Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

BUSINESS

Comment Facebook arrive à faire des bénéfices ? Ça me parait impossible !

Publié

le

Huit choses qu’il faut savoir sur Mark Zuckerberg, la cinquième est étrange

Par Anne van Gelder – 20/04/2021 Facebook Twitter

La fortune de Mark Zuckerberg a augmenté de plus de 40 milliards de dollars au cours de la seule année dernière. Voici comment le PDG de Facebook, âgé de 36 ans, gagne et dépense sa fortune de 114 milliards de dollars.

Mark Zuckerberg est plus riche qu’il ne l’a jamais été. L’été dernier, après que Facebook a lancé une fonctionnalité Instagram pour concurrencer TikTok aux États-Unis, la fortune personnelle de Zuckerberg a dépassé pour la première fois la barre de 100 millions de dollars.

Aujourd’hui, sa fortune atteint 114 milliards de dollars, en faisant de lui le membre du très select club des centimiliardaires, avec Jeff Bezos, Elon Musk et Bernard Arnaud.

1. Sa fortune provient de ses actions Facebook, mais aussi…

Le salaire de PDG de Facebook n’est que de 1 dollar! La majeure partie de la fortune de Zuckerberg provient de sa participation de 13% dans Facebook, mais pas seulement.

En août dernier, le lancement d’une nouvelle fonctionnalité d’Instagram destinée à concurrencer TikTok a fait grimper à la fois le cours de l’action de la société et la fortune personnelle de Zuckerberg, qui a alors dépassé pour la première fois les 100 millions de dollars, faisant de lui l’un des rares centi-milliardaires de la planète. Aujourd’hui, il pèse 114 milliards de dollars.

2. Il roule dans des voitures pas cher (sauf exception)

Zuckerberg est connu pour conduire des voitures relativement bon marché. Il a été vu au volant d’une Acura TSX et d’une Honda Fit, toutes deux coûtant moins de 30 000 dollars.

Il a également été aperçu au volant d’une Volkswagen Golf GTI noire, une voiture qu’il a achetée bien après avoir fait fortune. Cette voiture coûte aussi environ 30 000 dollars neuve.

Il a cependant dépensé beaucoup d’argent pour au moins une voiture de sport, une Pagani Huayra italienne qui se vend environ 1,3 million de dollars.

3. Il adore investir dans l’immobilier

Il y a une chose pour laquelle Zuckerberg ne semble pas avoir peur de faire des folies: l’immobilier. En mai 2011, il a acheté une maison de 500 mètres carrés à Palo Alto pour 7 millions de dollars. Il l’a depuis équipée d’un assistant intelligent artificiel sur mesure.

Il possède également une maison de ville dans le quartier de Mission District de San Francisco. Il a acheté la maison de 500 mètres carrés en 2013 et a fait pour plus d’un million de dollars de rénovations, notamment en ajoutant une serre et en remodelant la cuisine.

Zuckerberg a également acheté deux propriétés au bord du lac Tahoe, dans la Sierra Nevada, pour un montant total de 59 millions de dollars. L’une des maisons, appelée Brushwood Estate, s’étend sur 550 mètres carrés sur un terrain de 2,4 hectares. La propriété comprend une maison d’hôtes et un quai privé.

Entre ses deux propriétés du lac Tahoe, Zuckerberg possède environ 180 mètres de rivage privé sur la rive ouest du lac Tahoe.

4. Il a été accusé de colonialisme (et il a plié devant ce chantage)

En 2014, le portefeuille immobilier du milliardaire a connu quelques problèmes à Hawaï lorsqu’il a dépensé 100 millions de dollars pour deux propriétés sur l’île de Kauai, la Kahu’aina Plantation, une ancienne plantation de canne à sucre, et Pila’a Beach, une propriété avec une plage de sable blanc.

Mais sa présence à Hawaï a suscité des réactions négatives. En 2016, Zuckerberg a provoqué la colère de ses voisins en construisant un mur de 1,80 m autour de sa propriété et, en 2017, il a intenté une action en justice contre des familles hawaïennes qui avaient des droits de propriété sur des parcelles de terrain situées dans sa propriété. Les autochtones l’ont accusé de “néocolonialisme”, si bien qu’il ait abandonné les poursuites.

5. Quand il achète une maison, il rachète aussi le voisinage

Lorsque Zuckerberg achète des propriétés, il a tendance à acheter les autres maisons qui l’entourent pour des raisons de confidentialité, tout comme il l’a fait à Palo Alto. Il aime le “sans vis-à-vis”, quoi.

L’année suivante l’achat de sa résidence principale, Zuckerberg a commencé à acheter les propriétés entourant sa maison, dépensant plus de 30 millions de dollars pour acquérir quatre maisons, avec l’intention de les raser et de les reconstruire.

6. Il ne voyage pas beaucoup, sauf…

Zuckerberg ne semble pas voyager beaucoup pour le plaisir. Mais lorsqu’il parcourt le monde pour son travail, c’est Facebook qui paie la facture. La sécurité de Mark Zuckerberg et de sa famille a coûté à l’entreprise 23 millions de dollars en 2020.

Mais les voyages de Zuckerberg se sont arrêtés en 2020. Il semble qu’il ait passé beaucoup de temps à Hawaï, à chevaucher une planche de surf électrique à 12 000 dollars et à faire du kayak avec sa famille.

7. Il porte des fringues lambda, enfin, presque

Comme de nombreux autres pontes de la Silicon Valley, Zuckerberg ne porte pas de costumes tape-à-l’œil, mais des jeans, des t-shirts et des pulls. Mais ces vêtements sont apparemment beaucoup plus chers qu’ils n’y paraissent, puisqu’ils coûtent des centaines, voire des milliers de dollars.

8. Il aime se faire passer pour un bienfaiteur

Zuckerberg veut faire croire que le luxe ne l’intéresse pas et que sa principale priorité semble être de donner son argent, plutôt que de le dépenser.

Comme plus de 200 autres millionnaires et milliardaires, Zuckerberg a signé le Giving Pledge, une campagne lancée par Warren Buffett et Bill Gates afin d’encourager les personnes les plus fortunées des États-Unis à s’engager en donnant la majeure partie de leur argent à des fins philanthropiques. Il prévoit de vendre 99% de ses actions Facebook de son vivant.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BUSINESS

Comme au bled ! Les magasins Carrefour des banlieues islamisées vont être dirigés par Carrefour-Maroc

Publié

le

A ne pas manquer Dhimmitude Identité française Publié le 12 juin 2021 – par Jules Ferry– 4 commentaires

Illustration : catalogue Carrefour Maroc

Les banlieues, des colonies  qui refusent de s’assimiler : Carrefour s’adapte à l’islamisation.

Cette  nouvelle est un très bon indice de la situation : les banlieues sont massivement islamisées.  

Carrefour n’y est pour rien, ses magasins doivent faire avec la clientèle locale. 

Il y a encore 30 ans, l’offre pouvait grosso modo être la même dans tous les magasins de France et de Navarre. 

Comme au bled !

Les grandes surfaces doivent s’adapter à l’islam généralisé dans les banlieues

Problème : la situation a évolué, le public a  changé au point qu’on ne peut plus ignorer le communautarisme et les grandes surfaces doivent s’adapter car elles perdent de l’argent.

Les Français aux manettes chez Carrefour n’ont pas les « codes » : les magasins de France doivent donc devenir comme ceux du bled.

Le groupe Carrefour a lancé des discussions avec la direction Carrefour-Maroc, c’est à dire Carrefour Label’Vie pour lui confier la gestion de plusieurs magasins en France, dits ethniques : des super et hypermarchés présents dans les quartiers et banlieues où vit  la communauté musulmane et que le groupe Français n’arrive pas à rentabiliser.

Le groupe Carrefour, leader de la grande distribution dans l’hexagone, veut sous-traiter la gestion de ses magasins situés dans des quartiers ou des banlieues où vit majoritairement une clientèle musulmane au groupe marocain Label Vie, son partenaire au Royaume.

Selon nos sources, le groupe Carrefour a fait récemment une segmentation de ses magasins en France. Et a remarqué que les magasins ethniques (population musulmane notamment) ne sont pas rentables. C’est de là que la décision est venue de confier la gestion de ces grandes surfaces à un acteur qui sait s’y faire, qui connaît les besoins de cette clientèle.

« Il y a des quartiers et des banlieues en France qui ont des spécificités que le groupe Carrefour n’arrive pas à gérer, ou en tout cas à s’y adapter. Des attentes et des habitudes de consommation différentes, qui de plus évoluent au fil de l’année en fonction des fêtes religieuses, le Ramadan, l’Aïd El Kébir et autres occasions et qu’il faut prendre en compte pour mieux servir cette clientèle et rendre ces magasins attractifs », explique une de nos sources françaises.

[…]

 S’abonner 

guest

{}[+]4 COMMENTAIRES 

Argo

Argo il y a 15 heures

Un pas de plus dans l’islamisation de notre espace public, déjà envahi par les boucheries, boulangeries, épiceries hala muz et j’en passe! Bientôt on ne trouvera plus un seul magasin français en activité! Quelle dégringolade, quelle déchéance! Merci Jules Ferry pour l’info, je n’en avais pas entendu parler. Une personne que je connais bien va à la boucherie muz de la ville d’à côté. Devant mon air dégoûté, il m’a dit qu’il ne fallait pas être comme «ça». Réponse de ma part, je préfère devenir végan! En rigolant, j’ai ajouté, à force de bouffer halal vous allez peut-être vous convertir, bon ramadan! Je ne le revois plus, peut-être s’est-il empoisonné? Répondre

J.francois du Pontet

J.francois du Pontet il y a 15 heures

Bonjour , une très bonne raison pour ne pas fréquenter ces merdes de commerces. Je fais tous mes achats dans des bons petits commerces , ou direct chez nos paysans ,ou les produits sont excellents , ,quant aux différents produit entretien ,bricolage, je les commandes sur le web , biens moins cher,je n’ai plus mis les pieds dans une grande surface depuis 8 ans , ,ils faut boycotté tout les minables qui portent atteinte à nos valeurs , islam est ,et, restera notre ennemi comme tous ceux qui le soutienne. Répondre

Paul ter Gheist

Paul ter Gheist il y a 11 heures

Ah ah Carrefour, il me revient qu’ils se sont un jour installés en Belgique, c’était il y a un certain temps. Et dans certaines implantations aux noms un peu étranges comme Wavre ou Waterloo ils ont affiché leur littérature en bilingue français-néerlandais comme à Bruxelles, le souci était qu’ils se trouvaient en Wallonie et ont du remplacer par du français uniquement. Ah ces Régions, et en Wallonie il y a des municipalités germanophones , dont Eupen, près de Aix la Chapelle ( Aachen) et comme c’est en Wallonie ils avaient prévu le français , et hop changer pour l’allemand local et obligatoire. Quand on dirige depuis Paris… Répondre

ALEXIS

ALEXIS il y a 9 heures

Avec Carrefour! Je m’islamise! Répondre

Voyez la suite

BUSINESS

Prends l’oseille et tire-toi: Tom de MySpace et le PDG de TikTok ont-ils tout compris ?

Publié

le

Un peu moins d’argent, mais beaucoup moins d’emmerdes.

Repéré par Barthélemy Dont sur Forbes

06/06/2021 à 8h05

Quel est le point commun entre Zhang Yiming, le PDG de ByteDance, et Tom de MySpace, le fameux ami que tout les utilisateurs et utilisatrices avaient en commun? Tous deux ont fondé le réseau social le plus populaire de leur époque, et tous deux l’ont quitté au pic de sa popularité, avant leurs 40 ans.

Zhang Yiming, 38 ans et milliardaire, vient en effet d’annoncer qu’il abandonnait le poste de PDG de ByteDance, la maison-mère de l’immensément populaire TikTok, au profit de l’autre co-créateur de l’entreprise, Liang Rubo. Zhang ne quitte pas le groupe mais veut désormais «se concentrer sur la stratégie à long terme», plutôt que sur la gestion quotidienne.

Dans l’e-mail ayant annoncé la nouvelle à ses équipes, le néo-milliardaire explique lucidement qu’il «n’a pas les compétences qui font un manager idéal». «Je ne suis pas très social, je préfère les activités solitaires comme être sur internet, écouter de la musique ou rêver d’initiatives à plus long-terme», poursuit-il.À lire aussi Jack Ma a disparu

Cette annonce est d’autant plus surprenante que des rumeurs persistantes annoncent que ByteDance pourrait bientôt effectuer une entrée en bourse, qui s’annonce bien sûr massive.

Pourtant, le cas de Zhang Yiming n’est pas isolé. Récemment, Colin Huang, le fondateur du site de e-commerce Pinduoduo, a annoncé quitter à 41 ans son entreprise, pourtant en pleine croissance et elle aussi ultra-populaire en Chine.

Le jeu en vaut-il la chandelle?

Ces démissions prennent place alors que le gouvernement chinois resserre son emprise sur les entreprises tech à succès. Le mastodonte du e-commerce Alibaba, notamment, a dû payer de gigantesques amendes et restructurer ses activités à la suite d’une enquête anti-trust.

Autrefois omniprésent et peu discret, son PDG Jack Ma a disparu trois mois des radars après avoir critiqué le système financier du pays. En 2016, il reconnaissait néanmoins que «parmi les hommes les plus riches de Chine, peu connaissent une fin heureuse».

Finalement, Zhang Yiming a peut-être pris la meilleure décision possible. Car parmi les créateurs de réseaux sociaux immensément populaires, celui qui a la vie la plus paisible est très probablement le fameux Tom de Myspace.À lire aussiLes petits secrets de Jeff Bezos, ex-patron d’Amazon

En 2005, Tom Anderson a ainsi vendu MySpace, alors au pinacle, à News Corporation, l’empire de Rupert Murdoch, pour 580 millions de dollars. Six ans plus tard, Murdoch s’en est débarrassé pour 35 millions, reconnaissant avoir fait une grave erreur.

Comme le raconte The Verge, Anderson profite désormais tranquillement de sa fortune et entretient une présence très minimale sur internet.

Alors que Facebook et Twitter sont devenu d’incontrôlables mastodontes et que leurs PDG Mark Zuckerberg et Jack Dorsey passent leur temps à se défendre devant le parlement américain au sujet de polémiques à répétition, Anderson parcourt quand à lui le monde pour prendre des photos.

Voyez la suite

BUSINESS

Le prix du meilleur jeune économiste décerné à un défenseur de l’automatisation

Publié

le

lundi 31 mai 2021, par  Jules Devie

Xavier Jaravel, formé à Harvard et actuellement professeur à la London School of Economics, a remporté le prix du meilleur jeune économiste décerné par le Cercle des économistes. Ses travaux portent notamment sur les conséquences de l’automatisation sur l’emploi.

Il démontre, en analysant des données sur plus de vingt ans, que les entreprises françaises qui automatisent augmentent leurs emplois par rapport à celles qui n’automatisent pas. Cela s’explique par un gain de productivité se traduisant par un gain en parts de marché, ce qui provoque une augmentation de leurs besoins en main d’œuvre. De plus, nous dit Xavier Jaravel, les nouveaux emplois ainsi créés ne sont pas moins bien rémunérés que les anciens contrairement à ce que prétendent certains économistes ou politiciens.

Laissons donc les entreprises se robotiser plutôt que de les décourager comme font trop souvent les politiques publiques.

Augmenter la productivité par les nouvelles technologies pour créer de la richesse et de l’emploi

mercredi 18 novembre 2020, par  Sébastien Chapotard

« Je n’utilise pas les caisses automatiques qui suppriment l’emploi d’une caissière » peut-on entendre dans la file d’attente d’un supermarché. Un type d’argument que l’on entend souvent appliqué à nombre d’innovations technologiques ou de services apportés par des entreprises : Airbnb et les hôteliers, la numérisation pour de nombreux postes administratifs, les robots pour certains ouvriers non spécialisés et plus globalement l’intelligence artificielle (IA) pour beaucoup d’emplois.

La hausse de la productivité s’accompagne d’une évolution de l’emploi

En 2013, un premier rapport de C. Frey et M. Osborne, chercheurs à l’université d’Oxford, avançait que 47% des emplois américains seront remplaçables par des robots intelligents d’ici à une vingtaine d’années [1] . En 2016, L’OCDE affirmait que « 14% des travailleur de l’OCDE courent un risque élevé que leurs tâches actuelles soient automatisables au cours des 15 prochaines années » [2]. En France, le rapport [3] du député LREM Cédric Villani en 2018 évoquait que 10% des emplois seraient menacés de disparition et 50% seraient automatisés à plus de 50%. Ces chiffres, fréquemment repris dans les médias, créent une certaine angoisse. Est-elle justifiée ?

Cette inquiétude est loin d’être récente. Elle a historiquement existé dans l’agriculture et dans l’industrie. Dans l’agriculture, l’amélioration des techniques et des outils a progressivement augmenté la productivité et les rendements. Dans le même temps les exploitations s’agrandissaient et le nombre d’employés par hectare diminuait. Les premières tensions arrivent dans l’industrie au début du XIXème siècle. Dans les années 1811-1812, en Angleterre, des artisans (tondeurs et tricoteurs sur métiers à bras) s’opposent aux manufacturiers qui développent l’emploi de machines (métiers à tisser) pour travailler le coton et la laine. C’est le mouvement du luddisme avec des briseurs de machines qui subiront une forte répression par les militaires.

L’évolution de l’emploi par secteur est révélatrice de ces destructions d’emploi. En 1789, 67% des ménages français vivent de l’agriculture [4]. Ce chiffre n’a depuis cessé de diminuer. Ainsi en 1906, 43,2% de l’emploi total est dans l’agriculture, 28,9% dans l’industrie et le bâtiment et 27,9% dans le tertiaire. En 1970, 13% est dans l’agriculture, 38,6% dans l’industrie et 48,3% dans le tertiaire [5]. En 2017, 2,6% dans l’agriculture 20,5% dans l’industrie et la construction et 76,8% dans le tertiaire [6]. Qui pourrait aujourd’hui imaginer avoir notre niveau de richesse et de développement si les deux tiers des Français travaillaient pour nous nourrir ou si près de 40% de l’emploi se concentrait uniquement dans l’industrie ?

La destruction créatrice permet la création de richesses

Cette évolution illustre la destruction créatrice théorisée par l’économiste Joseph Schumpeter : la disparition de secteurs d’activité et d’emplois est concomitante à la création de nouvelles activités et de nouveaux emplois. Cette destruction créatrice a une conséquence : l’augmentation de la richesse globale. Refuser la destruction c’est refuser la création. La productivité augmente avec la diminution du besoin en main d’œuvre. La production de richesse peut se représenter en multipliant le nombre de travailleurs par leur productivité à l’heure et le nombre d’heures travaillées. Alors que la part de la population travaillant et le nombre d’heures travaillées ont reculé, le seul moyen d’augmenter la production de richesse est dès lors l’amélioration de la productivité.

Cette destruction créatrice comporte d’autres avantages. Ce sont les emplois pénibles ou répétitifs qui sont supprimés. Les emplois supprimés progressivement dans l’agriculture puis l’industrie sont les plus difficiles : ouvrier spécialisé (OS) sur une chaîne à la ligne, ouvrier agricole. Des emplois qui sont souvent aujourd’hui non-pourvus. Les secteurs qui vont perdre des emplois aujourd’hui sont ceux qui peineront à recruter dans quelques décennies.

Le réel enjeu est ailleurs : la formation. Les travailleurs doivent être formés aux métiers de demain qui créeront de la richesse. La France est particulièrement mauvaise sur la formation. Celle des jeunes avec une orientation inefficiente et de nombreuses filières d’études aux très faibles débouchées. Celles des adultes avec une formation professionnelle bien en deçà de la moyenne de l’OCDE [7]. Les premiers comme les seconds doivent être orientés vers les métiers d’avenir. Une population qualifiée n’a rien à craindre de la robotisation ou de l’intelligence artificielle. Les pays le plus avancés dans la robotisation et l’intelligence artificielle sont loin d’être ceux qui perdent le plus d’emplois. Contre-intuitivement, ce sont ces pays qui ont les taux de chômage les plus faibles.Taux de chômage par rapport au taux de robotisation

Le développement de la robotisation et de l’intelligence artificielle ne doit pas être perçu comme une menace. Elles ne font que prolonger l’augmentation de la productivité et l’évolution de l’emploi. L’analyse reste malheureusement trop souvent limitée au premier terme de la destruction créatrice, omettant ainsi la création de valeur associée.Partager cet article :
Augmenter la productivité par les nouvelles technologies pour créer de la richesse et de l’emploi
    Abonnez-vous gratuitement pour 
recevoir nos articles tous les jours


[1https://www.oxfordmartin.ox.ac.uk/downloads/academic/The_Future_of_Employment.pdf

[2http://www.oecd.org/future-of-work/

[3https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf

[4https://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1977_num_91_1_3127

[5https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2005-2-page-21.htm

[6https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676643

[7https://www.oecd.org/france/Future-ready-adult-learning-2019-France.pdf

Messages

  • 1. Robotisation = atout déterminant pour le “mieux vivre ensemble” en France, 19 novembre 2020, 09:06, par  Maellys93Votre étude “savante” étayée par de nombreux renvois à des rapports et théories tout aussi savantes, souffre d’un manque d’eléments concrets compréhensibles par le français moyen en contact des réalités quotidiennes de la vie de tout les jours.  
    Vous pourriez être au moins plus explicites sur les économies tangibles dont il pourrait bénéficier à terme par la baisse des prélèvements obligatoires.
    Un exemple : le finacement des ONG 
    Comme la robotisation touche principalement les emplois pénibles, répétitifs et sans qualifications, mal payés qui ne trouvent pas de candidats parmi les personnes sans emploi, c’est la fin des ONG pourvoyeuses de main d’oeuvre à bas prix qui prospèrent dans le Business de l’immigration.
    D’où les économies en aides et subventions pour ces ONG.
    Sans parler de toutes les économies qui seraient liées à la baisse drastique d’une immigration peu qualifiée.
    Economie en sécurité du territoire, en baisse des engorgements des tribunaux, en diminution de la surpopulation carcérale.
    La robotisation, en définitive, c’est un atout déterminant et un vecteur important pour le “BIEN VIVRE ENSEMBLE” en France.
    Voila un slogan marketing à reprendre par les entreprises françaises qui évoluent dans le domaine !!!
  • 2. Si le progrès provoquait du chômage, la dernière période de plein emploi remonterait à l’âge des cavernes, 19 novembre 2020, 09:16, par  Jean-Michel THUREAULes seules causes de chômage sont d’origine étatique : hyper-taxation de l’activité productive, hyper-réglementation, immixtions, etc.
    Les pays champions de l’étatisme sont également les champions du chômage et de l’exclusion.
    Il n’est pas étonnant que les politiciens tentent désespérément de nous faire croire qu’ils sont innocents et que seul le progrès est cause de chômage. C’est à qui courra le plus vite, criera le plus fort lors de la fermeture d’une usine. 
    Si l’État restait dans son rôle (le régalien), le chômage disparaîtrait comme par enchantement et l’on verrait que pour que de nouvelles usines apparaissent d’autres doivent fermer.
  • 3. La révolte contre les machines…, 19 novembre 2020, 11:55, par  Dominique PérignonLes références anglo-saxonnes ne doivent pas nous faire oublier la *Révolte des Canuts* de Lyon contre le métier à tisser de Jacquard… (1830) qui a davantage marqué les mémoires françaises que le luddisme…
  • 4. Caisses automatiques, 19 novembre 2020, 21:17, par  theanoEh bien moi, je les plébiscite les caisses automatiques. Elles sont 1000 fois plus aimables que les caissières, du moins dans mon quartier du centre de Paris.
  • 5. Les caisses automatiques qui suppriment l’humanité, 23 novembre 2020, 10:00, par  Tijoux PatriceL’argument cité en exergue, confortant l’idée que la supression des caissiers ou caissières de nos magasins pour les remplacer par des automates serait une destruction créatrice permet(tant) la création de richesses est faux.
    Contrairement à la France qui remplace progressivement les caisses à visage humain, les Etats-unis continuent à employer dans leurs magasins des personnes qui, grâce à cette possibilité qui leur est proposée, vivent dignement et socialement. L’amabilité, la courtoisie font alors toujours partie de la vie. Ces personnes, qui facturent les produits achetés, mais aussi les emballent et pour certains accompagnent à leur voiture les clients afin de déposer dans leur coffre les produits achetés n’y voient jamais une corvée humiliante (No Tip !).
    Ces personnes, âgées ou en situation de handicap (physique ou mental) par ce moyen, retrouvent avec ce travail le retour à une autonomie financière et sociale.
  • 6. Oui ! Mais …, 30 novembre 2020, 11:54, par  MarcS’il va de soit que je préfère creuser une tranchée dans la roche à l’aide d’un engin de chantier plutôt qu’à la pioche, transporter des marchandises à l’aide d’un véhicule plutôt qu’à dos d’homme et que les terrassiers ont quitté leurs pioches pour conduire un engin tout comme les porteurs ont appris à conduire un camion. Ce qui au passage à donné du boulot aux maréchaux ferrants qui ont lâché leurs ferrages de sabot pour ouvrir des garages de mécanique. Etc.Que ce soit par goût ou par nécessité, avec soulagement ou la contrainte, tout ce gros monde c’est recyclé tout simplement pour avoir un métier qui existe encore, un meilleur salaire, de meilleures conditions de travail.Bonnes choses que cela.Mais…Que faire lorsque un métier naît et meurt en 5 ans ?
    Que faire lorsqu’on n’est pas ou plus capable de suivre la course ?
    Est ce qu’il s’agit d’ouvrir une caisse automatique en plus des existantes pour “traiter” plus de clients plus rapidement ou pour supprimer une ou plusieurs des caisses existantes ?S’il va de soit qu’il va falloir des “nouveaux métiers” pour vendre, transporter, installer, entretenir, éventuellement recycler cette caisse automatique, ces “nouveaux métiers” ne sont pas directement accessibles aux “anciens”. Pour ces derniers il va falloir se recycler. Parfois moins de 5 ans après avoir appris un métier déjà obsolète. Métier qui en son temps avait déjà mis à mal ceux des “petits commerçants de proximité des centres villes historiques”.
    Ajoutons à ça que le financement des reconversions, des pertes d’emplois, de la Santé, du “Grand Tout” en fait repose sur les cotisations des travailleurs et qu’un robot ne cotise pas ; qu’il faut des revenus pour être utilisateur du robot de caisse…Produire plus à l’aide machines pour que le même nombre puisse gagner et consommer plus est une idée séduisante, bien que la Nature ne soit pas de cet avis. Vouloir la capacité à produire plus sans prendre en compte la nécessité d’avoir un débouché pour les choses produites est une idée bien curieuse.Bref, votre équation Robot=Emploi rejette beaucoup trop de variables pour être acceptée-soulignée-encadrée.À quand l’automatisation du recyclage des métiers ?

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance