Canada : Un Algérien devant la justice pour avoir forcé ses filles à porter le voile

Spread the love

Ce fait divers est à l’image de l’imaginaire islamique, ce crétinisme des musulmans qui instrumentalisent le voile, alors que par illettrisme ils ignorent qu’il n’a aucune origine dans l’islam… Car ce gros con d’Algérien est persuadé d’avoir raison de harceler ses filles… tout en ne sachant pas pourquoi il aurait raison ? Se sont des malades mentaux asociaux dangereux…

2021-03-06, 15 h 37 191  15

Un Algérien qui a immigré au Canada se retrouve devant le palais de justice de Montréal pour avoir forcé ses filles à porter le voile, rapporte « Le Journal de Montréal ».

Les faits ont eu lieu entre 2016 et 2018, quand la famille algérienne a immigré à Montréal. Le père, âgé de 47 ans et de confession musulmane, a obligé ses 4 filles, mineures, à mettre le voile, et les a menacés de mort, si elles osaient l’enlever.

« Elles étaient obligées de porter le voile, il menaçait régulièrement de les tuer s’il les voyait “comme des Québécoises” », a déclaré la juge Josée Bélanger.

La plus jeune des filles avait 8 ans au moment des faits. Le père évitait de battre ses filles avec une ceinture, comme il le faisait en Algérie, pour ne pas laisser de marques, rapporte le média « TVA Nouvelles ». L’Algérien disait à ses filles que si elles portaient plainte « [les autorités] ne feront rien, vous êtes arabes », indique la même source.

Sauvées par un éducateur

Ce comportement a été dévoilé par un éducateur, qui a demandé à l’une des filles pourquoi elle ne portait pas le voile. La jeune fille a répondu que « sa mère était au courant, mais que si son père l’apprenait, il allait la tuer ».

L’éducateur a alors fait un signalement à la Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ), et le père a été arrêté peu après.

Devant la Juge, il a nié tout crime, mais ses filles ont témoigné des coups et violences qu’elles ont subis. L’Algérien a été déclaré coupable, il est en détention préventive le temps de revenir à la Cour pour connaitre sa sentence. Sa femme l’a quitté, et il a perdu toute autorité sur ses filles, qui sont d’ailleurs venues assister à l’audience sans voile.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*