran comme bouc-émissaire de tous nos maux et menace de l’apocalypse : des millions d’Américains y croient de plus en plus et restent persuadés que Dieu les a choisis pour sauver le monde. Biden, le catholique, devra bien compter aussi avec ce courant qui pèse un peu plus dans chaque élection américaine, et qui a infiltré à cet effet bon nombre des sphères politiques depuis des années. Il pourrait, par une pratique plus sincère de la religion, en séduire de plus en plus. Car l’évangélisme, ce n’est pas qu’une religion, dit André Gagné, c’est un agenda très politique.

Lance Wallnau, l’un des grands entrepreneurs et prédicateurs évangéliques du moment, surnommait Trump le « candidat divin du chaos ». Faut-il rappeler que les chrétiens blancs évangéliques avaient joué un rôle considérable dans l’élection de 2016 en votant à 81 % en faveur de Trump ? Ce dernier, malgré les scandales, sa personnalité, ses erreurs, est resté leur candidat. Et il n’avait pas manqué de leur donner des gages : un vice-président évangélique, Mike Pence, et la télé-évangélique Paula White, conseillère spirituelle, dont on se souvient des prières à répétition pour que son candidat l’emporte – en vain. Une fois encore, à l’issue des élections du 4 novembre dernier, huit évangéliques blancs sur dix, selon les chiffres disponibles, ont voté pour Trump.

Pourtant, tout concourait à élire un président qui leur rappelle le fameux roi perse Cyrus le Grand, « qui fut choisi par Dieu pour l’affranchissement du peuple juif au vie siècle avant notre ère ». Un comble pour un président qui menait une guerre contre l’Iran, mais qui avait donné aux évangéliques suffisamment de preuves de son soutien indéfectible à Israël : rupture du traité sur le nucléaire avec l’Iran signé en 2015, déplacement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem en 2018, signature d’accords dits « de paix » avec plusieurs pays arabes. Et les courants évangéliques sont les premiers soutiens du sionisme et de l’État hébreu, car de là viendra de nouveau le Messie. Pour les évangéliques, seul Trump, garant de la domination américaine, permettait à la nation de mener ce combat spirituel.

Pour ces évangéliques, l’heure est grave et tout est devenu éminemment politique. Certes, l’assassinat du général iranien Quassem Soleimani, en janvier dernier, s’apparente bien à un des signes de la fin du monde, comme le rappelle l’auteur du livre, mais au-delà de ce symbole, face à la montée des périls culturels et religieux, les chrétiens de tous ordres doivent rester les seuls appelés par Dieu à dominer le monde et, en particulier, l’ensemble des institutions politiques et culturelles des États-Unis. La théologie évangélique va même plus loin : la pandémie de la Covid-19 nous propulse à grande vitesse vers la fin du monde.

Aujourd’hui, la force de Trump au-delà de Trump, c’est, au plus profond de la société américaine, avant tout ce raz-de-marée évangélique. Trump a, une fois encore, pu compter sur le soutien agressif et violent dans cette Amérique profonde de la Bible Belt sous influence évangélique et néoconservatrice, traumatisée par l’affaiblissement de son pays. Si l’on en croit André Gagné, 2024 sera une nouvelle occasion pour les évangéliques d’avancer leurs pions et de faire revenir un des leurs à la Maison Blanche.

Par Sébastien Boussois (revue de presse : Esprit – mars 2021)

NOTES de H. Genséric
–   Les évangéliques américains, meilleurs amis d’Israël pour la vie
–   
USA. Chuck Baldwin détruit le sionisme chrétien et ses guerres perpétuelles
–   Sionisme, globalisme, pandémie et gouvernance mondiale 
–   Trump, l’occultisme et les racines cabalistiques du christianisme évangélique
–   La marionnette israélienne Trump montre ses vraies couleurs
–   Chuck Baldwin – Voici le ZOG (Zionist Occupational Gov’t. / Gouvernement de Sionistes Professionnels)
–   Trump est-il une “chèvre de Judas” ? 
–   Donald Drumpf : un Juif Illuminati

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance