ALGERIE L’ARNAQUE 3

maxresdefault-31.jpg
Spread the love

L’Algérie a un besoin urgent d’hôpitaux. Alors elle construit une méga-mosquée

Le professeur Belhadj a été particulièrement lucide : ce n’est pas d’une Grande Mosquée que l’Algérie avait un urgent besoin ! 

898 millions d’euros, c’est le coût, paraît-il, de cette construction mais, selon certains, ce serait bien plus près de deux milliards. 

Combien d’hôpitaux auraient pu être construit à la place ? C’est uniquement ce qu’a voulu dire le professeur Belhadj, confronté à la « Covid-19 ». 

Qui est le professeur Rachid Belhadj ? Président du syndicat national algérien des enseignants hospitalo-universitaires, il n’a fait qu’affirmer une réalité évidente. C’est d’ailleurs ce qu’il a été obligé d’expliquer devant les critiques et les accusations dont il est l’objet depuis sa déclaration officielle lors d’une émission de la radio publique « Chaîne III ». 

« Soit on n’a pas bien écouté l’émission ou bien on est en train de verser dans la démagogie. Cette même démagogie qui a rendu notre système de santé aussi fragile. Moi je n’ai dit que des vérités, à savoir que les grands CHU d’Algérie, et notamment à Alger, ce sont ceux qui ont été laissés durant la période coloniale. Cela je ne l’ai pas inventé ». 

Le professeur Belhadj assure, et c’est vrai, n’avoir relater que des faits réels, précisant que le CHU Mustapha, à Alger, où il exerce, a été bâti du temps des colonies. 

(Fondé à l’origine en 1854, grâce au don d’un riche colon originaire d’Ivry, en région parisienne (1.200.000 francs de l’époque) pour le construire. 

Totalement réformé en 1930, sa capacité fut quadruplée.) 

« J’ai soulevé un problème majeur, à savoir que depuis l’indépendance, l’Etat algérien n’a pas investi malheureusement dans les grandes infrastructures hospitalo-universitaires. Et nous l’avions souligné lorsqu’on a commencé à construire la Grande Mosquée d’Alger. Nous avons dit qu’on aurait dû plutôt construire un grand CHU pour la capitale. Je pense que c’était une priorité. La preuve : nous sommes toujours en train d’affronter la pandémie du Covid et on a vraiment besoins d’infrastructures pour la santé des Algériens et, surtout, pour la santé de nos anciens moudjahidines, qui ont des besoins de soins spécialisés ». 

Les médias algériens reprochent au professeur Belhadj « L’abus et le déni de vérité » à propos justement du système de santé algérien, affirmant que plus de 80% de ces structures de santé ont été réalisées depuis l’indépendance. 

Ce qui évidemment est un mensonge. 

Puisque c’est la vérité, pourquoi est-il interdit de l’avouer ? 

Pourquoi s’obstiner à nier les bienfaits incontestables de la « colonisation » sur ce territoire où il n’existait pratiquement rien avant l’arrivée des Français ? 

Pourquoi s’obstiner à éduquer la jeunesse algérienne uniquement sur les soi-disant « crimes » commis par la puissance coloniale ? (Et pas seulement la jeunesse algérienne, mais la jeunesse française également, n’est-ce-pas Emmanuel Macron ?) 

Est-il si difficile d’admettre l’évidence ? Admettre que l’Algérie ne vit, depuis son indépendance, que sur les réalisations offertes par « les colonisateurs ». 

Que depuis leur indépendance, la seule préoccupation de tous ceux qui ont gouverné ce pays a été de s’enrichir sur le dos de la population ? 

L’Algérie ne devrait-elle pas se poser la question : « Pourquoi toute notre jeunesse n’aspire qu’à fuir vers l’étranger et surtout, vers l’ex-pays colonisateur ? » 

Le professeur Belhadj en fait le constat : « La fuite des cerveaux est une réalité, on ne peut que constater le départ massif des médecins algériens vers l’étranger et sans doute nos malades devront-ils sûrement demander une prise en charge à l’étranger. Ce n’est pas avec « le tout va bien » qu’on va changer l’Algérie. On ne peut pas tromper tout un peuple avec des slogans, tout le temps. Ma honte c’est de voir des Algériens se faire soigner en Tunisie et en Turquie (Il a omis, sans doute volontairement, de citer la France !). Je suis touché dans mon amour-propre, conclut-il ! » 

N’est-il pas grand temps, pour l’Algérie, de reconnaître, enfin, les bienfaits du colonialisme ? De reconnaître que depuis plus d’un demi-siècle son peuple ne bénéficie que des réalisations, des infrastructures, de tout ce qu’ont bâti ensemble « les colons » et les Algériens, et qu’il ne souffre que de ce qui a été détruit, volontairement, par les dirigeants successifs, dont le seul objectif n’a été que « de tourner la page » et d’imposer, de gré ou de force, la seule loi d’une religion, à la place de la république laïque ? 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.


En Algérie, le secteur viticole à la peine

Vignes à Sidi Bel Abbès, Algérie

Vignes à Sidi Bel Abbès, Algérie   –  

Un faible rendement dû à des températures trop élevées aquel s’ajoutent les conséquences de la crise sanitaire. À la sortie du confinement, le gouvernement a maintenu l’interdiction de vente d’alcool dans les commerces spécialisés. D’ailleurs à ce jour, on est en difficulté de paiement des salaires, donc il faut qu’ils débloquent pour relancer l’économie, pour relancer l’activité. »Débloquer la distribution d’alcool pour raviver la viticulture algérienne. C’est ce que demandent les professionnels, qui espèrent aussi un plan d’aide pour la replantation du raisin de cuve.

14 Septembre 1960 – Mostaganem : l’attentat du FLN qui a fait basculer ma vie

Publié le 14 septembre 2020 – par Regis Guillem– 12 commentaires

Il y a 60 ans; le drame qui a fait basculer ma vie. Imaginez du sang partout, des gémissements, des cris de désespoir, des cadavres mutilés, une jeune fille de 16 ans les jambes arrachées. Demain, soyez en certains, la France connaîtra le même sort..

Le 14 septembre 1960 le FLN dépose une bombe au cirque Monte Carlo à Mostaganem

Bilan : 5 morts et plus de 50 blessés

Il faisait doux, nous étions pratiquement seuls en ville en cette heure tardive ; nous étions avenue du 1er de ligne face au bar « chez Charlot » lorsqu’une sourde explosion se fit entendre. L’explosion était telle qu’elle fit vibrer les murs des arcades. Alain et moi-même eurent le même réflexe : « c’est au Cirque ». Nous n’étions qu’à une centaine de mètres de l’emplacement du cirque et nous eûmes tôt fait d’y arriver.

Le spectacle qui s’offrait à nous était hallucinant : les gens sortaient en courant, se bousculant, hurlant d’effroi ou de douleur, il y avait du sang partout, plusieurs personnes étaient à terre, immobiles.
Alain chercha désespérément sa fiancée Michèle Hernandez qui était venu avec sa sœur et sa mère ; il finit par l’apercevoir écroulée sur son siège, du sang sur tout le corps, sans voix ; c’est en voulant la soulever qu’il se rendit compte que la malheureuse avait les jambes sectionnées.

Je cherche Camille, ma cousine, qui est venue avec monsieur et madame Léger ; impossible de la voir dans la cohue qui règne à l’intérieur du chapiteau ; les cris, les gémissements couvrent nos voix. Les premiers secours sont là et évacuent les morts et blessés ; moi, je reste là, les bras ballants, tel un automate. J’avais déjà vu, il y a fort longtemps, des horreurs mais pas à tel degré. Une rage sourde me gagne, je n’ai plus qu’une pensée : venger ce massacre par n’importe quel moyen. Une haine envers tous les musulmans est à présent en moi ; elle ne cessera jamais et bien au contraire s’amplifiera au fil des semaines et des mois.

.

du lendemain 15 septembre 1960 titre :

« bombe au théâtre espagnol : 5 morts, 50 blessés »

« La ville a connu, hier soir, le plus grave attentat qui se soit perpétré à Mostaganem depuis le début de la rébellion. En effet, les tueurs du FLN ont fait exploser un engin d’une très forte puissance au théâtre espagnol « Monte-Carlo » à l’heure de la représentation.

.
L’explosion a fait de nombreuses victimes :

5 morts : Madame Hernandez et sa fille Jeanine, François Martinez (surnommé Néné) – 30 ans – charcutier domicilié à Saint-Charles, Manuel Diaz –gendarme mobile, Séverine Tuyserne, monsieur Para – coiffeur à Saint-Charles.

… et une cinquantaine de blessés dont une fillette de 7 ans Marie-Claude Calatayud et un garçonnet de 3 ans ; Michèle Hernandez qui a reçu la bombe sur les genoux a eu les jambes sectionnées, Belayassi Bachir, Ben Merzouka, Belaïdouni, Ghamri Abdelkrim, Ghamri Mohamed, Gueddache, Hamissi Hadj, Michel Damasco, 3 membres de la famille Galmès, Joseph Sempéré de la rue Jean Bart, Joseph Sempéré de la route de Bel-Hacel, Emilie Barragan, Mlle Barragan, monsieur Martinez, Michèle Fernandez, Roger Martinez de l’hôtel du même nom, René Fernandez d’Oran, Marcel Pascuito, Josephine Pelin, Manuel Barragan, Roland Réquéna, Henriette Martinez âgée de 3 ans, Henri Faribine, madame Navarro, Charles Léger, Nicole Meadeb – 16 ans, Camille Lazaro – 15 ans, Joseph Manzanarès, Josiane Mamain – 20 ans, Charlette Dupuiis, Georgette Serveul, 3 membres de la famille Marcel Serve, Jacqueline Sempéré, madame Cassao, le gendarme Calatayud, François Barragan, Charlette Goec, René et Colette de Ubeda, Pascal Amédé.Récit de cet attentat pages 193 et 194 de « Et la Levêche souffla sur l’Oranie« .

Deux livres sortis récemment reviennent sur ce dramatique évènement :

LA BOMBE de Nicole Simon et LA LEVECHE SOUFFLA SUR L’ORANIE de Régis Guillem

Nicole Simon avait 15 ans et assistait à ce spectacle. Elle se retrouva parmi les nombreuses victimes, avec d’atroces plaies aux jambes : «alors que les artistes montaient sur scène, un monumental éclair et une colossale boule de feu explosa en mille fusées rouges enflammées qui filaient à toute allure dans le ciel ….. Emportée dans les vents de ces flammes, mes vêtements étaient déchiquetés et brulés, mes chaussures arrachées, et assommée, j’atterris dans une allée, près d’un siège du premier range, face à la scène. ….Je baissai les yeux sur mes plaies … Je n’étais plus qu’une sans chaussures aux habits déchirés et carbonisés, clouée au sol, impuissante et humiliée. Mon pied droit n’était qu’une plaie ouverte …..Sur ma jambe et ma cuisse gauches, il n’y avait plus un seul grain d’épiderme indemne». Désormais les souffrances tant physiques que morales ne la quitteront plus. Interne dans un lycée parisien à la rentrée 1961, elle découvre le mot « pied noir » ainsi que le dénigrement permanent de ces derniers. Pour se protéger et survivre, elle cache ses jambes et ses douleurs permanentes, se mure dans le silence et enfouit ce passé qu’elle ne veut plus regarder : « se taire et oublier, telle était et sera longtemps ma destinée ». « J’avais tout perdu, la bombe m’avait tuée ». Puis ce sont les études de médecine, le mariage, la maternité, mais elle doit constamment « lutter contre les brûlures, la claudication et le martyre imposé par la mémoire ». En 2002 elle a l’occasion de retrouver des anciens camarades de Mostaganem, puis une amie d’enfance musulmane. Le lien avec son passé était renoué mais elle n’en était pas délivrée jusqu’à ce 23 février 2009 où une jeune française est tuée dans un attentat au Caire. C’est le déclic : « je compris alors que l’unique solution passait par l’écriture  si je voulais être un jour libérée des gangrènes que l’attentat avait statufiées en moi-même ». Ce fut une réelle épreuve physique allant jusqu’à un abcès sur sa jambe martyrisée mais ce fut « le recommencement paisible de mes souvenirs revus, corrigés et relativisés par le temps ….. Tout s’en allait dans la sérénité, la paix et la tranquillité ».

Rien de tel dans le récit de Régis Guillem qui vivait depuis peu avec ses parents à Mostaganem après quelques années passées à Aïn Sefra. Il avait alors 16 ans ce 16 septembre 1960 et deux de ses cousines, venues d’Assi Bou Nif assistaient à la représentation. Il fut l’un des premiers sur place après l’explosion ; le spectacle est tel que son cœur s’emplit de haine « une rage sourde me gagne. Je n’ai plus qu’une pensée : venger ce massacre par n’importe quel moyen…. Elle ne cessera jamais et bien au contraire s’amplifiera au fil des semaines et des mois ». Ce qui le conduira à s’engager dans la lutte anti FLN puis dans les rangs de l’OAS, notamment dans les monts du Dahra puis à Mostaganem et Oran. Il sera arrêté le 19 juin 1962 par la force locale, récupéré dans un premier temps par les gendarmes puis les gardes mobiles. Libéré sans explication après quelques jours d’interrogatoires  musclés, il se retrouve démuni de tout dans les rues d’Oran et parviendra très difficilement à embarquer sur un avion en partance pour Marseille.

Notons que, en 1967, alors en poste à Colomb Bechar avec le 2eme REI dans lequel il s’était engagé, il est apostrophé par un musulman présent qui, après l’avoir longuement dévisagé, lui dit «  tu t’appelles Régis et tu habitais à Aïn Sefra ». Il s’agissait de l’un de ses anciens compagnons d’enfance, devenu officier de l’ALN. «  Dans un même élan, à la stupéfaction des autres consommateurs et du patron du bar qui visiblement ne pouvaient comprendre qu’un musulman et un légionnaire, pied-noir qui plus est, s’étreignent, nous nous jetâmes dans les bras l’un de l’autre ». Et pourtant «  cela avait un sens profond, cela faisait apparaître qu’il n’y avait pas le fossé et la rupture que l’on a bien voulu faire croire ». Puis ce furent les retrouvailles avec un autre de ses camarades musulmans d’Aïn Sefra et toutes les permissions désormais passées avec ses deux amis d’enfance, dans une ambiance chaleureuse mais teintée d’une pointe d’amertume pour ces derniers.

12 RÉPONSES À “14 SEPTEMBRE 1960 – MOSTAGANEM : L’ATTENTAT DU FLN QUI A FAIT BASCULER MA VIE”

  1. Avatar Christian Jour dit :14 septembre 2020 à 15 h 31 minIls nous ont fait la guerre, ils nous ont virer malgré tous ce qu’on leur a apporter et on les accepte en France.!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je comprendrais jamais. Dehors.Répondre
    • François des Groux François des Groux dit :14 septembre 2020 à 15 h 45 min@Christian JourJe pense que c’est culturel : avec l’Allemagne, nous nous sommes entretués trois fois et pourtant, je n’ai jamais rencontré d’Allemands habitant la France désirant imposer, par exemple, sa religion protestante, sa langue et sa culture.Je pense qu’avec les Vietnamiens, c’est pareil.Il n’y a que les Algériens fans du FLN pour avoir le toupet de venir chez l’ancien ennemi « raciste et islamophobe », profiter de la belle vie chez l’ancien et odieux colonisateur, s’y comporter mal et exiger des droits qu’ils ne donnent même pas à leurs minorités.Finalement, c’est de l’ordre de la vengeance, du djihad : les Ottomans avaient asservi les Barbaresques beaucoup plus longtemps que les Français (1521-1830) qui, eux, ont su développer le pays. MAIS, ils n’étaient pas musulmans…Remarquez, toutefois, dans le récit poignant de Régis, que parmi les victimes de la bombe de Mostaghanem, il y avait des noms musulmans. Peut-être que, déjà, ceux qui participaient à un spectacle « impie » devaient aussi payer.Répondre
  2. Avatar Alexcendre62 dit :14 septembre 2020 à 15 h 36 minGrâce a notre classe politique sans couille et immigrationniste la France nourrit les fils des salauds qui ont fait de nombreux drames de ce genre , nous sommes vraiment les rois des imbéciles et des couillons et eux les rois des gens sans honneur et sans amour propre .Répondre
  3. Moktar Moktar dit :14 septembre 2020 à 15 h 39 minMerci Christine de relayer ce triste anniversaire; sans doute que nombreux seront ceux qui se diront: « c’était hier dans un autre pays »; mais il faudra retenir que les racailles d’aujourd’hui sont les fruits véreux des assassins d’hier.
    Il ne faut pas avoir peur de dénoncer la religion maléfique qui en est la cause: ISLAM, toujours et encore l’ISLAM.
    La France connaitra le même sort et pire que là-bas; là-bas nous avions tout de même eu le courage de prendre les armes; la France d’aujourd’hui en aura t’elle le courage pour sauver ce qui reste à sauver?
    Et pour reprendre le titre d’un livre de Roger Holleindre (paix à son âme)  » QUE DIEU SAUVE LA FRANCE »Répondre
  4. Avatar Phoenix dit :14 septembre 2020 à 17 h 26 minLa France est une terre d’asile…psychiatrique!
    Allez expliquer à l’autre chtarbé de l’Élysée que le grand Charlot a fait une super connerie en abandonnant l’Algérie.Répondre
  5. Paco Paco dit :14 septembre 2020 à 19 h 19 minOn ne peut pas demander d’oublier, ce serait plus qu’indécent. On ne peut pas demander de pardonner, ce serait impardonnable. Régis. Tu fais partie de ceux qui ont vécu le pire. La sagesse est venue prendre sa place à côté de la colère. Et à ce titre ton expérience a une grande valeur pour bon nombre d’entre nous. Ces choses que beaucoup n’ont pas envie d’entendre, je te fais totalement confiance pour avoir l’énergie de dire et redire. Moi, sur ces sujets là je t’écouterais toujours. merci de ce partage. PacoRépondre
  6. Avatar Henri dit :14 septembre 2020 à 21 h 52 minMerci Régis pour ce rappel historique dont beaucoup ignore; et ce fait, comme bien d’autres encore parus sur RR ou RL.
    Cependant, je me permettrai de vous reprendre sur la phrase suivante:  » Demain, soyez en certains, la France connaîtra le même sort « .
    Je serai enclin à vous dire que demain a déjà commencé avec Charlie et le Bataclan.
    Quant aux personnes se faisant agresser au couteau, voler par violence, escroquer, menacer, violer, ne sont que d’autres actes révélant que ce danger prend de l’ampleur. Je rappelle que de tels agissements de la part de musulmans, ne sont pas péché au regard de l’islam tant qu’ils sont perpétrés contre des non-musulmans; car le coran est leur code social, religieux, pénal et politique.
    N’oubliez pas qu’ils sont prêts eux mais attendent le signal de la bonne heure d’action.François des Groux, c’est normal que les musulmans viennent chez nous car, il leur est ouvert grande la porte afin d’y répandre l’islam dans l’Europe et la France en particulier, car représentant un symbole de choix à conquérir.
    Pour le comprendre, il faut se mettre dans leur esprit ( entendons-nous bien sur le sens de cette phrase, je ne dis pas que je les accepte).
    Comme le dit Moktar:  » l’islam, l’islam  » car c’est à travers cette idéologie mortifère qu’ils existent; ce dont les français découvrent de jour en jour.
    Vous avez raison de souligner le fait que parmi les victimes, se trouvaient des musulmans car, en assistant à ce genre de spectacle, ils fraternisaient avec le mécréant et étaient donc à éliminer.
    D’ailleurs, vous devez savoir, que le FLN a éliminé physiquement tous ses opposants comme l’ALN, mouvement jugé trop timoré par le FLN.Répondre
  7. Avatar Alexcendre62 dit :15 septembre 2020 à 10 h 11 minMoi aussi j’ai vomi De Gaulle , mais avec le recule je comprends que nous avions la démographie contre nous et le grand Charles ne les voulait pas en France ( il voyait loin ) . Ensuite les couilles molles qui ont suivi ont fait tout l’inverse et maintenant nous en payons le prix fort . Les alloc que nous leurs donnons a un rôle d’amplificateur et surtout d’accélérateur de notre destin , si nous ne prenons pas rapidement le taureau par les cornes nous allons être a terme et raidement chassés de notre terre ( c’est mathématique ). Malheureusement pour nous les hommes les vrais ceux qui ont fait notre histoire sont disparus et les nouvelles générations d’enfants trop gâtés qui ont suivi sont très loin d’être de ce bois là . Il faut en être conscient ! et plus ont attendra plus cela sera insurmontable , c’est pour ça que Bruxelles étoffe sa législation pour la suppression des états et leur souveraineté , mais les veaux en sont-ils conscients ? . Conclusion :L’Europe c’est ne plus arrêter aux frontières pour faire du change et toto avec son camping-car et content mais la chose qu’il ne voit pas c’est qu’il est en train de perdre tout le reste et en premier son pays .Répondre

VIDÉO. DE GRAVES DYSFONCTIONNEMENTS METTENT À NU LA DÉCONFITURE DE LA DIPLOMATIE ALGÉRIENNE

Par Mohammed Ould Boah le 15/09/2020 à 13h58 (mise à jour le 15/09/2020 à 14h09)Sabri Boukadoum

Sabri Boukadoum, ministre algérien des Affaires étrangères. © Copyright : DR

De nombreux diplomates algériens, dont la mission au sein des chancelleries algériennes à l’étranger s’est terminée, ont été abandonnés à leur sort par leur pays. Ni rapatriés, ni reconduits dans leurs fonctions, ni payés, ces diplomates algériens crient aujourd’hui leur colère.https://tinyurl.com/y4tkrgmb

Plusieurs diplomates algériens en fin de mission ont été abandonnés par leur pays à l’étranger, et vivent, avec leurs familles, dont des enfants, dans des conditions très difficiles. C’est en tout cas ce que vient révéler une lettre que certains d’entre eux ont fait fuiter sur les réseaux sociaux.

Selon cette missive, tous les diplomates algériens qui ont accompli leurs quatre années réglementaires de travail au sein d’ambassades et de consulats de leur pays à travers le monde sont aujourd’hui abandonnés à leur sort par leur ministère de tutelle. Ce dernier avance comme prétexte, à leur abandon, la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes algériennes avec le reste du monde.

Depuis début juillet dernier, date à laquelle ils devaient être rapatriés et remplacés par de nouveaux fonctionnaires, ces diplomates sont ainsi laissés-pour-compte, après s’être vu interdit de revenir à leurs bureaux, mais aussi avoir été priés de quitter les domiciles de fonction loués aux frais de l’Etat algérien.

Diplomatie algérienne: de la poudre aux yeux des Africains?, se demande la presse burkinabè

Dans cette lettre, ils écrivent textuellement: «Nous sommes des diplomates algériens, ayant passé les quatre années réglementaires dans les ambassades et consulats algériens à l’étranger. Normalement, nous devions être rapatriés en Algérie depuis juillet dernier, en attendant de nouvelles affectations. Mais malgré les conditions imposées par la pandémie mondiale de coronavirus et la fermeture des frontières aériennes et terrestres, nous avons été obligés de quitter nos logements pour nous retrouver avec nos familles dans des hôtels à bas prix, où nous vivotons comme des cafards et des rats depuis plus de deux mois. Exposés aux contaminations de coronavirus, nos enfants ont été également privés de réinscription dans les écoles sous prétexte que nous sommes en instance de retour en Algérie.»

La presse algérienne proche du pouvoir a rapidement réagi à cette lettre, qui met à nu la grave crise que traverse actuellement la diplomatie algérienne. Cette réaction s’explique non pas parce qu’une copie de cette lettre a été divulguée par l’opposant Larbi Zitout depuis son exil londonien, mais parce que les diplomates algériens ont loué la réaction «visionnaire» de la diplomatie marocaine qui a prolongé d’une année supplémentaire tous ses diplomates en fin de mission.

Ainsi, écrivent encore les diplomates algériens en colère, «alors qu’il était logique, vu les conditions de force majeure imposées par la pandémie, de reporter le mouvement annuel des diplomates algériens, les autorités algériennes auraient dû s’inspirer de l’exemple  visionnaire de la diplomatie marocaine qui a reporté d’une année le mouvement de tous ses diplomates à l’étranger.»

Comment le Maroc a mis «chaos» la diplomatie algérienne

Taclé par ses propres fonctionnaires exerçant à l’étranger, le ministère algérien des Affaires étrangères s’est caché sous le manteau de «sources» anonymes pour réagir médiatiquement à la divulgation par Larbi Zitout de ladite lettre. «La réalité des choses est que le mécontent londonien (Larbi Zitout, Ndlr) ne comprend pas, ou feint de ne pas comprendre, que les décisions des autorités algériennes en matière de diplomatie ne convergent pas avec celles des autorités marocaines, qui semblent grandement problématiques pour ces dernières», répond maladroitement le département de Sabri Boukadoum, dans les colonnes d’un journal local.

Une réponse qui ne résout en rien le calvaire des diplomates algériens à l’étranger. D’ailleurs, ces derniers craignent que leur situation empire, puisqu’ils auraient appris, de sources concordantes et bien informées, que l’Algérie n’ouvrira ses frontières que plusieurs jours ou semaines après l’organisation du référendum constitutionnel, prévu en novembre prochain.

Les diplomates algériens ont également saisi l’occasion de leur lettre de protestation pour informer leur opinion publique qu’ils ne sont pas les «fonctionnaires privilégiés» qu’elle imagine, mais qu’à l’instar de l’écrasante majorité des Algériens, ils sont eux aussi traités par le pouvoir militaro-affairiste «comme des animaux, des moutons…».

Voici les pays accessibles sans visa pour les Algériens en 2020

Le passeport algérien est parmi les moins prestigieux au monde. Selon le nouveau classement du cabinet britannique Henley and Partners, publié ce 10 septembre, le document de voyage algérien est classé à la 48e place mondiale. Il donne un accès libre à seulement 14 pays, avec visa à l’arrivée dans 33 pays et avec visa préalable pour 147 destinations.

Il faut dire que la crise sanitaire du Covid-19 bouleverse le classement annuel du « Passport Index ». Plusieurs pays ont fermé leurs frontières et bloqué l’accès à leur territoire. C’est le cas notamment des pays européens.

Ainsi, le passeport algérien se classe au 48e rang mondial. Il permet aux Algériens de voyager dans 14 pays sans avoir recours au visa et dans 33 pays en se faisant délivrer un visa à l’arrivée. Notons que la plupart des destinations que peuvent visiter les Algériens sans visa se situent en Afrique, et qu’aucun pays en Europe ne leur est accessible.

Concernant les pays qui ne demandent pas de visa aux Algériens, la liste comprend 14 destinations : le Bénin, la République Dominicaine, l’Équateur, la Guinée, Haïti, le Mali, la Mauritanie, la Micronésie, le Sénégal, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, le Sri Lanka (avec autorisation de voyage eTA), la Syrie et les Îles Cook et Niue.

Par ailleurs, les Algériens disposent d’autres destinations nécessitant un simple visa d’entrée. C’est le cas de ces 33 pays : la Bolivie, le Cambodge, le Cap-Vert, les Comores, l’Éthiopie, le Ghana, la Guinée-Bissau, l’Iran, la Jordanie, le Kenya, le Liban, le Macao, Madagascar, les Maldives, l’île Maurice, le Mozambique, le Nigeria, le Népal, le Nicaragua, la République des Palaos, le Rwanda, les Samoa, les Seychelles, la Somalie, le Tadjikistan, la Tanzanie, Timor-Leste, le Togo, les Tuvalu, l’Ouganda, le Yémen et le Zimbabwe.

Le passeport marocain plus puissant que le passeport algérien

Au niveau du Maghreb, l’Algérie est devancée par le Maroc (43e). Le passeport marocain offre à ses détenteurs la possibilité de voyager vers 56 destinations sans visa, vers 23 autres avec un accès libre et vers 33 pays avec un visa à l’arrivée.

A souligner que pour établir son classement, le cabinet britannique a classé 199 passeports de différents pays et territoires à partir des données de l’IATA (Association du transport aérien international), auxquelles s’ajoutent ses propres recherches.

Au niveau mondial, le nouveau classement annuel dévoilé par le Passport Index classe la Belgique en tête de classement. Les Belges peuvent se rendre librement (sans visa ou bien avec un visa à l’arrivée) dans 124 pays. Il en est de même pour l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg, la Suisse et l’Irlande. Les résidents de ces pays doivent néanmoins demander un visa pour se rendre dans 74 autres destinations.

Le passeport français, quant à lui, figure parmi les deuxièmes pays les plus puissants, avec la Suède, la Finlande, l’Italie, l’Espagne, le Japon et la Nouvelle-Zélande. Ces passeports permettent de se rendre dans 123 pays (sans visas ou avec un visa à l’arrivée). Les Français peuvent également voyager dans 75 autres pays en obtenant un visa préalable.

A la queue de ce nouveau classement, figurent les passeports de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Syrie, de la Somalie et du Yémen. A part quelques pays, les citoyens irakiens et afghans sont contraints de demander des visas préalables pour se rendre dans 168 pays.

Algérie : La France va-t-elle enquêter sur l’arnaque aux retraites ?

Le quotidien français Le Figaro a révélé, mercredi 9 septembre, que 1 717 personnes âgées de 100 ans et plus et résidant à l’étranger ont perçu, en 2019, plus de 6.8 millions d’euros de pensions de retraite. En Algérie, ils sont 872 centenaires, majoritairement concentrés dans quatre wilayas, à toucher encore leur retraite en France.

La même source rappelle que l’administration française peut demander aux retraités résidant à l’étranger de fournir des certificats d’existence qu’ils doivent faire certifier par les autorités locales. Toutefois, elle fait remarquer que ce procédé peut être facilement contourné si les autorités locales n’exigent pas la présence physique de l’assuré ou si « elles succombent à une tentative de corruption ».

Toujours selon Le Figaro, deux organismes français, en l’occurrence la Cnav et l’Agric-Arrco, projettent de convoquer prochainement (au dernier trimestre de l’année en cours) de nombreux retraités résidant à l’étranger. En Algérie, il y a quelque 1 000 titulaires de pensions de retraite âgés de 85 ans et plus. D’après le média français, ils sont essentiellement domiciliés dans quatre wilayas du pays que le journal ne cite pas nommément.

A noter que les autorités françaises ont promulgué, en juillet dernier, une nouvelle loi qui vise à durcir le contrôle du versement des pensions de retraite pour lutter contre la fraude. La nouvelle formule oblige les personnes vivant à l’étranger et percevant leurs pensions de retraite en France à prouver (preuve physique) qu’elles sont toujours en vie.

Ce sont les services consulaires français qui sont chargés de s’occuper de cette opération de vérification. Les représentations diplomatiques à l’étranger sont appelées à accueillir les concernés, notamment les retraités de plus de 85 ans, pour s’assurer qu’ils sont toujours en vie.

Accusé de meurtre, un jeune homme se tranche la gorge en pleine rue

 

En Algérie, un jeune homme s’est donné la mort en se tranchant la gorge en pleine rue dans la wilaya de Annaba, située dans l’est du pays. Selon des sources locales, la victime n’est autre que l’auteur présumé du meurtre du jeune Zaki. Un homicide commis la semaine dernière à Alger

Les faits ont eu lieu dans l’après-midi de mercredi 9 septembre dans la ville de Annaba. Le jeune homme avait décidé de mettre fin à ses jours en se tranchant la gorge. La vidéo de l’acte de suicide, extrêmement choquant au demeurant, a circulé sur les réseaux sociaux.

On y voit le malheureux passer à l’acte au milieu de riverains horrifiés. Ces derniers avaient tenté de l’en dissuader, en vain. Visiblement au bout du désespoir, la victime, qui ne s’est laissée raisonner par personne, a mis fin à ses jours de manière spectaculaire.

La victime était accusée de meurtre

Par ailleurs, l’on apprend que le défunt, prénommé Mohammed, est âgé d’une vingtaine d’années et est originaire de la wilaya d’Alger. Des sources sécuritaires ont indiqué que les services de la police étaient à sa recherche. Le jeune homme étant le principal accusé du meurtre du dénommé Zaki,  survenu le 2 septembre. Ce jour-là, la victime, âgée de 25 ans, avait reçu un coup de poignard dans le cœur au niveau de son lieu de travail, au centre commercial Hamza à Bachdjerah, dans la banlieue d’Alger

Des témoins oculaires ont affirmé que le meurtrier présumé était le jeune Mohammed. Aussitôt, la police a lancé des recherches afin de le retrouver. Après son forfait, Mohammed a pris la fuite en direction de l’Est algérien. Il est arrivé jusqu’à la wilaya de Annaba, à environ 536 km à l’est d’Alger. Ne supportant plus sa situation, le jeune homme a choisi de mettre un terme à ses jours.

Un consulat d’Algérie en France au cœur d’un scandale de discrimination raciale

 

Un consulat d’Algérie en France est au cœur d’un énorme scandale. Selon le journal francophone Le Soir d’Algérie, dans son édition de mardi 8 septembre, un consul algérien serait coupable de discrimination et de « racisme » contre les Maghrébins et les Africains. C’est-à-dire envers ses propres origines.

D’après la même source, ce représentant diplomatique de l’Algérie en France a récemment introduit une demande auprès de Pôle emploi, organisme chargé des recrutements, afin de recruter une femme de ménage. Dans sa demande, le consul algérien a précisé que l’employée ne devait pas être « d’origine maghrébine ou africaine ».

Cet acte discriminatoire a provoqué la colère des responsables de l’antenne locale de Pôle emploi, qui ont adressé un avertissement verbal au diplomate. Cependant, le média algérien ne précise pas de quel consul d’Algérie en France il s’agit.

Il faut noter qu’en avril dernier, le chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, a effectué des changements structurels au niveau des consulats algériens dans plusieurs pays européens, nomment en France. Des remaniements qui ont touché plusieurs consuls généraux et consuls d’Algérie.

Des décrets de fin de fonction de ces diplomates ont été publiés au Journal officiel paru mardi 28 avril. Il s’agit de 11 consuls généraux et 9 consuls. Sur l’ensemble de ces représentants de l’Algérie à l’étranger, 10 étaient en activité en France.https://d-35441563814140907160.ampproject.net/2008290323001/frame.html

Il s’agit des vice-consuls Rachid Belbaki (Lille), Mohamed Kebir Addou (Paris), Houria Bouaraâra (Starsbourg) et Abdelkrim Serraï (Lyon). Figurent aussi les consuls Abdelmadjid Draïa (Nantes) Hamid Haraïgue (Vitry), Mahmoud Massali (Bobigny), Abdelaziz Doudou (Nanterre), Amina Ladjal (Besançon) et Linda Kahlouche (Pontoise).

Les autres consuls généraux remerciés sont Abdelkrim Touahria (Milan, Italie), Abdelkrim Yamani (Bruxelles, Belgique), Brahim Younes (Genève, Suisse), Brahim Djeffal (Francfort, Allemagne), Abdelkader Kacimi El Hassani (Djeddah, Arabie saoudite), Nora Radji (Barcelone, Espagne) et Mustapha Benayad Cherif (Tunis, Tunisie). Les consuls concernés par la même décision sont Kenza Benali (Londres, Royaume-Uni), Hichem Kimouche (Oudjda, Maroc) et Nadir Dafri (Nouadhibou, Mauritanie).

Ils ont tous des tronches de constipés et d’escroc…

Mokrane Aït Larbi : « Le ministre du Commerce a traité des martyrs de la révolution de traîtres »

L’avocat et défenseur des droits humains Mokrane Aït Larbi a appelé les décideurs à sanctionner le ministre du Commerce, Kamel Rezig, pour les propos qu’il a tenus sur les martyrs. Mokrane Aït Larbi rappelle, ce mardi 8 septembre sur sa page Facebook, que l’actuel ministre du Commerce, Kamel Rezig, a traité certaines figures du Hirak de « fils de Harkis » alors que ce sont des descendants de martyrs. 

Mokrane Aït Larbi fait référence aux photos partagées par le ministre du Commerce, le 3 janvier dernier sur son mur Facebook, de Mokrane Aït Larbi, Mustapha Bouchachi, Samir Benlarbi, Zoubida Assoul et Karim Tabbou avec ce commentaire : « celui qui n’a jamais vu un harki de sa vie n’a qu’à regarder ces têtes pourries. Elles représentent les enfants des Harkis ».

L’avocat rappelle que son père ainsi que celui de Mustapha Bouchachi sont « des martyrs de la révolution algérienne. Ils ont sacrifié tout ce qu’ils avaient en commençant par leurs propres vies ». Il ajoute que « les parents de Samir Benlarbi et Karim Tabbou n’étaient pas des harkis pendant la révolution comme les avait traités Kamel Rezig ».

« Nul n’a le droit de traiter les martyrs de Harkis »

Mokrane Aït Larbi regrette : « Etant un soutien du régime, le ministre a le droit de nous critiquer. Nous sommes des opposants réels. Nous avons prouvé pendant nos parcours individuels notre existence, mais personne n’a le droit de traiter les martyrs de traîtres ». L’avocat souligne que la défense des martyrs ne doit pas être le monopole de leurs enfants. « Ils sont un patrimoine du peuple algérien », rappelle-t-il.

Mokrane Aït Larbi a également interpellé les pouvoirs publics pour sévir contre « le ministre du Commerce qui a traité les martyrs des pires qualificatifs ». Il conclut : « En ce qui nous concerne, nous allons prendre des mesures après concertations. Nous allons agir dans le cadre de la loi contre cet individu ».

FÈS. SAISIE DE PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIERS DE BOUTEILLES D’ALCOOL DE CONTREBANDE DépôtFès

Une partie de l’alcool de contrebande saisi

L’opération «Mains propres», initiée par la DGSN, se poursuit au Maroc. La police vient d’annoncer la saisie, à Fès, de 74.505 bouteilles d’alcool écoulé de manière illégale. Les détails.

Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), cette saisie, effectuée par la Brigade régionale de la police judiciaire (BRPJ, antenne de la BNPJ), a permis de mettre la main sur quelque 74.505 bouteilles d’alcool.

Cette saisie a eu lieu dans un dépôt sis dans la zone industrielle de Aïn Chkef dans la banlieue de Fès.

Opération «mains propres» à Casablanca: la famille Zahraoui et la malédiction de l’alcool frelaté

La DGSN, qui affirme avoir relevé plusieurs contraventions relatives aux réglementations nationales (teneur en alcool et quantité, notamment), indique que deux individus ont été interpellés. Âgés respectivement de 51 et de 41 ans, les deux individus ont été mis à la disposition des enquêteurs et sous la supervision du parquet compétent.

Quant à la marchandise saisie, elle a été transférée à l’Office national de la sécurité sanitaire des aliments (ONSSA) pour y être analysée.

Repentance et soumission : Macron prêt à rendre le canon « Baba Merzoug » aux Algériens ?

Allez, encore une humiliation de plus, un énième acte de contrition de la France agenouillée face à l’Algérie ?

Les anciens égorgeurs de pieds-noirs et d’appelés du contingent, les pontes du FLN (ceux qui pillent l’Algérie tout en se faisant soigner chez l’ancien colonisateur), les milliers de « centenaires » touchant leur retraite au bled mais aussi les nouveaux envahisseurs, barbus et voilées, haïssant notre pays mais vivant sur son dos, doivent jubiler !

La France repentante, via son président Emmanuel Macron, pourrait rendre à Alger le canon mythique ayant servi à défendre la cité barbaresque, « maîtresse intraitable de la Méditerranée »vivant de rapines, d’abordages, de razzias et du commerce des esclaves.

Un canon qui servait également en représailles aux attaques des marines françaises : des prisonniers chrétiens étaient introduits par la bouche avant d’être pulvérisés par les boulets…

Rapatrié à Brest après la conquête de 1830, comme trophée de guerre, nous devrions donc rendre « Baba Merzoug » (devenu « La Consulaire ») en hommage à la future « réconciliation franco-algérienne » (mais quelle réconciliation possible avec une Algérie vidée de ses pieds-noirs et « judeinrein » mais déversant en France, sa jeunesse et ses smalas revendicatives, antifrançaises et antisémites ?)

Car il paraît que nous devrions faire « destin commun » avec ce pays dont l’hymne national appelle (encore) à la vengeance contre la France.

Pourtant, il suffit d’écouter la petite-bourgeoise « antiraciste » Camelia Jordana et les indigénistes à la Houria Bouteldja pour deviner que leurs perpétuelles chouineries victimaires ne sont qu’un prétexte pour mieux soumettre, coloniser et s’approprier notre pays.

En fait, puisque (presque) personne ne s’y oppose, nous serons bientôt mûrs pour vivre la même tragédie qu’il y a 1400 ans, quand les Arabo-musulmans éradiquaient la civilisation romaine (ou byzantine) et convertissaient les Berbères.

Dans 50 ans, au rythme de l’invasion migratoire et de la démographie, la France deviendra bien « l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ».

Mais après tout, élection après élection, c’est peut-être le souhait des Français inconscients : soumission, dhimmitude et asservissement.

Le canon Baba Merzoug va-t-il quitter Brest pour Alger ?

L’Algérie réclame le retour de son mythique canon, pris par les Français en 1830 et érigé en colonne à Brest. 

Macron pourrait faire un geste.

Depuis une décennie et plus, le sujet est régulièrement mis sur la table par l’Algérie. Le pays réclame le retour sur son sol d’un trophée de guerre de la marine française, le canon Baba Merzoug, pièce maîtresse de la défense du port d’Alger dès le XVIe siècle. 

Monstrueux pour son époque avec ses 12 tonnes de bronze et ses 7 mètres de long, il pouvait projeter des boulets de 80 kilos à près de 5 kilomètres.

Cette arme n’était pas seulement un outil de défense. 

Elle a aussi servi à humilier délibérément la France, à deux reprises au moins. En 1683, lorsqu’une flotte française commandée par l’amiral Abraham Duquesne bombarde Alger pour libérer les esclaves chrétiens, le consul français, le prêtre Jean Le Vacher, est placé devant le Baba Merzoug et déchiqueté par son tir. 

En 1688, son successeur André Piolle est traité de la même façon

En décembre 2012, l’Élysée avait sérieusement étudié le sujet afin d’offrir un « cadeau symbolique de la réconciliation » franco-algérienne, à l’occasion d’une visite d’État du président François Hollande.

Durant laquelle il lancera : « Je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien. Pendant cent trente-deux ans, l’Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal. » 

Mais pas un mot sur le Baba Merzoug.

En 2018, un rapport sur la « restitution du patrimoine culturel africain », commandé par le nouveau président Emmanuel Macron à l’historienne de l’art Bénédicte Savoy et à l’universitaire et écrivain sénégalais Felwine Sarr, préconisait des restitutions progressives, nécessitant des procédures complexes.

Il n’évoquait certes pas le cas de l’Algérie, qui réclame donc le retour de son canon emblématique, parmi un ensemble de 158 objets, mais le cadre était dressé. Ce n’était que partie remise.

« Destin commun en Méditerranée »

De fait, Emmanuel Macron a récemment pris des mesures annonciatrices d’initiatives nouvelles.

La première est la restitution, début juillet, par la France à son ancienne colonie d’Afrique du Nord des restes (les crânes) de vingt-quatre combattants algériens tombés lors de la conquête au XIXsiècle…

Le 24 juillet, Emmanuel Macron a demandé à l’historien Benjamin Stora un rapport sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie », que celui-ci doit rendre avant la fin de l’année. 

Dans sa lettre de mission, le chef de l’État indique qu’« il importe que l’histoire de la guerre d’Algérie soit connue et regardée avec lucidité […] Je souhaite m’inscrire dans une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algérien. Le sujet de la colonisation et de la guerre d’Algérie a trop longtemps entravé la construction entre nos deux pays d’un destin commun en Méditerranée ».

Grande affaire du quinquennat, le retour de la France vers la Méditerranée, de la Libye aux eaux gréco-turques, du Liban au Maghreb, exige des gestes symboliques forts. 

La restitution du Baba Merzoug n’en serait-elle pas un ?

Voici le point de vue – comme toujours guerrier et revanchard- d’un Algérien d’Algérie sur la question.

M. Macron, rendez-nous Baba Merzoug !

Pour récupérer notre patrimoine historique, faisons tonner les canons !

Par Noureddine Khelassi

[…] Dans la panière riche des litiges bilatéraux, figure en bonne place le mythique canon algérois Baba Merzoug qui fut une terreur militaire des siècles durant en Méditerranée sous domination de la Régence d’Alger…

Son histoire propre est indissociable de celle de la Régence turque et de la colonisation de l’Algérie…

En 1542, pour célébrer la fin des travaux de fortification, Baba Hassan fait fabriquer un gigantesque canon par un fondeur vénitien, long de 6,25 mètres et d’une portée de 4,872 km – exceptionnelle pour l’époque. Cette pièce est baptisée affectueusement Baba Merzoug, père fortuné et protecteur béni de la rade et de la ville… 

Avec ses mille pièces d’artillerie, dont le canon en chef était Baba Merzoug, Alger avait mérité donc son surnom de Mahroussa. Dormez en paix braves gens, les canons algérois tirent au loin !

Les Algériens, maîtres intraitables de la Méditerranée

Plus d’un siècle plus tard, après avoir dicté aux Hollandais et aux Anglais des pactes de non-agression, les corsaires algériens deviennent les maîtres intraitables de la Méditerranée.

Cette année-là, ils capturent une frégate française et vendent son commandant comme esclave sur l’actuelle place algéroise des Martyrs 

ha tiens, l’esclavagisme n’était donc pas que le fait d’Européens ?

Louis XIV, le Roi-Soleil, soucieux de rester en lumière, réagit en envoyant l’amiral Abraham Duquesne à la tête d’une expédition punitive d’une centaine de navires lourdement armés. Cette fois-ci, les marins français disposaient de bombes et de boulets incendiaires. Leur puissance de feu finit par contraindre le dey à demander un armistice et l’ouverture de négociations.

L’intermédiaire français est alors le vicaire apostolique Levacher, désigné par le roi comme consul à Alger depuis 1671. Duquesne exige et obtient la libération de la plupart des captifs chrétiens. Mais c’était sans compter sur un certain Mezzo Morto, alias Hadj Hussein, riche renégat génois qui fomenta alors un complot politique, assassina Baba Hassan et ligua la population algéroise contre l’envahisseur français. L’amiral Duquesne reprend alors les bombardements. 

Mezzo Morto, devenu dey, inaugure en ces temps-là une méthode de représailles très expéditive et restée célèbre : le consul Levacher est introduit dans la bouche de Baba Merzoug avant que les artilleurs algériens ne fassent feu. C’est depuis ce jour que la marine française a donné le nom de La Consulaire à Baba Merzoug, en mémoire du diplomate pulvérisé.

Après lui, d’autres captifs malchanceux subirent les mêmes foudres canonnières, et la terrifiante réputation de Baba Merzoug s’en trouva d’autant plus grandie…

Le militant de la mémoire Belkacem Babaci […] demande de nouveau aux autorités françaises la restitution de Baba Merzoug et d’autres canons de la marine algérienne [à] savoir, les huit couleuvrines en bronze gisant sur le sol, à l’entrée de l’esplanade de l’Hôtel des Invalides.

Mais, il ne faut pas rêver, et surtout ne pas croire aux promesses quand elles existent. 

Pour revoir un jour Baba Merzoug à Alger, là où il a craché des boulets de feu des siècles durant, il faut plutôt sortir les canons de la fermeté et du bon droit !

Tonner, comme doivent le faire les autorités algériennes, présidence de la République et ministère de la Défense en tête. Sortir le gros calibre pour revendiquer sa restitution.

Tonnerre de Brest, ce ne serait alors que justice que de rapatrier de cette ville grise et triste Baba Merzoug, père national affectueux, jadis dispensateur de baraka aux Algérois ! Bénis soient donc son tube et son affût exceptionnels !

[…] Tout bien mal acquis est condamné à revenir à ses légitimes propriétaires. C’est presque une fatalité historique [gonflés les descendants des envahisseurs-pilleurs venus d’Arabie ! NDA]
[…] Alors, Monsieur le Président Macron, rendez-nous notre bien patrimonial spolié, rendez-nous notre père Baba Merzoug ! 

On ne vous en supplie guère, on vous l’exige !

Enfin, voici l’attitude d’une « française » d’origine algérienne qui appelle à la « décolonisation » de la France : c’est-à-dire à nouveau « la valise ou le cercueil » mais pour les autochtones ?

Pour “guérir les folies” de la France, Camélia Jordana recommande “un énorme travail de décolonisation”

La chanteuse s’est dite “descendante de gens qui ont été colonisés” par la France.

« J’ai toujours dit les mêmes choses. Dans mon album Lost, je parlais déjà de violences policières, du féminisme, d’écologie ». 

Des causes que l’artiste justifie par ses racines et « le fait que [ses] deux grands-pères aient été emprisonnés par les Français, après s’être battus pour la France, et qu’ils aient été arrêtés en étant du FLN », le Front de libération nationale, mouvement indépendantiste algérien.

« Je suis descendante de résistants et je suis descendante d’Algériens, donc de gens qui ont été colonisés par le pays dans lequel je vis, que je considère être mon pays, dans lequel j’ai grandi, dans lequel je suis née, dont j’ai appris l’histoire à l’école », poursuit Camélia Jordana, ou encore : 

« Je pense qu’il y a un énorme travail de décolonisation à faire dans mon pays, qui n’a pas été fait. Je crois que c’est à ma génération de s’adresser aux autorités, au gouvernement, à mes compatriotes. Je crois que si on commence à faire ce travail-là, les folies qui se passent dans ce pays-là, avec le temps, pourront peut-être guérir ».

  1.  Christian Jour dit : On le dit et on le redit, le triste, l’ordure, le pourris jusqu’à la moelle, qui se nomme mohamad macron, n’est pas et n’a jamais été le président des Français, mais le président des étrangers. Ce sinistre type qui ne perd pas une occasion de cracher sur son pays, quand il est en pays étranger et notamment en algérie, ou il dit que la colonisation Française est un crime contre l’humanité. Alors il ne faut pas s’étonner quand il nous prépare une saloperie de plus comme rendre aux salopards le canon pris par les Français en 1830, pris à ces salopards pendant la guerre contre l’esclavage des nôtres.
    Quand à la camélia jordana si elle ne se sent pas bien en France qu’elle retourne dans son bled, mais elle est tellement con celle là, qu’elle ne s’en doute pas.
  2.  Machinchose dit ; tiens!! la chose a perdu ses boutons d’acnée juvénile, sans doute un amoureux qui n’ a pas voulu la pénétrer a l’ envers……« Le pays réclame le retour sur son sol d’un trophée de guerre de la marine française, le canon Baba Merzoug, pièce maîtresse de la défense du port d’Alger dès le XVIe siècle. » »baba merzoug signifie « le père la Fortune »«  » » » » «  »
    Monstrueux pour son époque avec ses 12 tonnes de bronze et ses 7 mètres de long, il pouvait projeter des boulets de 80 kilos à près de 5 kilomètres.
    «  »il fut nommé « la Grosse Aïcha » a l’ époque en hommage futur a Bertha
  3.  Christophe L dit : » Vous n’aviez pas voulu de l’Algérie Française alors maintenant vous aurez la France algérienne  »
    Jean-Marie Le Pen, sur le plateau de l’heure de vérité en février 1984 devant le public et surtout face aux 4 journalistes collabos, cette émission est vraiment prophétique il n’y a pas d’autres mots, c’est très clair et totalement limpide.
  4.  pier dit  Je suis pour le renvoi de cet ustensile de bronze porté par toute la smala qui gangrène la Gaule on leur rend TOUT , le canon et leur populace Bye !
  5.  frejusien dit : Il serait juste de demander à l’Algérie la repentance et la contrition pour les milliers d’esclaves chrétiens , razziés sur nos côtes, et qu’ils s’excusent pour les centaines d’esclaves chrétiens morts sous le fouet, humiliés et torturés par leurs cruels maîtres musulmans.
    D’autre part, il faudrait s’intéresser aux cimetières juifs et chrétiens régulièrement profanés et vandalisés actuellement en Algérie. Que fait macron ?? Ouvre-t-il seulement la bouche ?? que dirait-on si les cimetières musulmans de France étaient vandalisés de la même façon ??

Algérie : Deux personnes condamnés à 3 ans de prison ferme pour un « mariage gay »

Le tribunal d’El Khroub, à Constantine, a condamné deux individus, accusés d’avoir organisé « un mariage homosexuel », à trois ans de prison ferme. Deux autres personnes ont écopé d’une peine d’une année de prison dans la même affaire. Le verdict a été rendu ce jeudi 3 septembre.

Les personnes condamnées appartiennent à la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Elles sont quarante-quatre personnes à avoir été arrêtées par la gendarmerie nationale de la wilaya de Constantine, au mois de juillet. Présentés devant le procureur près le tribunal d’El Khroub, au départ, deux individus avaient été placés en détention provisoire, tandis que le reste du groupe avait été placé sous contrôle judiciaire.

Les personnes arrêtées ont été accusées d’organisation d’un « mariage gay ». Les services de la gendarmerie ont agi suite à une alerte lancée par des citoyens sur l’attroupement d’homosexuels dans un appartement situé dans une cité résidentielle. Les personnes arrêtées ont affirmé qu’il n’était  nullement question de la célébration d’un mariage. Elles ont soutenu qu’elles fêtaient l’anniversaire d’un ami.

Il faut souligner qu’en Algérie, l’homosexualité est considérée comme un crime passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans de prison. Les manifestations de soutien aux LGBT sont aussi strictement interdites. L’homosexualité est punie par l’article 338 du Code pénal algérien. L’article dispose que toute personne adulte « rendue coupable d’un acte contre-nature » risque jusqu’à deux années de prison ainsi qu’une lourde amende ».

Les autorités ainsi que la société rejettent avec force les personnes soupçonnées d’homosexualité. Une homophobie qui a contraint les membres de la communauté LGBT à vivre le plus souvent cachés. Néanmoins, les militants pour les droits de cette communauté continuent à se battre pour le droit de « vivre leur sexualité comme bon leur semble ».

Lire aussi : Mariage homosexuel en Algérie : Deux individus placés en garde à vue

Mariage homosexuel en Algérie : Deux individus placés en garde à vue

La Gendarmerie nationale de la wilaya de Constantine, située dans l’est de l’Algérie, a procédé à l’arrestation de 44 membres de la communauté LGBT « lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres »accusés d’avoir « célébré un mariage homosexuel ». Le tribunal d’El Khroub de Constantine a placé deux individus en détention provisoire, lundi 27 juillet, tandis que le reste du groupe a été placé sous contrôle judiciaire, indique le journal arabophone Ennahar.

Selon la même source, deux jours plus tôt, les citoyens ont alerté les services de sécurité sur l’attroupement d’homosexuels dans un appartement situé dans une cité résidentielle. La gendarmerie nationale a effectué une descente dans l’appartement en question, situé dans le quartier Ali Mendjli, où une quarantaine de personnes, majoritairement des hommes, participeraient à la célébration d’un mariage entre deux personnes de même sexe.

Les services de la gendarmerie nationale ont aussitôt interpellé les individus en question. Ces derniers seraient venus de plusieurs wilayas de l’est du pays, dont BiskraTarf et Annaba, ainsi que d’Alger afin de célébrer une fête. Les 44 personnes ont été arrêtées et ont comparu devant le tribunal, après enquête.

Toutefois, le chef d’accusation retenu contre les prévenus est en contradiction avec les affirmations de ces derniers. En effet, les 42 accusés démentent avoir célébré un mariage homosexuel. Il s’agissait, selon eux, d’un simple anniversaire organisé pour un « ami ».

Il convient de rappeler qu’en Algérie, l’homosexualité est considérée comme un crime passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans de détention. Les manifestations de soutien aux LGBT sont aussi strictement interdites. L’homosexualité est punie par l’article 338 du Code pénal algérien. L’article dispose que toute personne adulte « rendue coupable d’acte contre-nature » risque jusqu’à deux années de prison ainsi qu’une lourde amende.

Ces derniers temps, de nombreuses lois ont été renforcées afin d’affermir l’interdiction du mariage homosexuel ainsi que les manifestations de soutien aux minorités sexuelles. Les autorités ainsi que la société rejettent avec force les personnes soupçonnées d’homosexualité. Cependant, les arrestations sont rares, car les membres de la communauté LGBT vivent le plus souvent cachés.

La candidature à la tête de liste FLN se vendait à 7 milliards de centimes

L’ancien député FLN de la wilaya de Annaba, Baha Eddine Tliba, a confirmé ses déclarations sur la vente des places de tête de liste lors des élections législatives de 2017. L’ancien vice-président de l’APN a affirmé devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger ce mercredi 2 septembre que durant les élections législatives de 2017, les postes de tête de liste aux législatives se vendaient à 7 milliards de centimes.

L’ancien député de Annaba est poursuivi dans plusieurs affaires en relation avec le financement occulte de la campagne électorale du président déchu Abdelaziz Bouteflika, le financement occulte des listes de partis politiques ainsi que des campagnes électorales du PFLN lors des élections législatives et locales. Il a déclaré devant la cour : “Djamel Ould Abbas m’a présenté un plan pour le financement de la campagne électorale. Il a fixé le prix de candidature comme tête de liste FLN à 7 milliards de centimes”.

L’ancien député proche du cercle présidentiel ajoute : “Dès que j’ai compris le complot, je me suis adressé au patron du DRS, Bachir Tartag pour l’informer”. Il affirme que sa démarche envers le patron du DRS avait pour objectif de saisir la justice sur ce qui se tramait.

Djamel Ould Abbes accuse Saïd Bouteflika d’être derrière la confection des listes

Pour sa part, l’ex-secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes a affirmé qu’il avait pris contact avec Saïd Bouteflika dès qu’il a eu la nouvelle de l’arrestation de son fils. Il a indiqué que Saïd Bouteflika lui avait “imposé la présence de l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal, de l’ancien ministre de l’intérieur Noureddine Bedoui ainsi que de l’ex-ministre de la justice Tayeb Louh, lors de la confection des listes des candidats du FLN”. Djamel Ould Abbes a ajouté que Baha Eddine Tliba n’avait pas été tête de liste FLN lors de ces élections”.

Karim Akouche: « L’Algérie est un non-État »

Entretien avec l’écrivain algérien Karim Akouche

karim akouche algerie bouteflika
Manifestattion anti-Bouteflika, Marseille, mars 2019. Auteurs : Adlan Mansri/SIPA. Numéro de reportage : 00898484_000024

Réfugié au Canada, l’écrivain kabyle algérien Karim Akouche est connu pour ses courageuses prises de positions contre l’islamisme. Pour Causeur, il analyse le bras de fer entre le système Bouteflika et le peuple, non sans écorner l’historiographie officielle algérienne.


Jérôme Blanchet-Gravel. Karim Akouche, vous êtes un écrivain et dramaturge algérien (kabyle) reconnu dans votre pays d’origine, en France et au Québec. Vous habitez toujours Montréal, métropole québécoise, même si vos projets vous emmènent régulièrement à Paris. Comment la crise actuelle est-elle perçue par la communauté algérienne au Québec ? 

Karim Akouche. Les Algériens du Québec perçoivent ce vent de révolte diversement, souvent avec espoir et crainte mêlés. Globalement, hormis les opportunistes qui ont intérêt que perdure le régime actuel, tout le monde applaudit. Mais la nature des aspirations varie selon les convictions des uns et des autres. Les plus lucides sont non seulement pour le départ de Bouteflika, mais pour la fin de tout le système. Les plus déterminés sont contre cet État artificiel qui nie leur existence, qui a fait d’eux des citoyens de seconde zone.

Dans un article publié récemment dans Libération, vous écrivez que la jeunesse algérienne ne doit pas se « laisser voler ses rêves », même après le renoncement au pouvoir du président Bouteflika. Selon vous, le combat des Algériens pour la liberté ne fait que commencer. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Bouteflika veut mourir sur le trône. Comme un morpion, il refuse de desserrer les pinces, quitte à plonger le pays dans les ténèbres et le sang. Lui et son clan feront tout pour rester aux affaires et, pour y parvenir, ils useront de toutes les manigances pour faire avorter le mouvement citoyen. Bouteflika, c’est l’antipode de Boudiaf, l’ancien président assassiné en direct à la télévision en 1992, qui disait « L’Algérie avant tout ». Pour Bouteflika, imbu de lui-même, ivre de pouvoir et de mépris, c’est « moi au-dessus de tout ». À peine est-il revenu, en 1999, de sa traversée de désert, qu’il a déclaré : « Si je n’ai pas un soutien franc et massif du peuple algérien, je considère qu’il doit être heureux dans sa médiocrité. » Avant d’envoyer ses flics mater les Kabyles, il a maintes fois provoqué ces derniers : « Je suis venu dégonfler votre ballon de baudruche », « les Kabyles sont des nains… » En réalité, il n’est qu’un roitelet qui se prend pour un roi. La couronne et le fauteuil sont trop grands pour son petit corps de tyran. Dans une ultime pirouette, en guise de réponse aux millions de voix qui réclament son renoncement au cinquième mandat, il prolonge, toute honte bue, le quatrième. Il a fait de l’Algérie sa propriété privée, composée de sa famille, de ses ouailles, de son clan de généraux et un ramassis de notables et de patrons corrompus.

A lire aussi: Algérie: la « révolution » des fleurs bleues qui ont cru à la démocratie

Quelques questions sur l’après-Bouteflika : quand celui-ci ne sera plus aux rênes du pays, ou de ce monde, qui le remplacera ? Un de ses avatars ? Son clan rival ? Les islamistes qui rôdent comme des vautours autour de « la momie » ? Et si, par miracle, le peuple accédait aux affaires de la cité, qu’en fera-t-il ? Pratiquera-t-il la vraie démocratie ou se contentera-t-il d’une démocratie sélective ? En « vraie » démocratie, l’ennemi et l’adversaire ne sont pas synonymes, les coups de poing sont remplacés par la guerre des idées et on a le droit de cracher sur l’opinion de son détracteur, mais jamais sur son visage… Une fois « la liberté » arrachée, si les Algériens veulent bâtir un pays digne de ce nom, ils ne devront pas trier les thèmes, éviter les sujets qui fâchent, s’offrir seulement des roses et éviter tout contact avec les épines. Leur dépossession identitaire, l’intrusion de l’islam dans les affaires de leur cité, les palissades qui séparent les hommes des femmes, leur rapport à la sexualité… sont autant de sujets qu’ils devront aborder sans fard ni tabou dans les agoras, les écoles et les foyers.

Votre œuvre littéraire est ponctuée de réflexions sur votre pays d’origine. Dans votre roman La Religion de ma mère (Édition Écriture 2017), par exemple, vous parlez d’une Algérie divisée, voire même « schizophrène ». Abdelaziz Bouteflika est-il responsable de cette division ?

Oui, en grande partie. Bouteflika est l’incarnation de l’Algérie officielle, cette Algérie stagnée, rouillée, en panne. C’est le clan d’Oujda, dont fait partie Bouteflika, qui a confisqué l’indépendance au peuple en 1962. Postés à la frontière marocaine, ils ont attendu le départ de la France pour rentrer et prendre le pouvoir d’où ils ont écarté les « vrais » révolutionnaires, des Kabyles et des Chaouis. Bouteflika, Boumédième et leurs compères ont gouverné contre les Berbères, les progressistes et la femme. Pour régner et durer, ils ont endormi le peuple, ont arabisé et islamisé de fond en comble la société. Chaque fois qu’ils étaient menacés par un vent de révolte, pour faire peur au peuple, ils brandissaient un spectre à quatre têtes : la main étrangère (la France), l’ennemi intérieur (les Kabyles), l’ennemi voisin (le Maroc) et l’ennemi juif (Israël).

Comme essayiste, vous vous êtes aussi intéressé à la montée de l’islamisme en Occident et dans les pays arabes. Quel rôle l’islamisme joue-t-il en Algérie et y a-t-il encore un risque que ce courant s’impose ?

Biberonné aux ruses et à la manipulation, Bouteflika est un animal politique perfide. Il a réussi à atomiser aussi bien les opposants démocrates que les islamistes qu’il a intégrés dans son système. Mais ces derniers n’ont pas encore dit leur dernier mot. Ils ont opté pour une stratégie plus sournoise : la salafisation de la société par le bas. Ils font un travail de fond, à pas feutrés, surfent sur la misère et la peur des gens, en leur injectant leur poison idéologique. L’islamisme et ses avatars sont partout en Algérie, banalisés dans les institutions, les rues, les cafés, les lois, la presse, la télévision, les téléphones. Patients, ils ont le temps et l’argent. L’avenir joue en leur faveur. Bref, Bouteflika n’a stoppé le djihadisme qu’en nourrissant l’islamisme, lequel deviendra, à son tour, un jour ou l’autre, du djihadisme, car l’islamisme n’est que le terrorisme qui n’est pas encore passé à l’acte.

Vous soutenez le projet d’une plus grande autonomie pour la Kabylie, une région culturellement distincte en Algérie. Ce combat politique vous a rapproché du mouvement souverainiste au Québec. Quel espoir pour la Kabylie dans un contexte post-Bouteflika ?

Fer de lance de tous les combats démocratiques en Algérie depuis les années 1920, la Kabylie connaît bien la rue, que ses enfants investissent régulièrement, massivement et pacifiquement, pour chanter leur soif de liberté et de justice. D’ailleurs, le premier Printemps algérien est berbère, il a eu lieu en avril 1980 lorsque les étudiants ont défié le pouvoir de Chadli. Il y a eu ensuite le Printemps d’octobre 1988, suivi du Printemps noir de 2001 où les gendarmes de Bouteflika ont assassiné plus de 128 manifestants kabyles.

A lire aussi: Jean Sévillia dévoile « les vérités cachées » de la guerre d’Algérie

La vérité est que l’Algérie est la fille illégitime de la France. C’est en 1839, au café Les Deux Magots, à Saint-Germain-des-Prés, que le général Schneider a remplacé la longue appellation « Possessions françaises en Afrique du Nord » par « Algérie », extrapolation du mot « Alger », et a tracé à la règle les frontières du pays. Le problème algérien est donc structurel, identitaire : son ADN est falsifié, ses fondations sont de pacotille, son drapeau et son hymne sonnent faux, ses valeurs sont factices…

L’Algérie est un non-État, tout est à reconstruire : les institutions, l’histoire officielle, la mémoire douloureuse, l’école, l’économie, la justice, les partis, les syndicats, le patronat, tout, absolument tout. La constitution et la gouvernance, en décalage avec la cartographie du terrain, doivent être révisées, remises à plat. « L’Algérie arabe et musulmane, une et indivisible », dont nous bercent depuis l’Indépendance les dirigeants, est une farce. Le pays est une mosaïque de nations et l’État actuel, centralisé, jacobinisé, « arabe et musulman », étouffe toutes les cultures et les richesses qui le composent.

RÈGLEMENTS DE COMPTE ET VENDETTA AU SOMMET DE L’ÉTAT ALGÉRIEN

Les fils de Gaid Salah

Le début de la fin a sonné pour les enfants de Ahmed Gaïd Salah.

L’acharnement du nouveau pouvoir algérien contre l’entourage du défunt général Ahmed Gaïd Salah continue de plus belle. Après la purge qui a ciblé les hauts gradés, les deux fils de l’ex-homme fort de l’Algérie sont à deux doigts d’être jugés et emprisonnés.

Les médias algériens, et principalement ceux à capitaux privés, ont annoncé ce jeudi 27 août que les deux fils du général Ahmed Gaïd Salah, subitement décédé le 29 décembre dernier, ont été interdits de quitter le territoire algérien. Cette décision, qui aurait été prise le 18 août dernier, était prévisible suite à la diète économique à laquelle ils sont soumis depuis plusieurs mois, mais surtout au déballage médiatique récent qui les avait particulièrement visés.

En effet, selon Larbi Ounoughi,  patron de l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP) qu’il dirige depuis avril dernier,  cet établissement étatique aurait dilapidé pas moins de 15.000 milliards de dinars durant les quatre mandats effectués par Abdelaziz Bouteflika. Mine de rien, Larbi Ounoughi a particulièrement pointé du doigt Adel Gaïd, qui dirigeait Edough News, un journal de pacotille édité à Annaba, et qui, même sans lecteurs, se s’était fait quotidiennement attribuer, de 2017 à 2020, un minimum de quatre pages d’insertions publicitaires de la part de l’ANEP.

Le nouveau régime prépare le terrain à une incarcération des enfants de Gaïd Salah



En plus de l’arrêt des publicités octroyées par l’ANEP, et du monopole d’un marché de livraison de pain à certaines garnisons militaires, Adel Gaïd Salah également perdu «son» port sec d’Annaba (PSDA), fermé depuis le 21 juillet dernier par la douane.

Plusieurs médias algériens ont lié cette nouvelle cabale contre les frères Adel et BoumedieneGaid Salah, ainsi que dix autres personnes qui font l’objet d’une interdiction de sortie du territoire national (ISTN) à la récente extradition par Ankara de Gharmit Bounouira. Le retour forcé de l’ex-secrétaire particulier d’Ahmed Gaïd Salah, qui s’est mis à table devant les enquêteurs des services du renseignement militaire, a servi d’alibi pour régler des comptes avec plusieurs hauts gradés de l’armée, dont certains sont en exil, la plupart étant accusés de haute trahison.

Puisque les frères Gaïd Salah ne sont pas des militaires, ils comparaîtront, comme le précise le journal Al Watan, devant le tribunal correctionnel de Dar El Beïda, où leurs dossiers ont été déjà transmis par les services de sécurité algériens. C’est d’ailleurs ce même tribunal qui a émis les Interdictions de sortie du territoire national (ISTN) à leur encontre. «Préventive, cette mesure judiciaire a été prise à la veille de l’ouverture des frontières algériennes, qui coïncide avec l’ouverture de plusieurs enquêtes par les services de sécurité dans lesquelles ils sont cités», écrit Al Watan en citant des sources sécuritaires.

Algérie. Les bonnes affaires des fils du général Gaïd Salah

Cependant, la question qui se pose est celle de savoir comment le chef d’état-major actuel, Saïd Chengriha, promu par Gaïd Salah chef de l’armée de terre, et Abdelmadjid Tebboune, élu grâce à un bourrage des urnes ordonné par le même Gaïd Salah, se retournent aujourd’hui contre les fidèles et la famille même du général défunt, auxquels ils doivent leur promotion? Le clan du général Toufik, ancien puissant patron des services de renseignement, serait-il revenu aux affaires, initiant une vengeance tous azimuts, n’épargnant même pas les enfants de Gaïd Salah?

En tout cas, force est de constater que la purge actuelle qui cible les hauts gradés de l’armée algérienne et les anciens hommes forts du pays, s’apparente à une guerre de gangs. Hier, Gaïd Salah a démantelé le «clan Bouteflika», auquel il devait tout, tout en jetant en prison des généraux réputés intouchables, comme Toufik et Tartag, ainsi que d’anciens Premiers ministres, ministres et hommes d’affaires… Aujourd’hui, «le clan Gaïd Salah» est ciblé par une vendetta terrible qui s’élargit à ses enfants. Nous sommes dans une logique de vengeances mafieuses, où même la descendance du «parrain» n’est pas épargnée.

ALGÉRIE. LES BONNES AFFAIRES DES FILS DU GÉNÉRAL GAÏD SALAH

Par Ziad Alami le 08/06/2017 à 13h41général Gaid Salah

Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée algérienne.© Copyright : dr

Alors que Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée algérienne, profite de la maladie du président Bouteflika pour se positionner en tant que futur locataire du palais Mouradia, ses nombreux fils multiplient les affaires et les frasques. 

Il est vrai que le chef de l’armée algérienne concentre sur lui les feux des projecteurs au point de faire oublier le président Bouteflika, complètement disparu des écrans radars après son apparition mutique lors des législatives de mai dernier. Tout est prétexte au général-major pour s’afficher sous l’oeil des caméras et autres objectifs des médias algériens, excepté l’APS (porte-voix du clan Bouteflika). Mais l’ompniprésence du non moins omnipotent général algérien ne pourrait cacher le très juteux business auquel se livrent ses nombreux enfants du côté d’Annaba, fief natal et familial de Gaïd Salah. « Trois de ses filles, Amel, Nassima et Lamia, viennent de s’associer au sein de la société Ezahra, qui exploitera un centre commercial », rapporte en effet Maghreb Confidentiel. « Les trois quadragénaires pourraient tenter de transformer l’hôtel Ezzahra (ex-Hôtel de Nice), en plein centre de la ville: cette grande bâtisse de l’ère coloniale, désaffectée depuis plusieurs années, est actuellement détenue par la commune, qui lui cherche une nouvelle affectation », explique notre confrère, relevant que les malls sont devenus un véritable must pour les fils des généraux algériens,  dont ceux du patron Gaïd Salah.

Le chef de l’armée algérienne, Gaïd Salah, fait campagne pour succéder à Abelaziz Bouteflika

Les filles de Gaïd, d’abord! « Jusqu’à présent, elles n’avaient pas d’activités économiques connues, à l’exception de la benjamine, propriétaire d’une entreprise de promotion immobilière, El Bahdja Med, dûment agréée par le ministère de l’habitat et de l’urbanisme », relève la même source.

Le général algérien Gaïd Salah qualifie le Maroc d’«ennemi»

En revanche, en ce qui concerne les garçons, ils « sont très en flèche, en particulier Boumediène Ahmed Gaïd ». A 38 ans, ce dernier est actionnaire (excusez du peu!) de huit entreprises. « Particulièrement actif dans l’agroalimentaire, il possède notamment la laiterie-fromagerie Soprod, la société AGB Yagout, active dans le stockage de céréale et la production de pâtes et de semoule, mais aussi la firme d’embouteillage d’eau de source Aquaminéral, établie dans la wilaya d’El Tarf », détaille le site d’information. Et ce n’est pas tout!  Boumediene « s’active aussi dans le BTP, avec les sociétés Ryan’s Built et Polymère Est (commercialisation du bitume et exploitation de carrières de sable, notamment), et possède des entrepôts sous douanes au travers de la société PSDA, au côté de son frère Adel Ahmed Gaïd, patron d’un petit quotidien arabophone annabi, Edough News ».
Ce n’est que la partie émergente de l’Iceberg. La pieuvre des Gaïd Salah étend ses tentacules à d’autres activités très fructueuses, à la faveur de la puissance du père galonné.

Seulement voilà, à Annaba et ailleurs, les fils de Gaïd Salah se font trop visibles. Une sur-visibilité qui pourrait évidemment mettre à mal l’ambition présidentielle du père. Et ce n’est pas seulement à cause des affaires juteuses accumulées à l’ombre du père, bien des frasques st aussi à mettre aussi au passif des fils du général. Ces derniers se comportent comme de véritables seigneurs. Pas plus tard qu’en semptembre dernier, le deuxième fils de Gaïd, Karim pour ne pas le nommer, a rétardé tout un batreau à Marseille parce que sa voiture luxueuse était encore en réparation dans un atelier spécialisé!

QUAND LES TORTIONNAIRES DU POLISARIO TENTENT DE SE DÉGUISER EN DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

Polisario

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, est recherché par la justice espagnole pour violations de droits humains.

Face aux dénonciations en série des violations avérées des droits de l’Homme dans les camps de Lahmada, le Polisario tente une esquive en se dotant d’un prétendu «mécanisme de défense des droits de l’homme». Une nouvelle manœuvre qui ne trompe personne.

L’Agence de presse officielle algérienne, l’APS, a consacré hier, mercredi 26 août, une dépêche à une décision importante du Polisario. La direction des séparatistes «vient d’annoncer la création d’un mécanisme de coordination de l’action en matière des droits humains en vue de documenter et mettre à nu les violations commises par le Maroc à l’encontre des Sahraouis depuis…1975». Le séparatiste en chef, Brahim Ghali, et son soi-disant Premier ministre comptent ainsi, selon l’APS, traduire le Maroc devant les «juridictions internationales», pour «crimes contre l’humanité». Rien que ça. 



Même s’il est clair que c’est un peu fort de café, ce nouvel instrument de propagande reflète surtout un échec latent de la diplomatie algérienne, qui a vainement tenté ces dernières années de faire des droits de l’homme un cheval de bataille contre le Maroc. Ainsi, après avoir échoué à étendre les prérogatives de la mission onusienne au Sahara, chargée de la surveillance du cessez-le-feu (Minurso), aux droits de l’homme dans les Provinces du Sud du Maroc, c’est finalement au Polisario lui-même que le régime algérien ordonne aujourd’hui de créer une énième coquille vide.

Violations des droits de l’Homme: la justice espagnole ne lâche pas d’une semelle les dirigeants du Polisario

Cette nouvelle manœuvre intervient quelques semaines seulement après que des centaines d’organisations de la société civile et des droits de l’Homme dans les Provinces du Sud du Maroc ont saisi le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, pour la mettre en garde contre les mensonges colportés par le Polisario et l’Algérie quant aux prétendues violations de droits de l’Homme au Sahara marocain. «En notre qualité d’organisations sahraouies actives, représentatives et travaillant en toute liberté dans notre pays, le Maroc, nous attestons que la situation des droits de l’Homme au Sahara marocain est tout à fait normale», avaient réagi en chœur ces 925 organisations, dont la majorité travaille dans la défense des droits humains.

Camps de Lahmada: vent de révolte contre la répression du Polisario



Même les élus des Provinces du Sud du Maroc, représentés par les présidents des Conseils régionaux de Laâyoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, et de Dakhla-Oued Eddahab, Yenja Ould El Khattat, ont écrit à Michelle Bachelet, forts de leur légitimité d’élus, pour attirer son attention, «en toute connaissance de cause, sur les desseins de cette exploitation immorale des droits de l’Homme et des instances de l’ONU en charge de ce dossier, par l’Algérie et le Polisario qui traînent un lourd passif dans le domaine des violations des droits de l’Homme et de la répression des libertés.»

Finalement, l’objectif principal de l’Algérie à travers cette fixation, auréolée de propagande et de mensonge, sur les droits de l’Homme dans le Sahara marocain n’est autre que de détourner les regards quant aux violations manifestes dans les camps de Lahmada. Dans ceux-ci, et de l’avis même de certains médias séparatistes, le nombre d’enterrements quotidiens va actuellement crescendo, et à un rythme infernal, sous l’effet conjugué de la pandémie de coronavirus, de la malnutrition, d’actes de torture et autres maltraitances des opposants politiques dans les nombreux centres de détention du Polisario.

Le 20 août 1955 à 12 h, le FLN a massacré 71 Européens et 52 Musulmans

Cela s’est passé il y 62 ans mais, à l’époque, cela ne vous concernait pas « métropolitains » ! 

*Le 20 août 1955 à 12 h, une katiba (bande de terroristes-égorgeurs du FLN), armée jusqu’aux dents, a massacré 123 habitants (71 européens, 52 musulmans et 120 disparus).

Cela s’est passé à El Halia, petit village minier près de Philippeville, où les Arabes et les Français cohabitaient en parfaite osmose. 

250 familles algériennes ainsi que 130 familles européennes, travaillaient dans la mine, dirigée par un jeune ingénieur, M. Revenu, nommé tout récemment. 

Dans l’éventualité d’une attaque, le responsable de la sécurité avait réclamé des armes mais elles lui ont été refusées par les autorités françaises. 

Le responsable local du FLN se nommait Zighout Youssef. 

Mais plutôt que de laisser des gens raconter ce qu’ils n’ont pas vécu, je préfère laisser la parole à Marie-Jeanne Pusceddu, qui était sur place ce jour-là (Marie-Jeanne a été recueillie, après l’indépendance, et dès son arrivée en métropole, par les sœurs de Saint-Vincent de Paul à Lacanau-les-Bains (Gironde) 

**« Il était 12 h lorsque nous avons entendu des coups de feu et les youyous des mauresques. Tous les hommes travaillaient à la mine. Ma belle-sœur, Rosé, sa petite dernière, Bernadette (3 mois) dans les bras, et ses enfants, Geneviève 8 ans, Jean-Paul 5 ans, Anne-Marie 4 ans et Nicole 14 ans, sont venus se réfugiés chez nous. Il y avait ma mère, mon frère Roland, 8 ans, mes sœurs Suzanne, 10 ans, et Olga 14 ans, et mon mari qui venait de rentrer pour déjeuner avec nous. Mon autre fils, Roger, 17 ans, travaillait à la mine. 

*Les fellaghas ont fait irruption en cassant la porte à coups de hache. C’était Chérif qui les dirigeait. Chérif, le chauffeur de taxi, notre ami, lui qui avait assisté à notre mariage et était venu nous chercher à la gare à notre retour du voyage de noces. C’est lui qui commandait les fellaghas qui hurlaient : « Nous voulons les hommes ». 

Chérif a tiré en pleine poitrine sur ma pauvre mère avec son fusil de chasse. Elle est morte sur le coup, avec Roland dans ses bras, grièvement blessé. Rosé a été tuée dans le dos et son bébé écrasé contre le mur. Ensuite Chérif a tiré sur moi et j’ai reçu la balle à hauteur de ma hanche. Olga, ma sœur, a été violée puis assassinée et mon autre sœur, Suzanne, blessée à la tête (elle en porte encore aujourd’hui la marque). 

*Toute la famille Azaï a été également massacrée à coups de couteaux, la sœur de ma mère, son mari, ses deux filles, dont l’une était paralysée, et son autre fille, qui arrivait de France en vacances, déchiquetée à coups de couteaux avec son bébé. 

*A la mine le massacre s’est poursuivi. Mon frère assassiné, mon cousin Julien également alors qu’il se trouvait au restaurant. Pierrot Scarfoto à coups de fourchette et les testicules coupées et enfoncées dans la bouche, tout comme mon neveu, René. Mon père, sourd de naissance, blessé s’est réfugié dans une galerie abandonnée où on ne l’a retrouvé mort que 15 jours plus tard. 13 membres de ma famille abattus ce même jour. » 

**L’armée française est arrivée à 17 h. 

Y aura-t-il quelqu’un, même un simple anonyme, ce 20 août en Algérie, pour se recueillir sur les tombes de ces 123 victimes des barbares du FLN ? A condition que ces tombes soient toujours présentes et qu’elles n’aient pas été profanées pour tenter d’en effacer même le souvenir ! 

« Même pas peur », dites-vous, lorsque les médias vous interrogent ! Il est facile de ne pas avoir peur lorsque l’on n’est pas sur place, lorsque l’on n’a pas assisté à des massacres, lorsque l’on pense que ça n’arrivera qu’aux autres. 

Imaginez une seule seconde que vous ayez vécu ce cauchemar à El Halia, le 20 août 1955, tout comme ces innocents qui ont vécu « le Bataclan », en novembre, « la promenade des Anglais », le 14 juillet à Nice ou le récent massacre sur la « Rambla » de Barcelone, alors vous auriez peur pour tout le restant de votre vie. 

Nous en avons eu la preuve dramatique un week-end de fête à Juan-les-Pins. Quelques pétards tirés par des inconscients, d’une inconscience criminelle, ont causé une panique générale, dont le bilan fut de 80 blessés et il y a huit jours, à Cannes : quelqu’un, sur une plage, a crié « On a tiré un coup de feu » et ce fut la fuite générale sur la croisette. Plusieurs blessés secourus par les pompiers. 

Jamais de telles paniques ne se seraient produites si les attentats, les meurtres, les agressions à coups de couteau, qui sont devenus quotidiens dans ce qui était « notre douce France » n’étaient pas présents dans tous les esprits. 

Mais continuez à ne pas voir peur, continuez à nier ce qui se passe, car vous êtes si bien protégés par ceux qui sont chargés de « faire la guerre » à ces barbares, en respectant « les valeurs républicaines » de la France, patrie des «Droits de l’Homme», jusqu’au jour où il sera trop tard, même pour avoir peur ! 

Rites de sorcellerie en Algérie : Incroyable découverte dans la maison d’un raqi sorcier

Un feu qui s’est déclenché dans la maison d’un « raqi », dans la wilaya de Tebessa (est de l’Algérie), a mis au jour un véritable antre de charlatanisme. Des centaines de photos et d’objets utilisés dans des “rites de sorcellerie” et de “magie noire” ont été découverts par les riverains, qui ont accouru éteindre les feux. C’est ce qu’a rapporté le journal arabophone Ennahar, dans son édition de vendredi 14 août.      

Selon la même source, les citoyens ont été choqués de la découverte stupéfiante qu’ils ont faite à l’intérieur de la maison du pseudo raqi. Lors de l’extinction des feux, les voisins ont découvert des centaines de photos personnelles, des talismans, des sortilèges et des restes d’animaux vraisemblablement utilisés dans des rites de sorcellerie.

Des vidéos et des photos des objets découverts ont été partagées sur les réseaux sociaux. Les services de sécurité ont arrêté les mis en cause et ouvert une enquête pour élucider cette affaire qui a choqué la population de la ville de Tebessa.

Il faut dire que les pratiques du charlatanismeprennent de plus en plus de place dans la vie des Algériens. C’est l’expression d’une société pour qui la recherche des thérapies faciles est devenue un apanage. Des charlatans profitent d’une vieille pratique, qu’est la Roqia, dont les origines remontent à la période préislamique, pour s’adonner à des rites occultes, causant souvent des drames.

La Roqia dite prophétique, ou charâiya, par référence à l’islam, car le procédé existe aussi dans les autres religions monothéistes, se limite à la lecture de passages du texte sacré glorifiant la puissance de Dieu. Il ne s’agit point de torture physique ou de médication à base de “sortilèges et de magie noire”.

En janvier dernier, les services de sécurité de la wilaya de Guelma, dans l’est de l’Algérie, avaient arrêté un raqi accusé d’avoir causé la mort d’une fillette âgée de 10 ans. La victime est décédée lors d’une séance d’exorcisme qu’elle avait subie dans son domicile familial. Le rapport médical préliminaire a révélé des traces de torture physique et de brûlures sur son corps.Afficher la suite

Algérie : Pourquoi les femmes en Kabylie n’héritent pas ? (vidéo)

Vers le milieu du XVIIIe siècle, les chefs des confédérations de tribus en Kabylie décident, d’un commun accord, que les femmes de cette contrée n’auront plus droit à l’héritage. Essayons donc de voir de plus près les raisons de cette décision prise au détriment des femmes kabyles.

Le contexte

Bien que rares, les sources traitant de l’exhérédation des femmes en Kabylie s’accordent généralement à dire que cette loi trouve son origine à la fin de la première moitié du 18e siècle. La Kabylie est alors essentiellement contrôlée par les royaumes de Koukou et des Aït Abbas qui s’appuient notamment sur les confédérations de tribus locales pour asseoir leur autorité.

La régence d’Alger installe, pour sa part, plusieurs forts dans les vallées et tentes pour imposer son pouvoir dans la région, sans grand succès. Elle jouit toutefois d’alliances avec plusieurs chefs locaux, ce qui permet, entre autres, au dey d’Alger de recruter des soldats parmi la population kabyle, afin de contre-balancer l’influence des Janissaires, les forces d’élite de l’armée ottomane.

C’est dans ce contexte que bon nombre de Kabyles se sont retrouvés engagés dans les guerres que se livraient à l’époque la régence d’Alger et l’empire d’Espagne, qui visait à s’établir durablement sur les côtes nord-africaines, à la fois dans le but de contrôler le commerce dans cette région du monde et de mettre fin aux attaques des pirates barbaresques en Méditerranée.

Les causes probables

Plusieurs des Kabyles engagés dans ces guerres sont faits prisonniers par les Espagnols et resteront en captivité parfois pendant plus d’une dizaine d’années. Ces hommes sont d’ailleurs, pour la plupart, considérés comme morts dans leur terre d’origine et leurs épouses sont autorisées à se remarier, en vertu du droit musulman qui dispose qu’une femme est considérée apte à prendre un autre époux si son mari disparaît sans donner signe de vie pendant plus de cinq ans.

Cette situation fait que les prisonniers kabyles, à leur retour, se retrouvent dépossédés de leurs biens, hérités par leurs épouses. S’ensuivrait, alors, une série de vengeances de la part des anciens captifs contre leurs ex-épouses. Cet état de fait aurait mené les principales confédérations de tribus en Kabylie à se réunir et à prendre, d’un commun accord, la décision de déshériter les femmes pour éviter que de tels événements se reproduisent à l’avenir.

Une autre version de l’histoire voudrait que les confédérations kabyles, qui avaient prononcé l’exhérédation des femmes vers 1748, ont agi de la sorte pour éviter que les biens des familles kabyles, faisant partie intégrante des biens de la tribu, ne passent entre les mains des tribus rivales. L’économie kabyle étant presque exclusivement basée sur l’agriculture vivrière à cette époque, le fait qu’une famille ou une tribu perde une partie de ses terres était donc non seulement une perte de la principale source de revenu, mais également une sorte de déchéance sur le plan social, car plus une famille ou une tribu possédait des terres, plus elle était crainte et respectée et inversement.

En tout état de fait, la régence d’Alger avait tenté en vain de faire abroger cette loi contraire au droit musulman. Mais il faudra attendre jusqu’après l’indépendance de l‘Algérie pour que les femmes en Kabylie commencent à se voir accorder une part d’héritage. La pratique de l’exhérédation des femmes reste néanmoins, et jusqu’à nos jours, pratiquée par certaines familles kabyles.

Néanmoins, et malgré le caractère, à première vue, injuste de cette loi kabyle, elle a permis de garder un certain équilibre entre les tribus dans la société de l’époque. Elle aura également permis d’éviter bien des tensions entre les tribus, dont certaines se seraient retrouvées peu à peu dépossédées de leurs terres héritées par des femmes d’autres tribus, parfois rivales.

Fin de la procédure dans l’affaire de l’élue française séquestrée pour un mariage forcé en Algérie

C’est la fin de la procédure judiciaire dans l’affaire de l’élue française d’origine algérienne Mounia Haddad. La politicienne franco-algérienne a été enlevée et séquestrée, en juillet 2018, par sa famille, qui voulait la marier de force en Algérie. Les accusés, qui sont le père, deux de ses oncles, Omar et Mohammed, et son frère, sont condamnés à de la prison ferme. Les inculpés ont renoncé à un pourvoi en cassation, indique, ce vendredi 14 août, le journal français La Nouvelle République. 

Selon la même source, les quatre inculpés renoncent à faire appel de leurs condamnations prononcées par la cour d’appel, le 12 novembre 2019. C’est la fin d’une procédure judiciaire qui a duré longtemps.

Le père a été condamné à quatre ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis mise à l’épreuve pendant trois ans. Les deux oncles ont été condamnés à trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis mise à l’épreuve, pour l’un et trois ans de prison, dont douze mois avec sursis et mise à l’épreuve, pour l’autre. Le frère, lui, écopait, d’une peine de dix mois avec sursis mise à l’épreuve.

L’histoire, qui a soulevé une large vague d’indignation en France, remonte à l’été 2018. Mounia Haddad, conseillère municipale de Saint-Pierre-des-Corps et conseillère départementale d’Indre-et-Loire, subissait des pressions de sa famille depuis la demande en mariage de son compagnon, faite quelques mois auparavant.

Cette relation n’était pas du goût des hommes de la famille. Ils insistent pour qu’elle parte en Algérie afin d’y épouser un cousin. Face à son refus, ils décident de l’enlever et de la séquestrer dans la maison familiale pour lui faire changer d’avis.

Je suis dégoutée par cette quantité d’algériens hors sol dont on connait la mentalité qui se permettent de s’infiltrer de façon perverse dans la politique française… dont on sait que l’islamisation forcée de la France est leur jouissance hystérique et névrosée… destructrice.

ALGÉRIE: UN GÉNÉRAL A DÉTOURNÉ À LUI SEUL 2 MILLIARDS DE DOLLARS

Lechkham

Abdelkader Lechkham (à gauche), un autre général algérien rattrapé par la corruption

La Direction générale de la sécurité de l’armée (DGSA) algérienne vient d’ouvrir une enquête visant l’ancien directeur des transmissions du ministère de la Défense, le général Abdelkader Lechkham. Il devra s’expliquer sur la dilapidation d’une somme astronomique: 2 milliards de dollars.

Lancé depuis avril dernier, le processus de démantèlement du clan du général défunt, Ahmed Gaïd Salah, n’en finit pas d’éclairer sur les pratiques mafieuses de l’armée algérienne.

Dernier acte en date, «le général-major Lechkham est aujourd’hui soumis à une enquête approfondie qui porte sur l’acquisition pour 2 milliards de dollars de matériel de télécommunications et d’équipements électroniques qui ne constituaient pas une priorité nationale pour l’Armée nationale et Populaire (ANP)». 

C’est ainsi que le média algériepart annonce ce nouveau scandale de corruption, de dilapidation et de détournement de deniers publics qui éclabousse l’armée algérienne. L’enquête a été confiée à la «police» militaire, à savoir la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DGSA) que dirige le général Sid Ali Ould Zemirli, un proche parmi les proches du chef d’état-major, le général de corps d’armée Saïd Chengriha.

Deux milliards de dollars détournés par un seul général, dans une armée qui en compte quasiment une centaine en activité? Certes, il est de notoriété que les pratiques mafieuses des hauts gradés algériens sont courantes, mais aujourd’hui, les règlements de compte avec le clan de feu Gaïd Salah permettent de lever le voile sur ce système militaro-affairiste opaque qui gangrène l’Algérie depuis son indépendance. Un système qui se partage annuellement un pactole de quelque 10 milliards de dollars (!). Le montant donne non seulement le tournis, mais aussi une idée sur les proportions démesurées que prend la corruption au sein du corps des généraux algériens, dont la guerre clanique qu’ils se sont livrée dès 2019, a permis d’en voir un petit bout.

Secouée par de nouvelles révélations, l’armée algérienne fragilisée de l’intérieur

Pour rappel, le général-major Lechkham, ancien proche de feu Gaïd Salah, a été arrêté le 17 avril dernier, soit quatre jours seulement après l’interpellation spectaculaire de l’autre bras droit du défunt, le général Wassini Bouazza, ancien puissant patron des services des renseignements intérieurs algériens (DGSI). Mais contrairement à Bouazza, dont les rumeurs s’accordent à dire qu’il a été sauvagement torturé, puis condamné à huit ans de prison ferme (pour un seul chef d’accusation, d’autres, plus graves, sont en cours d’instruction), Lechkham sera brièvement emprisonné, interrogé puis rapidement relâché. Il a ensuite été placé sous le coup d’une interdiction de quitter l’Algérie et son passeport lui a été confisqué.

La raison de ce traitement de «faveur» réservé à Lechkham, par rapport à la rapide déchéance de Bouazza, relève en fait d’une anicroche entre l’actuel président algérien, Abdelmadjid Tebboune, et le chef d’état-major de l’armée, le général Saïd Chengriha.

Face à la virulente opposition à son pouvoir, l’armée algérienne perd ses nerfs

Comme le décrit algériepatriotique, «le général Abdelkader Lechkham a pu gravir les échelons grâce à sa relation avec l’ancien chef du protocole de Bouteflika, Mohamed Rougab, les deux hommes étant issus de la même région. Après la déchéance de l’ancien président de la République, il a joué un rôle central dans la prise du pouvoir par Gaïd Salah».

Or, Mohamed Rougab et Abdelkader Lechkham ont aussi été parmi les soutiens les plus fervents de l’actuel président algérien durant sa campagne électorale. C’est pourquoi Tebboune, pourtant président de la République, chef suprême des forces armées et ministre de la Défense, a dû implorer le général Chengriha pour lui demander de faire preuve de clémence à l’égard de son ancien soutien, Lechkham.

Mais ce n’était que partie remise, puisque la récente extradition, puis l’audition musclée de l’adjudant-chef Guermit Bounouira, qui était en service chez Abdelkader Lechkham avant de devenir le secrétaire particulier de Gaïd Salah, a complètement changé la donne. Non parce que c’est Lechkham qui a signé le document de la retraite anticipée ayant permis à Bounouira d’être exfiltré hors d’Algérie par Wassini Bouazza, mais du fait que Bounouira a fini par «parler» et a sûrement «mouillé» nombre d’officiers et personnalités algériennes qui gravitaient autour de Gaïd Salah.

Armée algérienne: le grand déballage se poursuit

Le récent mandat d’arrêt international lancé contre le général véreux Ghali Belkecir, ancien chef d’état-major de la gendarmerie algérienne, l’arrestation du commandant Hichem Darouiche, tous deux accusés de haute trahison, puis l’ouverture d’une enquête contre Lechkham sont les premiers contrecoups de l’interrogatoire subi par Benouira.
 

Lechkham, qui n’a donc fait que ce que font tous les généraux algériens, doit s’expliquer à présent sur les 2 milliards de dollars partis en fumée, entre 2014 et 2019, sous forme de surfacturations pour l’achat de matériel électronique jugé «inutile». Les deux milliards de dollars dépensés par le général Abdelkader Lechkham vont certainement démultiplier l’appétit des nouveaux généraux qui ont pris les postes des proches de feu Gaïd Salah.

On comprend, dès lors, pourquoi les budgets de tous les ministères algériens ont été sévèrement rabotés en raison de la crise du coronavirus, à l’exception du budget de la Défense, qui, lui, est resté intact. C’est qu’il ne faut surtout pas toucher à l’argent des généraux.

LE NOUVEAU RÉGIME PRÉPARE LE TERRAIN À UNE INCARCÉRATION DES ENFANTS DE GAÏD SALAH

Les fils de Gaid Salah

Boumediène et Adel, les fils de feu Ahmed Gaïd Salah.

Un important séisme vient de secouer le milieu de la presse en Algérie. L’Agence nationale d’édition et de publicité, qui détient le monopole de la publicité étatique dans les médias, est une machine à cash. Parmi ceux qui ont vidé ses caisses, on retrouve un fils du défunt Ahmed Gaïd Salah.

En Algérie, aucun commis de l’Etat ne fait une sortie tonitruante sans avoir reçu une instruction, soit des généraux, soit de la présidence. Tonitruante l’est sans doute la sortie du nouveau président-directeur général de l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP), Larbi Ouanoughi. Ce dernier dit à haute voix ce que tout le monde savait déjà: durant les 20 dernières années, qui correspondent aux quatre mandats successifs de Abdelaziz Bouteflika, l’ANEP a distribué quelque 150 milliards de dinars en encarts publicitaires aux médias (journaux, radios, TV…). Le gros de cette manne, pour ne pas dire l’essentiel, a servi à graisser la patte à des patrons de presse triés sur le volet, car constituant le bras médiatique du «clan» affairiste qui dirige l’Algérie.

Ce qui est «scandaleux», selon Larbi Ouanoughi, qui s’exprimait jeudi dernier dans une longue interview accordée aux journaux algériens «El Watan» et «Al Khabar», c’est que nombre de ces patrons «choyés» n’ont rien à voir avec le milieu de la presse. Citant un cas emblématique dans l’attribution illégale et mafieuse de la publicité, le PDG de l’ANEP s’est attardé sur l’exemple du quotidien «Edough News», un journal édité à Annaba, que personne ne lit, ni ne connaît, mais dont le patron n’est autre que Adel Gaïd Salah, fils du général Ahmed Gaïd Salah, ancien chef d’état-major de l’armée algérienne et vice-ministre de la Défense, mort en décembre 2019.

Algérie. Les bonnes affaires des fils du général Gaïd Salah

Ce quotidien bénéficiait chaque jour de quatre pages pleines de publicité –au minimum–, et ce pendant plus de 3 années (2017-2020). Le nouveau PDG a aussi annoncé que ce journal venait d’être définitivement blacklisté par l’ANEP, qui ne lui donnera plus la moindre publicité. Ce qui laisse présager que l’étau est en train de se resserrer sur les deux fils du défunt Gaïd Salah, Adel et Boumediène, ce dernier étant lui aussi patron de nombreuses entreprises impliquées dans des marchés publics peu transparents, particulièrement à Annaba (ville portuaire au nord-est de l’Algérie).

Pour rappel, l’ANEP, créée en 1967 sous le régime de Houari Boumediène, est un établissement étatique qui détient le monopole de la gestion et de la diffusion de la publicité du secteur public et surtout des grandes entreprises de l’Etat, dont la Sonatrach (gaz et pétrole). Selon une étude indépendante menée par l’agence algérienne de conseil, Media & Survey, le marché publicitaire public a atteint, en Algérie, un pic de 160,7 millions d’euros en 2013, avant de connaître une baisse suite à la crise financière.

Le PDG de l’ANEP affirme également avoir découvert, à son arrivée à la tête de l’agence en avril dernier, plus de 40 journaux qui étaient édités sous des prête-noms et qui profitaient largement de la manne publicitaire. «Leurs propriétaires n’ont aucune relation avec la presse. Pourtant, la loi est claire en définissant qui a le droit de créer un journal et qui ne l’a pas», tonne Ouanoughi, citant nommément le footballeur Rabah Madjer, le «fou de Bouteflika».

Algérie. Gaïd Salah: le père mort, l’armée ôte le «  »pain » » de la bouche des fils

Selon lui, ses prédécesseurs se sont défendus en affirmant en chœur qu’ils ne faisaient qu’exécuter des instructions d’en haut. «De qui? De Saïd Bouteflika, le frère cadet de l’ex-président? Du ministre de la Communication? D’Ali Haddad? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que tout ce beau monde gérait l’ANEP», reconnaît Larbi Ouanoughi, qui divulgue aussitôt que Djamel Kaouane, ancien ministre de la Communication, est également dans le tour de table du groupe qui édite le journal «Le Temps», appartenant au magnat des «affaires», Ali Haddad.
Autre conflit d’intérêts, celui d’Amine Ichikr, l’ancien patron de l’ANEP (mai 2018-avril 2019), qui a servi à son épouse, détentrice du journal «Le Reporter», pas moins de 540 millions de dinars en insertions publicitaires en une seule année.
Et de conclure que «l’ANEP est devenue, par les jeux d’influences, d’allégeances, de cupidité, de prédation, une vache à traire», car tout «ce qui s’y faisait obéissait à la logique de l’allégeance aux directeurs, aux ministres et autres».

Pour qui connaît un peu l’Algérie, tout le déballage de cette galerie de noms n’est que de la poudre aux yeux. La cible de la sortie du PDG de l’ANEP, c’est le fils de Gaïd Salah. Et cette sortie laisse augurer que le nettoyage au kärcher que mène le tandem Saïd Chengriha/Abdelmadjid Tebboune contre les généraux et les proches de Gaïd Salah s’élargira aussi aux enfants du défunt. Le PDG de l’ANEP a précisé que les dossiers des faux patrons de presse sont actuellement soumis à une enquête, confiée aussi bien à l’Inspection générale des finances qu’à la gendarmerie algérienne.

Il ne faut pas s’étonner de lire dans les prochains jours une dépêche annonçant que le fils de Gaïd Salah est placé sous mandat de dépôt. D’ailleurs, la guerre contre le clan de son père fait rage en ce moment. Le dernier acte en est le mandat d’arrêt international émis par le ministère algérien de la Défense contre l’ancien chef de la gendarmerie, le général Ghali Belkecir, qui aurait fui avec sa famille en Espagne.

Algérie-France : Les révélations surprenantes d’Alexandre Djouhri sur Bouteflika

Le politologue, chercheur en histoire et enseignant à Paris Naoufel Brahimi El Mili est revenu dans un témoignage sur les relations qu’entretenait l’homme d’affaires Alexandre Djouhri avec l’ancien président déchu Abdelaziz Bouteflika. Dans ce témoignage publié par le quotidien Le Soir d’Algérie, le chercheur a fait savoir que l’homme d’affaires Alexandre Djouhri lui avait révélé que l’ex-président algérien était habité d’un égoïsme absolu, doublé d’un esprit de vengeance.

Alexandre Djouhri affirme dans son témoignage livré à l’historien qu” il n’était pas le seul homme d’affaires de France à le soutenir (Bouteflika, Ndlr). Des capitaines d’industrie dans l’Hexagone se sont aussi mobilisés”. Il ajoute concernant son soutien à Abdelaziz Bouteflika : « Aujourd’hui, je ne veux pas parler d’argent. En 1999, j’étais convaincu qu’un homme brillant mais humilié lors de sa traversée du désert ne pouvait être qu’un grand défenseur de la justice et de l’équité. Le but de notre groupe d’amis part du principe que l’Algérie peut exporter beaucoup de produits autres que le gaz et le pétrole. Nous avons réfléchi à des accords économiques afin d’investir dans le pays et le rendre autonome ».

L’homme d’affaires ajoute : « Le temps passe et je constate que la stratégie industrielle n’est pas au centre des préoccupations présidentielles. Je n’ai pas tardé à réaliser que dès le costume présidentiel mis sur ses épaules, il était vite habité d’un égoïsme absolu, doublé d’un esprit de vengeance. Il avait mis l’intérêt du pays dans un angle mort”.

Alexandre Djouhri révèle également avoir contribué au rapprochement entre l’Algérie et la France. « A travers mes amitiés avec l’ancien président de la République française, Jacques Chirac, j’ai contribué à des rapprochements entre les deux pays .

Le général Toufik ne fait rien dans le dos de Bouteflika

Alexandre Djouhri révèle que lorsque le général Toufik, patron des services des renseignements, a pris quelques jours de congé en Corse, en 2008, il a demandé à le voir. Le responsable des services français Bernard Squarcini était chargé d’arranger cette rencontre. L’homme d’affaires devait venir le plus tôt possible car le général Toufik n’était en Corse que pour quelques jours.

Djouhri affirme qu’à la dernière minute, Bernard Squarcini l’appelle de nouveau pour décommander. « Toufik ne peut plus te rencontrer, il est fatigué, ça sera pour une autre fois » lui a-t-il annoncé.

L’homme d’affaires indique que quelques jours plus tard, Squarcini lui avoue dans une rencontre, en tête-à-tête que « Toufik avait reçu l’ordre de son président de ne pas (le) rencontrer ». Alexandre Djouhri affirme à partir de là que “le général Toufik ne fait rien dans le dos de Bouteflika, d’une part, et d’autre part, que le chef de l’État est particulièrement paranoïaque si ce n’est « ingrat ».

L’inquiétante mise sous tutelle de la Banque d’Algérie

La Banque d’Algérie se trouve, depuis la fin du mois de juin dernier, sans gouverneur. Son ancien gouverneur, Aymen Benabderrahmane, a été nommé ministre des Finances. De nombreux experts en économie ont exprimé leur inquiétude quant à la mise sous tutelle de la Banque d’Algérie. 

Ainsi, depuis qu’elle est sans gouverneur, le pouvoir exécutif a mis la Banque centrale sous la tutelle du ministère des Finances. Des experts en économie et acteurs de la sphère bancaire nationale ont indiqué que l’autonomie de la Banque centrale rend compte de l’enjeu des réformes politiques, notamment en ce qui concerne la séparation des rôles et des attributions au sein des institutions de l’Etat.

L’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie Abderrahmane Hadj-Nacer a exprimé, sur les colonnes du quotidien Liberté, ses inquiétudes. « On ne veut pas d’équilibre des pouvoirs (…) car on veut surtout éviter d’avoir à rendre des comptes » a-t-il dénoncé. Il explique, par ailleurs, que le mandat du gouverneur est depuis ouvert, et ceci fait perdre à la Banque centrale son autonomie au profit du pouvoir exécutif. Aussi, Abderrahmane Hadj-Nacer insiste sur le fait que le gouverneur de la Banque d’Algérie devrait jouir d’une parfaite autonomie pour travailler sur le moyen et long terme.

La Banque d’Algérie a besoin d’autonomie

D’autres experts expliquent que sans gouverneur confirmé, la Banque centrale ne peut gérer que les affaires courantes et techniques. Ainsi, elle ne peut pas prendre de décisions monétaires et bancaires majeures, alors que la conjoncture financière nécessite une implication totale et souveraine de la Banque centrale. Aussi, les experts expliquent que la Banque d’Algérie ne peut être gouvernée par intérim, et la loi sur la monnaie et le crédit ne prévoit pas ce cas de figure.

Des banquiers algériens ont précisé que l’autonomie de la Banque centrale est nécessaire pour éviter l’abus de financements monétaires par le gouvernement. Le risque est assurément grand, expliquent-ils, surtout lorsqu’on sait que la Banque d’Algérie est sans gouverneur. « C’est pourquoi, la nature même des missions d’une Banque centrale impose son indépendance » soulignent-ils.

Lire aussi : Algérie : Le ministre des Finances sollicite l’expertise de la Banque mondiale

Quand on se dit indépendant on a pas besoin des Allemands pour installer des panneaux solaires…

Je rajouterai avec un mauvais esprit…
il suffit de les voler en France !

Un groupe mondial suisse-allemand veut faire de l’Algérie un leader de l’énergie solaire

Le président-directeur général du groupe mondial suisse-allemand Terra Sola, David Heimhofer, déclare, dans une interview accordée au journal El Watan et parue ce lundi 20 juillet, que son groupe a l’ambition de faire de l’Algérie un leader de l’énergie solaire.

L’investisseur et développeur de projets d’énergie solaire photovoltaïque veut investir 5 milliards de dollars en Algérie pour réaliser ses ambitions. Selon le P-DG du groupe, ce projet est devenu possible grâce à un Algérien ayant fait partie du conseil d’administration du géant suisse-allemand. Il s’agit de Belkacem Haouche, qui a fait pression sur le groupe pour investir en Algérie.

David Heimhofer explique que « dans le programme intégré pour l’Algérie, il existe quatre maillons de la chaîne qui comporte la mise en place d’installations solaires photovoltaïques pour 4000 MW, incluant le transport de l’énergie du Sud vers le Nord et bientôt vers l’Europe, la construction d’une plateforme industrielle solaire à Ras El Ma à Sidi Bel Abbes composée de trois complexes de fabrication des composants essentiels de l’industrie solaire photovoltaïque, à savoir les panneaux photovoltaïques, les onduleurs et structures de montage, ainsi qu’un programme de développement de la capacité humaine pour former 10 000 Algériens, et enfin le développement systématique de l’industrie de l’approvisionnement en soutenant financièrement 1 000 PME en Algérie ».

Un projet gagnant-gagnant

Le P-DG explique que « le financement-investissement de ce programme pour un montant de 5 milliards de dollars a été proposé par le conseil d’administration du groupe Terra Sola et ses partenaires internationaux regroupés en consortium pour être soumis à l’Algérie dans une démarche de partenaire gagnant-gagnant ».

Il a tenu à rassurer que « ce financement sécurisé prendra en charge le parachèvement de l’implémentation du programme intégré. L’Algérie ne prendra aucun risque financier, car le remboursement de l’investissement se fera par la vente de l’énergie produite ».

Pourquoi le choix Algérie ?

« D’un côté, l’intérêt de Terra Sola, de ses partenaires technologiques internationaux et des investisseurs pour mettre en œuvre ce programme en Algérie est lié au facteur géophysique et naturel du pays avec certaines des irradiations les plus élevées du monde et le vaste espace disponible pour le solaire ».

Il ajoute que « d’autres pays de la région MENA disposent également des mêmes atouts que l’Algérie, comme l’Egypte ou le Maroc ». Néanmoins, « l’Algérie a une particularité par rapport à ces pays, celle de disposer d’une très bonne infrastructure et d’une base de connaissances dans le secteur de l’énergie, ce qui confère à l’Algérie un avantage important dans la réalisation d’un tel programme », estime-t-il.

Algérie : Un jeune homme égorgé par des inconnus devant son domicile

La wilaya de Blida a été secouée par un assassinat épouvantable. Deux inconnus ont froidement égorgé un jeune à l’aide d’un sabre devant la porte de son domicile, indique le journal arabophone Echorouk.

Selon la même source, le jeune homme, répondant au nom de Cherif Boufda, est âgé d’une trentaine d’années. Il a été assassiné avant-hier devant la porte de sa maison, située dans la wilaya de Blida. Ses assassins, qui seraient deux, l’ont froidement égorgé en usant d’un sabre.

Alertée, la Protection civile s’est rendue sur les lieux et a procédé au transfert du corps de la victime vers la morgue de l’hôpital de Blida. Les services de sécurité, quant à eux, ont ouvert une enquête afin d’identifier les coupables et déterminer les causes qui les ont menés à commettre ce crime crapuleux.

Pour rappel, dans la seule journée de samedi 20 juin, la ville de Khenchela a connu un double meurtre. La première victime était un agriculteur et père de trois enfants. Il a succombé à un violent coup sur la tête que lui a asséné un autre agriculteur.

Le deuxième meurtre est survenu lors d’une fête de mariage qui a viré au drame. Une bagarre s’est déclenchée entre deux amis et s’est soldée par un effroyable meurtre. La victime, âgée de 31 ans, a été assassinée par son ami avec un coup de poignard en plein cœur.

Dépêchée, la Protection civile a procédé au transfert des deux dépouilles vers la morgue de l’hôpital Ahmed Ben Bella. Les services de la sûreté ont procédé à l’arrestation des mis en cause.

OBS Algérie > Faits divers > Algérie : Un jeune homme de 23 ans tué et son corps mutilé

Algérie : Un jeune homme de 23 ans tué et son corps mutilé

Par Ahmed Oul8 avril 2020 9 h 00 minDans Faits divers2 Minutes de lécture 

Les éléments de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) relevant de la sûreté de la wilaya de Boumerdes ont arrêté un groupe de six personnes impliquées dans l’assassinat d’un jeune homme âgé de 23 ans. Les mis en cause ont été placés en garde à vue en attendant leur comparution devant la justice, selon ce que rapporte ce mardi 7 avril, le journal arabophone El Bilad.

Selon la même source, les six mis en cause auraient avoué avoir assassiné le jeune homme âgé de 23 ans, originaire de la ville des Issers à Boumerdes. Selon les services de sécurité, les assassins auraient commis le meurtre près du lac Sidi M’hamed Ben Ali dans la wilaya de Sidi Bel Abbes. Le corps de la victime avait été mutilé et sa voiture volée.

Les accusés, âgés entre 23 et 38 ans, ont reconnu également avoir volé la voiture de la victime et l’avoir vendue au marché noir. Il faut dire que cet horrible crime a plongé toute la localité des Issers dans l’émoi.

Pour rappel, le corps sans vie d’un homme âgé entre 45 et 55 ans a été retrouvé samedi 4 avril 2020, dans une forêt de la wilaya de Bouira. La victime aurait trouvé la mort après avoir reçu deux coups de couteau au niveau du thorax. Une enquête a été ouverte pour élucider les circonstances de ce crime. Un appel à témoin a été également lancé pour identifier la victime.

Algérie : Une femme tue son beau-père à coups de couperet

Par Hakim M5 avril 2020 16 h 45 minDans Faits divers2 Minutes de lécture 

Une femme est accusée d’avoir roué son beau-père avec des coups de couperet jusqu’à sa mort, avec l’aide de deux autres personnes. Les circonstances de ce drame familial restent à éclaircir, et l’enquête en cours aidera à comprendre davantage les raisons de ce crime qui a eu lieu dans la capitale Alger, rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Les faits ont eu lieu il y a quelques jours dans la localité de Ouled Belhadj dans la commune de Saoula, située dans la banlieue Sud d’Alger. La gendarmerie nationale a reçu un appel d’une personne inconnue. Celle-ci les informe en effet de la découverte du corps d’un vieil homme âgé de 80 ans. Aussitôt arrivés sur place, les services de sécurité et de la protection civile ont constaté la mort de l’octogénaire. Sa dépouille a été transférée vers la morgue de l’hôpital de la ville pour autopsie.

L’homme a subi des coups violents de couperet

Les éléments de la Gendarmerie nationale ont aussitôt diligenté une enquête. Au bout de quelques jours, ils ont pu identifier le présumé meurtrier. Il s’agit de la belle-fille de la victime qui avec sang-froid aurait asséné de violents coups de couperet sur la tête du père de son mari. Lors de l’interrogatoire, la femme âgée d’une quarantaine d’années révéla qu’elle avait des complices, en l’occurrence un maçon et son ami, qui l’auraient aidé dans son forfait.

Suite à cela, le juge d’instruction a ordonné la mise en détention provisoire de la femme et de ses deux complices. Ils attendront leur comparution devant le tribunal de Boufarik dans les prochains jours pour connaître leurs sentences. Accusés d’homicide volontaire, ils risquent de lourdes peines de prison. En outre, l’enquête demeure en cours, pour déterminer les circonstances exactes de cette affaire et les mobiles du crime.

Pour rappel, une autre région en Algérie a aussi connu un drame familial. Il y a une quinzaine de jours, un individu âgé d’une cinquantaine d’années avait assassiné son frère dans la wilaya de Mascara. Selon des témoignages sur place, les raisons du meurtre seraient des conflits familiaux autour de propriétés agricoles.

Algérie : Un jeune homme de 20 ans tué par son père à Constantine

Par Pica Ouazi5 mars 2020 17 h 51 minDans Faits divers2 Minutes de lécture 

Un quadragénaire a assassiné son fils de vingt ans dans la soirée de mercredi 4 mars. Selon des sources locales, le meurtre s’est produit au domicile familial, sis au quartier El Garzi, dans la commune Ouled Rahmoune (Constantine), à la suite d’une violente dispute. 

Les faits se sont produits tard dans la nuit. Le père est entré dans une colère noire à cause de l’entrée tardive de son fils à la maison, selon les mêmes sources. La dispute a vite dégénéré et le père a asséné plusieurs coups violents à son fils jusqu’à ce que ce dernier perde connaissance.

Transporté à la polyclinique de Ouled Rahmoune, la victime finira par rendre l’âme. Sa dépouille a été transférée à l’hôpital Mohamed Boudiaf, à El Kharroub, pour les besoins de l’autopsie. Quant au père, il s’est rendu aux services de sécurité qui ont ouvert une enquête pour élucider ce crime.

Ainsi, cet infanticide révèle que la violence prend une place importante dans la vie des Algériens, ces dernières années. En effet, les drames familiaux sont régulièrement enregistrés dans différentes wilayas d’Algérie. Ils sont souvent le résultat de banales disputes qui se transforment en meurtres, comme ce fut le cas le 2 février dernier lorsqu’un homme, âgé de 41 ans, a assassiné sa femme de 32 ans devant leurs trois enfants, dans la région de Kabylie, à la suite d’une violente dispute conjugale.

Kabylie : Un père de trois enfants tue sa femme et prend la fuite

Par Pica Ouazi7 juillet 2020 17 h 45 minDans Faits divers2 Minutes de lécture 

Un homme âgé de 41 ans a assassiné sa femme de 32 ans, dans la région de Kabylie. Selon des sources locales, le meurtre s’est produit dans la localité de Aïn Bessam, au sud de la wilaya de Bouira. Et ce, suite  à une violente dispute entre le mari et sa femme qui a eu lieu devant leurs trois enfants, dans la soirée du lundi 2 février.

Les faits se sont produits dans le domicile conjugal du couple au retour du mari du travail. Le mari est entré dans un état hystérique et s’est mis à battre violemment sa femme jusqu’à ce qu’elle perde conscience. Les membres de la famille et les voisins qui sont intervenus ont trouvé la femme sans vie, vu la violence des coups. La dépouille a été transférée vers l’hôpital de Aïn Bessam, puis celui de Bouira pour les besoins de l’autopsie.

Quant au mari, il s’est enfuit vers une destination inconnue. Les services de sécurité arrivés sur place ont déclenché une enquête pour élucider ce crime ainsi qu’une opération de chasse à l’homme afin de retrouver le meurtrier.

Une dispute banale vire au meurtre

Les mêmes sources affirment que le meurtrier est devenu violent suite à une dispute banale dans le couple. Elles révèlent que le mari est un repris de justice libéré récemment de la prison. Elles précisent également que le couple vivait sous pression à cause de l’étroitesse de leurs maisons et leurs difficultés socio-économiques. La défunte a laissé derrière elle, trois enfants dont un bébé de cinq mois.

Ainsi, la violence conjugale prend une grande ampleur dans notre société. Ce crime touchant une femmeest le 7ème depuis le début de l’année. Quant aux violences conjugales, elles ne cessent de progresser en raison de l’impunité dont bénéficient leurs auteurs.

Algérie : Un quadragénaire tue son frère à coups de couteau

Par Pica Ouazi5 décembre 2019 18 h 19 minDans Faits diversSociété2 Minutes de lécture 

Un homme âgé de 44 ans a assassiné son frère de 29 ans dans la wilaya de Mila. Selon des sources locales, le meurtre s’est produit à la suite d’une violente dispute entre les deux frères dans la soirée du mardi 3 décembre.

Les faits se sont produits dans la commune de Ferdjioua à 35 kilomètres du chef-lieu de la wilaya. Les deux frères se sont disputés à l’aide d’armes blanches devant leurs domicile familial pour des raisons inconnues. L’aîné est alors entré dans une crise d’hystérie et a asséné plusieurs coups avec une barre de fer à son frère cadet le laissant par terre dans une marre de sang. La victime a été transportée à l’hôpital Mohamed Meddahi par des voisins et des membres de la famille.

Les médecins n’ont rien pu faire devant la gravité de son cas. Il a succombé à ses blessures 24 heures après son admission suite une hémorragie aiguë. Son corps a été transféré à la morgue de l’hôpital en attendant que le médecin légiste pratique une autopsie.

Le frère, auteur du meurtre arrêté

Le frère assassin a été arrêté mercredi matin par les services de sécurité après deux jours de fuite. Blessé, il a été soigné dans le même hôpital avant d’être conduit vers les locaux de la gendarmerie nationale pour son interrogatoire avant d’être remis aux autorités judiciaires. Ces dernières ont ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances exactes de ce meurtre.

Il faut noter que selon les mêmes sources, la victime souffrait de troubles psychologiques. Les deux hommes vivaient dans la précarité. La violence prend une place importante dans la vie des Algériens, ces dernières années. En effet, de nombreux crimes sont régulièrement enregistrés dans différentes wilayas d’Algérie. Comme mercredi à Tlemcen où un jeune homme a assassiné ses parents pour des raisons encore obscures.

Algérie : Deux hommes meurent de soif en plein désert

Par Mohand Ouamar20 juillet 2020 9 h 45 minDans Faits divers2 Minutes de lécture 

Deux hommes ont péri en plein désert, en Algérie. Les corps sans vie ont été retrouvés, dimanche 19 juillet, à près de 20 kilomètres de la localité de In Ghar, dans la wilaya de Tamanrasset. Selon des sources locales, les victimes, âgées toutes les deux d’une soixantaine d’années, seraient mortes de soif. Les services de sécurité ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de leur décès. 

La localité de Souf, relevant de la circonscription administrative de In Salah, dans la wilaya de Tamanrasset, a été secouée, dimanche, par la nouvelle de la disparition tragique de deux de ses enfants. Il s’agit de deux sexagénaires qui ont perdu la vie en plein désert.

Selon des sources concordantes, les deux victimes, dont les corps ont été retrouvés à une vingtaine de kilomètres de In Ghar, dans la même wilaya, s’étaient déplacées à bord de leur véhicule pour une affaire.

Mission impossible

Remarquant que le voyage des deux sexagénaires a pris plus de temps que prévu, les habitants de Souf se sont lancés à leur recherche. Pour ce faire, ils se sont organisés en groupes. L’opération n’a pas duré longtemps, puisque quelques heures leur ont permis de retrouver les leurs, gisant dans le désert.

Les mêmes sources présument que le véhicule était tombé en panne. Dans l’espoir de sauver leur vie, les deux infortunés auraient décidé de marcher à pied jusqu’à la ville la plus proche, à savoir In Ghar, pour demander de l’aide. Malheureusement, ils n’ont pas réussi à atteindre leur destination. La soif et la chaleur torride du désert auraient eu raison d’eux.

C’est l’Algérie
qui a trahi Maurice Audin

Le communiste Maurice Audin ne s’était pas engagé au nom de la France

Récemment honoré au plus haut sommet de l’Etat après qu’Emmanuel Macron a présenté des excuses officielles à sa veuve, le communiste Maurice Audin s’était engagé non pas au nom de la France, mais au nom d’une Algérie indépendante. Il est donc absurde de le traiter de « traître » à la nation française.

Qu’un député LREM, mathématicien issu d’une famille pied-noir, Cédric Villani, le lui ait fortement conseillé, comme cela se dit, ou que ce soit sous une autre impulsion que, n’étant pas dans le secret des dieux, je ne peux deviner, il reste que la décision du nouveau président Macron de soulever la chape du silence d’Etat qui recouvrait, depuis 1957, la disparition du jeune prof de maths à l’université d’Alger, Maurice Audin, membre du PCA clandestin (Parti communiste algérien), alors qu’il avait été arrêté, puis torturé par les parachutistes de Massu en 1957 durant la « Bataille d’Alger », surligne également tous les autres silences de l’Etat français en rapport à la guerre d’Algérie. Et même si cette subite décision se voulait le début d’un mea culpa contagieux et réciproque qui apurerait tous les comptes entre la France et l’Algérie et cicatriserait définitivement toutes les blessures encore béantes, on pourrait encore s’interroger : mais pourquoi avoir commencé par Audin ?

Pourquoi faire passer Audin avant les autres ?

En effet, en admettant qu’avant de reprocher au FLN ses exactions, ses purges, son terrorisme et une pratique généralisée de la torture et de la mutilation des corps, à l’encontre de tous ceux qui refusaient son autorité, ou simplement pour appliquer une stratégie de purification ethnique qui sera couronnée de succès par un des plus grands déplacements de population de l’histoire humaine en 1962, le président français ait voulu montrer qu’il commençait par balayer devant sa propre porte, la question têtue demeure : oui mais pourquoi d’abord Audin ? Parce qu’il était « Français » ?

Or si l’on se place uniquement du point de vue de la responsabilité de l’armée française vis-à-vis des « Français », il y avait pourtant de quoi faire, et à une bien autre échelle. D’abord vis-à-vis des Harkis, ces musulmans qui avaient préféré s’engager dans l’armée française plutôt que dans l’ALN, non pas parce qu’ils étaient des « traîtres » mais tout simplement parce qu’ils se sentaient plus en sécurité avec la France qu’avec leurs frères, rivaux de clans et de tribus, lesquels au demeurant continuent de régir le destin chaotique de l’Algérie depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui, en passant par l’intermède tragique de cette deuxième guerre civile que fut la « décennie noire » des années 90, et qui fit autant de morts que la première des années 50 et 60.

Sur ordre du président De Gaulle, 150 000 harkis furent désarmés et abandonnés, c’est-à-dire jetés en pâture à tous les instincts sadiques de vengeance des soldats de l’ALN, et des membres des clans et des tribus opposés. Plus de la moitié périrent, le reste, grâce à la désobéissance de nombreux officiers français, arrivèrent à s’échapper, et à rejoindre une France qui, pour les remercier de leur loyauté, les parqua dans les mêmes camps qu’avait ouvert pour les Juifs le Maréchal Pétain, juste avant de les envoyer à Auschwitz, à la demande de qui vous savez… Au moins ces derniers auront-ils reçu des excuses à titre (très) posthume, d’un autre président, lui ni maréchal ni général.

De Gaulle n’a pas protégé les non-musulmans enlevés par le FLN

Par ordre d’importance numérique des méfaits de l’armée française vis-à-vis des « siens », on pourrait dans un second temps l’accuser, ainsi que son chef, le président-général De Gaulle, de n’avoir pas protégé les non-musulmans enlevés, par milliers, par le FLN-ALN, dans les villes comme dans les campagnes, disparus eux aussi à jamais, et ce à partir du 19 Mars 1962, alors que les « Accords d’Evian » dits de « cessez-le-feu », en faisaient obligation à la France et à son armée.

Dans un troisième temps, et à l’instar de ce nouveau scénario macabre à l’œuvre en catimini dans toute l’Algérie, il y a responsabilité de l’armée française dans le massacre spectaculaire du 5 Juillet 1962 à Oran, alors que l’Algérie était déjà officiellement indépendante depuis deux jours. Sur ordre de son chef local, le Général Katz, qui lui-même en avait reçu l‘ordre du président-général De Gaulle, elle laissa faire durant plusieurs jours le massacre organisé tant par les chefs du FLN d’Oran que par l’ALN aux ordres de son chef d’Etat-major Boumediene déjà positionné à Tlemcen. Et alors que juifs et chrétiens tentaient d’échapper à la foule hystérisée, elle leur ferma au nez ses casernes, ne leur laissant plus que l’horreur d’être égorgés et étripés sur place ou d’être emmenés dans des centres de détention, et d’y être affreusement torturés avant d’être flingués, enfin jetés dans le sinistre « Petit Lac », escale prisée, depuis, des oiseaux de proie migrateurs.

Un silence d’Etat

Le seul historien qui a eu le courage d’écrire sur cet épisode, après des années d’épluchage de toutes les archives disponibles sur le sol français, Jean Jacques Jordi (Un Silence d’Etat) chiffre le nombre des tués (et des disparus à jamais) à plus de 700 personnes, chrétiens, juifs, mais aussi des musulmans. Et lorsque les gouvernants de France auront le cran d’exiger de leurs homologues algériens, l’ouverture des archives algériennes, ce chiffre se démultipliera sans aucun doute par deux ou trois.

Enfin, dans un quatrième temps, il y a évidemment cet affreux carnage du 26 Mars 1962 commis toujours par la même armée française et toujours avec l’aval du même président-général, qui en plein cœur d’Alger tira à bout portant et au fusil mitrailleur sur des milliers de pieds-noirs de tous âges, sans défense, en tuant plus de 80 et en endeuillant des centaines.

Sauf à considérer qu’il y a des bons et des mauvais disparus, on voit donc bien que Maurice Audin était loin d’être la seule victime « français »’ du fait des manquements de l’armée française, et que la tragédie endurée par l’épouse Josette et la famille Audin est bien loin d’être exceptionnelle. La récente décision du président Macron ne la réduit d’ailleurs qu’en partie, puisqu’à ma connaissance on n’a toujours pas révélé où se trouvaient les restes du défunt sans sépulture.

J’ose espérer en tout cas que l’épouse et la famille Audin se solidariseront désormais avec toutes les autres épouses et familles de victimes « françaises » de l’armée française.

Et le FLN vira à l’islamo-nationalisme

Il me faut à présent envisager l’angle de vue de ceux qui ont déjà soulevé la responsabilité multiple de l’armée française, et par là-même rectifier quelques affirmations abusives. Beaucoup ont qualifié Audin de « traître ». Traître à qui ? A la France ? Mais Audin, membre du Parti communiste algérien, s’était engagé non pas au nom de la France, mais au nom d’une Algérie indépendante, non pas comme « Français » mais comme « Algérien ».

Se serait-il d’ailleurs engagé s’il avait su que dès l’indépendance acquise, les députés de la première Assemblée constituante algérienne, s’empresseront d’adopter un Code de la nationalité n’accordant automatiquement la nationalité algérienne qu’aux seuls musulmans, obligeant les autres à en faire la demande, humiliation à laquelle se refusèrent la quasi-totalité des communistes non-musulmans, dont son épouse Josette et sa famille, quitte à aller habiter dans le pays combattu, la France, et à en garder la nationalité ?

L’ironie de l’histoire ne fait pas toujours sourire, et les communistes non-musulmans n’en ont pas été les seules cibles. Les Harkis et les pieds-noirs qui s’étaient voulus « Français » n’ont-ils pas été pareillement « trahis » par ceux qu’ils croyaient être les leurs, par celle qu’ils désignaient comme leur « mère-patrie », et que, faute de mieux, eux aussi se sont résignés à rejoindre ? Ce qui rend compréhensible la récente initiative en faveur d’un « peuple pied noir » en quête d’un territoire, et qui se dote aussi d’un « Etat ». Si la démarche peut paraître tardive et/ou utopique, du moins est-elle émouvante et chargée de sens.

Beaucoup voulaient rester en Algérie

En vérité, les uns et les autres ont été victimes de leur propre naïveté, des lois implacables de la géopolitique, d’une foi respectable mais aveugle, et donc aussi de leurs propres faiblesses, idéologiques et numériques.

Le peuple pied-noir venu de tout le bassin méditerranéen depuis un siècle et les Juifs, présents depuis vingt siècles pour les uns et cinq siècles pour les autres, lesquels dans leur grandes majorité n’avaient jamais mis les pieds en métropole, aspiraient à rester en Algérie. Mais tel n’était le vœu ni du mouvement islamo-nationaliste depuis sa naissance dans les années 20, ni plus tard de son bras armé le FLN-ALN : l’adoption du Code de la nationalité en 1963 n’étant que la conséquence du projet ancien d’une Algérie exclusivement arabo-musulmane.

Face à cette exclusion et au nombre, que pouvaient donc faire les pieds-noirs et les Juifs ?  S’identifier à la France pour qu’elle les protège ?

Mauvais calculs de tous ceux qu’ils se donnèrent comme représentants politiques. Les quatre méfaits de l’armée française contre « les siens » n’étaient pas en effet un hasard, mais la conséquence logique de ce qui était devenu l’unique impératif catégorique de la France : éloigner l’Algérie de l’influence soviétique et conserver la mainmise sur le pétrole saharien.

Passer à la lutte armée pour défendre le droit des non-musulmans à demeurer en Algérie comme les y convièrent les chefs de l’OAS ? C’était bien la pire des solutions, sachant qu’ils seraient pris entre les feux du FLN et de l’armée française.

Quand le Parti communiste défendait une nation algérienne plurielle

A la limite, une stratégie d’affirmation pacifique pour s’imposer à la table de négociations, alors que le FLN-GPRA s’autoproclamait « seul représentant du peuple algérien », aurait pu donner quelques résultats… En tout cas, cela aurait eu l’avantage de démontrer à l’opinion internationale que la guerre de « libération » du FLN était au moins autant une guerre d’épuration.

Le projet communiste qui se voulait indépendantiste et internationaliste, incluant pour sa part les non-musulmans dans une Algérie autonome et indépendante, aurait-il pu être une alternative ?

C’est ce que pensèrent beaucoup de pieds-noirs et de Juifs qui rejoignirent massivement le Parti communiste algérien dès les années 20. Bab El Oued la rouge était loin d’en être le seul symbole. En 1939, Maurice Thorez, le dirigeant du PCF en tournée en Algérie fit une série de conférences pour défendre l’idée d’une « nation en formation » algérienne à partir des différentes origines, berbère, juive, arabe, méditerranéenne et africaine… La flèche fit mouche et les islamo-nationalistes touchés dans leur fondement ethnique réagirent bien sûr comme un seul homme, faisant savoir que l’Algérie était une nation depuis toujours. Et qui plus est arabo-musulmane, si pour d’aucuns cela n’allait pas de soi ! Même les Berbères, pourtant les premiers habitants de cette terre, en étaient exclus et il n’est pas étonnant de les voir aujourd’hui réclamer leur indépendance.

Un grand espoir déçu

Ces discours qui drainèrent des foules, et pas seulement communistes, suscitèrent un grand espoir chez tous ceux qui, comme les modérés du parti de Ferhat Abbas, voulaient croire en une Algérie « plurielle » en vertu du « vivre-ensemble » en vogue aujourd’hui…

Et c’est cet espoir – qui grandissait au fur et à mesure de la politisation de la société algérienne dans les années 50, toutes origines confondues – que les islamo-nationalistes voulurent mettre en échec avant qu’il ne devienne une réalité irréversible, en créant le FLN-ALN, puis en déclenchant la guerre le 1er Novembre 1954 : acte qui ne constitue que le premier coup d’Etat du FLN contre la société algérienne, car il y en aura ensuite une quantité d’autres, visibles et invisibles.

Guerre d’Algérie: Maurice Audin, un pardon équivoque

Si Macron a eu raison de condamner la torture en Algérie, la France ne doit pas pour autant s’excuser

Si Macron a eu raison de condamner la torture en Algérie, la France ne doit pas pour autant s’excuser.

L’époque est à la repentance et à l’entretien scrupuleux, douteux de notre culpabilité pour les siècles passés au nom, parfois, d’une vulgaire manœuvre politicienne. Toute torture est par essence inexcusable, qui rapproche par moments historiques malheureux l’humanisme de la barbarie. Dans un contexte de circonstances exceptionnelles comme la guerre, les dérapages deviennent excès, puis quotidiens, autorisés par « la banalisation du mal ». Si un cadre juridique augmente les prérogatives d’un corps de métier, la fuite en avant se retrouve à portée de poing.

Maurice Audin, militant du Parti communiste algérien, Français de Tunisie, « sympathisant » proche du FLN (Front de libération nationale), lequel planquait des explosifs au hasard afin de tuer le plus de civils possible parmi la population française (les Pieds-noirs), alla jusqu’à abriter chez lui l’un de ces terroristes meurtriers du FLN, Hadjadj, poseur de bombes notamment sous l’estrade d’un orchestre de jazz au casino de la Corniche à Alger le dimanche 4 juin 1957 : huit civils français morts dont trois enfants, et quatre-vingt douze blessés dont une quarantaine de femmes.

Sous un gouvernement socialiste

Lors de l’enlèvement le 11 juin 1957 et la probable torture à mort (à la villa algéroise El Biar) du jeune mathématicien Maurice Audin, par une armée soudain investie d’un pouvoir de police (principe de l’« arrestation-détention », « pouvoirs spéciaux » confiés par voie légale), à une période de l’histoire des événements (on ne parlera de guerre d’Algérie qu’en 1999), « la Bataille d’Alger », le gouvernement de la France est socialiste, placé sous la houlette de Guy Mollet. Le ministre Résident chargé de l’Algérie est le socialiste Robert Lacoste, son Gouverneur général jusqu’au 13 mai 1958. Partisan du maintien de l’Algérie française, le FLN est l’ennemi qu’il combat. François Mitterrand est ministre d’État, en charge de la Justice et garde des sceaux jusqu’à cette date (et il a déjà autorisé l’exécution capitale de près de deux cents terroristes ou réputés tels du FLN). Le président du Conseil est Maurice Bourgès-Maunoury, le ministre de la Défense nationale et des Forces armées est André Morice, et le ministre de l’Intérieur se nomme Jean Gilbert-Jules. Tous trois sont des radicaux de gauche partisans eux aussi du maintien de l’Algérie française. Ils agissent en donnant pouvoir à l’Armée d’empêcher des exactions terroristes criminelles. Et arrêtent Audin dans des conditions encore opaques. Parce que celui-ci incite à la liquidation de Français, les Pieds-noirs, au nom du FLN, il apparaît clairement comme un traître à la Nation.

Distinguons famille et nation

Que le locataire actuel de l’Élysée, Emmanuel Macron, fasse acte de repentance au nom de tous les Français en demandant pardon à la veuve de Maurice Audin est juste et bon, loyal à retardement, mais nécessaire : l’Armée n’avait pas à se livrer à des actes de torture. Il s’agissait là d’un « crime de guerre ». Qu’il demande pardon pour l’assassinat d’un traitre à sa patrie laisse en revanche perplexe. Nous nous garderons d’évoquer le réflexe de repentance que ses trois prédécesseurs au Palais (moins atteints de jeunisme et d’ignorance des profondeurs de la guerre d’indépendance) ont maintenu à distance respectable de leurs discours (je tairai aussi la déclaration excessive que fit M. Macron à propos de la période de l’Algérie coloniale, la comparant à un « crime contre l’humanité »).

Surtout, le président oublie de demander pardon à beaucoup d’autres victimes directes ou indirectes de l’action ou de l’inaction de l’Armée française, des Gardes mobiles, des CRS… Exiger pardon est dans peu d’esprits, sauf lorsqu’une affaire comme celle-ci surgit.

Tragédie d’Oran

Un seul exemple : le 5 juillet 1962 à Oran, lors que la « guerre d’Algérie » est terminée puisque le pays a recouvré son indépendance depuis deux jours à peine, que le « cessez-le-feu » a été proclamé depuis le 19 mars (mais qu’il fut plusieurs fois violé, notamment le 26 mars, rue d’Isly à Alger), plusieurs centaines, voire un millier d’Oranais sont massacrés par une foule gorgée de haine. La plupart sont assassinés à l’arme blanche ou à feu, pendus à des crocs de boucher, torturés, les femmes sont violées avant d’être égorgées, tous sont raflés, nombreux seront déclarés « disparus » et nul n’eut jamais plus de leurs nouvelles… Leur faute ? Être Français, Pieds-noirs, et encore là à attendre de la place sur un bateau de fortune pour fuir (c’est la période « la valise ou le cercueil »). L’Armée, placée sous les ordres du général Katz, ne bougera pas le petit doigt, et les soldats qui en remueront un par pitié et humanité seront mis aux arrêts (lire mon article paru dans Le Monde en 2012, puis dans L’Express en 2014 sur cette journée particulière). Ne faudrait-il pas qu’Emmanuel Macron fasse amende honorable face à cela au lieu de se contenter de demander pardon à la veuve d’un traitre à figure d’ange (il ressemble à Federico Garcia Lorca sur la photo qui circule), ce qui augmente la compassion générale façon Che Guevara, depuis le 13 septembre dernier. Audin n’est pas un cas isolé. Il y eut des dizaines d’Audin torturés à mort au cours de la funeste Bataille d’Alger, et aussi après elle, ailleurs en Algérie. Audin est un symbole, une victime porte-drapeau au nom de toutes les autres ayant subi l’immonde. Mais la victimisation, comme la culture de l’excuse permanente, sont devenues politiquement friendly

Le coup de com permanent

Cette mascarade aux relents de coup de com va par conséquent plus loin. Nous voyons resurgir le spectre de la repentance calculée, celui du sentiment (très tendance) de culpabilité, le « culpabilisme » étant devenu un mal français qui arrange à bon compte nombre de consciences intranquilles, et dont la mécanique repose sur la stigmatisation du coupable au risque d’oublier la victime. Ou bien est-ce celui de l’autoflagellation du petit-fils imaginaire d’un supposé « colon ayant fait suer le burnous » en la personne dématérialisée et jupitérienne d’un président en mal de points dans les sondages, et que l’on imagine murmurant, à l’issue d’une réunion avec des faiseurs de buzz : ç’est bon ça, on y va! C’est léger, mais lourd de conséquences dans les mémoires encore à vif en raison de plaies qui refusent obstinément de cicatriser. Car M. Macron n’a pas eu le moindre mot à l’adresse des victimes françaises d’un terrorisme activement soutenu par M. Audin. Sa façon de faire vibrer la corde du ressentiment fait par conséquent honte, puisqu’elle semble d’une part gouvernée par une tactique politicienne, et qu’elle reflète opportunément une pathologie largement partagée et exploitée avec cynisme, d’autre part. En mal de voix, M. Macron rameuterait celles des rares communistes du pays et aussi celles, autrement plus nombreuses, des Algériens français.

5 juillet 1962 à Oran, un massacre oublié

L’inaction de l’armée française est en cause

L’impossible lumière sur un épisode étrangement négligé et donc méconnu de l’histoire d’une guerre qui ne s’acheva pas en mars avec les accords d’Evian.

Comment peut-on être pied-noir ? Né à Oran le 7 novembre 1958, j’appartiens à la « génération couffin » qui vécut le grand départ de l’été 1962 dans les bras d’une mère. Soit plus d’un siècle après l’arrivée des membres de mon « olivier généalogique » sur une jolie côte méditerranéenne. Je ne suis pas encore retourné là-bas, pour savoir.

Mes aïeux mélangés sur place ? Un Lorrain anarchiste qui voulait rester Français, une Andalouse venue élever des chevaux, un armateur Napolitain de l’île de Procida et une Juive de Tétouan douée pour les affaires. Devient-on pied-noir (c’est un sentiment) comme on se choisit juif ? Le devient-on lorsque, enfant sur la Côte basque – j’ai quitté Oran le 25 juillet 1962 pour grandir à Bayonne – des copains d’école élémentaire à la cruauté touchante vous déchaussent de force dans les vestiaires pour vérifier la couleur de vos pieds ? Ou bien lorsque votre première amoureuse, Miren, neuf ans, vous reprend vertement : « On dit pas : A voir ? Mais : Voyons ! Ou : Montre-moi !.. ». Cela conduit, des années après, à écrire un livre sur le parler pied-noir. Histoire de fixer l’évanescente tchatche du soleil. Par amour des mots et goût du paradoxe : écrire l’oral. Avant l’oubli. En souvenir de Miren…

18 mars 1962 : Signature des accords d’Evian. 19 mars : cessez-le-feu sur tout le territoire. La fin des « événements », a priori. Il n’en sera rien. La semaine suivante, massacre rue d’Isly, à Alger. Si loin, si près d’Oran (mon père ne boira plus jamais d’eau d’Evian). 8 avril : référendum sur l’autodétermination, en métropole. 1er juillet : second volet du référendum en Algérie. Total : 99,72% « oui » en faveur de l’indépendance ; reconnue le 3 par le général de Gaulle. 4 juillet : jour de liesse en Algérie. 5 juillet : anniversaire de la chute d’Alger en 1830, qui marqua le début de la conquête du pays par les Français. C’est la date choisie pour fêter une Indépendance flambant neuve. Manifestations pacifiques et circonscrites dans tout le pays. La guerre d’Algérie est vraiment finie.

Or ce jeudi-là à Oran, ville algérienne depuis deux jours, ces manifestations tournent au massacre, aux enlèvements massifs. Au dégoût que nous savons. Ou que nous ne saurons jamais avec précision : 365, 700, 3 000 morts et disparus entre 11 heures et 17 heures ? Il fait beau, évidemment. Mon père se trouve sur le port avec un cargo en partance pour Carthagène, qu’il aide à charger de nombreux pieds-noirs qui préfèrent la valise au cercueil. Vers onze heures moins le quart, mes grands parents maternels nous cueillent, ma sœur Muriel, deux ans, et moi, pour aller passer l’après-midi à la plage, dans leur cabanon de Bouisseville. Ma mère reste seule chez nous, au centre-ville. La Dauphine a pris la route. Nous échapperons aux barrages et aux rapts routiers pourtant nombreux ce jour-là. À quelques minutes près, nous étions pris dans un tourbillon de folie meurtrière… 11 heures. Une foule en délire venue des faubourgs, notamment du Village-Nègre, surgit en plusieurs points de la ville. Civils armés et soldats Algériens mêlés. Les couteaux sont tirés. Et utilisés. Les armes à feu aussi. La suite ? – des Français désarmés, fusillés comme des lapins, poignardés comme des thons, enlevés comme des pucelles par des Huns, brûlés vifs comme des hérétiques, pendus à des crochets de bouchers, torturés de façon atroce… Tout cela en temps de « paix ».

Qui a mis le feu à une foule « à cran » (chacun peut comprendre cela, au bout de 130 ans de brimades, dont 8 de guerre) en tirant les premiers coups ?  Des fellaghas enragés ? L’ALN, Armée de libération nationale ? Des infiltrés du FLN ? Des ATO, Auxiliaires temporaires occasionnels ? Les derniers activistes de l’OAS n’ayant pas encore fui en Espagne ? Fut-ce spontané ou bien fomenté ?

Mon oncle Naphtali et son fils Gérard, 13 ans, sont enlevés vers midi. Les mains sur la nuque, un canon dans le dos, ils appellent au secours l’armée française en faction devant certains lieux, au hasard des rues. Elle est « hors-jeu » depuis quatre jours. Consignée, elle ne doit plus se mêler du maintien de l’ordre. Demeure l’arme au pied. Les gendarmes mobiles et les CRS aussi. Tous sont aux ordres du commandant militaire du secteur d’Oran, le général Katz, surnommé plus tard « le boucher d’Oran ». En pleine tuerie, vers 12h30, il survole la ville en hélicoptère pour apprécier la situation, puis déjeune à l’aéroport de La Sénia. Téléphone à de Gaulle, qui lui aurait répondu : « Surtout ne bougez pas ». Joseph Katz se trouve à la tête de 18 000 militaires. L’ordre d’intervention fut donné aux gendarmes mobiles vers 14h30 seulement. Une heure plus tard, contre-ordre de rejoindre les casernes. Au cours du massacre, des militaires pris pour cibles désobéissent en ripostant, et « portent assistance à des civils en danger ».

Les marsouins de la 3ème compagnie du 8ème Rima, Rabah Khelif et sa 403ème Unité de force locale ; les 2ème Zouaves en sont. Avec, c’est important, nombre d’Algériens qui sauveront des amis pieds-noirs. Vers 19 heures, mon père joint par téléphone ce jeune radioamateur qui a eu le réflexe héroïque de lancer des SOS au monde entier, via Saint-Lys Radio, à la mi-journée. Y répondirent des navires de guerre américains, allemands, espagnols stationnés en Méditerranée… Ce geste fit-il réagir de Gaulle ? Naphtali et Gérard s’échapperont par miracle. D’autres furent torturés ou immédiatement égorgés et jetés dans l’eau croupie du Petit-Lac, aux abords de la ville. Les jours suivants, les bulldozers du génie, sur ordre du général Katz, iront vite enterrer et étouffer à la chaux vive un charnier devenu pestilentiel. Il le restera des années, les jours de forte chaleur.

Terrée comme une proie n’ayant d’autre défense que la dissimulation, ma mère dut son salut au silence, lorsque d’aucuns tenteront de forcer l’entrée de l’immeuble. La tuerie virait à l’ivresse. Savoir qu’elle aurait pu être égorgée ou mitraillée ce jour-là me retourne encore le cœur. Elle n’avait que 26 ans. Et encore 36 à vivre. Ce 5 juillet vit disparaître mon petit cousin Minou, enlevé comme plusieurs centaines d’autres. Face à cela, pire qu’une fosse, il y a un vide historique. Ce tragique « post-épilogue » n’appartient pas à l’histoire de France et l’histoire de l’Algérie peine à le reconnaître. La presse de l’époque en a peu parlé. L’opinion publique ignore encore presque tout d’un massacre négligé par les historiens immédiats et les autres.

Pendant ce temps-là, à Bouisseville, ma grand-mère m’envoyait au fond du jardin pour voir si ses poules allaient pondre leur œuf. Je suivis son « conseil » en introduisant un doigt dans le cul des oiseaux. Elle me rappela souvent cet épisode. Le 5 juillet 1962, je touillais donc du doigt le cul des poules pour sentir l’œuf sans le casser… Ces souvenirs nourris de témoignages marquent la vie d’un gamin de trois ans et demi. Puisque j’aurais pu mourir ce jour-là avec ma famille, je m’interroge. Sereinement. J’ai juste envie de savoir. De tirer de l’oubli, puis au clair, l’incertitude qui persiste. Cinquante ans après, la mémoire est avide. Elle réclame un terrain d’explication. Un jour, j’irai me faire cuire un œuf à Oran. Pour voir.

Miss Algérie victime d’insultes racistes, Miss France métissées et ma Miss à moi

Les concours de Miss, c’est un peu futile, mais ça existe. Évidemment, en ces temps de disette, il faut promouvoir la quête du bon, du juste, du vrai et du beau. Mais l’élection d’une Miss est-elle une démarche visant à promouvoir et à faire aimer le beau, dans ce cas précis sous la forme de jeune femmes disposant d’une plastique plus ou moins stéréotypée ? C’est une question qui mérite d’être posée.

Et puis, ces stéréotypes sont partagés ou non. Par exemple, une certaine Khadidja Benhamou, originaire du sud du pays, a été élue Miss Algérie 2019, mais ça coince ! Il lui est reproché sa carnation, trop noire au yeux du vulgum pecus local, et ses cheveux trop crépus. Elle fait, dès lors, l’objet d’une campagne d’insultes et de harcèlement. À caractère raciste ? N’oublions pas que les Africains ont été fort longtemps considérés comme des esclaves par les Maghrébins. En outre, depuis le déferlement des Arabo-Musulmans au VIIe siècle, les Arabes et les Berbères coexistent dans des communautés juxtaposées, c’est vous dire si ces différences persistent longtemps. De la différence à la hiérarchie, il n’y a qu’un pas que bon nombre de racistes ordinaires franchissent allègrement, parfois sans même s’en rendre compte.

Autre lieu, autre prisme. Le journal Valeurs actuelles publiait, le 11 décembre 2018, les propos de Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France, heureuse de constater que le cru 2019, « c’est la promo la plus métissée qu’on ait eue ». Le titre de cet article était « Miss France 2019 : la moitié des candidates sont métisses ». Bien sûr, on ne parle pas, ici, de métissage basque-lorrain ou provençal-breton… Un tatillon bien-pensant pourrait y voir une statistique ethnique, une de celles honnies depuis la décision du Conseil constitutionnel du 15 novembre 2007, mais, comme les propos relayés saluent cet état de fait en un éloge de la « mixité », pas question de sévir : c’est de l’antiracisme ! Le stéréotype mixité semble donc s’imposer, du moins dans la sphère médiatique. Est-ce une idéologie ? Au lecteur de se débrouiller avec ce que suscite cette nouvelle pour lui, même si l’on peut aussi soupçonner un petit brin de jésuitisme chez Valeurs actuelles.

Des bien intentionnés tentent de bannir le mot « race » du vocabulaire, comme si sa seule existence était responsable du racisme présent dans notre société. Paradoxe : les mêmes ne s’indigneront pas que des « racisés » fassent bande à part pour y cuver ensemble leur haine d’un « raciseur » implicite. Je ne serai, décidément, jamais un bien-pensant.

Nous vivons dans un monde où tout est sujet à concurrence, comme si c’était dans notre ADN. Parfois, cela donne des choses formidables quand deux fois quinze personnes (ou deux fois sept) s’engagent et s’affrontent à fond pour jouer au rugby, ou c’est beaucoup plus glauque quand de trop nombreux jeunes joueurs y laissent la vie. Il est des concurrences bénéfiques, d’autres plus discutables, et certaines sont létales. Et nous vivons aussi dans un monde où, trop souvent, une différence suffit à établir une hiérarchie indue, voire même indigne.

Les concours de beauté des Miss, qui semblent ne servir qu’à valoriser la conformité de candidates à des stéréotypes, ne présentent strictement aucun intérêt. Vaines concurrences, vaines hiérarchies : ces podiums ne sont, in fine, que des vanités, dirait l’Ecclésiaste. Je ne peux que tenter d’établir devant tous la vérité : la plus belle d’hier, d’aujourd’hui et de demain, c’est celle qui m’a dit oui et à qui j’ai dit oui il y a bientôt trente ans. Point final.

Miss Algérie : la dinde halal primée a parlé, la polygamie est son rêve le plus cher…

Qui pourrait être selon vous la dinde halal primée du moment ? Non, vraiment, vous ne voyez pas ? Vous donnez votre langue au chat ?

Allez ! Je vous donne quelques indices. Elle n’est pas vraiment jolie, elle vit dans un pays d’une infinie tolérance et surtout sa seule ambition est de vivre selon les lois de la charia. Alors vous voyez de qui il s’agit ? Non toujours pas ?

Bon allez ! J’arrête le suspens. C’est miss Algérie, une femme à la peau sombre, élue alors que nombreux de ses compatriotes arabo-musulmans la disqualifient complètement sur les réseaux sociaux à coup d’insultes racistes.

Dans ce cas-là, la question que je me pose : « Pourquoi a-t-elle été désignée reine de beauté alors qu’une bonne part d’Algériens sont contre son élection et sont scandalisés par sa couleur de peau ? ». Mystère ! Mystère !

La réponse, à mon humble avis, est à chercher du côté de la manipulation orchestrée par le pouvoir, pourri jusqu’à la moelle des os, de ce pseudo pays. La donzelle a été choisie pour faire la promotion de la charia et dire à tous que l’Algérie est musulmane du nord au sud, de l’est à l’ouest, peu importe que la population y soit noire ou blanche. Tous musulmans, voilà la seule réalité admise dans ce foutoir géant, pas question de défendre une autre vision des choses.

Eh oui ! La dinde halal ça défend plutôt son devoir à être soumise que son droit à être respectée en tant que femme.

Miss Algérie 2019 est pour la polygamie

ALGERIE (TAMURT) – Ceux qui ont défendu la miss Algérie 2019, Khadidja Benhamou, victime du racisme, ont été vite déçus. Elue plus belle fille d’Algérie, lors d’une émission de télévision, elle dit être pour la polygamie et « elle ne serait pas contre, si son mari épousait quatre femmes à la fois ». « Le musulman a droit à quatre et c’est notre religion. Si mon époux veut d’une seconde femme je serais un peu fâchée, mais j’accepterais quand même et me plierais à la volonté de mon époux », ce sont les mots de la miss Algérie 2019.

Elle a parlé d’une manière déconcertante comme si le sujet était banal. La réaction de la miss Algérie ne semble choquer personne en Algérie. Personne n’a parlé de ce dérapage. Généralement les miss du monde entier défendent les valeurs humaines et elles sont contre la soumission et le sexisme. La société algérienne a été islamisée à outrance. Les femmes de ce pays acceptent la violence, l’humiliation de l’homme, etc.

C’est la triste réalité. Contrairement à la femme kabyle qui veut s’émanciper et qui réclame l’égalité avec l’homme. Nos femmes n’ont aucun avenir en commun avec les Algériennes. Le combat de la femme kabyle et celui de la femme algérienne est diamétralement opposé. Même les femmes politiques algériennes revendiquent la polygamie, comme Naïma Salhi.

On notera, en Algérie comme chez nous, des divergences sensibles dans les medias…

Celui proposé par Samia est clairement opposé à la polygamie et affirme une différence totale entre les Kabyles et les autres Algériens, montrés comme d’accord avec la nouvelle miss Algérie.

Alors que d’autres affirment que sa déclaration aurait fait scandale dans toute l’Algérie et lui aurait fermé les portes, mêmes celles des droidelhommistes qui l’avaient défendue pour sa couleur de peau.

Miss Algérie fait de nouveau parler d’elle. Khadija Benhamou, désignée comme la plus belle femme d’Algérie pour le compte de l’année 2019 a effectué une sortie qui a suscité une vague d’indignation. Qu’en est-il concrètement ?

Miss Algérie est encore une fois au centre des débats. Khadija Benhamou, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a déclenché une colère noire des populations, suite à des propos qu’elle a tenus sur la polygamie. Alors qu’elle était invitée lors d’une émission télévisée, Khadija Benhamou avait révélé son approbation  pour la polygamie. « Dieu permet à l’homme d’épouser quatre femmes. Si mon futur mari désire épouser d’autres femmes, je n’aurais aucun problème à cela », a clairement signifié Miss Algérie.

Cette réponse de Khadija Benhamou, même si elle a été suivie par les applaudissements des spectateurs présents sur le plateau, a par la suite soulevé une vague d’indignation et de controverse a été provoquée ce qui est considéré comme la majorité des Algériennes et des Algériens, comme un « dérapage » de Miss Algérie 2019

Elue Miss Algérie le 4 janvier 2019, Khadija Benhamou avait aussitôt fait l’objet de critiques et d’insultes à caractère raciste. La couleur de sa peau était au centre des critiques. Cette vague de critique à son encontre avait vite été étouffée par les défenseurs des droits de l’Homme qui s’étaient érigés en bouclier. Avec ce dérapage, Miss Algérie risque ne pas se retrouver avec beaucoup d’ « avocats » pour assurer sa défense.

Le pire de tout c’est que cet miss Maghreb est très möche… affreuse  sans classe ! 

Jeannette Bougrab : «Les musulmanes persécutées pour leur refus du voile n’intéressent pas les féministes»

 Alors qu’à Alger, Téhéran, Riyad, de jeunes musulmanes revendiquent le droit de ne pas porter le tchador ou la burqa, à Amsterdam, Londres et Paris des femmes défendent le port du voile. L’ancienne ministre a décidé de leur écrire. Le voile n’est pas un simple signe religieux mais un symbole de soumission et un étendard politique, argumente-t-elle.

Votre nouveau livre prend la forme d’une lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent. Que signifie le voile selon vous?

Jeannette BOUGRAB.- Dénoncer le voile, c’est d’abord réfuter une pratique religieuse institutionnalisant la soumission de la femme, son inégalité. La femme musulmane demeure sous la tutelle permanente d’un père, d’un frère, d’un époux. Elle est privée de toute autonomie, d’une part essentielle de liberté.

Dénoncer le voile, c’est aussi pointer du doigt cette obsession maladive des intégristes pour le corps de la femme.

C’est enfin apporter un soutien à des femmes qui vivent sous le joug des mollahs iraniens par exemple.

Salman Rushdie, issu d’une famille musulmane, lui qui vit toujours sous la menace d’une fatwa, explique très bien l’instrumentalisation actuelle du voile:

«Pas une seule femme de ma famille ne supporterait l’idée d’un voile quelconque. J’ai été élevé dans cette atmosphère. Et même ma grand-mère, très conservatrice, aurait été horrifiée à l’idée qu’une de ses trois filles soit voilée. Ma mère n’aurait jamais accepté une telle chose. Le voile est clairement un instrument d’oppression.»

En Occident, dans certaines communautés musulmanes, des jeunes femmes utilisent le voile comme un moyen d’affirmer leur identité.

Mais se référant au concept de «la fausse conscience» de Karl Marx, Salman Rushdie juge que

«si l’on fait ce choix, qui est une contrainte dans le reste du monde, on est complice d’une telle situation».

Je partage son opinion.

Est-ce un signe religieux ou un instrument de conquête?

Le voile est indéniablement un étendard, celui de l’internationalisation de l’intégrisme islamiste.

Il est plus qu’un symbole d’ailleurs.

Quand Khomeyni accède au pouvoir en Iran, l’une des premières mesures qu’il impose au pays le 7 mars 1979, la veille de la Journée internationale du droit des femmes, c’est le port du voile par toutes les filles de plus de 9 ans, âge qui est décrété, dans la foulée, nubile, rendant ainsi possible que des hommes adultes épousent des enfants.

 Sous le califat islamique de Daech, le voile intégral était imposé à toutes les femmes.

Que répondez-vous aux féministes qui voient dans la régulation du voile une atteinte à la liberté des femmes?

Je formule le souhait qu’elles mettent autant d’ardeur à défendre des femmes arrêtées, torturées parfois assassinées pour ne pas avoir porté ce maudit chiffon.

Katia avait juste 16 ans quand elle a été assassinée pour avoir refusé le diktat des islamistes en Algérie pendant la «décennie noire».

L’Iranienne Nasrin Sotoudeh est toujours détenue en prison pour avoir défendu des femmes qui refusent de porter le voile.

Elle a été également l’avocate de la Prix Nobel Shirin Ebadi, aujourd’hui réfugiée au Royaume-Uni.

On la prive des droits les plus élémentaires comme voir ses enfants. Elle fait une grève de la faim sans que cela n’émeuve ces mêmes féministes.

Pourtant, le Comité des droits de l’homme des Nations unies vient de blâmer l’interdiction de la burqa en France…

Cette décision est très instructive sur le degré d’aveuglement des Occidentaux.

«La burqua est la négation absolue du principe d’égalité et de la liberté»

Paradoxalement, parmi les membres de ce comité de juristes, c’est le Tunisien Yadh Ben Achour, musulman, qui apporta son soutien à la France et non l’Américain ou le Canadien.

Pourtant la burqua est la négation absolue du principe d’égalité et de la liberté.

Elle est l’illustration du totalitarisme islamique.

Heureusement, malgré ce qu’on a pu lire, les décisions de ce Comité ne sont pas contraignantes, mais elles montrent la trahison des élites à l’endroit des femmes qui croupissent dans des geôles en Iran ou en Arabie saoudite pour avoir refusé de porter ce linceul.

Votre livre commence en Finlande alors que vous emmenez votre fille au cours de danse. Vous y croisez une jeune femme finlandaise voilée et qui voile son enfant. Cette scène a été un choc pour vous. Pourquoi?

Parce que comme l’écrit Chahdortt Djavann, écrivain et iranienne, emprisonnée alors qu’elle n’avait que 13 ans, car elle refusait de se voiler,

«voiler une mineure signifie qu’elle est nubile. Le voile définit la mineure comme un objet sexuel. Le voile définit la femme psychologiquement, socialement, sexuellement et juridiquement comme sous-homme».

On ne peut être que choqué de voir une enfant réduite à être un objet à la disposition d’hommes âgés.

Faire porter le voile à des mineures vous paraît donc tout particulièrement blâmable?

Aujourd’hui, on assiste à une augmentation du nombre de petites filles voilées en France.

Sur Internet, on trouve des sites qui proposent des voiles pour toutes petites filles à coups de slogans publicitaires honteux:

«Commencez dès le plus jeune âge à les habituer à porter le voile!»,

«Découvrez nos voiles adaptés pour nos petites têtes!»

On trouve également des jilbab, ce vêtement islamiste intégral, disponible dans différents coloris dès la taille 6 ans.

Pour ma part, je considère qu’on endoctrine ces pauvres enfants à qui on transmet des valeurs et des principes contraires à notre socle républicain.

Les mariages de mineures, d’enfants, seront-ils la prochaine étapeHeureusement qu’il y a tout de même en Algérie des yeux ouverts, comme ce Li La Skwalito qui dénonce les horreurs de la vie musulmane en Algérie, 4 mois de prison pour avoir embrassé sa copine dans sa voiture, 1 an de prison pour une femme ayant eu un enfant avec un homme marié ( et rien pour l’homme marié ?)…

Il y a des gens comme lui en Algérie, de la graine de résistants, mais je ne suis pas sûre que ce soit ce genre de personnes que l’on reçoit en France si on en juge par les drapeaux algériens, les attaques contre la France des rappeurs d’origine algérienne….Hélas !

En tout cas ce tout petit extrait de commentaires venus d’Algérie dit bien pourquoi De La Villardière n’a pas eu son visa… Cachez ces horreurs islamiques que l’Occident ne saurait voir.

L’Algérie, ce pays gouverné par un « mort »

Abdelaziz Bouteflika,

Le président algérien n’est plus apte à diriger son pays: pour l’écrivain Karim Akouche, l’Algérie est, de fait, une nécrocratie. Lettre ouverte à Abdelaziz Bouteflika.

Allô ! Vous êtes encore là, M. Bouteflika ? Vous m’entendez ? Vous n’êtes pas sourd ? Vous respirez ? Vous êtes vivant ? Vous arrivez à remuer vos doigts ? Vous parlez ? Vous lisez les journaux ? Vous suivez l’actualité ? Vous mangez des dattes ? Vous buvez du lait caillé ? Vos méninges fonctionnent-elles ? Je vois défiler à l’écran toujours les mêmes et vieilles images. Dites-nous la vérité : faites-vous partie du monde d’ici ou êtes-vous depuis longtemps ailleurs ? Vous êtes insaisissable. Vous êtes un président-spectre. Vous avez le don de brouiller les pistes, de désavouer les prédictions des croque-morts. Vous êtes un peu fantôme, un peu épouvantail. Comment dirigez-vous les affaires du pays puisque vous ne rencontrez ni vos ministres ni le peuple ? Avez-vous une feuille de route ? Un programme ? Un plan d’investissement ? Ou un plan de sortie de crise maintenant que les couffins de l’État se vident, que le dinar ne vaut pas un pet de vache, que la planche à billets est mise en route ?

« Faites un geste ! »

Allô ! Dites quelque chose, M. Abdelaziz ! Il est si long votre mutisme qu’il alimente les soupçons. Chacun y va de sa satire. Êtes-vous un revenant ou un moribond qui refuse de partir ? Qui êtes-vous pour le Système ? Une roue de secours ou un radeau à la dérive ? Faites un geste ! Prévenez les garde-chiourmes. Égrenez un chapelet, récitez un verset, ébauchez un rictus, exécutez un bras d’honneur. Allez-y, ne vous gênez pas : insultez une énième fois la populace !

A lire aussi: L’Algérie schizophrène de l’écrivain Karim Akouche

Êtes-vous immortel, M. Bouteflika ? Un président à vie ? Un Duvalier arabe aux yeux verts, un Mugabe en djellaba, un peu comme le patriarche de Márquez, sans âge ni morphologie précise, faisant paître ses vaches dans un palais présidentiel traversé de multiples tempêtes ?

De vieux politiques meurent, d’autres plus jeunes arrivent, mais vous, indéboulonnable, vous êtes toujours là. Fidèle au poste. Depuis 55 ans, vous et votre clan, vous vous moquez des laissés-pour-compte. Vous en sucez la moelle. Vous en buvez le pétrole. Vous n’en êtes-vous pas assez repus ? Lâchez le squelette et laissez-en leur part aux pauvres.

« Votre haine des Kabyles vous survivra »

Vous ne gouvernez pas, vous bricolez des projets. Vous ne goudronnez pas les routes, vous en colmatez les nids-de-poule. Vous ne faites pas rêver les jeunes, vous les poussez au désespoir. Plus d’un milliard d’euros injectés dans la construction de la grande mosquée d’Alger. Rien pour l’Université, rien pour la Santé, rien pour l’Art, rien pour les Loisirs. Mais beaucoup pour la gabegie, l’armée, les orgies et la paresse. Beaucoup pour la barbe, beaucoup pour la matraque, beaucoup pour le rapiéçage et le folklore.

Que restera-t-il de votre règne quand vous ne serez plus de ce monde ? Un nuage de cendre, une clôture de barbelés, un nid de scorpions, des postillons, des pieds encrottés, des mains maculées de sang ? Votre haine des Kabyles vous survivra : « Je suis venu dégonfler votre ballon de baudruche ! » Votre brutalité contre les Mozabites, votre amnistie des terroristes et votre hologramme de petit Machiavel en fauteuil roulant habiteront longtemps les mémoires.

L’Algérie, une nécrocratie

Allô ! Vous êtes encore là, M. Bouteflika ? Toujours entouré de vos ouailles ? De votre frère, de votre horde de laquais et de majordomes ? Tous accrochés au trône, comme des puces à une bourrique en agonie !

Allô ! Que faites-vous de vos jours et nuits, M. Bouteflika ? Vous êtes-vous regardé dans la glace ? Vous n’êtes qu’un bout de chef, un roitelet en fin de règne. De grâce, ne mourez pas au trône ! Les vautours ont soif, les sangliers ont faim, les sauterelles sont en chaleur. Sortez par la porte ou la lucarne ou la cheminée car demain, si vous êtes encore là, vous risquerez de couler dans l’oued fangeux de l’histoire.

Vous avez fait de l’Algérie un amuse-galerie. Une république couscoussière. Une ratatouille explosive. Un mélange de stalinisme et de libéralisme sauvage, le tout cuit dans les lois d’Allah.

Bravo, M. Bouteflika ! Vous avez excellé dans l’absurde. Vous avez battu Kafka et Beckett. Vous avez fait de l’Algérie une nécrocratie, un étrange pays gouverné par un « mort ».

Dissidence au Maghreb: l’impossible combat?

Un chemin semé d’embûches… et d’assassinats

Les dissidents du Maghreb depuis les indépendances, retrace l’histoire de ceux qui ont tenté de tracer une autre voie de l’autre côté de la Méditerranée. Un chemin semé d’embûches… et d’assassinats.

La démocratie au Maghreb reste une énigme en Occident. Près de 60 ans après les indépendances, la question est toujours d’actualité. Elle apparaît comme floue, stérile. Presque une utopie. Où est la dissidence ? Qui est-elle ? Quels sont ses réseaux ?

En dépit des railleries des nostalgiques d’un Maghreb français ou des naïves interrogations de quelques tiers-mondistes, la situation est complexe et peut laisser perplexe. Entre la réélection d’un président octogénaire et grabataire en Algérie, une monarchie omnipotente et omniprésente au Maroc et une Tunisie toujours en transition plus de sept ans après les « printemps arabes », la question de l’opposition au pouvoir reste d’actualité. Pourtant les dissidents et les opposants ont toujours existé depuis l’indépendance de ces pays. Car non, il n’y a pas eu de dimension bonapartiste dans ces régimes entre un homme – et parfois un clan – et son peuple. Bien au contraire, des hommes qui souvent s’étaient battus pour l’indépendance nationale, ont gardé un goût d’inachevé lors des indépendances. Ils s’étaient battus en vain pour des sociétés libres et plurielles.

Toujours la même réponse

C’est leur histoire que décrit l’excellent ouvrage Les dissidents du Maghreb depuis les indépendances, paru chez Belin en 2018. Les auteurs sont des spécialistes reconnus de la région. Au-delà de ses analyses sur le mouvement des gilets jaunes dans Le Figaro, Pierre Vermeren est avant tout un orientaliste, professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne et éminent spécialiste du Maroc et du Maghreb contemporain. Khadija Mohsen-Finan est politologue, spécialiste de la Tunisie et l’une des responsables de la revue Orient XXI.

Les deux universitaires ont classé les figures de la résistance au Maghreb en grandes familles. Nationalistes éconduits au moment des indépendances (Salah Ben Youssef en Tunisie, Mehdi Ben Barka au Maroc, Hocine Aït Ahmed en Algérie), gauchistes des années 60 et 70, berbéristes (kabyles, rifains), islamistes, défenseurs des droits de l’homme…  Ces hommes et ces femmes, dont nous suivons les pas dans ce remarquable travail, ont lutté avec acharnement et conviction en faveur d’une vie démocratique dans leur pays.

A lire aussi: Oufkir, le roi, mon père et moi

La réponse de ces Etats autoritaires nés de la décolonisation a été systématiquement la même : la prison, l’exil ou la mort. Chacun des trois pays a une histoire qui lui est propre mais la tendance à une dictature policière est rapidement apparue symétrique et implacable. Parfois aidée de l’extérieur.

Devant l’interdiction des syndicats et des partis d’opposition, seuls les islamistes inspirés des Frères musulmans égyptiens sont apparus comme un recours au pouvoir sortant. De quoi conforter, par une cynique dialectique, l’existence d’un pouvoir policier. Infiltrant les mosquées, les clubs sportifs ou les associations de quartiers, ils ont souvent pallié socialement des Etats corrompus en donnant « leurs » mots à des colères populaires. Ce fut le cas en 1989 après le changement constitutionnel en Algérie où le Front islamique du salut (FIS) a gagné les élections locales avant de précipiter le pays dans une guerre civile sanglante de plus de dix ans. On peut bien sûr citer plus récemment Ennahdha après un « Printemps » ayant illuminé d’espoir une région politiquement triste et monolithique. Au Maroc, l’islamisme s’est limité aux campus avant d’être muselé par l’autorité royale. Mais les bombes ont ensanglanté Casablanca en 2003…

De Ben Bella à Ben Barka

Ces conflits internes ont débuté tôt. Dès le début de la guerre d’Algérie, la lutte entre messalistes et militants du Front de Libération nationale (FLN) a fait des centaines de morts en France et en Algérie. L’objectif était de contrôler la résistance. Imposer ses choix et ses hommes. Puis la lutte s’est poursuivie dans le camp des vainqueurs. Abane Ramdane, l’un des organisateurs du Congrès de la Soummam, est étranglé dans une ferme marocaine en 1957 parce qu’il s’opposait – déjà – aux dérives autocratiques des dirigeants du Caire et d’Oujda.

Après l’indépendance, les emprisonnements et les assassinats s’accélèrent. Le musicologue et secrétaire du Parti communiste algérien, Bachar Hadj Ali, est emprisonné par le nouveau président Ahmed Ben Bella… qui sera lui-même engeolé par son successeur Boumediene. Le socialiste Ait Ahmed, l’un des intellectuels les plus fins du FLN pendant la guerre d’indépendance, est lui contraint de s’exiler au bord du lac Léman après s’être évadé de sa prison algéroise. La Kabylie, sa région d’origine, une des Wilayas les plus téméraires contre les troupes coloniales, se rebelle dés 1963 contre une centralisation qu’elle juge excessive et inégalitaire. Au Maroc, c’est le Rif qui accumule les révoltes depuis 1956 jusqu’à aujourd’hui. Avec cependant des leaders contemporains moins charismatiques. L’armée et l’ancien tabor de l’armée française, Oufkir, tentent des coups d’Etats dans les années 70… Échec et reprise en main musclée par Rabat.

En Tunisie, Bourguiba éradique son rival Salah ben Youssef et le fait abattre en 1961 en Allemagne. Pendant longtemps, la France ferme les yeux sur ce nouveau paradis touristique aux femmes émancipées, comme le montrent les cartes postales qui oublient de raconter l’exil forcé des opposants socialistes, militants des associations des droits de l’homme…

A lire aussi: L’Algérie, ce pays gouverné par un « mort »

Les meurtres continuent. Parfois à l’étranger, comme celui du trésorier du FLN, Mohamed Khider, assassiné à Madrid en 1967 ou celui du signataire des accords d’Evian, Krim Belkacem, en 1970 à Francfort. A chaque fois par la Sécurité militaire algérienne.

Car ces régimes s’appuient sur des services de répression implacables menés par des « Béria » orientaux, à l’image de Boussouf et Dlimi. Ces organisateurs hors-pairs s’appuient sur des militaires chevronnés ou des voyous pour liquider ces dissidents. Souvent ces crimes se font avec l’aide de pays étrangers. Amis, dit-on.

Le cas le plus connu reste l’enlèvement et le meurtre de Mehdi ben Barka. Ce professeur de mathématiques socialiste avait joué un rôle très important durant l’indépendance du Maroc. Leader tiers-mondiste, il devait assister à la Conférence tricontinentale à La Havane en janvier 1966. Mais l’opposant au roi, très critique sur la guerre des Sables opposant son pays à l’Algérie, n’ira nulle part. Il est arrêté le 29 octobre 1965 devant la brasserie Lipp, boulevard Saint-Germain à Paris. Une arrestation et un assassinat mêlant membre du « milieu », services spéciaux français et marocains.

Non, non, rien n’a changé…

Aujourd’hui, l’opposant maghrébin semble avoir changé. Les modes opératoires également. Le texte court d’un forum internet a remplacé les articles stylisés des journaux des années 60. La foule est devenue un parti structuré. Mais les temps, eux, brassent le même air. Le livre de Pierre Vermeren et Khadija Mohsen-Finan est boycotté dans les trois pays de l’autre côté de la Méditerranée. Preuve que la liberté d’expression et l’autocritique ne font pas bon ménage et dérangent encore dans cette région du globe. Preuve que les mœurs tardent à évoluer. La solution viendra-t-elle des nouvelles générations ? Si elles n’émigrent pas ou ne se résignent pas…

Ain El Fouara, la statue de femme nue qui excite les « déséquilibrés » algériens

Très appréciée de la population, elle ne cesse d’être dégradée

Dégradation de la fontaine d’Ain El Fouara à Sétif, 

A Sétif, en Algérie, une statue de femme nue datant de l’époque coloniale ne cesse d’être vandalisée. Très appréciée de la population, elle est attaquée par ce que les autorités locales appellent des « déséquilibrés ». Mais ces dégradations répétées témoignent d’une progression de l’islamisme dans les mentalités… 

Une femme en marbre défraie la chronique en Algérie : la statue de la fontaine d’Ain Fouara, représentant un nu féminin qui trône en plein cœur de la ville de Sétif, à 350 kilomètres au sud-est d’Alger. Si on parle tant de la naïade aux courbes généreuses, monument emblématique de la ville depuis plus d’un siècle, c’est parce qu’elle vient d’échapper in extremis à un acte de vandalisme. Le 9 octobre, un individu identifié par les autorités comme un « déficient mental instrumentalisé par les islamistes » a été arrêté par les passants et livré à la police alors qu’il s’apprêtait à s’attaquer à la statue avec un burin.

Cette tentative de dégradation n’est pas la première. Tant s’en faut. Elle intervient quelques semaines à peine après la ré-inauguration de la statue, restaurée à la suite d’une détérioration – le visage et la poitrine de la naïade avaient été complètement détruits – perpétrée en décembre 2017. Tiens, tiens, à l’époque aussi, le profanateur était un déséquilibré à tendance islamiste que les autochtones surnommaient « Abou marteau ». Cependant, avant que les « déséquilibrés » ne la prennent pour cible, la statue avait déjà subi une véritable tentative de destruction en pleine « décennie noire ».

A l’époque, à partir de 1991, les attentats se multiplient, en particulier contre des cibles symboles de l’Etat algérien : des fonctionnaires, journalistes, policiers sont quotidiennement assassinés. Les civils algériens ne sont pas épargnés par ce déchaînement de violence : des jeunes filles, considérées comme un butin de guerre, sont enlevées, la population de villages entiers égorgée. Le massacre de Ben Talha a fait 400 morts, celui de Rais près de 1000 morts. Les symboles de la France et de l’Occident n’échappent pas davantage à cette violence. Dans la nuit du 22 avril 1997, les habitants de Sétif ont été réveillés en sursaut par une déflagration : un groupe terroriste avait disposé des explosifs autour de la statue. Malgré la puissante explosion, la statue n’est que légèrement endommagée et réparée en 48 heures. L’escalade de violence prend officiellement fin en 1999, avec l’adoption par referendum de la loi de concorde civile et d’amnistie. Mais malgré ce retour au calme, la statue de la Fontaine n’a pas complètement recouvré son statu quo ante…

En 2015, une fatwa émise par un imam de Constantine, rendait illicite l’eau de la fontaine, qualifiant d’acte d’idolâtrie et d’associationnisme (une faute impardonnable en islam), le fait de s’incliner devant la statue pour s’abreuver. Auparavant, Abdallah Fatah Hamdache, leader du Front de la Renaissance salafiste, avait demandé l’enlèvement de la statue en l’accusant de contrevenir aux valeurs islamiques du pays. Quant au cheikh Chemseddine, un prédicateur star qui officie sur une chaîne de télévision algérienne, il avait proposé un compromis pour le moins surprenant : couvrir l’indécente statue d’une robe traditionnelle sétifienne, espérant ainsi concilier valeurs islamiques et patrimoine culturel.

La statue n’a pas toujours été attaquée

Les deux derniers incidents attribués à des individus « psychologiquement instables » démontrent que le discours, les prêches et les invectives ont fini par faire leur chemin. La situation semble donc pire encore qu’il y vingt ans : l’attentat de 1997 a été perpétré par un groupe islamiste tandis qu’aujourd’hui certains Sétifiens passe à l’acte de façon chaotique mais néanmoins inquiétante témoignant d’une intériorisation d’une vision islamiste du monde.

Ce changement de regard est révélateur de l’évolution de la société algérienne durant le siècle écoulé depuis l’arrivée de l’œuvre du sculpteur français Francis de Saint-Vidal réalisée en 1898. La naïade a d’abord été choisie par les édiles et notables sétifiens pour couronner la rénovation de la fontaine de la place principale qu’avait effectuée le génie militaire de l’armée française quelques décennies plus tôt.

Son rôle était de signifier la transformation de Sétif en ville française comme les autres. C’est à ce titre que la statue fait une entrée triomphale dans la ville, accueillie en grande pompe par les notables, les Européens et… les musulmans. Car très vite, des pouvoirs magiques et des vertus curatives sont attribués à la fontaine-monument qui attire des femmes de toutes les communautés. L’eau jaillissante et la femme nue répondent à des angoisses profondes liées à la fertilité féminine. Rien d’étonnant à ce que le lieu devienne un objet œcuménique, une sainte patronne improvisée qui veille sur tous les habitants de la ville. C’est pourquoi la naïade a traversé intacte la guerre d’indépendance malgré le rôle de Sétif, théâtre des massacres de mai 1945, dans l’évolution du sentiment national algérien.

Plus d’un demi-siècle après l’indépendance, les croyances liées à Ain Fouara perdurent et bien que le rapport au corps et à la nudité ne soit pas évident dans une ville plutôt conservatrice où la plupart des femmes ne sortent pas sans voile, l’immense majorité des habitants de Sétif ne s’en offusque pas. On prête encore des facultés miraculeuses à son eau qui porte chance et permet de trouver un mari. Une tradition veut que les femmes célibataires mélangent du henné et du sucre pour en faire une pâte qu’elles appliquent ensuite aux quatre coins cardinaux de la fontaine – si le mélange se dissout rapidement l’être aimé se manifeste. On la visite aussi lorsqu’on se marie, le cortège des futurs époux y fait une halte avant d’entamer la vie conjugale. La fontaine garantit même la victoire de l’équipe de foot locale. Ses supporters ne sauraient assister à un match sans passer par Ain Fouara, et lorsqu’une coupe est remportée, il est d’usage de l’utiliser pour boire l’eau de la fontaine. Les hommes se la sont également appropriée pour répondre à leurs angoisses autour de la performance et de la concurrence… C’est ainsi que, malgré la montée de l’islamisme et une défiance persistante vis-à-vis de la période coloniale, la statue de la fontaine d’Ain Fouara résiste. Malgré le nombre non-négligeable d’Algériens qui la trouvent inconvenante et souhaiteraient la voir couverte, détruite ou placée dans un musée, une large majorité la considère comme partie intégrante de leur patrimoine culturel. Le poète irakien Mahmoud Rezak Al-Hakim en a célébré la légende : « Vous les passants sur un vaisseau de lumière, venez sur les Hauts-Plateaux, Celui qui visite la source des origines, boit une eau pure comme du Cristal Ain Fouara, déverse-toi, inonde les assoiffés qui se succèdent, Fontaine, nous venons à toi demander l’amour, bénis-nous d’un regard et réalise nos vœux. »

Superpositions de sens réinterprétés à travers les âges, la naïade de la Fontaine d’Ain Fouara incarne l’Algérie presqu’autant que Marianne est la France. Aujourd’hui, cet objet longtemps consensuel, à la fois lieu de mémoire et objet aux pouvoir surnaturels, devient un champ de bataille. Et ce n’est pas avec des caméras de surveillance, installées depuis les incidents à répétitions, que la bataille s’achèvera.

Ces musulmanes qui osent retirer le voile

De plus en plus de femmes voilées célèbres apparaissent tête nue

Par opposition au #HijabDay, un mouvement se répand à travers les pays musulmans: des femmes voilées célèbres apparaissent publiquement sans leur tissu islamique. Et provoquent l’ire des islamistes qui croyaient voir en elles des « soeurs »…

En réaction à la campagne #Hijabday, lancée le premier février, et destinée à faire la promotion du voile, certaines féministes, parmi elles l’écrivaine Jamila Benhabib, lancent le #NoHijabDay. Il s’agit avant tout de dénoncer le danger de la normalisation du port du foulard islamique : « Si ce voile n’était qu’un vêtement comme un autre, il ne serait pas imposé avec autant de vigueur et de rigueur aux Iraniennes et aux Saoudiennes, pour ne citer que ces deux exemples. », déclare l’initiatrice du mouvement.

En Occident on se voile, en Orient on se dévoile

Tandis que la campagne « Hijab day » vise d’abord les pays occidentaux, puisque celle-ci est en anglais et que la majorité des femmes, dans la plupart des pays musulmans, sont déjà voilées, il est intéressant de constater que, pendant ce temps-là, dans certains pays musulmans, notamment l’Egypte, l’aura sacrée qui entoure la question du voile commence à s’écailler, de plus en plus de femmes, célèbres ou anonymes, font le choix de sortir têtes nues, malgré les regards réprobateurs, voire parfois les menaces de mort.

A lire aussi: Rahaf Mohammed dévoile la face cachée des Saoudiennes

En août dernier, l’annonce du retour de l’actrice Hala Shiha a fait grand bruit en Egypte. Et pour cause, la femme de 39 ans était, il y a peu, une figure de proue de l’Islam radical. Ces 12 dernières années, elle avait incarné pour les islamistes le chemin de la parfaite rédemption. Car en plus d’avoir renoncé à une carrière d’actrice très prometteuse pour se consacrer à Allah, Hala était devenue une militante très active dans les cercles intégristes, notamment dans la mouvance des Frères musulmans, avec qui, comme nous le verrons plus tard, elle entretenait des relations assez ambiguës. Et voilà que non seulement elle reprend le cinéma, art jugé décadent par les islamistes, mais elle a en plus l’outrecuidance de revenir sans le voile. Autant dire une véritable trahison, il est aisé d’imaginer le dépit, voire la détresse des islamistes de tous bords face à cette fracassante nouvelle. « L’étape du niqab est parmi les plus belles choses qui me soient arrivées, déclarait-elle en effet publiquement en 2015. Porter le niqab était comme une seconde naissance, je me sentais absoute de tout péché. »

Comment une actrice a fini par porter le voile

Rien ne prédisposait pourtant Hala à endosser un tel « costume » ; issue de la grande bourgeoisie d’Alexandrie, elle est la fille d’Ahmed Shiha, un artiste plasticien égyptien connu, et d’une Libanaise. Ses parents sont loin d’être conservateurs ; ses trois sœurs et elle reçurent une éducation assez libre, les valeurs qui leur étaient inculquées étaient plus universelles qu’islamiques. Hala a déclaré à plusieurs reprises que son père l’avait toujours soutenue et encouragée à faire ses propres choix. Hala a entamé sa carrière d’actrice en 1997 dans une série télévisuelle, puis a tourné quelques films. En 2002, le public égyptien la découvrait dans Allampi, un film qui connaîtra un succès énorme. En 2003, elle était très affectée par le décès brutal d’un de ses amis acteurs, Alaa Wali El-Din, et c’est à partir de ce moment qu’a commencé sa quête existentielle. Elle avouera que cet évènement fut très traumatisant, cette première confrontation avec la mort lui a fait craindre l’après-vie, et l’a poussée à une profonde remise en question. En 2005, sa recherche existentielle l’amène à fréquenter des cercles islamiques, notamment Hanane Turk, une célèbre actrice voilée, dont les positions en faveur du voile sont notoirement connues. Hala avouera que cette dernière a joué un rôle prépondérant dans sa « révélation mystique ».

Elle raconte avoir mis le hijab après une vision apocalyptique du « jour du jugement dernier ». Elle se marie une année plus tard avec Youcef Harisson, un converti d’origine italo-canadienne installé en Egypte, surtout connu pour être un prédicateur salafiste très actif, et annonce son retrait définitif du cinéma. Quelque temps plus tard, elle met le niqab, le voile intégral.

Le couple a trois enfants, et vit entre l’Egypte et le Canada où les deux époux officiaient dans un centre islamique, selon le journal Alyoum-Assabi. Durant cette période, le couple devient quasi mythique dans l’islamosphère ; l’histoire de la conversion de Youcef à l’Islam, ainsi que le renoncement de Héla à la vie superficielle du cinéma pour suivre la voie d’Allah, était un récit grandement relayé et glorifié durant plus d’une décennie.

Être une femme dévoilée, tu sais c’est pas si facile…

Seulement à la fin de cet été, l’actrice publie une photo d’elle les cheveux libres, avec pour toute légende : « Je suis de retour. » La nouvelle se répand très vite, Hala explique sur les réseaux sociaux que cette décision découlait d’un choix personnel, qu’elle n’attaquait pas l’Islam, mais admettait avoir compris que le voile n’était pas aussi spirituel qu’elle le pensait, que le comportement était bien plus important que l’habit.

Les réactions ne se sont pas fait attendre ; beaucoup de messages de félicitations, et énormément de critiques. Il faut comprendre que cette soudaine reconversion est un véritable coup dur pour les cercles islamistes, c’est l’incompréhension pour certains, le désarroi pour d’autres. Certains n’hésitent pas à qualifier le geste de l’actrice de trahison, on l’accuse d’avoir été « achetée » par les ennemis de l’Islam, dans le but de pervertir la jeunesse musulmane. L’acte d’enlever le voile n’est pas anodin : il met à mal la rhétorique islamiste selon laquelle les femmes sont heureuses et épanouies en le portant. Le hashtag #ReviensHala fait son apparition, des internautes supplient l’actrice de retrouver la raison, on lui rappelle sa responsabilité vis-à-vis des milliers d’âmes qui l’avaient prise pour modèle, ainsi que les châtiments atroces qu’Allah réserve à celles qui quittent le droit chemin.

Islamistes, le choc des photos

Mohamed Essaoui, un prédicateur salafiste, prétendu ami proche de Youcef, a mis en ligne une vidéo où il était en larmes, implorant d’une voix tremblante l’actrice de se repentir. Pour lui, il s’agirait d’une « rechute » dans « les tentations du monde », le diable a égaré l’âme de la jeune femme. Il a condamné sa décision, estimant qu’elle « avait déçu les femmes et les jeunes filles musulmanes pour qui elle était un exemple vivant de piété ». D’ailleurs, celles qui étaient naguère ses « sœurs » l’attaquent férocement. La première salve est lancée par Khadija Al-Shater, qui n’est autre que la fille de Khairat Al-Shater, celui qui fut numéro 2 des Frères musulmans durant de nombreuses années, avant d’être arrêté en 2013, puis condamné à perpétuité en 2015. Khairat Al-Shater, elle-même militante très active dans les cercles islamistes, a posté une longue publication sur Facebook dans laquelle elle fait part de son incrédulité face à cette nouvelle, exhortant Hala, « son âme sœur », à retrouver ses esprits, et à s’éloigner des égarements des tentations terrestres, elle lui rappelle à quel point elles étaient proches, et combien elle aimait la pureté de son âme. Elle évoque la vision du jour du jugement dernier que l’actrice avait eue avant de mettre le voile, n’hésitant pas au passage à déclarer qu’elle faisait partie des élus, les bien-aimés de Dieu, et l’implore de redevenir la Hala qu’elle connaissait et de remettre son voile.

« J’ai pris cette décision de mon propre chef, sans aucune pression de qui que ce soit »

Hala nie publiquement entretenir une quelconque amitié avec la fille de l’ex-membre des Frères musulmans, elle admet néanmoins que leurs enfants étaient scolarisés dans la même école. Face à la virulence de certaines réactions, Héla change de ton : sans explicitement les citer, elle accuse les Frères musulmans et les mouvements qui s’en rapprochent d’instrumentaliser la religion à des fins politiques : « Douze ans auparavant, j’étais convaincue du bien-fondé de ma démarche, durant cette période, j’ai dû reconsidérer beaucoup de notions, j’ai découvert que beaucoup de ceux qui revendiquaient la piété se travestissaient de l’habit de la religion pour servir leurs intérêts personnels, maintenant, je fais aussi une chose dont je suis 100 % convaincue, j’ai pris cette décision de mon propre chef, sans aucune pression de qui que ce soit. », se défend-elle dans un tweet.

L’Egypte à voile et à vapeur

À l’instar de Hala, de plus en plus de musulmanes font la démarche d’enlever leur voile. Le phénomène commence à timidement émerger à partir de 2013, surtout en Egypte, où entre 2017 et 2018, plus d’une quinzaine de personnalités publiques, actrices, journalistes, chanteuses ont fini par se montrer les cheveux découverts. En mai 2015, une campagne initiée par Chérif Choubachy, journaliste et intellectuel égyptien, invitait les femmes qui portaient le voile par contrainte à « retrouver leur dignité », en renonçant à « ce symbole de soumission », allant même jusqu’à le qualifier de « cheval de Troie de l’obscurantisme ». L’appel a reçu quelques encouragements et soutiens, noyés sous un flot de menaces et d’insultes. Les internautes les plus zélés avaient appelé à « crucifier Chérif Choubachy sur la place Tahrir », car celui-ci avait porté atteinte à l’un des fondements des valeurs islamiques. Il faut préciser que, depuis plus de trois décennies, le discours dominant autour de la question affirme que le voile est une obligation divine. Mais de plus en plus de voix d’intellectuels et de théologiens s’élèvent pour dénoncer cette « mystification » arguant que cette prescription n’est pas clairement consignée dans le Coran ou la Sunnah, ce qui expliquerait peut-être ce mouvement de prise de distance avec le voile entrepris par certaines femmes.

Le contexte politique pourrait également être en cause ; depuis la destitution en juillet 2013 de Mohammed Morsi, président issu des Frères musulmans, le port du voile est parfois perçu comme signe de ralliement au mouvement islamiste. Or, une grande partie de la population égyptienne accuse les Frères musulmans d’avoir instrumentalisé la religion au profit de la politique.

La députée islamiste qui se dévoilait devant le Moulin rouge

Le phénomène se constate également au Maroc. Ces derniers mois, deux affaires concernant l’utilisation du voile islamique en politique ont fait parler d’elles.

Mayssa Salama Ennaji, journaliste marocaine suivie par plus d’un million de personnes, crée la surprise à l’automne 2018 en s’affichant tête nue. Celle qui a porté le voile depuis six années, et qui fut militante du parti Justice et développement (PJD), parti islamiste au pouvoir depuis 2011 (date à laquelle il remporte les législatives), ne cache pas son dépit et sa déception quant à l’utilisation de la religion à des fins politiques. Elle explique dans une entrevue filmée être écoeurée par le « double discours, les incohérences et l’hypocrisie » de certains islamistes, elle déclare avoir pris conscience que le voile était « un instrument politique éhonté ».

Le monokini, c’est fini

Toujours au Maroc, fin décembre 2018, des photos de vacances de la députée Amina Maelainine fuitent sur Internet. Connue pour être une figure emblématique du PJD, parti islamiste, on la voit prendre la pose en jean devant le Moulin rouge à Paris, cheveux au vent et bras nus. Un autre visage que celui qu’elle arbore au Maroc, où elle ne se montre jamais sans son voile. Beaucoup de Marocains ont dénoncé cette hypocrisie, qualifiant son voile « d’uniforme politique ». La députée n’a pas nié l’existence de ces photos, mais a appelé au respect de la vie privée.

Aujourd’hui, elles enlèvent le haut

Plus proche de nous, bien que moins politisé, le phénomène se constate également en Europe, Wassila Bk, chanteuse de rap, dont le clip officiel de la chanson « Mollo » comptabilise plus de 5 millions de vues, portait un foulard à ses premiers pas dans la musique. La jeune fille était alors très critiquée par la communauté musulmane. Selon eux, son activité artistique contrevenait aux principes de pudeur et de pureté exprimés par le voile islamique. Plus tard en signant avec un important label de disque, son foulard est remplacé par un turban à la Mennel, avant de disparaître entièrement, laissant place à de longues boucles brunes. Elle n’échappe pas non plus aux critiques.

Lucia Canovi, youtubeuse Française convertie à l’Islam, mariée à un Algérien, installée en Algérie, se présente comme agrégée de Lettres modernes et se fait principalement connaître pour sa vidéo qui étaye la théorie de la terre plate. Elle s’est également montrée sans le hijab après l’avoir porté près d’une décennie. Dans une vidéo, elle explique que les musulmans ont, à tort, donné trop d’importance à un simple bout de tissu.

Bien avant l’émergence de ce mouvement, en 2011, le roman Burkini de la Libanaise Maya Al-Haj, dont la traduction française est parue aux Éditions Erick Bonnier, augurait déjà du phénomène. L’héroïne du livre, une artiste-peintre voilée, travaille paradoxalement à esquisser des corps nus, et porte cependant le voile sans contrainte, et sans conviction religieuse. Après bien des tergiversations et questionnements liés au corps et à la féminité, l’héroïne décide finalement de l’ôter. Pour Maya Al-Haj, son roman parle d’abord de libre choix, elle explique que de la même manière que son personnage avait décidé de porter le voile de sa propre initiative, le cheminement qui l’a mené à se dévoiler était tout aussi légitime. Une équation qui reste à résoudre pour la majeure partie du monde musulman : la réalité ne fonctionne majoritairement, et pour l’instant, que dans un sens.

Tariq Ramadan: le viol, les femmes et le Prophète

Ses « enseignements » n’ont pas sombré avec lui

Tariq Ramadan a été fortement affaibli par l’impact de ses affaires privées. En même temps, on a laissé son enseignement intact. N’importe lequel de ses bons élèves, pour peu qu’il ait un soutien financier et soit prudent dans sa vie personnelle, pourra le remplacer en enseignant la même chose.

Quiconque travaille en profondeur sur les livres de Tariq Ramadan, sait qu’on ne peut pas comprendre son message sans tenir compte de ce que disent les livres sacrés dont il parle, et auxquels il se réfère sans cesse. L’histoire que je vais raconter date de février 2009. Elle montre comment Tariq Ramadan, rien qu’en manipulant des mots, parvient à dire à chacun ce qu’il veut entendre, et à empêcher la discussion quand elle l’embarrasse.

Tariq Ramadan, le défilement permanent

En marge d’une conférence que Tariq Ramadan donnait avec l’islamologue Dominique Urvoy à l’Institut du Monde arabe (IMA) à Paris, je demandai la parole et dis :

— J’ai lu vos livres, Monsieur Ramadan. Vous dites qu’il faut suivre le Coran et la Sunna.

— C’est vrai.

— Eh bien, le Coran dit : « Couchez1 avec autant de femmes que vous voudrez, deux, trois, quatre, et si vous craignez de ne pas être équitables, alors, avec une seule ou avec ce que possèdent vos mains droites », c’est-à-dire les esclaves. Et d’après le hadith, Mahomet a couché avec une petite fille, Aïcha, qui avait neuf ans.

— Votre question, Madame ?, dit le modérateur.

— Ma question est : faut-il faire ces choses ?

Tariq Ramadan se trouvait en France : il ne pouvait pas dire qu’il fallait épouser plusieurs femmes, coucher avec des petites filles, transformer les prisonnières de guerre en esclaves et les violer.

Il ne dit donc pas qu’il ne fallait pas faire ces actions. Il fit une réponse hors sujet :

— C’est vrai qu’il y avait des esclaves, mais autrefois, il y avait de l’esclavage partout. Mais les mœurs ont changé. Aujourd’hui, l’esclavage n’existe plus.

Tariq Ramadan s’abolit de l’esclavage

Tariq Ramadan ne disait pas la vérité. L’esclavage existait à cette époque, et l’homme qui le pratiquait de la façon la plus horrible était le dictateur soudanais Hassan Tourabi. Bien avant Boko Haram et Daech, Tourabi avait utilisé l’esclavagisme comme arme durant la guerre de religion qu’il avait menée contre les chrétiens et les animistes du Soudan2.

A lire aussi: « Que les nations arabo-musulmanes se penchent enfin sur leurs traites négrières »

Je démentis Tariq Ramadan, mais la foule s’insurgea contre moi, ce qui lui permit de passer la question sous silence et de ne pas dire s’il fallait faire ce que disaient ces textes : pratiquer la polygamie, avoir des esclaves et coucher avec elles sans leur consentement.

Par ce silence, il contredisait à l’avance tout ce qu’il dirait, cinq ans plus tard, pour condamner Daech et l’esclavage sexuel.

« Le Prophète a, paraît-il, épousé une jeune femme (sic) de 9 ans »

Tariq Ramadan traita de la même manière la seconde partie de ma question. Quelques années plus tôt, il avait reconnu par écrit, dans un de ses livres, qu’Aïcha avait six ans quand elle avait épousé Mahomet. Cette fois, il prétendit que « le Prophète a, paraît-il, épousé une jeune femme (sic) de 9 ans ». Puis il dit que les musulmans sunnites s’appuyaient sur le hadith, « le Sahih Bokhari et le Sahih Moslem », précisa-t-il. Et que cet épisode ne pouvait pas être pris au sérieux car il venait de la Sira (biographie) de Mahomet. C’était faux : le récit le plus connu de ce mariage vient bien d’un hadith authentique du Sahih Bokhari. Cette pirouette permit à Tariq Ramadan d’éviter de répondre à la question de savoir s’il fallait coucher ou non avec des petites filles de cet âge.

Six ans plus tard, Tariq Ramadan n’a pas contesté le récit de l’intervention que j’ai fait dans un de mes livres3. En revanche, le compte-rendu de l’IMA que j’y citais a rapidement disparu. Mais j’en ai une copie, et son existence est attestée par un huissier.

Les « textes clairs » du Coran

En réalité, Tariq Ramadan n’a pas véritablement trompé son lecteur. Disciple du Frère musulman Qaradawi et du mentor de Qaradawi, Hassan al-Banna, il a annoncé la couleur dès le début. Ainsi, il affirme que son grand-père Hassan al-Banna est un réformateur. Or Hassan al-Banna défend les châtiments corporels comme la lapidation, la flagellation, l’amputation. Ce que Tariq Ramadan appelle « réforme » est donc le concept frériste de retour aux textes et d’application littérale de ces textes. Aussi, sa demande de moratoire – annoncée sur son site internet et reformulée devant Nicolas Sarkozy lors de leur débat télévisé – n’a aucun sens, puisqu’elle contredit des « textes clairs » du Hadith.

A lire aussi: La Terre est plate, la preuve: c’est écrit dans le Coran

Tariq Ramadan, en effet, dit qu’il est interdit aux humains de contredire une donnée contenue dans « des textes clairs » du Coran ou de l’un des deux recueils de hadiths authentiques (Bokhari et Moslem). Une fois qu’il a posé ce postulat, il est évident qu’il ne pourra pas interdire à son public de pratiquer l’esclavagisme, la polygamie, la pédophilie et le viol des captives, puisque tout cela se trouve énoncé dans « des textes clairs », tel celui que j’avais cité pendant notre échange.

Les viols de la place Tahrir

En 2017, j’ai travaillé sur les viols de la place Tahrir du Caire lors de la révolution égyptienne. J’ai lu et entendu dire dans des vidéos que le viol était endémique en Égypte. Certains disaient carrément que les Égyptiens étaient un peuple de violeurs. Mais ceux qui se souviennent de l’Égypte d’autrefois savent que c’est faux. Alors pourquoi cette épidémie de viols sur la place Tahrir, allant jusqu’à une centaine de viols déclarés en un seul jour ?

Une partie de la raison est assez simple : pendant des années, les Egyptiens ont subi la diffusion massive de vidéos de sermons ou d’appels encourageant à rétablir l’esclavagisme pour résoudre les problèmes financiers du pays, ou pour permettre à l’homme de satisfaire ses instincts sexuels sur des femmes qui n’étaient pas les siennes « sans pécher » et sans « aller en enfer ».4 Considérer les femmes des autres religions comme des esclaves, ou les musulmanes non voilées et non cloîtrées comme des dévergondées qui peuvent être violées, entraîne l’homme à estimer qu’il a le droit de leur infliger le « viol punitif » voire à les tuer.

Ce que doit entendre Décathlon

Dans ces conditions, croit-on que ce soit innocemment que ceux qui s’opposent au hijab de running de Décathlon ont été victimes d’un tel tollé ? Savez-vous ce qui arrive aux femmes non voilées dans certains quartiers ?

Par une coïncidence tragique, l’actualité nous présente l’affaire du hijab de running, puis la plainte portée par Tariq Ramadan contre des filles qui disent avoir été violées par lui, la veille du 25e anniversaire de l’assassinat de Katia Bengana. Cette jeune fille de 17 ans a été tuée par des islamistes en Algérie, le 28 février 1994, parce qu’elle refusait de porter le voile.

A lire aussi: Décathlon (et sa cour), à fond pour l’islamisme!

Ce qu’on ne raconte pas en France, c’est qu’en Algérie toujours, « des imams sont la cible d’agressions quotidiennes de la part d’éléments salafistes cherchant à prendre le contrôle de ces lieux de culte dans plusieurs wilayas du pays »5 : des éléments qui veillent et rêvent de reprendre la main à la manière de Mohamed Morsi.

Rachid Nekkaz, le BHL algérien qui veut remplacer Bouteflika

L’ex-Français s’est fait connaître en payant les amendes des Françaises en burkini

Rachid Nekkaz se fait porter en triomphe lors d’une manifestation anti-Bouteflika à Alger,

En 2010, il sortait son carnet de chèque devant les caméras pour régler les contraventions des Françaises qui refusaient de retirer leur niqab. Jamais à court d’idée, le millionnaire Rachid Nekkaz a décidé de quitter la France pour tenter sa chance à l’élection présidentielle en Algérie, son pays d’origine.

Il se verrait bien être le successeur d’Abdelaziz Bouteflika, en lice pour un cinquième mandat. Surnommé le « candidat de la jeunesse », Rachid Nekkaz espère remporter l’élection présidentielle en Algérie du 18 avril prochain. Il assure même avoir rendu son passeport français, condition nécessaire pour l’accès à la fonction.

« Je n’ai jamais soutenu ces femmes mais un principe »

En France, il avait connu le feu des projecteurs en proposant aux femmes en voile intégral – ou burkini – verbalisées de payer leurs amendes. « Soyons clairs, tient à souligner d’emblée le promoteur immobilier, je n’ai jamais soutenu ces femmes mais un principe, celui des libertés individuelles dans l’espace public. » Et lorsqu’il s’agit de voler au secours de nos droits fondamentaux, en court-circuitant au passage la loi de la République, Rachid Nekkaz ne regarde pas à la dépense. Avec plus d’un millier d’amendes payées, il aurait déboursé 230 000 euros prélevés sur un fond d’un million d’euros appelé « défense de la liberté et de la laïcité » et financé par ses soins. Sa femme, qu’il présente comme une Franco-canadienne catholique, n’est-elle pas à elle seule la meilleure preuve que Rachid Nekkaz est un homme ouvert et qui n’a rien à voir avec un quelconque rigorisme musulman ? « Je suis un militant des droits de l’homme », insiste-t-il.

Rachid Nekkaz, défenseur des opprimés

Né en 1972, de parents algériens, Rachid Nekkaz a grandi dans un quartier populaire de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), au sein d’une fratrie de 13 enfants. Après des études d’histoire et de philosophie, il monte une start-up informatique qu’il vendra par la suite pour investir dans l’immobilier. Cette opération lui aurait permis de s’assurer une jolie fortune sans que l’on puisse toutefois en connaître le montant. L’entrepreneur se montre en effet discret sur le sujet et préfère mettre l’accent sur ses nombreux, et très divers, engagements militants.

A lire aussi: L’Algérie, ce pays prisonnier de son président-fantôme

Habitué des sujets à forte valeur médiatique ajoutée, il est sur tous les fronts avec un penchant un peu plus prononcé pour les causes « controversées ». En 2008, par exemple, Rachid Nekkaz entame une grève de la faim pour obtenir la « libération immédiate » de l’ancien avocat Karim Achoui en prison pour complicité dans l’évasion du braqueur Antonio Ferrara. Deux ans plus tard, il change de registre et se prend de compassion pour les Roms. Il décide de leur offrir, « pour Noël », un terrain de 12 hectares en Auvergne, fief de l’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Le projet tombera à l’eau.

La France ou l’Algérie, quelle différence ?

Rachid Nekkaz, chevalier servant – envers et contre tous – des « libertés individuelles », multiplie les projets. En 2007, en France, il s’imagine un destin national et décide de se lancer en solitaire dans la bataille présidentielle. Il vend sa maison, fait la tournée des élus pour s’assurer les parrainages indispensables. Mais alors que Rachid Nekkaz est sur le point de se présenter aux suffrages des Français, il est victime, assure-t-il, d’un cambriolage à son domicile : les promesses de parrainages disparaissent. Les cambrioleurs restent introuvables… Qu’à cela ne tienne, il en faut bien davantage pour arrêter la marche vers les sommets de l’enfant de banlieue parisienne. Puisque son pays natal ne veut pas de lui, il demande à être déchu de la nationalité française dans le but de se présenter en 2014 à l’élection suprême algérienne. Au pays des généraux et de l’indétrônable Bouteflika, son programme est aussi réaliste qu’un conte de fée : éradiquer la corruption et rétablir un Etat de droit. Pas moins. Mais là encore, coup du sort. Cette fois ci, c’est le camion transportant les parrainages qui se volatilise.

Une cuillère pour Papa…

Sa prédilection pour les chemises blanches, sa chevelure abondante et son goût pour les plateaux de télévision l’amènent parfois à être comparé à BHL. Pas sûr que l’intéressé apprécie… Si le personnage au contact chaleureux et au parcours rocambolesque suscite une sympathie amusée, l’homme Rachid Nekkaz, par son ambiguïté, laisse en revanche perplexe. A quel moment faut-il l’écouter et le prendre au sérieux ? La réponse ne va pas de soi tant il s’applique à servir à ses interlocuteurs de tout bord ce qu’ils ont envie d’entendre. Ainsi, pour l’hebdomadaire de droite Valeurs actuelles, il se fait nostalgique de la France chrétienne en déclarant qu’il souhaiterait voir les églises se remplir à nouveau. Autre son de cloche sur le site d’information russe RT France, où il estime que nos élus rêvent certainement d’interdire l’islam dans la Constitution française… Après avoir fait de l’islam en France un étendard et un moyen de gagner un peu d’aura médiatique, Rachid Nekkaz, mi-aventurier mi-businessman, tente donc, une seconde fois, de conquérir les terres algériennes. Si son camion ne disparaît pas…

Immigration et diversité   

Vers l’arrivée, en France, de 10 à 15 millions d’Algériens ?

La candidature à un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika ne fait pas que des heureux. De nombreuses manifestations ont lieu dans toute l’Algérie pour protester contre la probable réélection d’un vieillard de plus de 81 ans, profondément handicapé par un accident vasculaire cérébral. Qu’il l’emporte ou non, la relève n’est pas prête et la stabilité du pays est loin d’être assurée. Mohamed Sifaoui, journaliste franco-algérien, va même jusqu’à prédire que « 10 à 15 millions de personnes peuvent arriver en France, en cas de catastrophe ».

Mohamed Sifaoui, l’auteur de Où va l’Algérie ?, s’il fait parfois l’objet de polémiques, est un spécialiste reconnu du monde musulman et du terrorisme. Il ne porte pas dans son cœur le président algérien et l’on ne peut écarter que ce cri d’alarme ait aussi pour objectif de nuire à la candidature d’un membre du FLN qui a fait carrière et tient en bride l’Algérie, avec l’aide de sa famille et de son clan. Il reste qu’il annonce une menace réelle, que nos dirigeants feraient bien de prendre publiquement en considération.

Il estime que les manifestations ne sont pas encore à leur paroxysme, parce que les Algériens les plus âgés ont gardé en mémoire la guerre civile des années 1990. Mais la dernière génération ne l’a pas connue (la moitié de la population a moins de 20 ans) et ne se voit guère d’avenir dans son pays, s’il continue d’être dirigé par un homme sourd et grabataire, qui apparaît rarement en public. Il explique que plusieurs centaines de cadres et de diplômés cherchent déjà à fuir l’Algérie, via l’Espagne, pour rejoindre la France.

Mais, en cas de crise politique majeure, ce sont plusieurs millions d’Algériens qui pourraient débarquer en France, le plus légalement du monde. Beaucoup d’entre eux ont, en effet, des liens de parenté avec des personnes nées en France ; les regroupements familiaux feraient le reste. Il appelle donc les pays européens, à commencer par la France, à soutenir les forces démocratiques en Algérie et non les partisans d’un gérontocrate qu’il qualifie de « dictateur ».

Officiellement, la situation en Algérie n’est pas la première préoccupation de Macron et de son gouvernement. Mais cette non-ingérence cacherait une profonde inquiétude. Selon L’Obs du 24 février, « le cauchemar du président de la République, c’est l’Algérie […]. Les plus hautes autorités de l’État sont terrifiées par la perspective d’une grave déstabilisation de notre ancienne colonie après la mort de Bouteflika. » Pour des raisons multiples : importations de gaz, poids de l’immigration algérienne en France et de sa descendance, risque d’exode de centaines de milliers de jeunes vers la France, importance géopolitique dans la lutte contre l’islamisme…

Mais mettre cette question au premier plan de l’actualité, ce serait faire la part trop belle aux partis qui dénoncent depuis longtemps l’absence de maîtrise de l’immigration, comme le Rassemblement national ou Debout la France et, dans une moindre mesure, les Républicains de Laurent Wauquiez. À quelques mois des élections européennes, ce serait malvenu. Il n’y a pas de stratégie sur l’après-Bouteflika : on redoute sa disparition de peur du chaos mais, par manque d’anticipation, en pratiquant l’immobilisme, on risque de l’aggraver.

Bien sûr, Macron hérite d’une situation ancienne et compliquée. Il faudrait mettre en cause la manière dont ses lointains prédécesseurs ont mis fin à la guerre d’Algérie sans prévoir que le FLN n’était pas composé de petits saints et pouvait se servir avant de servir le peuple algérien. Il est grave, pour un gouvernement quel qu’il soit, de ne penser à l’avenir que lorsqu’il est trop tard.

5ème mandat de Bouteflika : bientôt l’implosion de l’Algérie ?

Les quais marseillais ne vont plus tarder a reprendre du service , en provenance d’ Algérie …

Grâce à la cinquième  candidature du gaga qui « dirige » l’ Algérie.

Allez les gars !

Zyva !!

Mais il vont faire donner l’ armée, eux!!

Et  on va voir debarquer chez nous des dizaines de milliers de « réfugiés politiques aprés les réfugiés économiques, on attend les « réfugiés comiques » …

Les protestataires ont défilé dans le centre d’Alger où toute manifestation est officiellement interdite depuis 2001 et où la police intervient généralement immédiatement pour empêcher la moindre tentative de rassemblement.

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé vendredi dans le centre d’Alger et dans  plusieurs localités du pays contre le 5e mandat que brigue le président algérien Abdelaziz Bouteflika, après des appels en ce sens lancés sur les réseaux sociaux.

Des centaines de personnes ont défilé dans le centre d’Alger où toute manifestation est officiellement interdite depuis 2001 et où la police intervient généralement immédiatement pour empêcher la moindre tentative de rassemblement,

“Pas de 5e mandat”, “Ni Bouteflika, ni Saïd” (frère du chef de l’Etat, souvent perçu comme son successeur potentiel), ont scandé les manifestants, jeunes pour la plupart, défilant dans les rues autour de la place de la Grande Poste, en plein centre de la capitale algérienne.

Survolé par un hélicoptère des forces de l’ordre, le cortège, dans lequel plusieurs drapeaux algériens étaient visibles, s’est formé à la mi-journée à partir de différents points de la ville, à l’issue de la grande prière hebdomadaire musulmane.

“Pouvoir assassin!”, “Ouyahia, dégage!”, ont également scandé les protestataires, en référence au Premier ministre Ahmed Ouyahia, un fidèle de M. Bouteflika dont il dirige le gouvernement pour la troisième fois.

La police, déployée en nombre, n’est pas intervenue immédiatement, se contentant de bloquer l’accès à la place de la Grande Poste.

Un cortège s’est dirigé vers la présidence, à environ 4km de la place, mais s’est retrouvé bloqué à mi-chemin, la police en interdisant tous les accès, a constaté l’AFP.

La dernière manifestation dans le centre d’Alger, où elles sont rares, a eu lieu en février 2018 lorsqu’un millier de médecins en formation avaient réussi à braver l’interdit en se rassemblant devant la Grande Poste, bâtiment emblématique d’Alger. Ils avaient été rapidement encerclés et bloqués par la police.

Plusieurs appels à manifester ce vendredi contre la candidature de M. Bouteflika à 5e mandat à la présidentielle -qu’il apparaît assuré de remporter- ont éclos ces derniers jours sur les réseaux sociaux, sans que le mouvement n’apparaisse pour l’heure très structuré.

Rares apparitions 

Plusieurs autres rassemblements ont été signalés dans la journée notamment à Tizi Ouzou et à Béjaïa (nord), à Annaba (nord-est) ou Ouargla (est), selon des sites d’information algériens.

“Un imposant rassemblement a eu lieu devant le Palais de la culture de Béjaia”, rapporte le quotidien francophone el-Watan sur son site internet. A Ouargla, “des milliers de manifestants ont scandé +le peuple veut la chute du régime+”, selon le journal.

La presse algérienne fait également état de protestations d’ampleur variable dans la matinée à Oran, deuxième ville du pays à environ 400 km à l’ouest d’Alger, à Tiaret, Relizane et Sétif (nord).

Au pouvoir depuis 1999, M. Bouteflika, 81 ans, a annoncé le 10 février dans une lettre-programme à la Nation qu’il briguerait un 5e mandat lors de la prochaine présidentielle, mettant fin à des mois d’interrogations sur ses intentions.

Elu pour la première fois en 1999 sans opposition, la totalité de ses adversaires s’étant retirés en dénonçant à l’avance des fraudes, M. Bouteflika a été constamment réélu depuis 2004 avec plus de 80% des voix au 1er tour.

Victime en 2013 d’un accident vasculaire cérébral (AVC) qui l’a depuis cloué dans un fauteuil roulant, il ne fait que de rares apparitions et ne s’exprime plus en public.

Dans son message, il a devancé les critiques sur son état de santé, qui selon certains de ses opposants le rend inapte à gouverner.

“Bien sûr, je n’ai plus les mêmes forces physiques qu’avant (…) mais la volonté inébranlable de servir la Patrie ne m’a jamais quittée et elle me permet de transcender les contraintes liées aux ennuis de santé”,

a-t-il écrit.

Note d’Antiislam

Bien sûr nous voudrions feindre l’indifférence devant la catastrophe algérienne.

Catastrophe résultant du caractère islamo-mafieux du régime FLN.

Emmanuel Todd avait utilisé, en 1976,  la mortalité infantile de l’URSS pour prévoir son effondrement futur.

Des indicateurs analogues montrent l’implosion imminente de l’Algérie FLN.

En particulier, son incapacité depuis 20 ans à envoyer un seul de ses jeunes dans les Grandes Ecoles française : signature infaillible d’un système scolaire totalement effondré.

Et ce, avec une démographie  totalement explosive …

Des millions de jeunes inemployables car absolument pas éduqués : voilà le problème que l’Algérie entend nous faire résoudre, NOUS, Français par une immigration de masse chez  NOUS.

Il faut, dès à présent, se lever pour dire  au traitre  Macron que, NON, ça ne marchera pas comme ça !

L’Algérie, ce pays prisonnier de son président-fantôme

Après lui le Déluge, l’après-Bouteflika n’existe pas

Une manifestation à Paris réclame le départ de Bouteflika, en écho à celles qui ont lieu en Algérie, 24 février 2019. Malgré les manifestations populaires qui réclament le départ d’Abdelaziz Bouteflika, candidat à un cinquième mandat, l’Algérie semble prisonnière de son président impotent. Rien n’a été fait pour préparer sa succession…

Le vendredi 22 février 2018 ne restera pas une date comme les autres dans toute l’Algérie. Ce jour-là, des milliers de personnes, essentiellement jeunes et masculines, se sont réunies dans le centre de toutes les villes du pays pour protester contre une cinquième candidature d’Abdelaziz Bouteflika à la prochaine élection de mars 2019…

Immédiatement, la nouvelle caisse de résonance que sont les réseaux sociaux a propagé des vidéos de foules entières appelant à un changement de système. Quelques affrontements ont même eu lieu avec la police anti-émeute. Rien de très violent, mais on sent qu’à tout moment ce pouvoir chancelant comme un boxeur proche du KO, peut riposter avec violence. Surtout qu’au sommet même de l’Etat, des doutes semblent exister sur cette candidature.

L’Algérie s’éveille

Les manifestations ne sont pas restées éphémères. Ces samedi et dimanche, la foule a continué de donner de la voix. La Grande Poste d’Alger a vu émerger de nouveaux visages, plus mixtes, plus intergénérationnels.

A Alger bien sûr, mais aussi à Batna, Constantine, Bejaia, Oran, Tizi-Ouzou, des manifestations ont soudainement surgi des bas-fonds du pays pour exprimer leur ras le bol. Des flots de personnes se sont également retrouvés place de la République à Paris où une importante communauté algérienne s’est réunie en soutien au pays. Drapeaux algériens sur les épaules, des pancartes anti-FLN et le « 5 » rayé inscrit sur des panneaux expriment le refus de voir un président sortant, fatigué, invisible et inexistant se présenter une cinquième fois au pouvoir pour un bilan plus que négatif.

Où est le président ?

Climat politique ubuesque, cela fait des mois que le président de la République, Bouteflika, âgé de 81 ans n’a pas été vu en public. Des mois que, depuis son AVC, il n’est représenté qu’en photo comme dans les dictatures les plus primitives du globe. Des mois que le pays le plus jeune d’Afrique se voit imposer un président impotent multipliant les allers-retours en douce entre Alger et Grenoble, où travaille son médecin personnel, ou Genève la semaine dernière. Le tout dans une démocratie sans opposition, ni relève. Beaucoup le croient mort.

A lire aussi: L’Algérie, ce pays gouverné par un « mort »

Mais Abdelaziz Bouteflika n’est pas la seule cible des manifestants. C’est l’arbre qui cache toute une forêt à commencer par son frère Saïd, numéro 2 du régime, qui dirige le pays en sous-main. Ce sont aussi tous les sexagénaires du Parti au pouvoir, tel Sellal Ouyahiya, qui sont visés, incapables d’avoir préparé une relève en capacité de diriger le plus grand pays d’Afrique et l’un des principaux fournisseurs de gaz au monde.

Les mêmes demandes qu’il y a 30 ans

Cette révolte est un écho aux manifestations de 1988 où les quartiers populaires, de Belcourt à la Casbah, s’étaient embrasés contre un chômage persistant et une absence totale de démocratie. Après une répression brutale des forces de police, le président Chadli Bendjedid avait dû modifier la Constitution ouvrant la porte à un régime pluraliste. Mais le mal était déjà fait. Les islamistes avaient fini par s’engouffrer dans la brèche en prenant des villes importantes comme Alger la Blanche préfigurant une décennie noire matinée de rouge.

Trente ans après, rien ne semble avoir changé. Les manifestants réclament les mêmes revendications que leurs aînés: des réformes en matière scolaire, économique, culturelle, la fin de la corruption, une nouvelle génération au pouvoir, la liberté d’expression… Car au travers de ce président, c’est tout un système qui est rejeté, un système qui mêle clanisme, népotisme et incapacité à transformer le pays, à fournir un présent et un avenir décent à une population de 26 ans de moyenne d’âge.

Jeunesse diplômée demande président qualifié

Fini « le Père conciliant et réconciliant » de 2001 à une époque où l’ancien ministre des Affaires étrangères du président Boumediene incarnait l’image d’un Etat fort sorti vainqueur d’une guerre sanglante contre le Front islamique du Salut (FIS). Terminé le chantage des progressistes contre un fascisme vert que les plus jeunes n’ont pas connu directement. C’est une véritable colère populaire qui a commencé à gronder doucement depuis un an. Pas question pour les Algériens d’appeler à un pâle « printemps arabe », qui n’est un succès pour personne mis à part la Tunisie. Les manifestants veulent une transition en douceur.

Cette jeunesse surdiplômée est au chômage ou multiplie les temps partiels sous-payés. Comme dans beaucoup de pays européens, notamment en Espagne, ils sont obligés de vivre chez leur parents, faute de pouvoir prendre une location. C’est le cas d’Hannah, 32 ans. Originaire de Belcourt, elle vit chez ses parents à Bentalha dans la périphérie d’Alger. Master 2 en archéologie, spécialisée sur Tipaza si cher à Camus, elle vend des vêtements dans le centre d’Alger pour un faible revenu. Elle rêve de rejoindre l’Europe pour continuer son doctorat : « Je reproche à Saïd d’avoir détourné des milliards, à l’Etat d’avoir entrainé le pays dans une crise économique, culturelle, politique sans nom. Je demande à ces hommes qui ont pillé le pays de rendre des comptes et de démissionner. » Les plus chanceux – et souvent les plus riches – ont quitté leur pays pour la France, la Suisse mais surtout le Québec, nouvel eldorado pour les « têtes bien faites ».

Après Bouteflika, le Déluge 

Une question mérite tout de même d’être posée: si Bouteflika ne devait pas se présenter ou pire être réélu avant de décéder en début de mandat, qui gouvernerait officiellement le pays ? Certes, il y a le pôle économique, l’armée et le pôle présidentiel mais ils sont les piliers du régime que rejettent aujourd’hui ces Algériens. L’armée purgée dernièrement après l’affaire des kilos de cocaïne trouvés dans le port d’Oran, seul le Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) de Bachir Tartag, le KGB algérien, déjà hostile à une 4ème candidature, peut faire blocage à une 5ème.

A lire aussi: Dissidence au Maghreb: l’impossible combat?

Où est l’opposition ? Contrairement à la lubie des laïcs de France et de Navarre, les islamistes, malgré quelques groupes dans les montagnes kabyles, ne représentent pas une menace électorale. Ils n’ont ni structure, ni leader charismatique et restent détestés par la population marquée par le souvenir des années 90. Et ce n’est pas parce que des femmes voilées et des barbus se glissent  comme de simples citoyens dans les cortèges que la charia devient une revendication des manifestants. Leur seule chance d’obtenir des voix réside dans l’absence d’une opposition crédible.

Ni les socialistes ni le centriste Ali Benfils, le général Ali Ghediri ou le « Nuit debout » local, « Mwatanah », ne peuvent prendre le pouvoir, faute de militants, d’électeurs et de charisme.

On s’était dit rendez-vous dans 10 ans ?

Quelles solutions à court et moyen terme sont susceptibles de sortir l’Algérie de ce marasme ? Une gouvernance « à la belge », c’est-à-dire sans gouvernement ? Une coalition de toutes les forces du pays ? Cela impliquerait l’incorporation d’une dose de proportionnelle et un changement de Constitution. Un conseil des sages en attendant une transition douce ? Pour le moment, hormis l’ancien président Zeroual, peu de ces « anciens » semblent avoir compris la situation du pays, cramponnés à leur privilège, sans parler de leur santé…

Existerait-il un « Adolfo Suarez » algérien, un haut fonctionnaire biberonné à l’école du FLN ou issu du DRS, suffisamment habile pour rassurer les pouvoirs économiques et militaires tout en assurant des réformes profondes dans un pays qui a toujours sous-traité les gros chantiers à des pays extérieurs ? Un pays qui s’est beaucoup trop appuyé sur le pétrole et le gaz pour vivre sans développer d’appareils productifs lui permettant de fournir des emplois à sa jeunesse. Un pays où l’armée va devoir cesser d’apparaître comme un pouvoir politique structurant pour simplement remplir efficacement et uniquement son rôle de protecteur de la nation. Un pays où la corruption ne serait plus une norme au sein des castes politiques et économiques qui se sont arrosées depuis 70 ans.

A lire aussi: Jean Sévillia dévoile « les vérités cachées de la guerre d’Algérie »

Sans changement profond de mentalité de chaque strate de la nation, ces manifestations et ces cris de colère ne serviront à rien, sauf à servir d’exemple à de nouvelles générations de désœuvrés qui, à leur tour ans, manifesteront dans la rue dans dix ans pour les mêmes raisons…

L’Algérie est-elle un serpent condamné à se mordre  indéfiniment la queue, malgré des ressources innombrables en tout point ? Depuis vendredi, des milliers d’Algériens montrent qu’ils ne partagent pas cette vision. Mais le temps passe vite…

Explosion démographique / Le taux de natalité en Algérie parmi les plus élevés au monde

Crowd of people walking. People are going to the light.

Le taux de natalité en Algérie est parmi les plus élevés au monde. Il est passé, selon une étude présentée hier par le ministère de la Santé, de 19,36 pour mille habitants en 2000 à 25,40 en 2017, quatrième année de suite durant laquelle le pays a connu un nombre total de naissances de plus d’un million. « L’Algérie est entrée, depuis plus d’une décennie, dans une dynamique démographique marquée par une augmentation soutenue de la natalité », indique ce document qui ajoute que « la fécondité a également enregistré une augmentation entre 2000 et 2017, passant de 2,40 enfants à 3,1 enfants par femme ». Le département de la santé prévoit même que ce taux de fécondité puisse atteindre dans les années à venir 3,5 enfants par femme. Ce qui porterait le nombre de la population algérienne à 72,4 millions d’habitants en 2050 contre 42 millions actuellement. Et la problématique résiderait dans le fait, ajoute-t-on de même source, que le nombre de personnes à charge (moins de 20 ans et plus de 60 ans) serait plus important par rapport à celui des personnes en âge d’activité. Ce qui serait un problème sur le plan socio-économique d’autant plus que l’Algérie enregistre depuis quelques années déjà une diminution de ses ressources financières fait noter le ministère de la Santé. Pour le département de Mokhtar Hazbellaoui, l’objectif est d’arriver à un taux de fécondité de 2,1 enfants par femme. Le planning familial est de rigueur. Le ministère n’a pas pour l’instant donné d’indications sur la stratégie à suivre.

Algérie : 10 ans de prison pour le Kabyle Merzouk Touati qui a publié l’interview d’un politique Israélien

01 Mar 2019SamiaHistoire, International, Islam, Islam et antisémitisme

Pas un jour ne s’est passé ces dernières semaines sans que l’on ait entendu le mot antisémitisme dans les médias. Beaucoup de choses ont été dites mais peu me semble crédibles. Certains accusent l’extrême droite d’être à l’origine de cette aberration quand d’autres plus honnêtes et lucides accusent les adeptes du malade d’Arabie.

C’est un débat inaudible où les vérités et les contre-vérités s’enchevêtrent sans nous laisser le loisir d’y voir un peu clair. Pourtant ce n’est pas si compliqué de séparer le bon grain de l’ivraie. N’importe qui pourra entendre le discours de haine craché par beaucoup d’Arabo-musulmans. Ils ne s’en cachent pas, ils le disent haut et fort alors pourquoi ne pas les croire sur parole et vouloir les dédouaner à tout prix ? Moi pas comprendre ! Cette haine est pour eux une fierté et donc à ce titre, elle est l’étendard de leur arabo islamité.

 Les médias français font l’impasse volontairement sur les informations qui permettraient d’ouvrir les yeux de beaucoup mais non cela ne les intéresse pas, ça ne fait pas leurs affaires. C’est mieux d’accuser l’homme blanc du pire et de dédouaner le pauvre adepte mahométan qui, lui, on le sait bien, n’est qu’une pauvre victime, incapable de faire de mal à autrui. Ce monde binaire, d’un côté les bons et de l’autre les méchants est contre productif dans le sens où la réflexion est d’emblée ramenée sur le terrain de la victimisation, du dominant et du dominé. Je n’aime pas ces concepts car ils ont à mon sens fait énormément de mal en opposant systématiquement les uns (les populations autochtones) aux autres (surtout les populations musulmanes). Pas moyen d’avoir un débat valable permettant d’avancer sur des sujets sensibles comme l’antisémitisme, la place de chacun dans la société. Il est clair qu’en France, il doit y avoir encore des gens empêtrés dans des sentiments haineux mais je ne doute pas que ce sont des cas isolés. En revanche, en islam cela fait partie du packaging de la foi mahométane, pas moyen d’y échapper, c’est l’essence même de ce dogme. En déresponsabilisant donc ceux qui se complaisent dans une haine séculière, on livre toute une population (les juifs ou autres) sur un plateau d’argent à des loups que la morale publique a choisi de faire passer pour des agneaux.

Les médias aux ordres ignorent royalement les saloperies que subissent les hommes libres, les combattants de la liberté sous les cieux islamiques.

Ainsi qui a entendu parler en France de Merzouk Touati, jeune blogueur kabyle, emprisonné pour 10 ans pour avoir simplement publié sur son blog une interview qu’il a faite avec un homme politique israélien. Qui ? Personne ! Ne serait ce que pour dénoncer une telle injustice. Cet homme est malmené par cet État voyou, l’Algérie, qui l’accuse d’intelligence avec l’ennemi !!!! L’ennemi voyez vous ça ! L’Algérie n’a normalement aucune histoire avec Israël, son seul problème est d’être un pays juif et souverain. Les Arabes n’y dominent pas, un crime pour ces chacals.

D’un côté, ils ont des liens secrets avec Israël, ceux-là n’étant pas capable de la moindre production digne de ce nom et donc ayant besoin de ce pays avec une économie moderne et de l’autre, ils véhiculent la haine du juif, notamment par les prêches du vendredi, les programmes scolaires et bien d’autres moyens. C’est cette hypocrisie maladive que le blogueur a mis à nu, la haine du juif oui mais comme on est nul, on ne peut se passer de leurs compétences technologiques.

Si ce n’est la Kabylie comme d’habitude qui se mobilise pour faire libérer Merzouk et faire cesser cette injustice, où sont les gentils Algériens redresseurs de torts, où ? Comme d’habitude, nulle part ! Ou non, plutôt prêts à dégainer leur haine du juif à travers le conflit israélo-palestinien !

Idem, qui a entendu parler de la répression qui ne dit pas son nom quand certains Kabyles se rendant en Israël ne peuvent plus mettre les pieds sur le sol de leurs ancêtres sans risquer l’emprisonnement ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Anti-sionisme ou antisémitisme ?

Il ne faut surtout pas mettre l’accent sur l’antisémitisme de l’Etat algérien et trop de ses ressortissants car c’est bien de cela dont on parle, pas d’autre chose.

La prétendue injustice vécue par les « Palestiniens » et le soutien de leurs frères algériens dans cette situation n’est qu’un écran de fumée. L’écœurement, le sentiment de révolte des Algériens quant aux injustices sont à géométrie variable, tout dépend de qui est le coupable d’agression. Là, dans ce cas précis, c’est Israël ou je dirais plutôt les juifs. C’est ça le fond de l’affaire, pas autre chose car expliquez moi pourquoi les Algériens ne s’émeuvent aucunement quand ce sont des Kabyles qui sont blessés, tués, emprisonnés, harcelés sous leur nez, à quelques kilomètres de chez eux !!!!!! Pourquoi ?

Pareillement pour d’autres populations arabes persécutées par des Arabes, aucune réaction de leur part. Par contre quand un Israélien touche un seul cheveu d’un « palestinien », dans un conflit qui en réalité ne les regarde pas; là ce sont des manifestations dans les rues à n’en plus finir, ce sont des cris de colère, des dénonciations d’injustice sans fin. Pourquoi ? Parce que le protagoniste est juif c’est tout ! C’est ça le fond de l’affaire, je me répète. Wafa Sultan, Waleed El Hussein, palestinien lui-même, le disent et ils savent de quoi ils parlent eux.

Il n’y a que les islamo gauchistes pour croire à ce baratin ressassé encore et encore : Les coupables sont issus de la fachosphère. Oui mais c’est bien sûr ! C’est vrai que ces dernières années, les juifs qui ont subi des violences amenant parfois à la mort, ça n’a pas été l’œuvre de mahométans mais de gens d’extrême droite. Oui , oui ! De grâce ! Arrêtez de nous faire rire (jaune).

Jusqu’à quand cette haine, pour ma part, incompréhensible des juifs. On ne peut pas les laisser enfin tranquilles après tous ces siècles d’ostracisme. Non ! Bien sûr que non tant qu’il y aura le bouquin vert qui exhorte à une haine maladive, obsessionnelle de cette population, on n’aura pas fini de dénoncer l’ignominie qui la touche.

Trop d’adeptes musulmans, on le sait, sont perdus à la cause. Leur ADN, c’est le cœur noir plein de rancœur, plein de violence non maitrisée. Tous les êtres humains ont en eux des pulsions agressives mais celles des musulmans au lieu d’être canalisées sont exacerbées par ce qui se présente comme religion, source normalement de spiritualité.

Cela sera ainsi tant que le dogme islamique ne sera pas éliminé de la surface de la terre. La réforme, je n’y crois pas, je n’ai rien vu de bon à garder dans ce torchon qui a été inventé (révélé ah!ah!), pour satisfaire les désirs d’un mégalomaniaque mort depuis belle lurette. Que d’importance accordée à cette horreur ! Tant de monde fourvoyé dans cette bassesse ! Mon esprit ne se résout pas à le comprendre.

Je n’oublierai jamais ! jamais ! la première fois où j’ai pris connaissance de la haine mahométane vis-à-vis des juifs. Une fille originaire du Maghreb arabe (en opposition à l’Afrique du Nord amazighe) m’avait fait part de ses sentiments vis-à-vis de cette population et selon elle que tout bon musulman se devait d’avoir ; un vent glacial m’avait traversée des pieds et à la tête, je n’avais jamais entendu un tel niveau d’horreur. Je n’en croyais pas mes oreilles. Cela a été un choc que je ne suis pas près d’oublier…

Samia

Apostate de l’islam, islamophobe et fière de l’être, je me sens comme Dihya, la reine des Berbères, qui a combattu l’envahisseur musulman sans jamais faiblir. Bien sûr, je ne combats pas par l’épée mais par les mots que l’on peut parfois, quand ils sont bien choisis, comparer à des flèches bien aiguisées.

Articles du même thême

En Algérie ça manifeste, ça proteste, ça grouille… bientôt chez nous ?

Le couple de Maghrébins devant moi a refusé d’être reçu par l’employé noir !

Oriana Fallaci répond à Belattar qui affirme « l’islam est là depuis 1400 ans et il n’y a pas de problème »

16 thoughts on “Algérie : 10 ans de prison pour le Kabyle Merzouk Touati qui a publié l’interview d’un politique Israélien”

Hollender

1 mars 2019 at 10 h 29 min

De 77 à 80 j’étais dans les émirats. Les Austin mini étaient interdites d’importation car une partie de son carburateur était fabriquée en Israël……

A la même époque, les moteurs d’avion de ligne de Saudi Airlines partaient officiellement en Grèce pour être révisés, sauf que de la Grèce ils repartaient pour l’Israel où le travail était exécuté par des gens compétents. Puis ils étaient ré expédiés vers la Grèce et l’Arabie saoudite…… Le tout avec les

 » étiquettes  » correctes sur les colis. Les paiements devait être tout aussi simples.

Le boycott d’Israël à toujours été un écran de fumée pour le petit peuple…..

Reply ↓

Les arabopithèques (cousins d’australo) ne savent que se plaindre: il faut dire que ça marche, à chaque fois les vannes sont ouvertes.

Reply ↓

Machinchose

1 mars 2019 at 12 h 46 min

souhaitons que ta troisième visite soit pour Chaytane -amine

et que les deux equilibristes perchés sur tes épaules te refusent leur miséricorde…. Amine wa amine!

juste aprés la première pelletée de terre sur ta sale gueule

les Kabyles, les vrais, ils bouffent le porc et le sanglier, le sangler en kabylie, juste parce qu au nom de votre « religion » et de la zaama liberté, ils ne peuvent pas acheter de hallouf dans votre shithole

alors que chez moi, en france vous grognez comme des cochons pour bouffer votre merde hallal

alors comme vous etes mortemment jaloux des vrais Amazighen, auxquels vous n’ arriverez jamais a la semelle, vous vous défoulez en les traitant de « Oudayn » -JUIFS-

votre manière de reconnaitre tous ceux qui vous sont supérieurs

pauvres « arabes » bidons!! descendants abatardis de Maures, de bédouins, de presqu arabes!

le celèbre Ibn Khaldoun, il y a 8 siècles, vous connaissait si bien qu ils vous désigna par ce bref coup de gourdin

« 3oribète wa khoribète »

trad: « tout ce qui s’ arabise devient une ruine »

allez, tente de méditer, , tiens j’ ajoute pour conclure

el arab jarab 

Reply ↓

Monique

1 mars 2019 at 13 h 16 min

Samia vous qui avez grandi dans l idéologie islamique comment avez – vous dans votre jeunesse échapper à cette haine des juifs inculqué aux musulmans dès la naissance.Ma question peut paraître étrange mais j aimerai savoir .Avez vous déjà eu des problèmes avec votre famille ou amis ,collègues musulmans parce vous éprouvez aucune haine envers les juifs,êtes – vous considérez comme une traître,une sioniste comme aiment dire les muzz?

Reply ↓

Samia

1 mars 2019 at 14 h 38 min

J’ai été élevée dans l’islam kabyle, mes parents ne m’ont jamais appris la haine du juif ni de quelqu’un d’autre d’ailleurs. Quand j’étais enfant, nous avions une voisine juive que ma mère appréciait beaucoup, sa fille était mon amie. Mon papa était apprécié de nos voisins non musulmans car très sociable avec tout le monde.

Mon père lui était plutôt déiste mais à l’époque il ne se posait pas trop de question, il se disait musulman plus par suivisme, habitude. Par contre, je n’ai jamais vu mon père faire le ramadan, prier, il avait besoin de son verre de vin à chaque repas. Je le cachais à mes camarades arabo musulmans car tous mes oncles kabyles autour de moi buvaient de l’alcool. Je n’étais pas capable à ce moment de défendre cela.

Ma famille n’a aucun problème avec les juifs, le meilleur ami de mon frère est juif que tous nous apprécions.

En Kabylie, il y a des familles que l’on dit anciennement juives et elles ne sont pas rejetées au contraire.

J’ai par contre des problèmes avec les arabo musulmans qui me traitent de sale juive mais ça c’est un autre débat.

Reply ↓

Jolly Rodgers

1 mars 2019 at 16 h 00 min

bonjour @ samia ,

les kabyles vous êtes la vrai population de là bas , a l’origine vous étiez : helléniste – païens , puis judéo-chrétiens comme nous et vous avez était envahis par les arabo musulmans qui vous ont colonisés . d’ailleurs une femme courageuse qui était princesse kabyles, la Kahina ses battue bec et ongles pour défendre sont peuple , elle fut malheureusement décapité par les arabes et sa tête a était envoyé au sultan . la Kahina est considérait comme la jeanne D’arc kabyles et devrait être considérait comme un symbole chez les féministes ici (mais là , faut pas rêver ) . il existe des mouvement kabyles qui veulent l’ indépendance et beaucoup de kabyles se convertisses au christianisme et même redeviennent polythéistes . vous êtes de la même civilisation que nous . merci pour vos témoignages , j’ espère lorsque j’irais mieux , que j’aurais l’occasion un jour de trinquer avec vous lors d’un apéro saucisson .

cordialement

Reply ↓

Samia

1 mars 2019 at 16 h 21 min

Avec grand plaisir, toutes ces histoires de croyance agitent le monde depuis trop longtemps.

Je rêve que la Kabylie de mes ancêtres redevienne ce qu’elle était, une terre sans islam où la laïcité ne sera pas un vain mot.

Ferhat Mehenni, cet homme si courageux, plein de bon sens, haï par tout algérien qui se respecte, remue ciel et terre pour que les terres kabyles soient débarrassées du système mafieux arabo islamiques et retrouvent sa vraie identité, tamazgha.

Vive la fraternité chrétienne qui est restée dans le cœur des vrais amazighs !

Portez vous bien ami

Reply ↓

Antiislam

1 mars 2019 at 18 h 19 min

Bonjour,

Et les Amazighs Monique et Augustin sont restés dans le coeur de l’Europe :=)

Machinchose

1 mars 2019 at 13 h 25 min

le journaliste TOUATI est un de ces habitants du Touat (originaire) qui furents chassés du TOUAT

Cette région était le domaine de tribus juives berbères qui furent chassées et persécutées par le cinglée musulman, El Meghili, imam de Tlemcen, en 1492

il détruisit sa capitale Tamentit

et les habitants non massacrés s’ exilèrent a travers l’ afrique du nord et l’ afrique subsaharienne ou ils disparurent

mais en afrique du nord ils survécurent et nombreux furent ceux qui s’ agrégérent aux tribus berbères ( Kabyles, chaouis,rifains, chleuhs)

certains se convertirent a l’ islam, d’ ou la nombreuse population portant le nom de Touati chez les juifs et les Musulmans

pour les curieux du Touat et des TOUATI , voilà :

Kabylie Politique

Le site des Kabyles libres

Accueil > Actualité > Ces Kabyles qui soutiennent Israël

Ces Kabyles qui soutiennent Israël

1 août, 2014 Posté dans Actualité

La solidarité envers Gaza ne séduit décidément pas la majorité des Kabyles. Pourquoi ?

Alors que les capitales arabes et occidentales vibrent au rythme des manifestations et d’émeutes antisémites depuis le déclenchement de l’opération « Bordure protectrice » par Israël contre le Hamas, en Kabylie le débat ne se concentre guère sur cette question.

Il conviendrait peut-être de rappeler que la Kabylie est la seule province en Algérie qui n’a jamais vécu de manifestations pro-palestiniennes. Il serait long et difficile d’analyser d’une manière profonde la perception des Kabyles par rapport à ce conflit. Mais quelques remarques suffiraient peut-être à déterminer d’une manière globale ce regard que portent les Kabyles sur Israël et le conflit au Proche-Orient. On est donc en droit de se poser la question du pourquoi de l’absence totale de solidarité kabyle avec la « cause palestinienne » voire du soutien de nombreux kabyles à Israël.

Les Kabyles sont un peuple autochtone d’Afrique du Nord appartenant à la grande famille des Berbères. La Kabylie est une région frondeuse contre le pouvoir central d’Algérie depuis l’indépendance du pays en 1962. Les Kabyles ont combattu avec acharnement les tentatives d’arabisation et d’islamisation successives imposées par le régime. La priorité du combat en Kabylie a été donc de tout temps en faveur de leur cause identitaire et pour la démocratie. Moins religieuse que les autres régions et non-arabisée, elle a été la plus difficile à manipuler et à embrigader.

Les événements du « Printemps noir » en 2001-2003 ont aggravé le fossé entre la Kabylie et l’Algérie. Les Kabyles ont fait face à la répression du régime sans solidarité des Algériens. Par contre, ces derniers ne se sont pas empêchés de manifester massivement en 2001 et en 2002 en faveur des Palestiniens. Le soutien des Etats et des populations arabes aux palestiniens et la haine anti-juive qui en découle ont donc quelque part contribué à la méfiance des Kabyles vis-à-vis de cette cause.

La visite du président du Gouvernement provisoire kabyle en exil, Ferhat Mehenni en Israël, en mai 2012, a été un autre facteur qui a décomplexé beaucoup de Kabyles par rapport à l’Etat hébreu, de tout temps diabolisé et assimilé au méchant diable.

En 2014, de très nombreux kabyles ont exprimé leur consternation de voir les Algériens dans leur pays et les maghrébins en Europe manifester pour Gaza alors que les priorités sont dans leurs pays. Sur les réseaux sociaux notamment, les débats tournent autour de la condamnation voire de la moquerie qu’ils expriment contre les « souteneurs de Gaza » alors qu’en Algérie les Berbères du M’zab qui vivent l’enfer n’ont jamais reçu de soutien en dehors de celui des …Kabyles. Ils se moquent aussi des milliers d’Algériens qui descendent dans les rues non pas pour revendiquer leurs droits les plus élémentaires mais pour soutenir Gaza. Un soutien que les Arabes n’ont étrangement jamais exprimé pour les autres peuples musulmans meurtris par les dictatures ou les mouvement islamistes.

Pour un certain nombre de Kabyles, il s’agit donc d’une question de priorités, pour d’autres c’est carrément la solidarité avec Israël qui les anime. Israël est perçu comme l’Etat qui défie les Arabes, qui les « remet à leur place ». Ils soutiennent Israël au nom d’un peuple kabyle damné et méprisé sur ses propres terres. Dans les deux cas, ils ne s’opposent pas à l’établissement d’un Etat palestinien et ne se réjouissent pas de mort d’enfants. Mais ils ne veulent pas cautionner une solidarité au nom de l’union des Arabo-musulmans et basée sur la haine des Juifs.

Masnsen.

 Commentaires(64)

Commentaires

kabylie Tizi-Ouzou ( fuck harkis qui soutien israël dit :

Répondre

MINA dit :

8 mai 2016 à 15:32

Vous êtes tellement bête excusez moi d’être aussi franche mais vous pensé qu’Israel ou les USA sont innocents et démocrates? Qu’ils sont pour les droits de l’homme. Qu’elle naiveté. Le seule pays au monde a ne pas respecter le droit international c’est Israel. Les noirs se font buter la cervelle par des blancs aux états unis. Les gens comme vous qui souhaitez votre indépendante, cherchez n’importe qu’elle issus pour asservir vos idées, même si elle consiste à soutenir des assassins. Concernant les arabes vous oubliez que les pays du maghreb ont protégés des juifs, d’ailleurs encore aujourd’hui les juifs squattent le maghreb. En France la mosquée de Paris sous Hitler cachait des juifs. Souleyman le magnifique dans l’empire Ottoman protégeait les juifs et les chrétiens alors arrêté donc vos foutaises. Allez vivre en Israel vous allez voir vos frères sionistes ce qu’ils vont faire de vous!

Répondre

Anonymous dit :

23 juillet 2015 à 15:04

C’est une honte de lire les commentaires de cette page ! Vivez unis, vous devriez être alliés aux arabes dans un même beau pays qu’est l’Algérie !

Vous êtes comme des gamins à vous disputer pour des mots mais honnêtement il faut vraiment être mazochiste pour accepter de soutenir un peuple comme israël, tortionnaire et meurtrier !

Honte à ceux qui les soutiennent !

Répondre

Hmeuz dit :

22 juillet 2015 à 19:08

et donc non juifs*

Répondre

Hmeuz dit :

22 juillet 2015 à 19:06

honte à vous ! votre problème est simple, vous confondez la politique, l’humain et le religieux, demandez vous pourquoi il n’y a que vous au Maghreb pour être aussi perdus ! Les berbères marocains et tunisiens sont vos antithèses ! Et les KABYLES aussi ! Hamdo’Lah li jabkoum l’3rab li jabokoum l’Dine ! Le Monde entier devient musulman, et vous vous rejetez le Message sans même l’avoir étudié ? Pour de l’athéisme, de l’agnosticisme, et du christianisme façonné par l’homme et non par le Divin ? Dont le nouveau testament fut rapporté par des hommes quelconques, qui n’etaient ni prophètes, et ni compagnons de Jesus (pbsl) ? Et qui comporte des tas de bourdes sur le plan scientifique et relevants de l’ordre du bon sens ? Que de regrets vous aurez… Allah ihdikoum ! Aujourd’hui on ne sait plus qui est qui, nous nous sommes tellement mélangés, pas qu’avec les arabes, mais aussi avec les phéniciens, les romains, et les espagnols expulsés après le décret de l’Alhambra, alors cessez avec cette folie nationaliste ! Hna khawa fi’Leh, et en Humanité ! Israel est un état assassin, détesté partout, cancer de l’Humanité ! Fait par des juifs non sémites, et donc non Hébreux, et donc juifs ! Sur les terres et les cadavres de ceux qui descendent des canaanéens ! Faites des recherches sur le Midrash des trois serments, ainsi que leur condamnation a l’Exode par Dieu Lui même dans leur Torah ! Allah ihdikoum…

Répondre

agalwach dit :

2 juillet 2015 à 20:17

pour court circuiter, les racailles et fourbes arabes ou pseudo-arabes racistes, il faut intégrer l’armée d’Israël afin de chasser tous les arabes et muzmuz de l’Afrique où ils ne sont pas chez eux (ce sont de vulgaires colons)

Répondre

Massinissa dit :

30 juin 2015 à 0:33

Qu’est ce que c’est pathétique!!! Comme si les Israël se préoccupait de la situation des kabyles et de la Kabylie. Pfff… le jour (qui n’arrivera jamais!) où les kabyles prendront les armes pour acquérir leur indépendance, les israéliens ne bougeront pas le petit doigt pour vous.

Répondre

WAGNN dit :

19 juin 2015 à 21:33

kunewi dhafrass dhahechadh dhzelt theluzem thamusni nesetheha s yiswen thschemthem thamurth lekvayel dh warrawiss

mathehusem chethlanwen tudhaythe ruheth arghursem akk neghen mav ghann kken

Répondre

WAGNN dit :

19 juin 2015 à 21:24

Parler a vos noms d incultes, si v v sentez de race BOUDHAYENE c votre problème, a v ,,slmt

nek dhakvayli, je n hésiterais pas a égorgé du lâche udhay de tizi a tizi

la région a tjrs ses nobles de souche et de culture, et on v brûleras vifs au 1er acte zion, pauvres descendants de lâches affamés d ésclaves faraonites,

Répondre

azrem dit :

18 février 2015 à 19:20

Je suis kabyle et je dénonce le racisme et le génocide anti-berbère en (notamment kabyle / m’zab orchestré par le royaume arabo-islamiste fasciste en Algérie).

Le colonialisme français n’a pas tué autant de gens que le colonialisme arabo-islamiste en presque 60 ans de pseudo-indépendance.Je condamne tous les colonialismes et génocides, mais je dirai au Palestiniens qui souffre de l’injustice d’opter massivement pour la nationalité d’Israël que de subir le colonialisme arabe ou la dictature sanguinaire du Hamas (d’ailleurs tous les pays arabes fourbes soutiennent Israël pour empêcher la naissance d’un état Palestinien libre, démocratique et prospère.

L’islam c’est comme le sida, ça ne devrait pas exister.

Etre kabyle ou Amazigh c’est défendre d’abord son identité sa culture et sa Civilisation millinaire usurpées par le fascisme arabo-islamiste.

l’Ennemi des kabyles c’est d’abord l’arabo-islamisme avant tout.

Quand aux pseudo-kabyles et pseudo-arabes attardés n’essayez pas de nous expliquer ce qu’est l’islam décadent?

On sait ce que c’est, et personne n’ignore la tombe où il a enterré les siens.

Répondre

Rahmoune dit :

15 février 2015 à 16:36

L’antisémitisme et l’antikabylisme des arabes islamistes depuis des années vive Israël vivela kabylie indépendante

Répondre

Kutama dit :

16 octobre 2014 à 17:01

@Rachida khoroto

Une khoroto SOUS-Arabe aliénée arriérée, qui vit comme les bédouins du VIIe siècle, ose sans rire nous parler de notre retard et de notre sous-développement ……… et nous traiter de demeurés……La blague de l’année lol!!!Notre retard et notre sous-développement sont dû essentiellement à vous les ratons ânegériens.Et si nous, on accuse un retard de « 7 siècles « ,eh bien vous et vos semblables de la Oumma khoroto-islamiya, vous accusez un retard de 14 siècles……par rapport au reste de l’humanité et ce dans tous les domaines lol!!

@Kabyle Baz

Écoutes le Kadébile assimilé mutant en pleine crise identitaire, le kabyloïde soumis et heureux de l’être :Va rejoindre tes frères ânegériens en Ânegéristan vas, et j’espère qu’un jour tu ne vas pas regretter ton choix !En tous les cas, on compte sur tes « frères » ânegériens qui ne cesseront jamais de te rappeler inlassablement ce que tu es,et tu n’as qu’à aller jeter un coup d’oeil sur les réseaux sociaux (Facebook,Twitter,Youtube,Web etc) pour t’en apercevoir de tes propres yeux du degrés d’amour et de sympathie que nous vouent tes « frères et compatriotes » ânegériens imbécile à l’infini !

Répondre

kabyle balez dit :

24 août 2014 à 18:53

salut kahbyle separatiste je suis ac toi tes de paris ou de st ettienne moi de st ettienne on a un groupe de kb aly une association qui denfend les petite pute de mouchrik comme toi est tes encetre vielle catin que tu es tes pires que le sida vielle couille moisi qui c parler que de chez toi

Répondre

Kutama dit :

21 août 2014 à 13:37

Le jour où les Arabes et ainsi que leurs rejetons en Afrique du Nord,s’excuseront pour avoir envahi et colonisé l’Afrique du Nord où ils se sont installés à perpétuelle demeure,Et surtout pour avoir commis les crimes,les massacres et un génocide ,des crimes d’esclavagisme contre nos ancêtres les Amazighs

http://www.youtube.com/watch?v=AZ9izo8HSqY

Les envahisseurs et assassins et barbares criminels arabo-musulmans furent les pires et les plus impitoyables colonisateurs de tous les colonisateurs que la Berberie ait connue.Le jour où les Arabes feront leur repentance et nous présenteront-ils leurs excuses pour les génocides et les crimes qu’ils ont commis contre nos ancêtres, alors ce jour là j’aurai de la tendresse et de la compassion vis-à-vis de leurs « victimes »!Il faut qu’ils paient pour tout le mal absolu qu’ils nous ont fait !!!!!!L’heure de la vengeance à sonné!

Répondre

kabyle balez dit :

24 août 2014 à 18:57

kutama sois pas comme tes predesseceur dit pas deconnerie et les indiens d amerique dans tout ça!!

Répondre

Kabyliste séparatiste dit :

10 août 2014 à 21:02

À TOUS LES RATONS ISLAMIQUES ET LES BAL3ARBIYEN MUZ OÙ QU’ILS SE TROUVENT,J’AI CETTE DÉDICACE SPÉCIALE DE LA PART MON AMI ET HÉROS, LE G.I AMÉRICAIN MIKE QUI TIENT TANT À VOUS L’OFFRIR:

http://www.youtube.com/watch?v=QqLRtKKYydM&list=UUbcsGCbdWVCs6nYnaYourVA

Répondre

Kutama dit :

8 août 2014 à 17:23

@Elodie alias Zoulikha !

Voilà pour quelles raison,que je peux pas sentir ta race de khorotos âne-j’ai-rien,et pourquoi je déteste et je ne supporte pas les Izz’Ânegériens qu’ils soient Arabes ou Berbères non Kabyles :

Répondre

Kutama dit :

8 août 2014 à 1:21

Quand les forces de répressions du pouvoir Algérien,tirent et massacrent les Kabyles, lors des différents soulèvements du peuple Kabyle contre le régime criminel illégitime et dictatorial d’Alger, lots des diverses années de résistance ,que ce soit en 1963-1964,1974,1976-1977,1980-1981,1985,1988,1994-1995,1998,2001-2004,les autres peuples d’Algérie,que ce soit les Arabes ou les autres peuples Amazighs soumis, ces pseudos »frères de sang […]« Amazighs non Kabyles, tels que les Chaouïas…les Chenouis,ou les Mozabites,disaient « Echah a3likoum ya El Qbails tastahlou! ».Ils applaudissaient le pouvoir Algérien quand celui-ci tue et massacre les Kabyles.Ils sont même prêts à lui prêter main forte,et si ils le pouvaient, ils nous auraient exterminé!Alors, moi en tant qu’Amazigh de Kabylie, je suis de tout coeur avec le vaillant et admirable, et courageux peuple d’Israël.Israël a le droit de se défendre!Vous croyez que, les israéliens sont des dhimmis comme les Coptes,les chrétiens d’Orient,ou encore les Amazighs libres dignes et rebelles comme les Kabyles, les Touaregs ,non armés et sans défense, que vous persécutez et vous opprimez en toute impunité hein ???

Répondre

Elodie dit :

7 août 2014 à 23:13

Complètement contradictoire « au nom d’un peuple kabyle damné et méprisé » oui et ce peuple c’est la Palestine, c’est eux qu’on chasse en toute impunité vous vous trompez de camp! Et l’antisémitisme ça ce ressent que vous vivez dans vos campagnes des pro israéliens qui disent : Gaza on va vous gazer .. On va exterminer ces rats … Ou encore des personnalités qui disent haut et fort à la tv française être islamophobe! arrêtez d’être naïf ou sinon merci de vous instruire et de vous intéresser au sujet + sérieusement

Répondre

Elodie dit :

7 août 2014 à 23:03

Pour les incultes qui disent que les arabes musulmans sont terroristes pensez à tous ces harkis qui ont vendu leur pays pour à la fin être totalement ignoré par la France!

Pensez à tous ces juifs qui vivent comme des pachas au Maroc ou en Tunisie, ils kiffent y allez manger le couscous.. Et ils sont bien accueilli! Vous n’avez rien compris il faut être solidaire et combattre les individus injuste et non une communauté!!

Les kabyles qui revendiquent leurs différences s’ prennent très mal car ils prônent une supériorité ! Les berbères tels que les chaouis sont fiers d’etre algérien, tout en conservant leur culture bref des cons yen a partout et yen aura toujours!

Répondre

Elodie dit :

7 août 2014 à 22:56

Quelle honte, il ne s’agit pas de musulman contre juif mais d’un état assassin qui massacre des innocents!! Israel si il le pouvait massacrerait également les kabyles!

Le gouvernement torture des enfants, ne respecte pas le droit international.. Et ces kabyles qui défendent ça n’ont rien compris!

Répondre

azrem dit :

18 février 2015 à 20:03

@ ELODIE

Est ce que toi tu comprend le génocide du peuples kabyle, m’zab ou berbère en général par l’état Algérien colon arabo-islamiste fasciste?

Est ce que les pays arab’islamistes respectent le droit international ou interdisent l’esclavage des différents peuples non arabes ?

Tu est mal placés pour juger les Kabyles.

La France et les pays arabes soutiennent bien Israël non ?

L’Algérie offre bien le gaz/pétrole touareg à Israël via l’Egypte sioniste ?

Elodie, tu est « intelligente » mais surtout pute et va donner tes fesses à Dubai là ou se prostituent toutes les Moukher de ton espèce. Si toi et tes Ane-gériens vous êtes fiers d’être larbins du nain arabe Boutoz et ses caporaux de l’armée française tan mieux pour vous.

mais les Kabyles refusent et combattent le colonialisme binaire (arabe/islam) comme Tu oublies vite (pétasse) que les kabyles ont libéré l’Algérie du colonialisme français pour que les racailles pseudo-arabes de ta sous-race nous insultent aujourd’hui.

Justement seul, les sémites (sionistes ou arabes) et les nazis se croient supérieurs au autres peuples (à la différence des 2 autres, les arabes sont une sous-race bâtarde dépourvus d’intelligence bien que favorisés par les pétrodollars et les chameaux vaisseaux du désert).

Le virus arabe d’Asie a torpillé toute l’Afrique, il faut le combattre.

Répondre

bandes d’inculte dit :

7 août 2014 à 20:05

https://www.youtube.com/watch?v=pkFQLUkYc84

Répondre

Kabyliste séparatiste dit :

7 août 2014 à 1:33

@souleyman

Écoutes raton :

FUCK TON ISLAM DE MERDE DE A À Z,ET JUSQU’À LA MECQUE!

FUCK TA RACE BÂTARDE DE SOUS D’ARABES ÂNEGÉRIENS DE A À Z!

FUCK TA OUMMA ISMAMIQUE DE MERDE DE A À Z!

FUCK TA MAUDITE OUMMA KHOROTO-ARABE DE A À Z!

VIVE L’INDÉPENDANCE DE LA KABYLIE !!!!!

AH,J’ALLAIS OUBLIER: N’OUBLIEZ PAS DE RAPATRIER VOS PÉTASSES DE FEMMES ALGÉRIENNES ARABES OU NON ARABES DES AUTRES RÉGIONS ,QUI POLLUENT ET INFESTENT LA KABYLIE!RAMASSEZ VOTRE MERDE ET FICHEZ LE CAMPS!ON EN VEUT PAS !!!!!!

ALLEZ,RATATOUILLE RENTRE DANS TON TROU À RATS LOL

Répondre

Anonyme dit :

6 août 2014 à 17:14

L’Algérie est le seul pays arabes qui soutient la cause palestinienne à 100 % et la plupart des dirigeants algériens politique et militaire sont d’origine kabyle !!!! Alors le con avec le masque me raconte que des conneries ! et c’est sûrement pas un kabyle !!! Et vive l’Algérie et la Palestine libre

Répondre

Le Montagnard dit :

6 août 2014 à 20:43

cher anonyme arabe, vous l’avez vous-même dit : « L’Algérie est le seul pays arabe »;;;vous assumez donc une colonisation de fait du peuple kabyle et des amazighs dans leur propre territoire. c’est bien votre masque qui tombe. Nous sommes bien des Kabyles et le blog l’indique entièrement.

Répondre

neijma dit :

7 août 2014 à 14:29

Va vivre en israel.. tuvas voir commentils vont t’acceuillir.. juste bon a brosser leur bottes ignorant

Répondre

aglaye dit :

18 février 2015 à 21:44

@ Anonyme

Enfin de compte le pétrole gratos vous permet un soutient efficace à Israël dans les coulisses tout en faisant croire que vous soutenez la Palestine (ce que vous faites d’ailleurs depuis 1962 avec la France).

Sachez que les kabyles ne lâchent pas prise, bande de … et le cauchemar vient de commencer pour vous.

Répondre

Palestine vivra dit :

6 août 2014 à 8:35

Je suis tombée sur cet article, me suis dit non ça doit être une erreur ou une connerie .. En fait quand j arrive aux commentaires je me rends compte que l info est malheureusement vraie !!!! C est honteux de n avoir point d humanité ! Tfou a vous kabyles qui êtes d accord avec ce que fait Israël aux palestiniens ( je précise que je ne mets pas tout le monde dans le même sac ) car heureusement qu il existe des kabyles humains, réfléchis ! Palestine vaincra, Palestine vivra !!!!!!!

Répondre

neijma dit :

7 août 2014 à 14:26

Comme toi je me suis dit .. c’est pas possible, ca doit etre juste un fake d’internet mais alors quand je vois les propos…. j’ai honte d’être algerienne.

Surtout que les propos n’ont rien a voir en disant vive Tsahal ??? c’est comme si je disais vive Hitler.. Ils parlent de l’islam conquerante mais le judaisme ils ne peuvent pas s’y convertir car c’est la seule religion qui n’accepte personne !!! alors si on veut parler de partage et de tolerance .. changez de bouc emissaire Messieurs les kabyles et revoyez votre histoire. Mais bon je prefere m’éloigner de la betise humaine et lire des bouquins qui vont m’instruire. Allah Yehdina

Répondre

Talafsa dit :

24 août 2015 à 20:44

Tu dit des sottises bicot, tu veux nous faire croire que sur ce forum que tu défends les palestiniens, minable khoroto !

Aucun arabe de ta sous race bâtarde ne soutient les palestiniens, si non ils seraient déjà indépendants depuis longtemps.

Tous les pays arabo-khoroto soutiennent israël officellement et ne veulent pas d’un état Palestinien, à l’exception de l’Algérie qui fait semblant de soutenir Palestine, mais dans les coulisses, elle soutient Israël (fourberies arabes).

Les Kabyle te pissent au cul et au cul des qataris saoudiens que tu suces fièrement.

Il faut soutenir plutôt les M’zab de Gardaïa avant tout autre chose, petit bâtard

Répondre

Souleyman dit :

6 août 2014 à 3:50

Il n’y a rien d’étonnant que ses Kabyles soutiennent Israël, quand ont sais qu’ils sont pire que les occidentaux, ils s’habillent comme eux, même mentalité, ils ce moque des femmes qui porte le voile, trouve toujours des excuses a deux dirham, ça c’est des gens qui sont perdu ils ont rien compris a l’Islam, pour eux des Salafistes qui foutent le bordel mettent tout les autres dans le même sac, ils savent pas faire la différence entre le vrai du faux, entre des hommes courageux du Hamas, et des Salafistes qui servent a rien, pour eux c’est pareil, ça mange du porc, ça bois du vin, les femmes kabyle en occident sont pire que des Française de souche, elles s’exhibe et après font genre arrête de regarder, des bonffons… Pas e problème en même temps, Allah dit que pour ceux qui apostasie de leur religions Allah mettra des gens qu’Il aimera et que ses gens aimeront Allah, comme en France a New York a Los Angeles, ou les occidentaux de souche porterons le voile, etc et puis c’est tout voilà qu’ils aillent en enfer ses apostât qui soutiennent des voyous, nos ennemie jurer, que Allah a transformer en porc et singe, voilà ce que soutient ses Kabyles, des porcs et des singes , et après ils veulent donnée des leçons ? Sont trop naze oui, honte a eux.

Répondre

Melbou dit :

6 août 2014 à 0:16

Vive Israël, la bête noire des Arabo-musulmans !Israël venge les Kabyles !

Répondre

kabyle dit :

5 août 2014 à 22:53

Que des ignorants!

Lisez un peut d’histour!, cherchez et vous saurez que les seules peuples qui ont martirisé, esclavisé, des criminel, exoloité…etc!!!, sont venu d’Europe !, romain espagnole et français!, vous ete des lâche, vous essayez a l’aide d’une maneuvre politique vos associer avec israël en espérant avoir IU faire savoir ou l’avoir comme allié contre un ennemi comain!, une maneuvre dangereuse de s’associer avec le sionisme! Qui est sans pitié! Et ne cherche que sin profit et arriver a son objectife,

Allucinant tout les ignotant inculte et stupide qui existe!

Il n’y a pas sur la terre un grand pay qui n’est pas constituè par plusieur ethnie et peuple!

Répondre

Meziani dit :

5 août 2014 à 22:27

Vous savez les arabes veulent devenir les maîtres du monde en massacrant les autres peuples mais ils ne pourront jamais arriver a leur fin je suis kabyle et fière de l être et je soutiens Israël par ce que c est des lions

Répondre

Kabyliste séparatiste dit :

5 août 2014 à 21:10

VIVE ISRAËL !!!!!

GLOIRE À TSAHAL!!!!!

À BAS LES ISLAMO-FASCISTES!!!!

À BAS L’ARABISATION!!!!!!

À BAS L’ISLAMISATION!!!!!!!

L’ISLAMISME ET L’ARABISME HORS DE KABYLE !!!!!!!!

L’ALGÉRIE AUX ALGÉRIENS ET LA KABYLIE AUX KABYLES!!!!!!

VIVE LA KABYLIE LIBRE ET INDÉPENDANTE!!!!!!

L’ALGÉRIE HORS DE KABYLIE!!!!!!

GLOIRE ET ÉTERNITÉ AU VAILLANT PEUPLE D’ISRAËL!!!!

FUCK LA PALESTINE!!!!!!!!

VIVEMENT LA LIBÉRATION INTÉGRALE DE LA KABYLIE DE L’OCCUPATION ARABO-ISLAMO-KHOROTO-ALGÉRIENNE!!!!!!

FUCK LES ARABO-MUZS DE A À Z ET OÙ QU’ILS SE TROUVENT!!!!!

ON A RAS-LE-BOL DE CETTE RACE DES RATONS QUI NOUS DÉTRUIT!!!

JE SUIS FIER D’ÊTRE PRO-ISRAÉLIEN ET PRO-AMÉRICAIN!!!!!!!

Répondre

Anonyme dit :

26 septembre 2014 à 12:16

طززززززز

Répondre

gaston dit :

4 août 2014 à 7:42

Les juifs ont vécus avec les Kabyles et les Berbères du Maroc pendant des siècles sans problèmes. Puis est arrivé l’islam qui a islamisé de force les populations locales, là ce fut la fin de la tranquillité…La différence essentielle étant que la religion juive ne s’impose pas par la force contrairement à l’Islam et d’une certaine façon la chrétienté. Les juifs chassés du Yemen, d’Egypte, d’Iran, d’Irak, de Syrie, du Liban sont allés pour une grande majorité en Israël et devenus par conséquent sionistes.

Pour moi les pays Arabes sont responsables de l’explosion sionistes depuis les années 50 à nos jours.

Il n’y a pas de fumés sans feux…

Répondre

neijma dit :

4 août 2014 à 21:38

Tu devrais revoir un tout petit peu ton histoire avant d’avancer des absurdités completement fausses!!

Pour ta gouverne C »est le colonialisme qui a opposé les juifs et les musulmans d’afrique du Nord .. cf: décret crémieux qui accordait la nationalité francaise aux juifs d’algérie qu’ils se sont empréssés d’accepter alors qu’ils vivaient en bonne harmonie depuis des siècles, bien sur ce privilège n’a pas été accordé aux arabes et aux kabyles sauf si ils reniaient leur religions.. on se demande bien pourquoi?

De même tu confonds les croisades et la religion musulmane qui si tu lis un peu les textes ne prone qu’amour et miséricorde

Tu crois que les massacres actuels de la bande de gaza au nom de du judéisme est « douce »… Et pour finir le sionnisme existe bien avant les années 50 mais des années 1890 .. bien avant le genocide allemand d’hitler..

Ce n’est pas les arabes qui ont tués des millions de personnes lors de la 2 eme guerre mais les europeens qui pour avoir la conscience tranquille ont décidé de donner la terre des palestiniens, j’espere t’avoir unpeu éclairer et puisse dieu te guider sur le bon chemin amin

Répondre

Awthem dit :

18 février 2015 à 18:12

@ neijma

L’islam n’a jamais été la religion d’Amour bien au contraire il incite le croyant à massacrer les infidèles et tous se qui refuse l’islam ou le colonialisme arabe (les statistiques arabes sont muettes, si non tu aurais vu que les crimes et génocides des arabes dépassent toute imagination (l’islam c’est dangereux pour la santé, modération svp).

Hitler n’a jamais tué autant que les arabo-musulmans (notamment en Afrique du Nord sans parler de la traite négrières des arabo-islamistes encore en usage).

islam est misogyne et rabaisse la femme et impose la polygamie et pédophilie à l’instar du prophète.Ne reste pas enfermée dans un islam moyenâgeux ouvre toi sur d’autre cultures et civilisation car l’islam n’apporte que la désolation et régression (hormis l’islam aucune religion n’appelle au crime). Seul le dieu Akuch peut te montrer le droit chemin (allah t’égare complètement).

Il faut lire Ibnkhaldoun pour comprendre les crimes arabes justifiés par l’islam.

Tu dénonces le génocide palestinien avec la complicité des pays arabo-musulmans (armées: saoudiène, égyptienne, israël, qatarie et marocaine ont participé aux massacres de palestiniens de Gaza).Aucun pays arabe ne souhaite l’indépendance de la Palestine occupée, Kabylie,AzaWad, Rif etc.

Mais tu ne dénonce pas les crimes et génocides des armées arabes contre des civiles Amazighs (brebères, notamment m’zabs et kabyles), c’est ça ton islam qui prèche l’amour ?

Tu t’égares complètement.

Non à la colonisation horizontale en Afrique du Nord.

Répondre

lussato dit :

3 août 2014 à 20:05

Bravo pour votre courage et votre commentaire et surtout votre démocratie et intelligence sur se qui ce passe en Israël j’ai beaucoup d’amis kabyle et j’ai toujours précisé leurs savoir vivre merci et que dieu vous protège amen

Répondre

amazighfree dit :

3 août 2014 à 16:07

Les kabyles sont des dhlimis dans leurs propre pays,tout comme les Coptes en Egypte. Il faut bien, puisque il n’y a plus de juifs qui va remplir le rôle du bouc émissaires ? Indispensable pour absolument tout les dictatures.Il en dépend de leurs survie. Seul moyen a canaliser la violence découlant de la répression!

Répondre

Chaɛvan dit :

3 août 2014 à 16:06

Azul, Shalom

Nous sommes l’un des premier peuple d’afrique, nous sommes Amazigh ce qui veut dire « peuple LIBRE ».

Nous peuple Amazigh de Kabylie nous avons des liens d’amitié avec tous les peuples libre et oppressé.

Le peuple arabe n’est pas Africain, c’est un peuple importé d’Arabie, raciste, assassin, dictateur, terroriste…

Restons LIBRE, restons AMAZIGH.

Répondre

rachida dit :

24 août 2014 à 14:15

Tout comme le peuple juif, qui est un peuple importé. Il n’avait aucun lien avec la Palestine. Pourquoi sont-ils revenus en 1948 ?

De quel peuple arabe, vous parlez quand vous parlez d’Afrique ? Au VII éme, siècle, les seuls arabes qui ont débarqués en Afrique étaient des cavaliers arabes, ils n’étaient pas plus de 700 000, toute l’Afrique du Nord est d’essence berbère, alors qui veut tu mettre à la porte ?

En tant que berbère algérienne, arabisée, je suis fière de cette double casquette et de cette double culture et surtout d’avoir héritée de l’Islam cet comme religion. La sagesse et l’érudition n’est pas donnée à tout le monde ? Je connais la Kabylie, c’est un peuple très arriéré et un peuple de demeurés, vous accusez 7 siècles de retard

Répondre

sys dit :

26 septembre 2014 à 20:07

plus demeurée que toi, la soit disant berbere islamisée, et ta oumma on aurait du mal ma chère.

pour on info avant 1948 il y avait des milliers de juifs en Palestine quant à ton « peuple palestinien » il est juste une pure invention.

Va lire un peu l’histoire au lieu de croire les conneries que les medias pro-palestine te servent ainsi que ta oumma hégémonique de racistes dont d’ailleurs tu nous montre à quelle point tu en est digne représentante.

toi , pauvre demeurée c’est 14 siècles de retard que tu accuse avec ta oumma, quant a nos soit disant 7 siecles on vous les doit a vous les korotos izanisée et arabaisée.

Répondre

Awthem dit :

15 février 2015 à 17:40

@ rachida bédouine pseudo- arabe ou fille de légionnaire français.

Les juifs sont chez eux en Palestine depuis le roi Salomon, en revanche tes pseudo-arabes ne sont pas chez eux en Afrique. Rachida même en ayant 4 casquettes (arabe, algérienne française et bâtarde), tu n’est pas chez toi en Algérie et encore moins en Kabylie.On aime pas l’islam et les colons arabes asiatiques. nous sommes des Africains, Imazighen et kabyles, notre objectif libérer l’Afrique et mort aux arabes attardés dégénérés, fascistes, terroristes, voleurs (vivent de prostitution, pédophilie islamiques).

Les arabo-khorotos de ton espèce sont les plus arrièrés de la planète, ils accumulent 14 siècles de retard (vous transformez tous en désert, le désert de Palestine est redevenu vert via l’intelligence des juifs).

Arabe comme sida ça ne devrai pas existé.

Les arabes racistes faux jetons et fourbes fournissent du gaz et pétrole à Israël via Egypte, Cependant leur nain arabe Bouteflika finance le terrorisme islamique pour tuer des juifs (c’est quoi ces araberies ?).

Pour finir vive la Kabylie, vive Israël et mort aux arabes fourbes et a l’islam leur cheval de Troie.

Avec sa double casquette, Rachida se prostitue à Dubai et à Riyad selon les préceptes de l’islam.

Répondre

Kabyliste dit :

3 août 2014 à 16:05

Les Kabyles sont épris de paix et de justice. Ils entendent se libérer de toute tutelle qui ne respecte pas leur dignité et droits. Le fascisme arabo-islamiste est dégradant et meurtrier. Les Kabyles en ont fait l’expérience. La sympathie pour les Juifs et Israel ne cesse de s’accroître en dépit de tout. Que des passerelles d’amitié entre tous les peuples soient lancées.L’amitié Judéo-Kabyle/Amazigh(les Amazigh du Maroc l’ont deja exprimée) doit devenir une réalité sur le terrain partout ou se trouvent nos communautés. Nous tenons a saluer le courage des hommes qui agissent dans ce sens.

Répondre

Hakim dit :

3 août 2014 à 14:46

Je suis Kabyle, Mais quand je vois ses commentaires, j’ai honte vraiment honte des energues humaines comme vous qui sailssent l’honneur des Kabyles.

L’islam ne veux. Pas dire automatiquement Arabe, L’islam est pour toute l’humanité, c’est une religion de tolerance et de vie commune!

Vous jugez cette religion sur le comportement de certaines tendances musulmanes qui sont majoritaire en realite, issues principalement du royaume saoudien wahhabite qui fabrique des terroristes qui eliminent tout ceux qui s’opposent a l’Islam salafiste wahhabite , et si vous êtes un peu instruit, en remontant le temps, vous decouvrirez que les saoudiens sont d’origines juives, les Banou Qourayda de Medine!

Le peuple Hebreu a toujours été infidele a ses propres prophetes depuis l’ère des temps, et quand il y’a eu l’apparition de l’ultime prophète Mohamed (s), ils s’attendaient qu’il serait de chez eux, mais non,il est issu des cousins Arabes, et depuis ils n’ont pas cessé de comploter contre cette religion, et ils ont réussi a salir cette noble religion en instaurant ces états au moyen orient qui prône cet islam salafistes pro- israélien, ce qui explique le soutien indirect en quelque sorte de tout ces états pour l’état Hebreu, qui c’est dressé et se dresse toujours sur les vies des innocents.

Les salafistes comme leurs cousins scionists, extrémistes, on les voient en Irak, Syrie, Liban, et d’autre pays assassiner tout ceux qui s’opposent a eux, de différentes religions, des démocrates, il suffit d’être en désaccord avec eux et votre vie serait en jeu! Pourquoi ils ne vont pas défendre les palestiniens contre les juifs? Parcequ’ils ne pourrons pas ce dresser contre leurs maîtres, leurs instaurateurs, leur origines.

Le seul vrai ennemi pour les deux tendances scionists et salafistes sont les musulmans chiites d’Iran et du Hizboullah libanais, c’est les vrais de vrai qui ont su garder le vrai Islam, c’est pour ça qu’ils représentent l’ennemi commun des salafistes wahhabites et les israéliens, c’est pour ça qu’ont voit les massacres des communautés chiites dans tous les pays du moyen-orients par les salafistes, actes soutenus par leurs complice éternel!

Mais tout ça ne va pas durer, bientôt toute cette injustice disparaitera, et gloire a tout ceux qui auront servi le vrai Islam.

Répondre

amazighfree dit :

3 août 2014 à 16:11

Azul, tu es loin de nous apprendre c’est quoi l’islam. D’ailleurs l’article par des Kabyles et d’Israël mais pas d’islam. Être musulman ne veut pas dire être anti-israéliens comme vous. Y a 1,6 million de musulmans en Israël, va leur demander de quitter ce pays et ils te répondront par un doigt d’honneur.

Répondre

Anonyme dit :

3 août 2014 à 5:36

Combien avez vous été payes pour publier cette merde??? Vive la Palestine libre et stop au génocide… Les palestiniens avaient une terre riche et prospère et ils ont été spoliés. Je suis kabyle Algérien musulman et pro palestinien comme toute ma famille d’ici et de là-bas. Vous qui vous prétendez libres et amazigh, ils étaient aussi des méditerranéens libres avant d’être persécutés et assassinés… Vous avez la memoire courte.

Répondre

Nass dit :

3 août 2014 à 1:49

C’est un bon résumé ….vive l’autodétermination de la Kabylie!

Répondre

carmelarossi3958 dit :

2 août 2014 à 19:59

Devant les Horreurs et le génocide,qui se déroule à Gaza ,c’est ahurissant de constater la haine dans les mentalités de certains ,qui soutiennent « Israël ,une nation peuplée de sauvages « qui plus est, se considère comme une démocratie…L’histoire du passé qui est restée gravée dans votre culture doit rester dans ce passé …Tous les pays ont eût leur histoire ,mais il est impératif et urgent que « vous mettiez à la date et à l’heure d’aujourd’hui ,la pendule de votre cerveau « Le temps des convictions fascistes est dépassé !!!!!!!!!!!!ON NE VEUT PLUS !!!!!!!!!Chaque matin ,notre miroir reflète l’image du sang qui coule à Gaza et aussi dans une parie de l’Afrique …Notre devoir face à ces génocides est de mener un combat pacifique pour une paix durable ,digne d’une population évoluée du 21 ième siècle …L’ignorance et les erreurs du passé doivent êtres enterrées avec l’histoire de son époque ,il y va de notre devoir ,pour l’avenir de nos propres enfants de chasser la haine qui nous dévore …La terre hurle de désespoir et de souffrance ,elle finira par exploser si les mentalités n’évoluent pas immédiatement vers la sagesse …

Répondre

lemondeestfou dit :

2 août 2014 à 9:58

Bravo!! La censure. Des kabyles qui soutiennent Israël masqués…vous êtes bien des algériens!!!

Répondre

lemondeestfou dit :

2 août 2014 à 9:56

En plus un blog de lâches qui censure!!! Ha ha ha ha

Répondre

Le Montagnard dit :

2 août 2014 à 10:13

cher algérien, on ne censure jamais même tes insultes comme tu l’as si bien constaté. Si la personne sur la photo parmi les très nombreuses qu’on a trouvées sur les réseaux sociaux est masquée, c’est parce que votre culture arabo-islamique ne tolère aucune différence d’opinion surtout quand il s’agit de vos ennemis. Les 200.000 morts durant la décennie de l’islamisme le prouvent si bien.

Répondre

lemondeestfou dit :

2 août 2014 à 9:55

Répondre

Rahmoune dit :

2 août 2014 à 1:18

Israël a le devoir et le droit de détendre ses enfants je suis kabyle et Israël pour moi est un peuple encerclé par plusieurs pays arabes islamique .j’espère que Israël vaincra vivra pour botté les fesses des khorotos terroristes islamique déchet de la nature les arabes

Répondre

azizazizouche dit :

2 août 2014 à 22:19

Bien sûr, Israël a le droit de défendre ses enfants en massacrant les enfants,les femmes et les vieux palestiniens.Ils ont le droit de protéger leur pays en rasant toutes les maisons, en bombardant les hôpitaux et même les écoles de l’ONU. Ça me rappelle étrangement l’histoire de l’éléphant qui a peur de la souris !

Répondre

amcic dit :

3 août 2014 à 0:08

de la propagande arabo-islamiste qui ne dupe personne. L’hôpital et les écoles ont été touchées par des missiles des terroristes du Hamas.

Les journalistes qui quittent Gaza témoignent en effet des agissements du Hamas qui terrorisent les journalistes pour raconter l’inimaginable. Quand vous parlez de Tsahal on dirait que c’est du GIA ou de Daech que vous parlez !!

Répondre

lemondeestfou dit :

1 août 2014 à 21:24

« La visite du président du Gouvernement provisoire kabyle…. »

Répondre

augustin dit :

1 août 2014 à 20:52

je suis kabyle et en tant qu’humain je ne peux que condamner les meurtres d’enfants palestiniens. Sans pour autant exprimer mon soutien aux islamistes du Hamas. Pour moi la paix doit régner entre juifs et arabes.

Répondre

amcic dit :

1 août 2014 à 20:51

vive israel les pays arabes sont les pires colonisateurs.

Répondre

kabyle dit :

16 mai 2015 à 21:57

Les kabyles sont près à fournir un soutient militaire à Israël, pour casser de l’arabe ou du terroriste ‘sans contre partie).

Les kabyles cherchent aussi à en découdre avec les colons arabes pour libérer l’Afrique du nord de l’arbislamisme.

Hormis l’Algérie panarabiste, aucun pays a

Arabe ne soutient les palestiniens terroristes du Hamas.

L’égypte et le maroc fournissent des troupes à Israël pour combattre le Hamas.

L’Arabie et Qatar finance Israël pour bombarder les Palestiniens.

Les Bâtards arabes d’Algérie, au lieu de balayer devant leur porte insultent les Kabyles qui ont libéré le Maghreb du colonialisme français.

VIVE ISRAËL ET LA KABYLIE

madjid dans Conditions d’obtention de la carte d’identité kabyle

Bounif dans Formulaire de la Carte d’identité kabyle

Sahel dans Scandale : une Algéroise arabophone élue miss Kabylie 2016 ! (Vidéo)

VISITEURS

Il y a 1 visiteur en ligne

SONDAGE

Êtes-vous pour la déchéance du titre de « Miss Kabylie 2016 » attribué à Tinhinane Tartag ?

 OUI

 NON

Voir les résultats

Album : La révolte Kabyle

ARTICLES RÉCENTS

Constat : en une année, la popularité du MAK a doublé

PHOTOS : les femmes Kabyles séduites par le MAK

Mega-marche du MAK à Tizi-Ouzou !

20 avril 2016 : le MAK gagne largement la rue à sa cause !

Paris : forte présence des femmes à la marche des indépendantistes Kabyles

Paris : forte mobilisation des nationalistes Kabyles

Paris : forte mobilisation des nationalistes Kabyles

La diaspora kabyle mobilisée pour la marche du 17 avril à Paris

Le MAK est mieux renseigné sur le régime algérien que le régime sur le MAK

Kabylie : vaste opération de « désarabisation » des plaques de signalisation

Le Tallud 79200 |

momema |

Yves HUSSON – Conseiller gé… |  Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nougatine

| J’aime les chevaux

| une guerre sans merciChronique

Le régime colonial algérien entretient les déserteurs de la dignité et de la sagesse pour détruire la Kabylie

9 mois ago Boualem Afir

Partagez

13

Tweetez

+1

Enregistrer

0 PARTAGES

Kabylie (Kabyles.com) —Le régime colonial algérien a mis en œuvre tous les moyens pour détruire la Kabylie. Pour y parvenir sans crier gare, il a procédé à l’élimination de tous les opposants à sa politique du chaos instaurée depuis 1962. Comment parviendrait-il à garantir son emprise permanente sur ce pays que ni les Romains, ni les Ottomans ni même les Français n’ont pu soumettre ? Il a évidemment compris qu’il fallait coloniser d’abord les esprits. La religion, l’école, les médias sont efficaces pour pétrir les cerveaux. Ces trois éléments sont devenus les laboratoires qui produisent des sujets dociles et maniables. Alors gouvernables. La démocratie et la laïcité sont devenues ainsi incompatibles avec ce peuple endoctriné, grâce à la politique de Mohamed Boukharouba et Abdelaziz Bouteflika. 

Depuis et à ce jour, le ciel de ce coin du monde est fade et sa terre est aride. L’Algérie, arabo-musulmane, n’est pas conçue pour les Kabyles. Elle est instaurée contre eux. On les tue, on les emprisonne et on les pousse à l’exil. Les autres habitants n’échappent pas à cette machine militaro-politique.

Dès lors, certains parlent du fatidique sort des Kabyles ! Un peuple sans État, sans identité et sans avenir. Ils s’entre-déchirent, en plus. D’autres ont repris le flambeau de la lutte en faveur de leur liberté et l’indépendance de leur Kabylie pour vivre dignement.

C’est un fait, le pouvoir colonial algérien est l’ennemi ultime du peuple kabyle mais ce dernier ne démord pas de prendre tout Kabyle qui le défend comme son belligérant. Il fait tout pour briser ses braves! Oui, le Kabyle est la source même de son propre malheur et de son propre mal. Il le sait. Désormais soit il se libère par lui-même, après plus d’un demi-siècle de colonisation par l’Algérie, soit il vivra assujetti et subira encore l’humiliation et l’abus sous toutes ses formes.

On dit : Mieux vaut tard que jamais.

Si les Kabyles désapprouvaient le pouvoir colonial algérien, à chaque fois qu’il commet une bavure ou un massacre, la Kabylie serait indépendante depuis bien longtemps, mais beaucoup d’entre eux excellent dans le dénigrement de soi-même et des leurs. C’est le sport favori des KDS et des aliénés.

Certains ne sont pas dérangés par les exactions, la violence et la répression que le régime colonial algérien exerce sur les Kabyles : assassinats, emprisonnement, interdiction de conférences, répression des manifestations, kidnappings, arabisation, salafisation, sabotage économique, déni identitaire… Mais ils s’affolent devant chaque banalité que les ennemis de la Kabylie attribuent au Mouvement de l’Autodétermination de la Kabylie, à ses braves militants et représentants dans l’unique but de nuire et détruire ce mouvement libérateur.

Il faut être un marteau pour dissocier la liberté d’un peuple de son propre corps de sécurité ou tout simplement de son indépendance sur tous les plans. Le paquebot de la liberté ne navigue pas dans les ruisseaux ou dans la boue. Une Kabylie indépendante doit se doter de toutes les institutions qui constitueront son État souverain.

Après de longues années d’occupation, de dictature, de répression et de déni identitaire, Ferhat Mehenni et les souverainistes kabyles ont cette rectitude et cette honnêteté de dire à nos ennemis qu’il est temps que la peur change de camp. Nous allons libérer la Kabylie avec tous les moyens qui sont à notre disposition, car il s’agit d’un droit inaliénable reconnu par l’ONU et ratifié par l’Algérie elle-même.

Les déserteurs de la dignité et la sagesse 

Ces bouts d’hommes qui s’exhibent sur les réseaux sociaux et les autres médias pour annoncer leur retrait ou leur démission du MAK ou pour dénoncer le néant à défaut d’en avoir de véritables arguments doivent comprendre que pour atteindre le champ de la liberté, il faut traverser une jungle d’épines. Ceux qui râlent à la moindre piqûre, ce sont ceux qui ont pris l’habitude à se sentir confortables dans le campement de l’indigence que leur a installé le pouvoir maffieux algérien.

Ces pseudo-intellectuels kabyles, qui s’érigent contre le projet de la Kabylie libre et indépendante, doivent comprendre, eux aussi, que c’est l’histoire qui définit l’héritage des braves et des lâches. Que leur instinct de grain par asservissement fera d’eux les déserteurs de la dignité et de la sagesse.

Nous aurons toujours des défis à relever, des obstacles à franchir et des problèmes à résoudre, car nous croyons que c’est le courage, l’intégrité, l’honneur, la dignité qui sont le carburant de la liberté.

La liberté de la Kabylie ne sera pas l’apanage des soumis car, eux, ils ont au tour de leur cou le collier de d’obédience. Ils ont choisi le silence devant l’injustice et la tyrannie de leurs bourreaux.

La Kabylie sous la domination de l’Algérie c’est la disparition inévitable du peuple kabyle, mais le MAK refuse un pareil crépuscule. C’est l’heure de la révolution kabyle!

Vive la Kabylie libre et indépendante.

Hhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Kabylie Politique

Le site des Kabyles libres

Accueil > Actualité > Ces Kabyles qui soutiennent Israël

Ces Kabyles qui soutiennent Israël

1 août, 2014 Posté dans Actualité

La solidarité envers Gaza ne séduit décidément pas la majorité des Kabyles. Pourquoi ?

Alors que les capitales arabes et occidentales vibrent au rythme des manifestations et d’émeutes antisémites depuis le déclenchement de l’opération « Bordure protectrice » par Israël contre le Hamas, en Kabylie le débat ne se concentre guère sur cette question.

Il conviendrait peut-être de rappeler que la Kabylie est la seule province en Algérie qui n’a jamais vécu de manifestations pro-palestiniennes. Il serait long et difficile d’analyser d’une manière profonde la perception des Kabyles par rapport à ce conflit. Mais quelques remarques suffiraient peut-être à déterminer d’une manière globale ce regard que portent les Kabyles sur Israël et le conflit au Proche-Orient. On est donc en droit de se poser la question du pourquoi de l’absence totale de solidarité kabyle avec la « cause palestinienne » voire du soutien de nombreux kabyles à Israël.

Les Kabyles sont un peuple autochtone d’Afrique du Nord appartenant à la grande famille des Berbères. La Kabylie est une région frondeuse contre le pouvoir central d’Algérie depuis l’indépendance du pays en 1962. Les Kabyles ont combattu avec acharnement les tentatives d’arabisation et d’islamisation successives imposées par le régime. La priorité du combat en Kabylie a été donc de tout temps en faveur de leur cause identitaire et pour la démocratie. Moins religieuse que les autres régions et non-arabisée, elle a été la plus difficile à manipuler et à embrigader.

Les événements du « Printemps noir » en 2001-2003 ont aggravé le fossé entre la Kabylie et l’Algérie. Les Kabyles ont fait face à la répression du régime sans solidarité des Algériens. Par contre, ces derniers ne se sont pas empêchés de manifester massivement en 2001 et en 2002 en faveur des Palestiniens. Le soutien des Etats et des populations arabes aux palestiniens et la haine anti-juive qui en découle ont donc quelque part contribué à la méfiance des Kabyles vis-à-vis de cette cause.

La visite du président du Gouvernement provisoire kabyle en exil, Ferhat Mehenni en Israël, en mai 2012, a été un autre facteur qui a décomplexé beaucoup de Kabyles par rapport à l’Etat hébreu, de tout temps diabolisé et assimilé au méchant diable.

En 2014, de très nombreux kabyles ont exprimé leur consternation de voir les Algériens dans leur pays et les maghrébins en Europe manifester pour Gaza alors que les priorités sont dans leurs pays. Sur les réseaux sociaux notamment, les débats tournent autour de la condamnation voire de la moquerie qu’ils expriment contre les « souteneurs de Gaza » alors qu’en Algérie les Berbères du M’zab qui vivent l’enfer n’ont jamais reçu de soutien en dehors de celui des …Kabyles. Ils se moquent aussi des milliers d’Algériens qui descendent dans les rues non pas pour revendiquer leurs droits les plus élémentaires mais pour soutenir Gaza. Un soutien que les Arabes n’ont étrangement jamais exprimé pour les autres peuples musulmans meurtris par les dictatures ou les mouvement islamistes.

Pour un certain nombre de Kabyles, il s’agit donc d’une question de priorités, pour d’autres c’est carrément la solidarité avec Israël qui les anime. Israël est perçu comme l’Etat qui défie les Arabes, qui les « remet à leur place ». Ils soutiennent Israël au nom d’un peuple kabyle damné et méprisé sur ses propres terres. Dans les deux cas, ils ne s’opposent pas à l’établissement d’un Etat palestinien et ne se réjouissent pas de mort d’enfants. Mais ils ne veulent pas cautionner une solidarité au nom de l’union des Arabo-musulmans et basée sur la haine des Juifs.

Masnsen.

 Commentaires(64)

Commentaires

kabylie Tizi-Ouzou ( fuck harkis qui soutien israël dit :

4 décembre 2015 à 9:35

Vive la Palestine et Tizi-Ouzou

Répondre

kabylion dit :

14 septembre 2015 à 12:22

Plus le temps passe plus les arabes me degoutent,en faite leur premiere religion ,c est la jalousie auquel il voue un culte fervent .Si ils n ont pas d ennemis,ils s en inventent a defaut de s entuber entre eux.Pourquoi nous kabyles avons vecus en algerie dans une relative securité pendant la decennie noire,car nous sommes differents,nous ne sommes et ne serons jamais comme vous,peuple en declin,d hypocrytes fourbes,individualistes,venaux.Quand aux probleme palestiniens il reflete votre inddividualisme,votre impuissance a etre equitable,Il n y a qu a voir les porcs du moyen orient qui petent dans la soie,du rebeu qui va au bled en se donnant de la prestance alors qu il vit miserablement ici,pour comprendre ce qui vous arrive,

Répondre

MINA dit :

8 mai 2016 à 15:32

Vous êtes tellement bête excusez moi d’être aussi franche mais vous pensé qu’Israel ou les USA sont innocents et démocrates? Qu’ils sont pour les droits de l’homme. Qu’elle naiveté. Le seule pays au monde a ne pas respecter le droit international c’est Israel. Les noirs se font buter la cervelle par des blancs aux états unis. Les gens comme vous qui souhaitez votre indépendante, cherchez n’importe qu’elle issus pour asservir vos idées, même si elle consiste à soutenir des assassins. Concernant les arabes vous oubliez que les pays du maghreb ont protégés des juifs, d’ailleurs encore aujourd’hui les juifs squattent le maghreb. En France la mosquée de Paris sous Hitler cachait des juifs. Souleyman le magnifique dans l’empire Ottoman protégeait les juifs et les chrétiens alors arrêté donc vos foutaises. Allez vivre en Israel vous allez voir vos frères sionistes ce qu’ils vont faire de vous!

Répondre

Anonymous dit :

23 juillet 2015 à 15:04

C’est une honte de lire les commentaires de cette page ! Vivez unis, vous devriez être alliés aux arabes dans un même beau pays qu’est l’Algérie !

Vous êtes comme des gamins à vous disputer pour des mots mais honnêtement il faut vraiment être mazochiste pour accepter de soutenir un peuple comme israël, tortionnaire et meurtrier !

Honte à ceux qui les soutiennent !

Répondre

Hmeuz dit :

22 juillet 2015 à 19:08

et donc non juifs*

Répondre

Hmeuz dit :

22 juillet 2015 à 19:06

honte à vous ! votre problème est simple, vous confondez la politique, l’humain et le religieux, demandez vous pourquoi il n’y a que vous au Maghreb pour être aussi perdus ! Les berbères marocains et tunisiens sont vos antithèses ! Et les KABYLES aussi ! Hamdo’Lah li jabkoum l’3rab li jabokoum l’Dine ! Le Monde entier devient musulman, et vous vous rejetez le Message sans même l’avoir étudié ? Pour de l’athéisme, de l’agnosticisme, et du christianisme façonné par l’homme et non par le Divin ? Dont le nouveau testament fut rapporté par des hommes quelconques, qui n’etaient ni prophètes, et ni compagnons de Jesus (pbsl) ? Et qui comporte des tas de bourdes sur le plan scientifique et relevants de l’ordre du bon sens ? Que de regrets vous aurez… Allah ihdikoum ! Aujourd’hui on ne sait plus qui est qui, nous nous sommes tellement mélangés, pas qu’avec les arabes, mais aussi avec les phéniciens, les romains, et les espagnols expulsés après le décret de l’Alhambra, alors cessez avec cette folie nationaliste ! Hna khawa fi’Leh, et en Humanité ! Israel est un état assassin, détesté partout, cancer de l’Humanité ! Fait par des juifs non sémites, et donc non Hébreux, et donc juifs ! Sur les terres et les cadavres de ceux qui descendent des canaanéens ! Faites des recherches sur le Midrash des trois serments, ainsi que leur condamnation a l’Exode par Dieu Lui même dans leur Torah ! Allah ihdikoum…

Répondre

agalwach dit :

2 juillet 2015 à 20:17

pour court circuiter, les racailles et fourbes arabes ou pseudo-arabes racistes, il faut intégrer l’armée d’Israël afin de chasser tous les arabes et muzmuz de l’Afrique où ils ne sont pas chez eux (ce sont de vulgaires colons)

Répondre

Massinissa dit :

30 juin 2015 à 0:33

Qu’est ce que c’est pathétique!!! Comme si les Israël se préoccupait de la situation des kabyles et de la Kabylie. Pfff… le jour (qui n’arrivera jamais!) où les kabyles prendront les armes pour acquérir leur indépendance, les israéliens ne bougeront pas le petit doigt pour vous.

Répondre

WAGNN dit :

19 juin 2015 à 21:33

kunewi dhafrass dhahechadh dhzelt theluzem thamusni nesetheha s yiswen thschemthem thamurth lekvayel dh warrawiss

mathehusem chethlanwen tudhaythe ruheth arghursem akk neghen mav ghann kken

Répondre

WAGNN dit :

19 juin 2015 à 21:24

Parler a vos noms d incultes, si v v sentez de race BOUDHAYENE c votre problème, a v ,,slmt

nek dhakvayli, je n hésiterais pas a égorgé du lâche udhay de tizi a tizi

la région a tjrs ses nobles de souche et de culture, et on v brûleras vifs au 1er acte zion, pauvres descendants de lâches affamés d ésclaves faraonites,

Répondre

azrem dit :

18 février 2015 à 19:20

Je suis kabyle et je dénonce le racisme et le génocide anti-berbère en (notamment kabyle / m’zab orchestré par le royaume arabo-islamiste fasciste en Algérie).

Le colonialisme français n’a pas tué autant de gens que le colonialisme arabo-islamiste en presque 60 ans de pseudo-indépendance.Je condamne tous les colonialismes et génocides, mais je dirai au Palestiniens qui souffre de l’injustice d’opter massivement pour la nationalité d’Israël que de subir le colonialisme arabe ou la dictature sanguinaire du Hamas (d’ailleurs tous les pays arabes fourbes soutiennent Israël pour empêcher la naissance d’un état Palestinien libre, démocratique et prospère.

L’islam c’est comme le sida, ça ne devrait pas exister.

Etre kabyle ou Amazigh c’est défendre d’abord son identité sa culture et sa Civilisation millinaire usurpées par le fascisme arabo-islamiste.

l’Ennemi des kabyles c’est d’abord l’arabo-islamisme avant tout.

Quand aux pseudo-kabyles et pseudo-arabes attardés n’essayez pas de nous expliquer ce qu’est l’islam décadent?

On sait ce que c’est, et personne n’ignore la tombe où il a enterré les siens.

Répondre

Rahmoune dit :

15 février 2015 à 16:36

L’antisémitisme et l’antikabylisme des arabes islamistes depuis des années vive Israël vivela kabylie indépendante

Répondre

Kutama dit :

16 octobre 2014 à 17:01

@Rachida khoroto

Une khoroto SOUS-Arabe aliénée arriérée, qui vit comme les bédouins du VIIe siècle, ose sans rire nous parler de notre retard et de notre sous-développement ……… et nous traiter de demeurés……La blague de l’année lol!!!Notre retard et notre sous-développement sont dû essentiellement à vous les ratons ânegériens.Et si nous, on accuse un retard de « 7 siècles « ,eh bien vous et vos semblables de la Oumma khoroto-islamiya, vous accusez un retard de 14 siècles……par rapport au reste de l’humanité et ce dans tous les domaines lol!!

@Kabyle Baz

Écoutes le Kadébile assimilé mutant en pleine crise identitaire, le kabyloïde soumis et heureux de l’être :Va rejoindre tes frères ânegériens en Ânegéristan vas, et j’espère qu’un jour tu ne vas pas regretter ton choix !En tous les cas, on compte sur tes « frères » ânegériens qui ne cesseront jamais de te rappeler inlassablement ce que tu es,et tu n’as qu’à aller jeter un coup d’oeil sur les réseaux sociaux (Facebook,Twitter,Youtube,Web etc) pour t’en apercevoir de tes propres yeux du degrés d’amour et de sympathie que nous vouent tes « frères et compatriotes » ânegériens imbécile à l’infini !

Répondre

kabyle balez dit :

24 août 2014 à 18:53

salut kahbyle separatiste je suis ac toi tes de paris ou de st ettienne moi de st ettienne on a un groupe de kb aly une association qui denfend les petite pute de mouchrik comme toi est tes encetre vielle catin que tu es tes pires que le sida vielle couille moisi qui c parler que de chez toi

Répondre

Kutama dit :

21 août 2014 à 13:37

Le jour où les Arabes et ainsi que leurs rejetons en Afrique du Nord,s’excuseront pour avoir envahi et colonisé l’Afrique du Nord où ils se sont installés à perpétuelle demeure,Et surtout pour avoir commis les crimes,les massacres et un génocide ,des crimes d’esclavagisme contre nos ancêtres les Amazighs

http://www.youtube.com/watch?v=AZ9izo8HSqY

Les envahisseurs et assassins et barbares criminels arabo-musulmans furent les pires et les plus impitoyables colonisateurs de tous les colonisateurs que la Berberie ait connue.Le jour où les Arabes feront leur repentance et nous présenteront-ils leurs excuses pour les génocides et les crimes qu’ils ont commis contre nos ancêtres, alors ce jour là j’aurai de la tendresse et de la compassion vis-à-vis de leurs « victimes »!Il faut qu’ils paient pour tout le mal absolu qu’ils nous ont fait !!!!!!L’heure de la vengeance à sonné!

Répondre

kabyle balez dit :

24 août 2014 à 18:57

kutama sois pas comme tes predesseceur dit pas deconnerie et les indiens d amerique dans tout ça!!

Répondre

Kabyliste séparatiste dit :

10 août 2014 à 21:02

À TOUS LES RATONS ISLAMIQUES ET LES BAL3ARBIYEN MUZ OÙ QU’ILS SE TROUVENT,J’AI CETTE DÉDICACE SPÉCIALE DE LA PART MON AMI ET HÉROS, LE G.I AMÉRICAIN MIKE QUI TIENT TANT À VOUS L’OFFRIR:

http://www.youtube.com/watch?v=QqLRtKKYydM&list=UUbcsGCbdWVCs6nYnaYourVA

Répondre

Kutama dit :

8 août 2014 à 17:23

@Elodie alias Zoulikha !

Voilà pour quelles raison,que je peux pas sentir ta race de khorotos âne-j’ai-rien,et pourquoi je déteste et je ne supporte pas les Izz’Ânegériens qu’ils soient Arabes ou Berbères non Kabyles :

Répondre

Kutama dit :

8 août 2014 à 1:21

Quand les forces de répressions du pouvoir Algérien,tirent et massacrent les Kabyles, lors des différents soulèvements du peuple Kabyle contre le régime criminel illégitime et dictatorial d’Alger, lots des diverses années de résistance ,que ce soit en 1963-1964,1974,1976-1977,1980-1981,1985,1988,1994-1995,1998,2001-2004,les autres peuples d’Algérie,que ce soit les Arabes ou les autres peuples Amazighs soumis, ces pseudos »frères de sang […]« Amazighs non Kabyles, tels que les Chaouïas…les Chenouis,ou les Mozabites,disaient « Echah a3likoum ya El Qbails tastahlou! ».Ils applaudissaient le pouvoir Algérien quand celui-ci tue et massacre les Kabyles.Ils sont même prêts à lui prêter main forte,et si ils le pouvaient, ils nous auraient exterminé!Alors, moi en tant qu’Amazigh de Kabylie, je suis de tout coeur avec le vaillant et admirable, et courageux peuple d’Israël.Israël a le droit de se défendre!Vous croyez que, les israéliens sont des dhimmis comme les Coptes,les chrétiens d’Orient,ou encore les Amazighs libres dignes et rebelles comme les Kabyles, les Touaregs ,non armés et sans défense, que vous persécutez et vous opprimez en toute impunité hein ???

Répondre

Elodie dit :

7 août 2014 à 23:13

Complètement contradictoire « au nom d’un peuple kabyle damné et méprisé » oui et ce peuple c’est la Palestine, c’est eux qu’on chasse en toute impunité vous vous trompez de camp! Et l’antisémitisme ça ce ressent que vous vivez dans vos campagnes des pro israéliens qui disent : Gaza on va vous gazer .. On va exterminer ces rats … Ou encore des personnalités qui disent haut et fort à la tv française être islamophobe! arrêtez d’être naïf ou sinon merci de vous instruire et de vous intéresser au sujet + sérieusement

Répondre

Elodie dit :

7 août 2014 à 23:03

Pour les incultes qui disent que les arabes musulmans sont terroristes pensez à tous ces harkis qui ont vendu leur pays pour à la fin être totalement ignoré par la France!

Pensez à tous ces juifs qui vivent comme des pachas au Maroc ou en Tunisie, ils kiffent y allez manger le couscous.. Et ils sont bien accueilli! Vous n’avez rien compris il faut être solidaire et combattre les individus injuste et non une communauté!!

Les kabyles qui revendiquent leurs différences s’ prennent très mal car ils prônent une supériorité ! Les berbères tels que les chaouis sont fiers d’etre algérien, tout en conservant leur culture bref des cons yen a partout et yen aura toujours!

Répondre

Elodie dit :

7 août 2014 à 22:56

Quelle honte, il ne s’agit pas de musulman contre juif mais d’un état assassin qui massacre des innocents!! Israel si il le pouvait massacrerait également les kabyles!

Le gouvernement torture des enfants, ne respecte pas le droit international.. Et ces kabyles qui défendent ça n’ont rien compris!

Répondre

azrem dit :

18 février 2015 à 20:03

@ ELODIE

Est ce que toi tu comprend le génocide du peuples kabyle, m’zab ou berbère en général par l’état Algérien colon arabo-islamiste fasciste?

Est ce que les pays arab’islamistes respectent le droit international ou interdisent l’esclavage des différents peuples non arabes ?

Tu est mal placés pour juger les Kabyles.

La France et les pays arabes soutiennent bien Israël non ?

L’Algérie offre bien le gaz/pétrole touareg à Israël via l’Egypte sioniste ?

Elodie, tu est « intelligente » mais surtout pute et va donner tes fesses à Dubai là ou se prostituent toutes les Moukher de ton espèce. Si toi et tes Ane-gériens vous êtes fiers d’être larbins du nain arabe Boutoz et ses caporaux de l’armée française tan mieux pour vous.

mais les Kabyles refusent et combattent le colonialisme binaire (arabe/islam) comme Tu oublies vite (pétasse) que les kabyles ont libéré l’Algérie du colonialisme français pour que les racailles pseudo-arabes de ta sous-race nous insultent aujourd’hui.

Justement seul, les sémites (sionistes ou arabes) et les nazis se croient supérieurs au autres peuples (à la différence des 2 autres, les arabes sont une sous-race bâtarde dépourvus d’intelligence bien que favorisés par les pétrodollars et les chameaux vaisseaux du désert).

Le virus arabe d’Asie a torpillé toute l’Afrique, il faut le combattre.

Répondre

bandes d’inculte dit :

7 août 2014 à 20:05

https://www.youtube.com/watch?v=pkFQLUkYc84

Répondre

Kabyliste séparatiste dit :

7 août 2014 à 1:33

@souleyman

Écoutes raton :

FUCK TON ISLAM DE MERDE DE A À Z,ET JUSQU’À LA MECQUE!

FUCK TA RACE BÂTARDE DE SOUS D’ARABES ÂNEGÉRIENS DE A À Z!

FUCK TA OUMMA ISMAMIQUE DE MERDE DE A À Z!

FUCK TA MAUDITE OUMMA KHOROTO-ARABE DE A À Z!

VIVE L’INDÉPENDANCE DE LA KABYLIE !!!!!

AH,J’ALLAIS OUBLIER: N’OUBLIEZ PAS DE RAPATRIER VOS PÉTASSES DE FEMMES ALGÉRIENNES ARABES OU NON ARABES DES AUTRES RÉGIONS ,QUI POLLUENT ET INFESTENT LA KABYLIE!RAMASSEZ VOTRE MERDE ET FICHEZ LE CAMPS!ON EN VEUT PAS !!!!!!

ALLEZ,RATATOUILLE RENTRE DANS TON TROU À RATS LOL

Répondre

Anonyme dit :

6 août 2014 à 17:14

L’Algérie est le seul pays arabes qui soutient la cause palestinienne à 100 % et la plupart des dirigeants algériens politique et militaire sont d’origine kabyle !!!! Alors le con avec le masque me raconte que des conneries ! et c’est sûrement pas un kabyle !!! Et vive l’Algérie et la Palestine libre

Répondre

Le Montagnard dit :

6 août 2014 à 20:43

cher anonyme arabe, vous l’avez vous-même dit : « L’Algérie est le seul pays arabe »;;;vous assumez donc une colonisation de fait du peuple kabyle et des amazighs dans leur propre territoire. c’est bien votre masque qui tombe. Nous sommes bien des Kabyles et le blog l’indique entièrement.

Répondre

neijma dit :

7 août 2014 à 14:29

Va vivre en israel.. tuvas voir commentils vont t’acceuillir.. juste bon a brosser leur bottes ignorant

Répondre

aglaye dit :

18 février 2015 à 21:44

@ Anonyme

Enfin de compte le pétrole gratos vous permet un soutient efficace à Israël dans les coulisses tout en faisant croire que vous soutenez la Palestine (ce que vous faites d’ailleurs depuis 1962 avec la France).

Sachez que les kabyles ne lâchent pas prise, bande de … et le cauchemar vient de commencer pour vous.

Répondre

Palestine vivra dit :

6 août 2014 à 8:35

Je suis tombée sur cet article, me suis dit non ça doit être une erreur ou une connerie .. En fait quand j arrive aux commentaires je me rends compte que l info est malheureusement vraie !!!! C est honteux de n avoir point d humanité ! Tfou a vous kabyles qui êtes d accord avec ce que fait Israël aux palestiniens ( je précise que je ne mets pas tout le monde dans le même sac ) car heureusement qu il existe des kabyles humains, réfléchis ! Palestine vaincra, Palestine vivra !!!!!!!

Répondre

neijma dit :

7 août 2014 à 14:26

Comme toi je me suis dit .. c’est pas possible, ca doit etre juste un fake d’internet mais alors quand je vois les propos…. j’ai honte d’être algerienne.

Surtout que les propos n’ont rien a voir en disant vive Tsahal ??? c’est comme si je disais vive Hitler.. Ils parlent de l’islam conquerante mais le judaisme ils ne peuvent pas s’y convertir car c’est la seule religion qui n’accepte personne !!! alors si on veut parler de partage et de tolerance .. changez de bouc emissaire Messieurs les kabyles et revoyez votre histoire. Mais bon je prefere m’éloigner de la betise humaine et lire des bouquins qui vont m’instruire. Allah Yehdina

Répondre

Talafsa dit :

24 août 2015 à 20:44

Tu dit des sottises bicot, tu veux nous faire croire que sur ce forum que tu défends les palestiniens, minable khoroto !

Aucun arabe de ta sous race bâtarde ne soutient les palestiniens, si non ils seraient déjà indépendants depuis longtemps.

Tous les pays arabo-khoroto soutiennent israël officellement et ne veulent pas d’un état Palestinien, à l’exception de l’Algérie qui fait semblant de soutenir Palestine, mais dans les coulisses, elle soutient Israël (fourberies arabes).

Les Kabyle te pissent au cul et au cul des qataris saoudiens que tu suces fièrement.

Il faut soutenir plutôt les M’zab de Gardaïa avant tout autre chose, petit bâtard

Répondre

Souleyman dit :

6 août 2014 à 3:50

Il n’y a rien d’étonnant que ses Kabyles soutiennent Israël, quand ont sais qu’ils sont pire que les occidentaux, ils s’habillent comme eux, même mentalité, ils ce moque des femmes qui porte le voile, trouve toujours des excuses a deux dirham, ça c’est des gens qui sont perdu ils ont rien compris a l’Islam, pour eux des Salafistes qui foutent le bordel mettent tout les autres dans le même sac, ils savent pas faire la différence entre le vrai du faux, entre des hommes courageux du Hamas, et des Salafistes qui servent a rien, pour eux c’est pareil, ça mange du porc, ça bois du vin, les femmes kabyle en occident sont pire que des Française de souche, elles s’exhibe et après font genre arrête de regarder, des bonffons… Pas e problème en même temps, Allah dit que pour ceux qui apostasie de leur religions Allah mettra des gens qu’Il aimera et que ses gens aimeront Allah, comme en France a New York a Los Angeles, ou les occidentaux de souche porterons le voile, etc et puis c’est tout voilà qu’ils aillent en enfer ses apostât qui soutiennent des voyous, nos ennemie jurer, que Allah a transformer en porc et singe, voilà ce que soutient ses Kabyles, des porcs et des singes , et après ils veulent donnée des leçons ? Sont trop naze oui, honte a eux.

Répondre

Melbou dit :

6 août 2014 à 0:16

Vive Israël, la bête noire des Arabo-musulmans !Israël venge les Kabyles !

Répondre

kabyle dit :

5 août 2014 à 22:53

Que des ignorants!

Lisez un peut d’histour!, cherchez et vous saurez que les seules peuples qui ont martirisé, esclavisé, des criminel, exoloité…etc!!!, sont venu d’Europe !, romain espagnole et français!, vous ete des lâche, vous essayez a l’aide d’une maneuvre politique vos associer avec israël en espérant avoir IU faire savoir ou l’avoir comme allié contre un ennemi comain!, une maneuvre dangereuse de s’associer avec le sionisme! Qui est sans pitié! Et ne cherche que sin profit et arriver a son objectife,

Allucinant tout les ignotant inculte et stupide qui existe!

Il n’y a pas sur la terre un grand pay qui n’est pas constituè par plusieur ethnie et peuple!

Répondre

Meziani dit :

5 août 2014 à 22:27

Vous savez les arabes veulent devenir les maîtres du monde en massacrant les autres peuples mais ils ne pourront jamais arriver a leur fin je suis kabyle et fière de l être et je soutiens Israël par ce que c est des lions

Répondre

gaston dit :

4 août 2014 à 7:42

Les juifs ont vécus avec les Kabyles et les Berbères du Maroc pendant des siècles sans problèmes. Puis est arrivé l’islam qui a islamisé de force les populations locales, là ce fut la fin de la tranquillité…La différence essentielle étant que la religion juive ne s’impose pas par la force contrairement à l’Islam et d’une certaine façon la chrétienté. Les juifs chassés du Yemen, d’Egypte, d’Iran, d’Irak, de Syrie, du Liban sont allés pour une grande majorité en Israël et devenus par conséquent sionistes.

Pour moi les pays Arabes sont responsables de l’explosion sionistes depuis les années 50 à nos jours.

Il n’y a pas de fumés sans feux…

Répondre

neijma dit :

4 août 2014 à 21:38

Tu devrais revoir un tout petit peu ton histoire avant d’avancer des absurdités completement fausses!!

Pour ta gouverne C »est le colonialisme qui a opposé les juifs et les musulmans d’afrique du Nord .. cf: décret crémieux qui accordait la nationalité francaise aux juifs d’algérie qu’ils se sont empréssés d’accepter alors qu’ils vivaient en bonne harmonie depuis des siècles, bien sur ce privilège n’a pas été accordé aux arabes et aux kabyles sauf si ils reniaient leur religions.. on se demande bien pourquoi?

De même tu confonds les croisades et la religion musulmane qui si tu lis un peu les textes ne prone qu’amour et miséricorde

Tu crois que les massacres actuels de la bande de gaza au nom de du judéisme est « douce »… Et pour finir le sionnisme existe bien avant les années 50 mais des années 1890 .. bien avant le genocide allemand d’hitler..

Ce n’est pas les arabes qui ont tués des millions de personnes lors de la 2 eme guerre mais les europeens qui pour avoir la conscience tranquille ont décidé de donner la terre des palestiniens, j’espere t’avoir unpeu éclairer et puisse dieu te guider sur le bon chemin amin

Répondre

Awthem dit :

18 février 2015 à 18:12

@ neijma

L’islam n’a jamais été la religion d’Amour bien au contraire il incite le croyant à massacrer les infidèles et tous se qui refuse l’islam ou le colonialisme arabe (les statistiques arabes sont muettes, si non tu aurais vu que les crimes et génocides des arabes dépassent toute imagination (l’islam c’est dangereux pour la santé, modération svp).

Hitler n’a jamais tué autant que les arabo-musulmans (notamment en Afrique du Nord sans parler de la traite négrières des arabo-islamistes encore en usage).

islam est misogyne et rabaisse la femme et impose la polygamie et pédophilie à l’instar du prophète.Ne reste pas enfermée dans un islam moyenâgeux ouvre toi sur d’autre cultures et civilisation car l’islam n’apporte que la désolation et régression (hormis l’islam aucune religion n’appelle au crime). Seul le dieu Akuch peut te montrer le droit chemin (allah t’égare complètement).

Il faut lire Ibnkhaldoun pour comprendre les crimes arabes justifiés par l’islam.

Tu dénonces le génocide palestinien avec la complicité des pays arabo-musulmans (armées: saoudiène, égyptienne, israël, qatarie et marocaine ont participé aux massacres de palestiniens de Gaza).Aucun pays arabe ne souhaite l’indépendance de la Palestine occupée, Kabylie,AzaWad, Rif etc.

Mais tu ne dénonce pas les crimes et génocides des armées arabes contre des civiles Amazighs (brebères, notamment m’zabs et kabyles), c’est ça ton islam qui prèche l’amour ?

Tu t’égares complètement.

Non à la colonisation horizontale en Afrique du Nord.

Répondre

lussato dit :

3 août 2014 à 20:05

Bravo pour votre courage et votre commentaire et surtout votre démocratie et intelligence sur se qui ce passe en Israël j’ai beaucoup d’amis kabyle et j’ai toujours précisé leurs savoir vivre merci et que dieu vous protège amen

Répondre

amazighfree dit :

3 août 2014 à 16:07

Les kabyles sont des dhlimis dans leurs propre pays,tout comme les Coptes en Egypte. Il faut bien, puisque il n’y a plus de juifs qui va remplir le rôle du bouc émissaires ? Indispensable pour absolument tout les dictatures.Il en dépend de leurs survie. Seul moyen a canaliser la violence découlant de la répression!

Répondre

Chaɛvan dit :

3 août 2014 à 16:06

Azul, Shalom

Nous sommes l’un des premier peuple d’afrique, nous sommes Amazigh ce qui veut dire « peuple LIBRE ».

Nous peuple Amazigh de Kabylie nous avons des liens d’amitié avec tous les peuples libre et oppressé.

Le peuple arabe n’est pas Africain, c’est un peuple importé d’Arabie, raciste, assassin, dictateur, terroriste…

Restons LIBRE, restons AMAZIGH.

Répondre

rachida dit :

24 août 2014 à 14:15

Tout comme le peuple juif, qui est un peuple importé. Il n’avait aucun lien avec la Palestine. Pourquoi sont-ils revenus en 1948 ?

De quel peuple arabe, vous parlez quand vous parlez d’Afrique ? Au VII éme, siècle, les seuls arabes qui ont débarqués en Afrique étaient des cavaliers arabes, ils n’étaient pas plus de 700 000, toute l’Afrique du Nord est d’essence berbère, alors qui veut tu mettre à la porte ?

En tant que berbère algérienne, arabisée, je suis fière de cette double casquette et de cette double culture et surtout d’avoir héritée de l’Islam cet comme religion. La sagesse et l’érudition n’est pas donnée à tout le monde ? Je connais la Kabylie, c’est un peuple très arriéré et un peuple de demeurés, vous accusez 7 siècles de retard

Répondre

sys dit :

26 septembre 2014 à 20:07

plus demeurée que toi, la soit disant berbere islamisée, et ta oumma on aurait du mal ma chère.

pour on info avant 1948 il y avait des milliers de juifs en Palestine quant à ton « peuple palestinien » il est juste une pure invention.

Va lire un peu l’histoire au lieu de croire les conneries que les medias pro-palestine te servent ainsi que ta oumma hégémonique de racistes dont d’ailleurs tu nous montre à quelle point tu en est digne représentante.

toi , pauvre demeurée c’est 14 siècles de retard que tu accuse avec ta oumma, quant a nos soit disant 7 siecles on vous les doit a vous les korotos izanisée et arabaisée.

Répondre

Awthem dit :

15 février 2015 à 17:40

@ rachida bédouine pseudo- arabe ou fille de légionnaire français.

Les juifs sont chez eux en Palestine depuis le roi Salomon, en revanche tes pseudo-arabes ne sont pas chez eux en Afrique. Rachida même en ayant 4 casquettes (arabe, algérienne française et bâtarde), tu n’est pas chez toi en Algérie et encore moins en Kabylie.On aime pas l’islam et les colons arabes asiatiques. nous sommes des Africains, Imazighen et kabyles, notre objectif libérer l’Afrique et mort aux arabes attardés dégénérés, fascistes, terroristes, voleurs (vivent de prostitution, pédophilie islamiques).

Les arabo-khorotos de ton espèce sont les plus arrièrés de la planète, ils accumulent 14 siècles de retard (vous transformez tous en désert, le désert de Palestine est redevenu vert via l’intelligence des juifs).

Arabe comme sida ça ne devrai pas existé.

Les arabes racistes faux jetons et fourbes fournissent du gaz et pétrole à Israël via Egypte, Cependant leur nain arabe Bouteflika finance le terrorisme islamique pour tuer des juifs (c’est quoi ces araberies ?).

Pour finir vive la Kabylie, vive Israël et mort aux arabes fourbes et a l’islam leur cheval de Troie.

Avec sa double casquette, Rachida se prostitue à Dubai et à Riyad selon les préceptes de l’islam.

Répondre

Kabyliste dit :

3 août 2014 à 16:05

Les Kabyles sont épris de paix et de justice. Ils entendent se libérer de toute tutelle qui ne respecte pas leur dignité et droits. Le fascisme arabo-islamiste est dégradant et meurtrier. Les Kabyles en ont fait l’expérience. La sympathie pour les Juifs et Israel ne cesse de s’accroître en dépit de tout. Que des passerelles d’amitié entre tous les peuples soient lancées.L’amitié Judéo-Kabyle/Amazigh(les Amazigh du Maroc l’ont deja exprimée) doit devenir une réalité sur le terrain partout ou se trouvent nos communautés. Nous tenons a saluer le courage des hommes qui agissent dans ce sens.

Répondre

Hakim dit :

3 août 2014 à 14:46

Je suis Kabyle, Mais quand je vois ses commentaires, j’ai honte vraiment honte des energues humaines comme vous qui sailssent l’honneur des Kabyles.

L’islam ne veux. Pas dire automatiquement Arabe, L’islam est pour toute l’humanité, c’est une religion de tolerance et de vie commune!

Vous jugez cette religion sur le comportement de certaines tendances musulmanes qui sont majoritaire en realite, issues principalement du royaume saoudien wahhabite qui fabrique des terroristes qui eliminent tout ceux qui s’opposent a l’Islam salafiste wahhabite , et si vous êtes un peu instruit, en remontant le temps, vous decouvrirez que les saoudiens sont d’origines juives, les Banou Qourayda de Medine!

Le peuple Hebreu a toujours été infidele a ses propres prophetes depuis l’ère des temps, et quand il y’a eu l’apparition de l’ultime prophète Mohamed (s), ils s’attendaient qu’il serait de chez eux, mais non,il est issu des cousins Arabes, et depuis ils n’ont pas cessé de comploter contre cette religion, et ils ont réussi a salir cette noble religion en instaurant ces états au moyen orient qui prône cet islam salafistes pro- israélien, ce qui explique le soutien indirect en quelque sorte de tout ces états pour l’état Hebreu, qui c’est dressé et se dresse toujours sur les vies des innocents.

Les salafistes comme leurs cousins scionists, extrémistes, on les voient en Irak, Syrie, Liban, et d’autre pays assassiner tout ceux qui s’opposent a eux, de différentes religions, des démocrates, il suffit d’être en désaccord avec eux et votre vie serait en jeu! Pourquoi ils ne vont pas défendre les palestiniens contre les juifs? Parcequ’ils ne pourrons pas ce dresser contre leurs maîtres, leurs instaurateurs, leur origines.

Le seul vrai ennemi pour les deux tendances scionists et salafistes sont les musulmans chiites d’Iran et du Hizboullah libanais, c’est les vrais de vrai qui ont su garder le vrai Islam, c’est pour ça qu’ils représentent l’ennemi commun des salafistes wahhabites et les israéliens, c’est pour ça qu’ont voit les massacres des communautés chiites dans tous les pays du moyen-orients par les salafistes, actes soutenus par leurs complice éternel!

Mais tout ça ne va pas durer, bientôt toute cette injustice disparaitera, et gloire a tout ceux qui auront servi le vrai Islam.

Répondre

amazighfree dit :

3 août 2014 à 16:11

Azul, tu es loin de nous apprendre c’est quoi l’islam. D’ailleurs l’article par des Kabyles et d’Israël mais pas d’islam. Être musulman ne veut pas dire être anti-israéliens comme vous. Y a 1,6 million de musulmans en Israël, va leur demander de quitter ce pays et ils te répondront par un doigt d’honneur.

Répondre

Anonyme dit :

3 août 2014 à 5:36

Combien avez vous été payes pour publier cette merde??? Vive la Palestine libre et stop au génocide… Les palestiniens avaient une terre riche et prospère et ils ont été spoliés. Je suis kabyle Algérien musulman et pro palestinien comme toute ma famille d’ici et de là-bas. Vous qui vous prétendez libres et amazigh, ils étaient aussi des méditerranéens libres avant d’être persécutés et assassinés… Vous avez la memoire courte.

Répondre

Nass dit :

3 août 2014 à 1:49

C’est un bon résumé ….vive l’autodétermination de la Kabylie!

Répondre

carmelarossi3958 dit :

2 août 2014 à 19:59

Devant les Horreurs et le génocide,qui se déroule à Gaza ,c’est ahurissant de constater la haine dans les mentalités de certains ,qui soutiennent « Israël ,une nation peuplée de sauvages « qui plus est, se considère comme une démocratie…L’histoire du passé qui est restée gravée dans votre culture doit rester dans ce passé …Tous les pays ont eût leur histoire ,mais il est impératif et urgent que « vous mettiez à la date et à l’heure d’aujourd’hui ,la pendule de votre cerveau « Le temps des convictions fascistes est dépassé !!!!!!!!!!!!ON NE VEUT PLUS !!!!!!!!!Chaque matin ,notre miroir reflète l’image du sang qui coule à Gaza et aussi dans une parie de l’Afrique …Notre devoir face à ces génocides est de mener un combat pacifique pour une paix durable ,digne d’une population évoluée du 21 ième siècle …L’ignorance et les erreurs du passé doivent êtres enterrées avec l’histoire de son époque ,il y va de notre devoir ,pour l’avenir de nos propres enfants de chasser la haine qui nous dévore …La terre hurle de désespoir et de souffrance ,elle finira par exploser si les mentalités n’évoluent pas immédiatement vers la sagesse …

Répondre

lemondeestfou dit :

2 août 2014 à 9:58

Bravo!! La censure. Des kabyles qui soutiennent Israël masqués…vous êtes bien des algériens!!!

Répondre

lemondeestfou dit :

2 août 2014 à 9:56

En plus un blog de lâches qui censure!!! Ha ha ha ha

Répondre

Le Montagnard dit :

2 août 2014 à 10:13

cher algérien, on ne censure jamais même tes insultes comme tu l’as si bien constaté. Si la personne sur la photo parmi les très nombreuses qu’on a trouvées sur les réseaux sociaux est masquée, c’est parce que votre culture arabo-islamique ne tolère aucune différence d’opinion surtout quand il s’agit de vos ennemis. Les 200.000 morts durant la décennie de l’islamisme le prouvent si bien.

Répondre

lemondeestfou dit :

2 août 2014 à 9:55

Répondre

Rahmoune dit :

2 août 2014 à 1:18

Israël a le devoir et le droit de détendre ses enfants je suis kabyle et Israël pour moi est un peuple encerclé par plusieurs pays arabes islamique .j’espère que Israël vaincra vivra pour botté les fesses des khorotos terroristes islamique déchet de la nature les arabes

Répondre

azizazizouche dit :

2 août 2014 à 22:19

Bien sûr, Israël a le droit de défendre ses enfants en massacrant les enfants,les femmes et les vieux palestiniens.Ils ont le droit de protéger leur pays en rasant toutes les maisons, en bombardant les hôpitaux et même les écoles de l’ONU. Ça me rappelle étrangement l’histoire de l’éléphant qui a peur de la souris !

Répondre

amcic dit :

3 août 2014 à 0:08

de la propagande arabo-islamiste qui ne dupe personne. L’hôpital et les écoles ont été touchées par des missiles des terroristes du Hamas.

Les journalistes qui quittent Gaza témoignent en effet des agissements du Hamas qui terrorisent les journalistes pour raconter l’inimaginable. Quand vous parlez de Tsahal on dirait que c’est du GIA ou de Daech que vous parlez !!

Répondre

lemondeestfou dit :

1 août 2014 à 21:24

« La visite du président du Gouvernement provisoire kabyle…. »

Répondre

augustin dit :

1 août 2014 à 20:52

je suis kabyle et en tant qu’humain je ne peux que condamner les meurtres d’enfants palestiniens. Sans pour autant exprimer mon soutien aux islamistes du Hamas. Pour moi la paix doit régner entre juifs et arabes.

Répondre

amcic dit :

1 août 2014 à 20:51

vive israel les pays arabes sont les pires colonisateurs.

Répondre

kabyle dit :

16 mai 2015 à 21:57

Les kabyles sont près à fournir un soutient militaire à Israël, pour casser de l’arabe ou du terroriste ‘sans contre partie).

Les kabyles cherchent aussi à en découdre avec les colons arabes pour libérer l’Afrique du nord de l’arbislamisme.

Hormis l’Algérie panarabiste, aucun pays a

Arabe ne soutient les palestiniens terroristes du Hamas.

L’égypte et le maroc fournissent des troupes à Israël pour combattre le Hamas.

L’Arabie et Qatar finance Israël pour bombarder les Palestiniens.

Les Bâtards arabes d’Algérie, au lieu de balayer devant leur porte insultent les Kabyles qui ont libéré le Maghreb du colonialisme français.

VIVE ISRAËL ET LA KABYLIE

« Je suis un rescapé de l’école algérienne. On m’y a enseigné à détester les juifs. Hitler y était un héros. Des professeurs en faisaient l’éloge. Après le Coran, Mein Kampf et Les Protocoles des Sages de Sion sont les livres les plus lus dans le monde musulman.

Que faire ? Suivre le troupeau ? Entretenir la haine et le ressentiment ? M’abreuver à la pensée unique d’un système malade et hypocrite ?

J’essaie d’observer l’histoire avec des yeux clairvoyants. J’écris avec une plume trempée dans l’encre de la raison. Aucun conflit n’oppose mes ancêtres, les Berbères, aux Juifs. Pourquoi alors en inventer un ? À qui profite cette stratégie ? Les responsables politiques algériens n’utilisent-ils pas la haine des Juifs pour endormir le peuple ?

Je ne suis pas un mouton. Je pense par moi-même. Je refuse d’être l’otage de quelque conflit que ce soit. Je revendique le droit de choquer toutes les doxas et de secouer leurs certitudes.

La presse algérienne arabophone s’est déchaînée contre moi. On m’a traité de traître et pis que cela. Mais qui donc ai-je trahi ? La Oumma ? La communauté des haineux ?

Rompant avec les idéaux du journaliste Omar Ourtilane, assassiné par les islamistes en 1995, le journal El-Khabar a commis un acte méprisable à mon encontre en inventant un roman-feuilletant de très mauvais goût. Je ne sais où son gratte-papier a cherché ses informations. Selon lui, je serais allé en Israël avec une délégation de « séparatistes kabyles », omettant volontairement que le groupe ne comptait que des journalistes et écrivains québécois.

C’est grave et comique à la fois. Je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer. Le journalisme de caniveau est très répandu en Algérie. On voudrait me traîner dans la boue, faire du buzz. C’était prévisible, la haine du Juif rapporte. »

Lire l’article en entier en cliquant sur le lien ci-après

http://www.causeur.fr/israel-antisionisme-algerie-antisemitisme-40297.html

il sont la population la plus métissée de tout le continent africain…y a du blanc, du noir, du gris, des roux, des bruns, des tachés de rousseur, des blonds crépus, des têtes de Turcs, des koulouglis et des descendants d’ esclaves européens qui ne purent etre rachetés

longtemps esclaves des Turcs, puis matés par les Français, héritiers d’ une « indépendance  » qui leur fut offerte par de Gaulle

ils sont un Peuple, mais surement pas une Nation

Répondre

Peuimporte 30 septembre 2016 at 18 h 54 min

au moins a présent vous saurez lire « Adoulf Hitlr » en Arabe !!

ils se consolent en voyant ou en sont les Juifs avec Israel 68 aprés sa renaissance et ou ils en sont eux aprés 58 ans de branlette, en s’ intoxiquant avec les Mein Kéf et les Broute au col des Enragés du fion

01 Mar 2019Christine TasinConflit de civilisation, International, Islam, Macron

C’est le bordel de l’autre côté de la Méditerranée.

Les Algériens ne veulent pas -on les comprend- d’une énième élection bidouillée pour, qui plus est, avoir un mort-vivant comme Président. Ils veulent que Bouteflika retirent sa candidature. Ils savent  bien que la démocratie n’existe pas en Algérie, normal, c’est un pays musulman opposé par définition à la démocratie. Cela ne les empêche pas de cracher sur la France et sa démocratie, mais passons. L’élection est prévue le 18 avril prochain. Le pouvoir envisagerait de les reporter d’un ou deux mois… le temps de rétablir l’ordre.

C’est un bras de fer qui pourrait bien se terminer soit dans un bain de sang avec, dans ce cas, des millions d’Algériens fuyant et arrivant chez nous pour fuir la répression des proches de Bouteflika. Soit dans la prise de pouvoir des islamistes qui sont tapis, prêts à intervenir – fût-ce au prix d’un coup d’Etat, ça ne fait pas peur à ces gens-là, au contraire- et donc à prendre le pouvoir. Avec, à la clé, des millions d’Algériens fuyant et arrivant chez nous pour fuir le FIS et ses pareils.

Le spectre de la guerre civile des années 1990 est là, tout près, on le touche… Sa résurgence est plus que menaçante.

La guerre civile algérienne (décennie noire, décennie du terrorisme, années de plomb, années de braise2) est le conflit qui opposa le gouvernement algérien, disposant de l’Armée nationale populaire(ANP), et divers groupes islamistes à partir de 1991.

On estime que ce conflit coûta la vie à plus de 60 000 personnes3 ; d’autres sources avancent le chiffre de 150 000 personnes4 (avec des milliers de disparus, un million de personnes déplacées, des dizaines de milliers d’exilés et plus de vingt milliards de dollars de dégâts1). Le terrorisme islamiste se termina par la victoire du gouvernement, suivi de la reddition de l’armée islamique du salut (AIS) et la défaite en 2002 du Groupe islamique armé (GIA).

Le conflit commença en décembre 1991, quand le gouvernement annula immédiatement les élections législatives après les résultats du premier tour, anticipant une victoire du Front islamique du salut (FIS), craignant de perdre le pouvoir et que ce dernier mette en place une république islamique. Après l’interdiction du FIS et l’arrestation de milliers de ses membres, différents groupes de guérilla islamiste émergèrent rapidement et commencèrent une lutte armée contre les civils et dont le but ultime était de les terroriser et punir en cas de soutien au gouvernement algérien. Ils se sont constitués en plusieurs groupes armés, dont les principaux sont le Mouvement islamique armé (MIA), basé dans les montagnes, et le Groupe islamique armé (GIA), basé dans les villes. Les islamistes ont au commencement visé l’armée et la police, mais certains groupes s’attaquèrent rapidement aux civils. En 1994, tandis que des négociations avaient lieu entre le gouvernement et les dirigeants du FIS mis en résidence surveillée, le GIA déclara la guerre au FIS et à ses partisans, alors que le MIA et divers plus petits groupes se regroupaient pour former l’Armée islamique du salut (AIS), loyale au FIS.

Lire la suite sur wikipedia

Et avec des conséquences gravissimes sur nous, car nous sommes et serons le premier lieu d’exil des Algériens, islamistes compris. Comme on voit combien ceux qui sont déjà là aiment la France, ça fait peur, ça fait très peur. Et Macron ne prend aucune précaution pour nous protéger :

Surtout quand on les voit manifester… Quelle jeunesse, quelle violence, quelle démesure… Pourquoi pas, si ça devait les amener à changer de logiciel… Mais avec l’islam tété depuis leur tendre enfance, il n’y a pas beaucoup d’espoir. Avec ou sans Bouteflika.

Il n’empêche que ça grouille de partout… Le jour où ça arrive en force chez nous, face à nos jeunes bien élevés, tétanisés, à qui on a appris qu’il ne fallait pas se défendre tout seul, on est mal. Très mal.

Hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

DANS L’ACTU

Grand débat national«Gilets jaunes»Salon de l’agricultureManifestations en Algérie

ACCUEILMONDE

Manifestations à Alger : 63 blessés dont 56 policiers, 45 arrestations

CONTESTATION Ces altercations ont eu lieu en marge de manifestations qui se sont déroulées dans le calme dans les rues de la capitale algérienne ce vendredi

20 Minutes avec AFP 

Publié le 01/03/19 à 19h54 — Mis à jour le 01/03/19 à 22h27

53 

COMMENTAIRES

0

PARTAGE

 Partager sur Messenger Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Flipboard Partager sur Pinterest Partager sur Linkedin Imprimer Envoyer par Mail

Des heurts ont éclaté à Alger entre des jeunes manifestants et la police le 1er mars 2019. — Toufik Doudou/AP/SIPA

La bilan des affrontements entre policiers et groupes de jeunes, en marge des manifestations massives contre la perspective d’un cinquième mandat du président Abelaziz Bouteflika, s’alourdit: au moins 56 policiers et sept manifestants ont été blessés à Alger, a annoncé la police, citée par la télévision nationale vendredi soir.

Des journalistes de l’AFP ont eux dénombré une dizaine de blessés chez les manifestants, cibles de coups de matraque, de pierres que renvoyaient certains policiers, d’éclats de grenade lacrymogènes ou intoxiqués par les gaz.

La police a procédé dans la journée à 45 arrestations, dont cinq personnes ayant tenté d’entrer dans l’hôtel El Djazaïr, a ajouté la télévision, citant un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), qui chapeaute les différents services de la police algérienne.

Des gaz lacrymogènes pour disperser la foule

La police avait bloqué plus tôt, à environ un kilomètre de la présidence, plusieurs manifestants venus du centre-ville. Elle avait fait usage de gaz lacrymogènes et la foule s’était dispersée sans heurts, avant que des groupes de jeunes se rassemblent pour en découdre.

D’autres heurts sporadiques ont été signalés par des sources sécuritaires sur la Place du 1er-Mai, dans le centre d’Alger. Auparavant, plusieurs dizaines de milliers d’Algériens avaient défilé sans incident dans le centre d’Alger et dans le reste du pays en scandant des slogans hostiles au pouvoir, face à une police qui a souvent paru débordée.

Les coulisses de la Déclaration Rothschild-Balfour (4) D’Abraham à Arthur Balfour

Cet article publié initialement en 2014 par siliconafrica.com a créé la polémique. Pour suivre le débat, Mondialisation.ca propose l’article suivant : Non, les pays africains ne «versent pas un impôt colonial à la France», Libération, le 22 février 2017. 

Le saviez-vous? Aujourd’hui encore, beaucoup de pays africains continuent de payer un impôt colonial en France, et ce malgré l’indépendance ! 

Lorsque Sékou Touré de Guinée décida en 1958 de sortir de l’empire colonial français, et opta alors pour l’indépendance du pays, l’élite coloniale française à Paris était s’est indignée, et dans un acte de fureur historique, demanda à son administration alors en place en Guinée de détruire, dans tout le pays, ce qui représentait, à leur yeux, les avantages de la colonisation française. 

Trois mille Français quittèrent le pays, en prenant tous leurs biens et détruisant tout ce qui ne pouvait être déplacé: les écoles, les crèches, les bâtiments de l’administration publique furent détruits, les voitures, les livres, les médicaments, les instruments de l’institut de recherche, les tracteurs ont été écrasés et sabotés; les chevaux, les vaches dans les fermes ont été tués, et les nourritures entreposées furent brûlées ou empoisonnée. 

Le but de cet acte scandaleux était bien évidemment, d’envoyer un message clair à tous les autres colonies sur les conséquences du rejet de la France.En Algérie aussi les colons avant de partir ont tout détruit et tout saboté. 

Le fait est que peu à peu, la peur s’empara des Élites Africaines, et après ces événements aucun autre pays ne trouva jamais le courage de suivre l’exemple de Sékou Touré, dont le slogan était « Nous préférons la liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage ». 

Pour les pays nouvellement indépendant il fallut trouver des compromis avec la France. Sylvanus Olympio, le premier président de la République du Togo, un petit pays d’ Afrique de l’Ouest, trouva une solution susceptible de calmer les Français : 

Ne voulant pas continuer à subir une domination française, il refusa de signer le pacte colonisation proposé par De Gaule, mais accepta en contrepartie de payer une dette annuelle à la France pour les soi-disant avantages obtenus lors de la colonisation française. 

Ce furent les seules conditions de la France pour ne pas détruire le pays avant de partir. Toutefois, le montant estimé par la France était si grand que le remboursement de la soi-disant « dette coloniale » était proche de 40 % du budget du pays en 1963. 

Dès lors, la situation financière du Togo tout juste indépendant fut très instable, et afin de se sortir de cette situation, Olympio décida de sortir du système monétaire mis en place par la France coloniale le FCFA ( franc des colonies françaises d’Afrique ), et créa la monnaie du pays. 

Le 13 Janvier 1963, trois jours après , qu’il ai commencé à imprimer les nouveaux billets, une escouade de soldats (soutenus par la France) s’empara et tua le premier président élu de l’Afrique indépendante : Olympio fut exécuté par un ex Légionnaire français, le sergent de l’armée Etienne Gnassingbé qui, au passage, reçu à ce moment une prime de 612 dollars de l’ambassade française locale pour le succès de sa mission. 

Le rêve de Olympio était de construire un pays indépendant et autonome. Mais l’idée ne correspondait pas aux volontés françaises. 

Le 30 Juin 1962, Modiba Keita, le premier président de la République du Mali , décida également de se retirer du système monétaire FCFA ( imposé à 12 pays africains nouvellement indépendants ). 

En effet, pour le président malien, qui se penchait plus vers une économie socialiste, il était clair que la colonisation qui perdurait avec ce pacte avec la France, devenait un piège, un fardeau pour le développement du pays. 

Le 19 Novembre 1968, comme, Olympio, Keita sera victime d’ un coup d’état menée par un autre ex légionnaire français des Affaires étrangères, le lieutenant Moussa Traoré. 

Pour l’Algérie ce fut les accords secrets d’Evian qui stipulaient une priorité des compagnies pétrolières françaises sur les autres en Algérie et que les ressources du sous sol continuent d’appartenir à la France.La France offre un million d’emploi aux travailleurs algériens donc l’escalavage avec des salaires misérables en échanges les algériens n’aurons le droit que d’acheter des voitures française. 

De fait, durant cette période turbulente où l’Afrique combattait à se libérer du joug de la colonisation européenne, la France usera à nombreuse reprises de mercenaire anciennement affiliés à la légion étrangère pour réaliser des opérations coup de poings contre les présidents nouvellement élus : 

Au 1er Janvier 1966, Jean- Bedel Bokassa, ex légionnaire français, portait un coup d’état contre David Dacko, le premier président de la République centrafricaine. 

Le 3 Janvier 1966, Maurice Yaméogo, le premier président de la République de Haute-Volta, aujourd’hui appelé Burkina Faso, a été victime d’un coup porté par Aboubacar Sangoulé Lamizana, un ex légionnaire français qui a combattu avec les troupes françaises en Indonésie et en Algérie contre ces pays l’indépendance 

Le 26 Octobre 1972 Mathieu Kérékou qui était un garde de sécurité au président Hubert Maga, le premier président de la République du Bénin, a porté un coup d’état contre le président, après avoir fréquenté les écoles militaires françaises de 1968 à 1970. 

En fait , au cours des 50 dernières années, un total de 67 coups état qui se sont passés dans 26 pays en Afrique, 16 de ces pays sont des ex- colonies françaises, ce qui signifie que 61 % des coups d’états en Afrique ont été initiés dans d’anciennes colonies françaises. 

Nombre de Coups en Afrique par pays 

Ex colonies françaises 

Comme ces chiffres le démontrent, la France est tout à fait désespérée, mais active à conserver une forte emprise sur ses colonies peu importe comment, peu importe le prix. 

En Mars 2008, l’ancien président français Jacques Chirac a déclaré: 

«Sans l’Afrique, la France va glisser vers le bas dans le rang de troisième puissance [ du monde ] « 

Le prédécesseur de Jacques Chirac François Mitterrand déjà prophétisé en 1957 que : «Sans l’Afrique, la France n’aura pas d’ histoire au 21e siècle » 

En ce moment même où j’écris cet article , 14 pays africains sont obligés par la France , à travers le pacte colonial , de mettre 85% de leurs réserves à la banque centrale de France sous le contrôle du ministère des finances français. Jusqu’à maintenant , en 2014, le Togo et environ 13 autres pays africains doivent encore payer la dette coloniale en France . Les dirigeants africains qui refusent sont tués ou victimes de coup d’état . Ceux qui obéissent sont soutenus et récompensés par la France grâce à style de vie somptueux, tandis que leurs populations endurent la misère et le désespoir. 

Un tel système maléfique, est dénoncé par l’Union européenne, mais la France n’est pas prête à se passer de ce système colonial qui lui offre une trésorerie d’environ 500 milliards de dollars en provenance de l’Afrique, et ce par année. 

Nous accusons souvent les dirigeants africains de corruption et de servir les intérêts des nations occidentales, mais il y a une explication claire de ce comportement . Ils se comportent ainsi parce qu’ils ont peur d’être tués ou d’être la victime d’un coup d’état. Ils veulent s’allier à une nation puissante pour se sauvegarder en cas d’agression ou de difficultés. Mais, contrairement à une protection amicale, la protection de l’Ouest est souvent offert en échange du renoncement à servir leur propre peuple ou les intérêts des nations. 

Les dirigeants africains travailleraient dans l’intérêt de leur peuple s’ils n’étaient pas constamment harcelés et intimidés par les pays coloniaux. 

En 1958 , effrayé des conséquences de son choix d’indépendance face à la France , Léopold Sédar Senghor a déclaré: « Le choix du peuple sénégalais, c’est l’indépendance, ils veulent qu’elle ait lieu seulement dans l’amitié avec la France , pas en litige. « 

Dès lors la France a accepté qu’une « indépendance sur le papier » pour ses colonies , mais a signé en parallèle des » accords de coopération « , précisant la nature de leurs relations avec la France, en particulier les attaches envers la monnaie ( le Franc ), le système éducatif français, les ententes militaires et les préférences commerciales. 

Voici les 11 principales composantes de la poursuite du pacte de colonisation depuis les années 1950 : 

1 . La dette coloniale pour les avantages de la France colonisation 

Les pays nouvellement «indépendants» doivent payer pour l’infrastructure construite par la France dans le pays pendant la colonisation. 

Ainsi les africains mis en esclavage par la France tués par millions voir milliards doivent remercier la France de leur servitude de leur pauvreté et génocides et guerres civiles et attentats terroristes et massacres coloniaux et déportation gazage camps d’extermination comme les nazis avec les juifs et empoisonnement des puits et dissémination de maladies. 

L’Algérie après la fausse indépendance de 1962 devait payer un loyer pour payer l’utilisation des pipelines de gaz et pétrole par les compagnies pétrolières françaises construits par la France.Une taxe française était prélevée pour le pétrole et gaz qui transitait par ces tuyaux ainsi l’Algérie a certainement déjà payé 1000 fois la valeur de ces tuyaux. 

2 . Confiscation automatique des réserves nationales 

Les pays africains doivent déposer leurs réserves monétaires nationales en France à la banque centrale. 

La France a tenu des réserves nationales de quatorze pays africains depuis 1961 : Bénin, Burkina Faso, Guinée- Bissau, Côte-d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo -Brazzaville, la Guinée équatoriale et le Gabon. 

La politique monétaire régissant un tel regroupement diversifié de pays est simple car il est, géré par le Trésor français , sans en référer aux autorités fiscales centrales comme l’UEMOA ou de la CEMAC. Selon les termes de l’accord qui a été mis en place par la banque centrale du CFA, chaque Banque centrale de chaque pays africain est obligée de garder au moins 65 % de ses réserves de change dans un « compte d’opérations » tenu au Trésor français, ainsi qu’un autre 20 % pour couvrir les passifs financiers. 

Les banques centrales CFA imposent aussi un plafond sur le crédit accordé à chaque pays membre à l’équivalent de 20 % des recettes publiques de ce pays sur l’année précédente. Même si la BEAC et la BCEAO ont une facilité de découvert auprès du Trésor français, les traites sur les facilités de découvert sont sous réserve du consentement du Trésor français. Le dernier mot est celui de la Trésorerie française qui a investi les réserves étrangères des pays africains en son propre nom à la Bourse de Paris. 

En bref , plus de 80% des réserves de change de ces pays africains sont déposées dans les « comptes d’opérations » contrôlés par le Trésor français . Les deux banques CFA sont africaines de nom, mais n’ont pas de politiques monétaires propres. Les pays eux-mêmes ne savent pas, ne sont pas informés, à hauteur de combien la réserve de change détenues par le Trésor français leur appartient en tant que groupe ou individuellement. 

Les gains de l’investissement de ces fonds du Trésor français sont censés être ajouté à la réserve de change, mais il n’y a pas de comptabilité transmise aux banques ou aux pays, ni les détails de ces modifications. « Seul un groupe restreint de hauts fonctionnaires du Trésor français connaissent les montants figurant dans les « comptes d’opérations » où ces fonds sont investis ; si il y a un bénéfice sur ces investissements ; ils ont interdiction de divulguer ces informations aux banques CFA ou aux banques centrales des états africains. » écrit le Dr Gary K. Busch 

Il est estimé que la France gère près de 500 milliards d’argent africain dans sa trésorerie, et ne fait rien pour mettre un peu de lumière sur ce côté sombre de l’ancien empire. 

La finalité reste : Les pays africains n’ont pas accès à cet argent. 

La France leur permet d’accéder à seulement 15 % de leur argent par an. S’ils ont besoin de plus, les pays africains doivent emprunter, à des taux commerciaux, sur les 65% de leur argents détenu au Trésor français. 

Pour rendre les choses plus tragiques , la France impose un plafond sur le montant de l’argent que les pays peuvent emprunter à la réserve . Le plafond est fixé à 20 % de leurs recettes publiques de l’année précédente. Si les pays ont besoin d’emprunter plus de 20% de leur propre argent, la France a un droit de veto. 

L’ancien président français Jacques Chirac a récemment parlé de l’argent des pays africains dans les banques en France. Voici une vidéo qui parle du système d’exploitation français. Voici une courte transcription de l’extrait : « Nous devons être honnêtes et reconnaître qu’une grande partie de l’argent dans nos banques viennent précisément de l’exploitation du continent africain ». 

Selon la charte de l’impérialisme les pays du Maghreb comme l’Algérie les généraux et ministres qui détournent et volent de l’argent public doivent déposer l’argent volés en Suisse afin que les banques suisses et françaises prêtent cet argent aux ménages et entrepreneurs algériens en cas de non remboursement l’Algérie doit payer couvrir les impayés.Les responsables qui oseront investir l’argent volé en Algérie s’exposent à des poursuites judiciaires pour corruption et détournements des finances publiques. 

3 . Droit de priorité sur toute ressource brute ou naturel découvert dans le pays 

La France a la priorité en matière d’achats de toutes les ressources naturelles de la terre de ses ex- colonies. C’est seulement un refus de celle-ci que les pays africains sont autorisés à chercher d’autres partenaires. 

4 . Priorité aux intérêts et aux entreprises françaises dans les marchés publics et constructions publiques 

Dans l’attribution des marchés publics , les entreprises françaises doivent être considérées en premier lieu, et seulement après les marché étrangers sont considérés. Le fait que les pays africains pourraient obtenir une meilleure offres financière ailleurs n’est pas prit en compte. 

En conséquence, dans la plupart des ex- colonies françaises, toutes les plus grosses compagnies et acteurs économiques sont dans la main des expatriés français. En Côte d’Ivoire, par exemple, les entreprises françaises possèdent et contrôlent tous les grands services publics – eau, électricité, téléphone, transports, ports et les grandes banques. Idem dans le commerce, la construction et l’agriculture. 

En fin de compte, comme je l’ai écrit dans un précédent article, les Africains vivent maintenant sur un continent possédé par les Européens ! 

5 . Droit exclusif de fournir des équipements militaires et de former les officiers militaires des pays 

Grâce à un système sophistiqué de bourses, de subventions, et les « accords de défense » attachés au pacte colonial, les africains doivent envoyer leurs officiers supérieurs de formation en France ou dans des infrastructures militaires françaises. 

La situation sur le continent est telle que la France a formé et nourris des centaines, voire des milliers de traîtres. Ils sont en sommeil tant qu’ils ne sont pas nécessaires, et activés en cas de besoin pour un coup d’état ou à d’autres fins ! 

C’est toujours le cas pur les pays du Maghreb! 

6 . Droit pour la France de pré-déployer des troupes et intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts 

Sous la dénomination « Accords de défense » attachés au pacte colonial. La France a le droit d’intervenir militairement dans les pays africains, et aussi de stationner des troupes en permanence dans des bases et installations militaires, entièrement géré par les Français. 

Les bases militaires françaises en Afrique 

Lorsque le président Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire a tenté de mettre fin à l’exploitation française du pays, la France a organisé un coup d’état. Durant le long processus pour chasser Gbagbo du pouvoir, les tanks français, les hélicoptères de combat et les forces spéciales sont intervenues directement dans le conflit, ont tiré sur des civils et tué beaucoup d’entre eux. 

Pour ajouter l’injure à l’insulte, la France estime que la communauté d’affaires française a perdu alors plusieurs millions de dollars lors de la ruée pour quitter Abidjan en 2006 (où l’armée française a massacré 65 civils non armés et blessé 1200 autres.) 

Après la réussite du coup d’état par la France, et le transfère de pouvoir à Alassane Ouattara, la France a demandé au gouvernement Ouattara de verser une indemnité à la communauté d’affaires française pour les pertes pendant la guerre civile. 

Du fait, le gouvernement Ouattara leur a payé le double de ce qu’ils ont dit qu’ils avaient perdu en quittant. 

La France pour maintenir sa domination en Algérie aurait envoyé le général Schmitt pour enlever et tuer des jeunes algériens pour salir l’islam et faire passer le peuple algérien pour des terroristes et barbares.Avec le général Lamari le général Schmitt auraient crée le FIS et le DRS.Ainsi Toufik et son DRS ont tué des centaines de milliers de musulmans pour maintenir un système de corruption entre l’Algérie et la France.Bref le terrorisme islamique n’existe pas mais sert à diaboliser les peuples victimes de la domination française pour que cette domination demeure en même temps cela fait fuir les investisseurs étrangers comme les chinois qui concurrencent la France en Afrique! 

7 . Obligation de faire du français la langue officielle du pays et de la langue pour l’éducation 

Oui , monsieur. Vous Devez parler français, la langue de Molière ! La langue française et une organisation de la diffusion de la culture a été créé. Appelé «Francophonie» qui regroupe avec plusieurs branches et organisations affiliées toutes contrôlées par le ministre français des Affaires étrangères. 

Comme démontré dans cet article, si le français est la seule langue que vous parlez, vous auriez accès à moins de 4% de la connaissance de l’humanité et des idées. C’est très limitant. 

8 . Obligation d’utiliser la l’argent de la France coloniale le FCFA 

C’est la véritable vache à lait pour la France, un tel système maléfique, est dénoncé par l’Union européenne, mais la France n’est pas prête à se passer de ce système colonial qui lui offre une trésorerie d’environ 500 milliards de dollars en provenance de l’Afrique, et ce par année. 

Lors de l’introduction de la monnaie euro en Europe, d’autres pays européens ont découvert le système d’exploitation français . Beaucoup, en particulier les pays nordiques, ont été consternés et ont suggéré à la France se débarrasser du système, mais sans succès. 

Dans les pays du Maghreb le système est différent mais semblable les pays du Maghreb ont chacun leur monnaies mais elle n’est pas convertible au niveau international et ces monnaies peuvent être dévaluées à tout moment pour favoriser les intérêts économique de la France ! Enfin c’est la banque de France qui imprime les monnaies nationales des pays du Maghreb. 

9 . Obligation d’envoyer le rapport annuel France du solde et de réserve 

Sans le rapport, pas d’argent. Quoi qu’il en soit le secrétaire des banques centrales des ex- colonies, et le secrétaire de la réunion bi-annuelle des ministres des Finances des ex- colonies est effectué par la France banque centrale / du Trésor. 

L’Algérie doit renflouer les entreprises françaises en faillite et renflouer les comptes publics français ainsi l’Algérie a du acheter les invendus de pommes françaises sous ordre de l’islamophobe et sioniste Estrosi ancien Maire de Nice qui finance le terrorisme sioniste en Palestine occupée. 

10 . Renonciation à entrer en alliance militaire avec tout autre pays , sauf autorisation par la France 

Les Pays africains en général sont ceux avec le moins d’alliance militaires inter-etat. La plupart des pays ne disposent que d’alliances militaires avec leurs ex- colonisateurs ! ( drôle, mais vous ne pouvez pas faire mieux! ). 

Dans les cas où ils souhaiteraient une autre alliance, la France les gardent bien de le faire. 

L’entreprise nationale algérienne Sonatrach a voulu s’allier avec le russe Gazprom mais cette alliance a été annulée sous ordre de la France. 

11 . Obligation de s’allier avec la France en situation de guerre ou de crise mondiale 

Plus d’un million de soldats africains se sont battus pour la défaite du nazisme et du fascisme pendant la seconde guerre mondiale. 

Lors de certains incendies de Forêt les pompiers algériens sont envoyés en France pour les missions les plus dangereuses. 

De plus beaucoup de policiers algériens et pompiers portent des habits d’occasion déjà portés par des policiers ou pompiers français. 

Leur contribution est souvent ignorée ou minimisée, mais quand vous pensez que cela a pris seulement 6 semaines pour l’Allemagne pour vaincre la France en 1940, la France sait que les Africains pourraient être utiles pour conserver la « Grandeur de la France » à l’avenir. 

Il y a quelque chose de quasiment psychopathe dans la relation de la France avec l’Afrique ou l’Algérie c’est un rapport dominant et dominés un rapport mafieux. 

Tout d’abord, la France est gravement accro au pillage et à l’exploitation de l’Afrique depuis l’époque de l’esclavage. Ensuite, il y a ce manque complet de la créativité et de l’imagination de l’élite française à penser au-delà du passé et de la tradition. 

Enfin, la France dispose de 2 institutions qui sont complètement gelés dans le passé , habitées par des paranoïaques et psychopathes » les hauts fonctionnaires » qui répandent la crainte l’apocalypse si la France devait être amenée à changer, et dont la référence idéologique vient toujours du romantisme du 19ème siècle. Ils sont : le ministre de la Finances et du Budget de la France et le ministre des affaires étrangères de la France. 

Ces deux institutions ne sont pas seulement une menace pour l’Afrique, mais pour les Français eux-mêmes. 

C’est à nous que revient de libérer l’Afrique, sans demander la permission, parce que je ne peux toujours pas comprendre par exemple comment 450 soldats français en Côte d’Ivoire pourraient contrôler une population de 20 millions de personnes? 

La première réaction des personnes lorsqu’ils apprennent l’existence de l’impôt colonial français est souvent une question: « Jusqu’à quand « 

A titre de comparaison historique, la France a fait payer à Haïti l’équivalent moderne de 21 milliards de dollars de 1804 à 1947 ( près d’un siècle et demi ) pour les pertes causées aux marchands d’esclaves français suite à l’ abolition de l’esclavage et à la libération des esclaves haïtiens. 

Les pays africains paient la taxe coloniale depuis les 50 dernières années, donc je pense un siècle de paiement pourrait être de trop. 

12.Obligation de renoncer à toute industrie ou agriculture qui pourrait concurrencer les produits français et tout commerce international doit passer par des entreprises françaises qui seules seront autorisées à en tirer des bénéfices 

Ainsi les tomates marocaines sont exportés en France ou en Espagne et reviennent 5 fois plus chères en Algérie ou en Tunisie comme étant tomates françaises ou espagnoles et pareil pour les fraises et les pommes de terre.Le riz du Viet Nam est importé en France et revendu au Maghreb et pays africains comme étant du riz de Camargues et ce parfois 20 fois plus cher. 

Les indigènes africains ou maghrébins n’ont pas le droit d’exploiter les richesses de leurs sous-sols seules des entreprises françaises ou parfois occidentales ont ce droit. 

Les algériens n’ont pas le droit de construire leur propres voitures.Les algériens voulant voyager en France doivent avoir un certificat comme quoi ils ne doivent pas d’argent au fisc algérien qui est une filiale du fisc français et reverse les impôts collectés à la France. 

Les taxes douanières sont reversés selon le code colonial Napoléonien pour partie à la France.Les indigènes n’ont pas le droit d’importer des produits si cela n’est pas dans l’intérêt de la France! 

13 . Les entreprises publiques maghrébines et africaines sont des filiales des entreprises étatiques françaises ! 

Algérie Poste comme la poste marocaine ou tunisienne sont des filiales de la Poste française entreprise d’état qui a été privatisée depuis. 

Algérie Télécom et Maroc Télécom sont des filiales de France Télécom et c’est pareil de toutes les anciennes colonies françaises qui de fait demeurent des colonies en fait. 

Les compagnies publiques des eaux et d’électricité et de gaz sont aussi des filiales de EDF et GDF et Butagaz par exemple bien que ces groupes ont été privatisés en France. 

Par exemple aussi Air Algérie n’est en fait qu’une filiale de Air France ainsi la France contrôle presque toutes les compagnies aériennes au Maghreb et en Afrique francophones les état africains et maghrébins ne possèdent rien et sont des coquilles vides.De tous les généraux africains et maghrébins et les hommes politiques reçoivent leur salaires de banques africaines ou maghrébines qui sont en réalité de simples filiales de la Banque de France et donc ils sont des fonctionnaires de l’état français.Ces fausses indépendances n’ont pour but que d’empêcher les indigènes d’accéder à la nationalité française et de résider en France et d’avoir accès au pouvoir ce qui pourrait leur faire découvrir l’ampleur de l’escroquerie française en Afrique.Ces fausses indépendances maintiennent les africains et maghrébins à l’état de sous hommes qui n’ont aucun droit leurs corps argent et pensées devant uniquement appartenir à la France, ils n’ont aucun droit aucun libre arbitre. 

Bref les maghrébins et africains payent toutes leurs factures à la France tous les bénéfices qui peuvent exister dans tous les domaines sont réservés à l’état français ou des entreprises privées françaises même si les services offerts sont surfacturés par rapport à la France et qu’en plus les chinois sont 20 fois moins chers. Cela condamne avec des fuites de capitaux les maghrébins et africains à une pauvreté éternelle bref l’enfer sur terre ! 

Pour mieux comprendre lisez cet article fictif et humouristique sur l’impérialisme français en Algérie qui ne s’inspire évidemment pas de faits réels ! 

20170728210542173113 

INÉDITE: LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME CONTRE L’ALGERIE 

Ce document est une fiction mais inspiré de faits réels. 

I. DISPOSITION GÉNÉRALE 

Article 1° : 

De la Devise : – Devise de l’impérialisme : Gouverner l’Algérie et contrôler les richesses de ce pays ; Notre politique est de diviser pour mieux régner créer des guerres civiles; diviser la société en inventant le mythe des berbères mis en esclavage par les arabes et que la France est venue libérer ou le mythe du terrorisme islamique comme la domination des femmes, notre but est d’être les seuls à dominer, créer la haine entre chaoui et kabyles et arabes et mozabites et entre laics et islamistes ou communistes et capitalistes notre but est d’exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d’elles les plus puissantes du monde.Nous devons toujours diaboliser les hommes arabes et musulmans pour faire croire que la France vient en Algérie pour libérérer les femmes et minorités religieuses ou ethniques des odieux colons arabes et musulmans ainsi nous pourrons voler le pétrole tuer qui nous voulons et montrer notre supériorité par rapport aux indigènes arabes ou musulmans.Nous devons diaboliser les musulmans et mâles arabes pour les empêcher d’avoir les femmes de leur peuple ou les nôtres et constituer des harems comme leur ancêtres et nous présenter comme étant des anges des droits de l’homme et de la démocratie alors que bien entendu on se fiche pas mal des femmes musulmanes que nous tuons et bombardons tous les jours ou des kabyles vendeurs de drogue qui remplissent nos prisons.Nous devons inverser les rôles et prétendre que les algériens sont une race de terroriste et de barbares donc berbère un animal violent un sauvage que nous sommes venus civiliser lui apprendre à cultiver sa terre pour nous et l’éduquer lui apprendre la démocratie ce qui n’est pas gratuit en échange il devra être notre esclave et nous donner son pays et ses richesses y compris son or et son argent et nous remercier pour notre bonté infinie.Nous devons diviser les vieux contre les jeunes les kabyles contre les chaouis et les arabes contre les berbères ou les turcs ou les ottomans etc.La fin justifie les moyens.Nous devons aussi inciter à la haine et à la discorde entre tous le pays arabes et africains afin d’empêcher tout rapprochement ou union ou même échanges culturels ou commerciaux tout doit passer par nous.Enfin nous devons infiltrer la société algérienne de nos espions et saboteurs qui mettrons en péril la cohésion et la solidarité des algériens entre eux pour prôner un individualisme hâté et le chacun pour soi.Ainsi l’algérien écarté de sa tribu de son clan de sa famille n’aura que comme seul interlocuteur nous ses maitres. Nous devons isoler le peuple algérien des autres peuples et des pays frères arabes grâce au mythe bérbère que ces idiots de sous-hommes gobent tout cru; puis isoler chaque individu grâce à facebook, internet et la télévision.Loin du troupeau le mouton est à la mercie du loup.Nous sommes de la race des seigneurs de la race des loups les autres sont nos moutons nous pouvons les tuer à notre guise ou prélever leur laine afin de la revendre comme nous voulons ou vendre leur organes.Il faut que la population déteste l’islam ainsi ils seront sans antidote à face nos poisons et mensonges.L’islam les préserve de la drogue et de l’alcolisme du tabac et de la fornication et les incite à la justice et à l’entraide et au bien; si nous voulons les détruire nous devons leur faire hair l’islam en faisant croire que l’islam est le mal et nous le bien ce qui en réalité est l’inverse mais il y aura toujours des idiots pour nous suivre et comme le disais Goebbels après avoir beaucoup répété un mensonge tout le monde finit par y croire que c’est la vérité.Grâce à la fornication et à l’alcolisme et aux drogues nous les inciterons à se hair les uns les autres puis se détacher de l’islam puis s’entretetuer bein entendu nous leur fournirons les armes et ce à titre gratuit, ce qui nous permettra de les accuser d’être de violents criminels et terroristes ce qui rendra aux yeux du monde légitime leur extermination.Comme vous le voyiez nous les manipulons comme nous voulons et c’est nous qui passons pour les gentils en plus.Nous devons faire passer les idiots pour les plus brillantes personnes au monde et ceux qui ont des projets ou ont une forme d’intelligence qui nous dérangent on les fera passer pour des égarés ou des idots bref grâce aux médias cela est facile. 

Article 2° : 

L’Algérie ne constitue pas un Etat souverain et indépendant.Toutes les lois et décrets devrons être simplement un copié collé des lois françaises sans prendre en compte ni les aspirations du peuple algérien ni du climat ni de l’identité du peuple algéren ou de sa religion l’islam.Notre mépris doit être total.Nous devons leur montrer qui est le maître et qui est l’esclave.La monnaie alégrienne sera imprimée par la banque de France et sera une monnaie de singes comme le franc CFA elle ne sera pas convertible et ne sera pas valable pour le commerce inetrenational.C’est l’administration française qui imprimera les passeports algérien équipé de puces RFID israéliennes ou américaines.Nous établirons une base de données pour compter et répertorier notre bétail d’Algérie avec le groupe sanguin et le code génétique afin que cela nous serve de banque d’organes.Nous interdirons aux musulmans de posséder de l’or sauf ceux qui le décélarent et ont un registre de bijoutier et nous rémunèrent en taxes. 

Article 3° : 

Tout pouvoir en Algérie émane de nous, qui l’exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe ou parti en Algérie ne peut s’en attribuer l’exercice.Le peuple algérien n’as aucun droit ils sont des indigenes nous pouvons nous servir de leur corps pour tester nos armes atomiques; biologiques et virus et vaccins ainsi que chimiques etc.Toutes les richesses du sol et sous sols algérien sont à nous de même les algériens eux mêmes ils sont notre bétail.Nous avons le droit de nous servir d’eux pour attaquer nos ennemis puis nous nous servirons de nos ennemis pour combattre les algériens.Nous pouvons exploiter le gaz de schiste car si les algériens meurent qu’ils soient kabyles ou pas on s’en fiche et on pourrait même s’en réjouir.Les extrémistes kabyles et harkis ne sont que nos chiens donnons leur quelques os à ronger, mais n’oubliez pas un indigène doit être toujours considéré comme un être inférieur aussi vous ne devez jamais l’inviter chez vous et lui servir à manger car se croyant notre égal il pourrait se rebeller.Nous devons inciter à la haine entre algériens et marocains comme il y a eu une haine entre le peuple allemand et français et aussi une haine entre algériens et tunisiens.Nous devons organiser des campagnes afin de faire passer aux yeux du monde entier les algériens comme étant des terroristes car il refusent notre autorité et domination sur eux afin que le passeport algérie serve plus à se faire expulser qu’à être acceuilli par les autres nations ainsi les algériens contre nous ne trouverons aucun soutient parmis les autres peuples et nations qui croirerons qu’ils sont des criminels même si ils sont innocents de tout crime.Grâce à nos médias nous ferons des algériens deviennent des pestiférés redoutés et chassés de partout alors que c’est nous qui finançons le terrorisme et posons les bombes pour salir le peuple algérien et sa révolution.Notre race est la race des maîtres. 

Nous sommes des dieux divins sur cette planète. 

Nous sommes aussi différents des races inférieures 

comme ils le sont des insectes. En fait, comparé a notre race, 

les autres races sont des bêtes et des animaux, un bétail au mieux. 

Les autres races sont comme des excréments humains. 

Notre destin doit être de régner sur ces races inférieures 

Article 4° : 

L’Algérie est divisible a ses frontières déplaçable selon notre volonté. Le respect de l’intégrité territoriale n’existe pas pour L’Algérie aussi nous soutenons la division du pays en aidant le MAK et nous divisons le Nord contre le Sud et l’Est contre l’Ouest.La presse ne devra que glorifier la France et le colonialisme la République et la démocratie et servira diaboliser les indépendantistes et les islamistes et la nationalistes.Alger est la capitale et doit le rester il sera interdit d’établir une capitale au centre du pays comme le Brésil ou la France car la capitale doit être à la portée de nos canons en cas de rébellion nous pourrons ainsi y reprendre le contrôle en 4 heures avec 5 000 parachutistes on pourra facilement s’emparer du palais présidentiel de ENTV la télévision nationale et de la radio comme toutes nos Républiques bananières en Afrique cela serait un coup d’état facile. 

Article 5° : 

Tous les politiciens et généraux qui sont nos agents en Algérie doivent mettre leurs fortunes dans nos banques pour la sécurité de nos intérêts et empêcher tout développement de l’Algérie. Cette fortune servira des dons et crédits accordés par nous comme assistance et aide au développement en Algérie et promouvoir la fornication,l’usure, l’alcoolisme et le féminisme et l’homosexualité en Algérie afin de briser les familles et les tribus.Les algériens devrons acheter de préférence des voitures françaises comme Peugeot ou Renault.Les paysans algériens devrons importer uniquement des vaches et poulets européens les liens avec l’Afrique doivent être coupés pas d’échange sud sud.Pas de vaches africaines ni de viande halal.Les tomates marocaines devrons passer par la France pour être étiquettées tomates françaises puis vendues en Algérie plus cher nous assurant une marge confortable de même le riz vietnamien sera étiquetté riz de camargue.Nous mettrons de la gélatine de porc partout pour imposer notre identité. 

II. DU RÉGIME POLITIQUE 

Article 6° : 

Tout pouvoir et gouvernement établi par nous est légal, légitime et démocratique. Mais tout autre pouvoir ou gouvernement ou parti politique ou association qui n’émane pas de nous est illégal, illégitime et dictatorial, quelle que soit sa forme et sa légitimité.Les partsi islamiques sont interdits de même les partis nationalistes seul les partis prônant soumission et obéissance à la France seront autorisés comme le FLN qui ne sont que des harkis et nos agents et le FFS. 

Article 7° : 

Tout pouvoir qui oppose la moindre résistance à nos injonctions perd par le fait même sa légalité, sa légitimité et sa crédibilité. Il doit disparaître.Aussi nous ordonnerons la mort de tout opposant en Algérie et l’éradiction de l’islam.Nous devrons leur inspirer l’amour de l’argent et du luxe au détriment des valeurs humaines; le matérialisme capitaliste doit devenir leur nouvelle religion. 

III. DES TRAITES ET DES ACCORDS 

Article 8° : 

On ne négocie pas les accords et les contrats avec les musulmans d’Algérie, on leur impose ce qu’on veut et ils subissent notre volonté; nous sommes les maitres ils sont nos serviteurs mais ils ne faut pas leur faire comprendre trop brutalement mais de manière indirecte.Les algériens auront l’interdiction de vendre ou acheter quoi que ce soit sans nous payer des taxes ni importer quoi que ce soit ou de venir en Algérie avec des camionettes; seuls les voitures de tourismes seront acceptés ni les camions, ni les véhicules utilitaires.Le commerce doit être vérrouillé comme à Gaza ainsi nous pourrons organiser des pénuries et augmenter les prix à notre guise.Donc il n’y aura pas de liberté de commerce sauf pour nous et nos agents. 

Article 9° : 

Tout accord conclu avec un autre pays ou une négociation de l’Algérie sans notre aval est nulle.L’Algérie n’as aucune liberté de vendre son pétrole ou son gaz sans passer par nous ni d’importer quoi que ce soit sans que nous puissions surfacturer la chose afin d’alimenter nos comptes en suisse.Le pays ne doit pas être autosuffisant en matière agricole pour ce faire il faudra bétonner les terres les plus productives.Tout doit être importé y compris les oeufs ou les oignons.Nous interdisons tout aide humanitaire en Algérie les pauvres doivent rester pauvres.Nous refuserons les pommes de terre du Canada et les voitures gratuites offerte par le Japon aux algériens.Nous refuserons à ce que l’Australie ou le Canada viennent nous voler nos esclaves algériens pour les emmener travailler pour eux.Ce sont nos cobayes et nous faisons des expériences de toute sorte sur eux ils sont notre propriété.Nous refusons toute aide médicale des autres nations les hôpitaux algériens doivent demeurer les pires au monde afin de tuer le maximum d’algériens et que les français soit fiers de leur hôpitaux comparés à ceux d’Algérie.Nos hôpitaux devrons toujours être mieux équipés et plus performants que ceux d’Algérie, nos agents politiciens et généraux devrons se faire soigner chez nous en France et en Suisse afin que nous facturions ces soins pour des milliards pour alimenter notre fortune. 

IV. DES DROITS FONDAMENTAUX 

Article 10° : 

Là où il ya nos intérêt, le peuple algérien n’as aucun droit, en Algérie, nos intérêts et notre volonté passent avant la loi et le droit international.Nous devons appauvrir les algériens et africains et maghrébines au maximum et les affamer afin d’obliger les femmes et les enfants puis les hommes à se prostituer pour nos touristes car en tant que race supérieure notre domination doit être aussi sexuelle; comme elle est politique, économique et idéologique.Le contrôle de la nourriture : ceux vivant en zone rurale est un problème car ils peuvent vivre en autarcie (pour contrer cela, les charges sont augmentées) et nous créerons des groupes terroristes ou de bandits pour les obliger à fuir dans les grandes villes. 

Article 11° : 

La liberté d’expression, la liberté d’associations et les droit de l’homme n’ont de sens que si en Algérie les dirigeants s’opposent à notre volonté en s’opposant à nos lois prônant la destruction de la famille des tribus de l’identité et de la religion.Nous faisons la promotion de tout ce qui peut détruire les algériens pas de ce qui peut leur être profitable. 

Article 12° : 

Le peuple algérien n’as pas d’opinion ni de droit, ils subissent notre loi et notre droit de la franc-maçonnerie.Le sahara nous appartient il sera interdit de le rendre fertile ou de le cultiver comme cela a été fait en Libye d’ailleurs nous avons tout détruit en Libye ainsi ce pays est à nouveau redevenu un désert stérile.Le systéme de l’éducation doit être copié sur celui de la France avec les même horaires sans tenir compte de la biologie des enfants et du climat; il sera interdit à l’Algérie de copier le systéme scolaire allemand par exemple qui inclut des cours uniquement le matin et du sport l’après midi ou aider ses parents dans leur travail pour les familles d’agriculteurs.Ainsi les enfants devront rester des heures en étant interdit de manger ou de boire même l’été.Les indigênes ne pourrons plus suivre la tradition de la sieste en été et devrons se conformer au climat français, ils peuvent bien mourir de chaud on s’en fiche.Ils devrons travailler pendant les heures les plus chaudes même pendant le ramadan pas de sieste ou horaires décalés nous on gouverne depuis la France on s’en fiche de votre climat. 

Article 13° : 

L’Algérie n’as ni culture ni civilisation ni identité ni histoire sans se référer à la France et à la République. 

Les livres d’histoires en Algérie ne devrons que glorifer la France et son oeuvre civilatrice en Algérie il ne doit pas être mentionné que nous leur avons volé toute leur science pour s’en attribuer le mérite à nos savants.Ils ne doivent rien savoir la dessus ni qu’ils ont inventé la médecine ou les hôpitaux ou la chimie et les mathématiques toujours il faudra leur faire croire que c’est nous qui avons tout inventé.Preuve que nous avons été choisi par Dieu pour gouverner l’univers.Nos moines copistes ont fait un trés beau travail de faslsification historique pour prouver que notre religion est supérieure à l’islam.Nous avons volé tous leur livres et nous les avons traduit de l’arabe vers le latin pour nous attribuer le mérite ou encore nous pouvons accuser les arabes d’avoir traduit les grecs et d’être de simples copistes comme nous; en réalité les livres n’existaient pas avant l’invention du papier qui a été inventé par les mongols et amélioré par les arabes.Bref les grecs ne pouvaient imprimer un livre de 400 pages car le papier n’existait pas à cette époque car l’islam n’existait pas non plus.Certes il y eu le papyrus mais cela ne permettait de faire de grands livres.Le papier moderne a été inventé pour diffuser le coran ce qui en fit la religion qui se répandit le plus rapidement au monde.Donc l’islam s’est répandu par des livres et journaux comme les almanachs et non l’épée.Mais plus tard nous avons infiltré l’empire ottoman pour interdir l’imprimerie dans les pays musulmans donc la science.Grâce au vol de 200 000 canons dont 15 millions de tonnes d’acier et laiton notre industrie est une des plus performante du monde nous avons pu grâce aux canons géants volés en Algérie nous protéger des anglais d’ailleurs nous avons finit par en leur revendre 66 000 canons pour que eux aussi puisse se protéger de notre marine.Sous Louis 14 nous étions les alliés des algériens aussi ils ont appris à Léonard de Vinci les plans de beaucoup de machine tel l’hélicoptère les voitures et les ascenceurs mécaniques à bras les miroirs les cristaux les jumelles et caméras et les robots.Mais grâce à la colonisation de l’Algérie nous avons effacés toute trace du génie algérien et musulman.Mais nous leur avons volé les plans de la première voiture qui fonctionnait au charbon et puis les premières pompes pour nos sources de villages et ils nous facilité le travail grâce à leur encyclopédie décrivant toute les machines inventé par les arabes d’Algérie, des métiers à tisser au dictionnaire. 

Article 14° : 

On ne parle pas de génocide, de massacre ni des « crimes de guerre » ou des « crimes contre l’humanité» en Algérie où nos intérêts sont garantis. Même si le nombre des victimes est très important nos médias pourrons réduire ce nombre selon nos désirs.Nous avons le droit de créer un génocide à chaque génération soit tous les 33 ans pour éliminer les meneurs et opposants à notre pouvoir hégémonique et les plus intelligents des indigènes qui voudraient émanciper leur pays sans notre accord. 

V. DES FINANCES PUBLIQUES 

Article 15° : 

En Algérie, nul n’a le droit de mettre dans leurs banques un plafond d’argent fixé par nous. Lorsque la fortune dépasse le plafond, on la dépose dans l’une de nos banques à Genève ou au Luxembourg sinon le fonctionnaire sera inculpé de détournements de fonds publics.Il ne devra pas investir et créer des emplois en Algérie pour que les bénéfices retournent sous forme des prêts ou d’aide économique au développement en espèce ou en nature pour imposer notre religion qui est la République et la démocratie selon nous. 

Article 16° : 

N’auront droit à l’aide précitée, que les politiciens et fonctionnaires qui font preuve d’une soumission totale à nos désirs et nous donnent des valises de billets, nos marionnettes et nos valets.Il faudra pour se faire créer des fondations et associations ou des jumelages entre localités pour faciliter ces rétrocommissions. 

Article 17° : 

Notre aide doit-être accompagnée des recommandations fortes de nature à empêcher et briser toute action de développement de l’Algérie. Pas de soutient à la recherche scientifique aucun projet agricole ou industriel pouvant rendre le pays indépendant de l’extérieur et des importations aucun hôpital ou service public ne doit fonctionner correctement.Il faut faire comme à Gaza des coupures d’eau et d’électricité et de téléphone qui empêchent toute activité économique. 

VI. DES TRAITES MILITAIRES 

Article 18° : 

Nos armées doivent être toujours plus fortes et plus puissantes que l’armée algérienne. La limitation et l’interdiction d’arme des destructions massive ne nous concerne pas, seulement l’Algérie.Des conseillers militaires français devrons superviser les militaires algériens sous couvert de lutte contre le terrorisme que nous créons nous mêmes.L’Algérie n’aura pas le droit de produire des armes plus puissantes que les nôtres d’ailleurs elle pourrait nous acheter des armes que nous pourrions surfacturer pour avoir des rétrocommissions pour nos comptes en Suisses et au Liechtenstein. 

Article 19° : 

Nos armées doivent s’entraider et s’unir dans la guerre contre l’islam ou le terrorisme un pays arabe pour afficher notre suprématie et se faire craindre par le peuple algérien.Aussi de temps à autre nous détruirons des pays de race noire ou à majorité musulmane en pretextant une lutte contre le terrorisme que nous aurons nous même crée.Nous devons aussi cerner l’Algérie à ses frontières en installant des bases terroristes ou militaires pour les obliger à augmenter leur budget militaire au détriment de l’industrialisation du pays du developpement agricole ou de l’éducation et de la recherche scientifique ou la santé.Nous leur vendrons des armes périmées destinée à la casse au prix du neuf après les avoir enduite d’une couche nouvelle de peinture. 

Article 20° : 

Toute intervention militaire a pour objectif de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.Ou d’installer nos marionettes ou les faire mieux obéir.En Algérie nous avons plus de 5 millions de harkis qui sabotent et espionnent le pays.Ils espionnent pour nous nous informent de toute découverte quelle soit scientifique ou celle d’un trésor ou minerais que nous pourrions piller.Ils veillent à ce que tous nos esclaves algériens qui osent vendre quoit que ce soit ne serait qu’une gousse d’ail ou d’ognons nous payent des impôts.Ils empêche tout investissement toute création d’emploi ou d’entreprises car à notre bureaucratie la plus redoutable au monde même les mouches ne peuvent plus voler sans nous payer des taxes. 

Article 21° : 

Toute opération d’évacuation des ressortissants des pays Occidentaux cache notre mission réelle, celle de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.Ou d’y faire entrer des armes et de l’argent afin d’éliminer nos opposants. 

VII. ACCORDS INTERNATIONAUX 

Article 22° : 

L’ONU est notre instrument, nous devons l’utiliser contre nos ennemis;et contre l’islam et le peuple algérien pour protéger nos intérêts.Ainsi nous distribuons la pilule gratuitement en Algérie pour que les algériens demeurent moins nombreux que les français ce qui pourrait les rendre indépendants; nous pourrions plus les dominer.Nous autorisons les avortement et l’homosexualité pour limiter leur nombre.Ils pensent prier le Vendredi au lieu de Dimanche en fait Dimanche c’est vendredi nous avons décalé les jours de la semaine avec l’ONU.Nous interdisons le travail des enfants sauf la prostitution pour les touristes au Maghreb ainsi les parents n’aurons pas les moyens de nourrir une famille nombreuse qui ne produit rien et ne pratique pas l’agriculture ou l’élevage. 

Article 23° : 

Notre objectif est de déstabiliser et détruire les régimes ou les partis politiques ou leaders qui nous sont hostiles et installer nos marionnettes sous la protection de nos militaires sous la couverture des mandats des forces de l’« ONU ».Nous avons fait tué Boumedienne et Boudiaf pour que nos marionettes Nezzar et Bouteflika nous aide à profiter de l’argent du pétrole et du gaz algérien que nous facturons au prix fort aux pays européens.Nous avons tué Kadafi en le faisant passer pour un dictateur par contre nous soutenons le Roi du Maroc qui lui est un vrai dictateur mais lui il nous obéis! 

Article 24° : 

Les résolutions de l’« ONU » sont des textes qui nous donnent le droit et les moyens de frapper, de tuer et de détruire les pays dont les dirigeants et les peuples refusent de se soumettre à nos injonctions sous la couverture des résolutions du Conseil de Sécurité de l’« ONU » ou de luttes contre le terrorisme.Si besoin nous créons des groupes terroristes pour frapper nos ennemis ou leur faire du chantage et leur extorquer de l’argent pour alimenter nos caisses noires et nous organisons aussi le trafic de drogue et d’armes pour les même objectifs. 

Article 25° : 

Notre devoir est de maintenir l’Afrique; l’Algérie et les pays musulmans et d’autres pays du monde dans le sous-développement, la misere, la division, les guerres, le chaos pour bien les dominer, les exploiter et les piller a travers les « Missions » de «Nations-Unies »et le terrorisme.Nous pouvons ainsi y répandre des maladies comme le choléra ou le sida et envoyer nos espions sous couverture humanitaire pour faire des prélévement de minerais. 

Article 26° : 

Notre règle d’or est la liquidation physique des leaders et dirigeants nationalistes du tiers-monde et de l’Algérie comme Kasdi Merbah et Boudiaf qui ont voulu lutter contre la corruption et pour une transparence des finances publiques. 

Article 27° : 

Les lois, les résolutions, les cours et tribunaux des « Nations-Unies » sont nos instruments de pression contre les dirigeants et les leaders des pays qui défendent les intérêts de leurs peuples et donc contre l’Algérie et le peuple algérien et l’islam sous couvert de lutte contre le terorisme.Ainsi les droits de nos compagnies pétrolières et gazières prévalent sur le droit algérien nous ne payerons ni TVA ni taxes sur le chiffre d’affaire ni rien du tout on donnera quelque cadeaux à des fonctionnaires algériens en fait marocains comme Chekib Khélil et puis c’est tout le reste c’est 100 pourcent du bénéfice net. 

Article 28° : 

Les dirigeants des puissances Occidentales ou français ne peuvent être poursuivis, arrêtés ni incarcérés par les cours et tribunaux de l’« ONU », même s’ils commettent des « crimes de guerre », de « génocide » ou des « crimes contre l’humanité » et des attentats terroristes ou créent des escadrons de la mort comme Sarkozy en Libye.Par contre tout dirigeant algérien ou africains qui ne nous verse pas assez de rétrocommisssions pourra être inculpé. 

Article 29° : 

Les services publics émanent de nous ainsi Algérie poste est une filiale de la poste de France et Chronopost et la Banque postale et Algérie Télécom est une filiale de France Télecom toutes les banques en Algérie nous appartiennent ainsi que les compagnies d’assurance et celles des eaux.C’est pareil dans tous les pays d’Afrique francophone tout nous appartient au peuple algérien les factures de gaz d’électricité et d’eau et de téléphone et d’internet et pour nous les bénéfices.Air Algérie appartient a Air France et la liste est longue bref l’Algérie demeure un département français sous occupation. 

Voici une citation fictive qu’aurait pu écrire Jules Ferry ou Lord Rothschild ! 

Notre race française est la race des maîtres. 

Nous sommes des dieux divins au Maghreb et en Afrique. 

Nous sommes aussi différents des races inférieures africaines et maghrébines 

comme ils le sont des insectes ou des singes. En fait, comparé a notre race, 

les autres races africaines et maghrébines sont des bêtes et des animaux, un bétail au mieux. 

Les autres races sont comme des excréments humains. 

Notre destin doit être de régner sur ces races inférieures et d’en faire nos esclaves. 

JULES FERRY ET LE « DROIT DES RACES SUPÉRIEURES » 

Jules Ferry 

Jules Ferry (28 juillet 1885) 

« Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l’histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l’esclavage dans l’Amérique centrale, ils n’accomplissaient pas leur devoir d’hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s’acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation. »

Une personne est morte vendredi à Alger au cours d’une bousculade survenue pendant des heurts entre policiers et manifestants, a-t-on appris de source bien informée. 

On ne dispose pour l’heure d’aucune autre précision. Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans le 

centre d’Alger après les prières du vendredi pour dénoncer la candidature du chef de l’Etat sortant Abdelaziz Bouteflika, 81ans, à l’élection présidentielle du 18 avril. 

Il s’agit de la plus imposante manifestation depuis huit ans dans la capitale algérienne.

Les moralistes de la colonisation insultent 

nos aïeux explorateurs, 

ce qui est une insulte directe pour nous… 

mais la pire erreur c’est de nous insulter frontalement, car nous ne sommes pas responsables des erreurs du passé ! 

Dans les deux cas se sont des abrutis qui feraient bien se suivre une psychanalyse de groupe, style “Les ivrognes anonymes“ . 

Dans leur psychanalyse ils pourrons voir qu’il n’y aucun honneur ni gloire à avoir porté des chaines et que surtout leurs chaines actuelles sont imaginaires, ce qui relève de la paranoïa. 

FLASH

[03/03/2019] Finlande: Plusieurs personnes dont au moins 1 enfant poignardées à Helsinki – le suspect est 1 homme de 24 ans  |  Grande Bretagne. La 2e victime d’une attaque au couteau en 1 semaine est morte : Yousef Ghaleb Makkias, 17 ans  |  [02/03/2019] Les #Giletsjaunes Acte XVI sont rassemblés sur les Champs-Élysées  |  [01/03/2019] Allemagne : Une famille n’a pas pu rembourser ses dettes, alors les autorités ont saisi et vendu leur chien  |  4cm de neige à New York ce soir…et il y a une autre chance qu’il neige : c’est le réchauffement climatique – parce que le refroidissement, c’est du réchauffement  |  Violents affrontements entre l’Inde et le Pakistan à l’heure actuelle, des avions militaires au-dessus d’Islamabad. Plusieurs morts et blessés au cours des dernières heures  |  [28/02/2019] La coalition dirigée par les USA contre l’Etat islamique affirme avoir tué le terroriste principal des attentats de 2015 à Paris  |  Dans la nuit, Tsahal a arrêté 12 terroristes musulmans recherchés, en Judée, en Samarie et dans la vallée du Jourdain, et saisie de 2 mitraillettes  |  La Belgique n’accueillera pas les femmes et les enfants de djihadistes belges morts en Syrie  |  La rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un se termine sans accord concret mais une construction méticuleuse des conditions de confiance nécessaires pour avancer vers la paix et la dénucléarisation  |  [27/02/2019] Le Pakistan affirme avoir abattu 2 avions indiens et capturé 1 pilote, alors que les tensions sur les territoires occupés s’intensifient  |  [25/02/2019] Le TDS (Trump dérangement syndrome) résumé en 1 phrase d’Harry Reid: « J’ai déjà du mal à accepter que c’est une personne »  |  [24/02/2019] Le vaisseau spatial israélien Beresheet vient de terminer sa première manœuvre vers la colonisation de la lune  |  La princesse Reema bint Bandar – oui, une femme – a été nommée au poste d’ambassadrice d’Arabie saoudite aux Etats-Unis  |  Inde : Au moins 150 personnes sont mortes et environ 200 ont été hospitalisées après avoir bu de l’alcool contaminé  |  [03/03/2019] Finlande: Plusieurs personnes dont au moins 1 enfant poignardées à Helsinki – le suspect est 1 homme de 24 ans  |  Grande Bretagne. La 2e victime d’une attaque au couteau en 1 semaine est morte : Yousef Ghaleb Makkias, 17 ans  |  [02/03/2019] Les #Giletsjaunes Acte XVI sont rassemblés sur les Champs-Élysées  |  [01/03/2019] Allemagne : Une famille n’a pas pu rembourser ses dettes, alors les autorités ont saisi et vendu leur chien  |  4cm de neige à New York ce soir…et il y a une autre chance qu’il neige : c’est le réchauffement climatique – parce que le refroidissement, c’est du réchauffement  |  Violents affrontements entre l’Inde et le Pakistan à l’heure actuelle, des avions militaires au-dessus d’Islamabad. Plusieurs morts et blessés au cours des dernières heures  |  [28/02/2019] La coalition dirigée par les USA contre l’Etat islamique affirme avoir tué le terroriste principal des attentats de 2015 à Paris  |  Dans la nuit, Tsahal a arrêté 12 terroristes musulmans recherchés, en Judée, en Samarie et dans la vallée du Jourdain, et saisie de 2 mitraillettes  |  La Belgique n’accueillera pas les femmes et les enfants de djihadistes belges morts en Syrie  |  La rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un se termine sans accord concret mais une construction méticuleuse des conditions de confiance nécessaires pour avancer vers la paix et la dénucléarisation  |  [27/02/2019] Le Pakistan affirme avoir abattu 2 avions indiens et capturé 1 pilote, alors que les tensions sur les territoires occupés s’intensifient  |  [25/02/2019] Le TDS (Trump dérangement syndrome) résumé en 1 phrase d’Harry Reid: « J’ai déjà du mal à accepter que c’est une personne »  |  [24/02/2019] Le vaisseau spatial israélien Beresheet vient de terminer sa première manœuvre vers la colonisation de la lune  |  La princesse Reema bint Bandar – oui, une femme – a été nommée au poste d’ambassadrice d’Arabie saoudite aux Etats-Unis  |  Inde : Au moins 150 personnes sont mortes et environ 200 ont été hospitalisées après avoir bu de l’alcool contaminé  | 

Rafraichir régulierement la page

 LUNDI 4 MARS 2019

SUIVRE Twitterfacebookgplus

France Amérique Moyen-Orient International Religion Axe du mal Nos auteurs

Home / International / Quand Bouteflika mourra, l’Algérie s’embrasera, et la France souffrira Publiez un commmentaire

Quand Bouteflika mourra, l’Algérie s’embrasera, et la France souffrira

PUBLIÉ PAR MANUEL GOMEZ LE 3 MARS 2019

Dimanche 24 février à 20 h 14, selon l’enregistrement des arrivées et départs de l’aéroport de Genève, le « Gulfstream IV » du président Bouteflika s’est posé en Suisse.

Il s’agit, c’est ce que l’on affirme, d’effectuer ses contrôles médicaux périodiques. La durée du voyage n’est pas précisée. Nous sommes le dimanche 3 mars et toujours pas de nouvelles du président.

Est-il toujours en Suisse ? Est-il dans cet hôpital pour un simple contrôle, comme cela avait été annoncé ? Est-il dans cet hôpital pour obtenir le certificat médical qui lui permettrait, comme la constitution algérienne le réclame, de présenter de nouveau sa candidature ?

Nous venons d’apprendre que le directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika, Abdelmalek Sellal, vient de démissionner (ou a été démissionné ?), est-ce une indication ?

Silence radio, silence de tous les médias, et pendant ce temps-là les manifestations se poursuivent en Algérie, de plus en plus réprimées, puisqu’elles sont interdites.

Vendredi, puisque c’est le jour de revendications des Algériens, le jour de la prière, des dizaines de milliers étaient présents, à Alger et dans toutes les principales villes du pays.

Il y a eu près d’une soixantaine de blessés parmi les forces de l’ordre, une cinquantaine d’arrestations parmi les manifestants et une dizaine de blessés.

Il y a eu un mort également, et il s’agit d’Hassane Ben Khedda, le fils de Benyoucef Ben Khedda, qui fut président du GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne).

L’autopsie précisera les causes exactes de son décès.

L’écrivain, Kamel Daoud, était présent lors de cette manifestation. Il a affirmé que les jeunes Algériens n’ont pas peur. Sans doute a-t-il raison mais, en revanche, les moins jeunes eux se souviennent et ils ont peur.

Ils ont peur d’un retour des journées sanglantes d’octobre 1988, lorsque la police avait ouvert le feu contre les manifestants, dans le quartier populaire de Bab-el-Oued.

Ils ont peur d’un retour du terrorisme des années 90 et des dizaines de milliers de morts.

Ils ont peur d’un retour de la répression en Kabylie, en 2001 et ses 126 morts déclarés.

Ils ont peur de ce qui se passera après Bouteflika.

Ils ont peur car ils ne savent pas qui peut lui succéder.

Ils ont peur et c’est humain !

Ne gâchez pas d’argent dans une greffe de cheveux. Faites ça !

Une fille de 23 ans gagne 1 452 € par jour en ligne

L’incroyable astuce d’une étudiante pour la graisse du ventre

Grâce à cela, les hallux disparaissent en un clin d’œil

Et c’est cette peur qui oblige les manifestants à se montrer pacifiques.

Nombreux avaient décidé de se diriger vers « El Mouradia », le quartier de la présidence de la république. Fort heureusement on les en a dissuadé.

Le quartier était totalement bloqué par un très important service d’ordre, qui avait des ordres.

Ils courraient donc un très grand risque et la foule s’est dispersée, après quelques brefs affrontements en fin de journée.

Rachid Nekkaz, « le roi de la com » a tenté une apparition du haut d’un balcon, sur le passage des manifestants. Il a voulu parler mais il a été hué.

En France, dans plusieurs villes mais surtout à Paris, des Algériens (sans doute aussi des binationaux, puisqu’en France, contrairement à l’Espagne, etc. la double nationalité est autorisée) manifestent également contre un cinquième mandat de Bouteflika.

Envisageraient-ils de retourner en Algérie, si, par chance, Bouteflika ne se représentait pas ?

Une simple remarque : pas de « casseurs » en fin de manifestation de ces « Algériens », ni à Paris, ni dans aucune villes du pays et un service d’ordre plus que discret, mais ce n’est qu’une simple constatation, les gilets jaunes apprécieront !

« Je m’intéresse trop à l’Algérie » paraît-il

De nombreux lecteurs me le signalent dans leurs commentaires : « Je m’intéresse trop à l’Algérie » paraît-il ! Et ils l’expriment de deux manières différentes.

Pour les uns, l’Algérie, son présent, son avenir, ils s’en moquent totalement, donc inutile d’en parler.

Pour les autres, je serais un « nostalgique » de l’Algérie française et ne ferais que fustiger et provoquer volontairement en éclairant toujours sur l’état de décomposition de ce pays depuis son accession à l’indépendance et jusqu’à nos jours.

Je vais donc réponde brièvement à ces deux courants contraires.

En premier lieu, si je m’intéresse tant à l’Algérie c’est parce que les Algériens s’intéressent beaucoup à nous, à la France.

C’est parce que des millions d’algériens vivent en France, nés ou non sur notre sol, et que des millions d’autres algériens espèrent les rejoindre tôt ou tard.

Que cela se sache : si les algériens, et l’Algérie, n’avaient pas pour objectif principal notre pays, son sort, depuis l’indépendance, me laisserait totalement indifférent !

Qu’il me soit permis de signaler que Jérôme Fourquet, directeur de l’institut de sondage IFOP, dans un livre à paraître cette prochaine semaine « L’archipel français *» qui, en aucun cas, ne peut être catalogué d’extrême droite, prévient sur « Le basculement anthropologique d’une très grande ampleur », sur « l’installation inévitable d’une société multiculturelle », sur « la déchristianisation de notre société », « la sécession de nos élites », « la baisse du nombre de baptêmes, de mariages et d’enterrements chrétiens dans nos églises », la « disparition des prénoms chrétiens » (Plus 19% de prénoms arabes en 2017 – en 1968 2,5% – et en progression depuis. 1 sur 5 prénoms est musulman), etc. et les conséquences dramatiques de toutes ces constatations, un véritable changement de nature, une transformation à caractère irréversible, notre Nation qui devient une société, et j’en passe…et tout cela vérifié par les chiffres de l’INSEE, de l’INED, des listes électorales (plus 228% d’électeurs expatriés au cours de ces quinze dernières années), etc.

Vous êtes prévenus !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Alexandre Del Valle analyse la crise en Algérie : « L’épouvantail de la guerre civile ne fonctionne plus sur l’opinion algérienne. Rachid Nekaz n’a aucune chance mais il est dangereux car prêt à tout pour faire parler de lui… »

Emmanuel Macron a déclaré que l’Algérie faisait partie de ses plus grandes préoccupations et qu’il en était de même pour ses prédécesseurs. Pourquoi la situation politique de l’Algérie inquiète-t-elle autant la France ?

Ce pays est un partenaire et un fournisseur d’énergie. Il y a une relation historique indéniable en tant qu’ancien département français, des relations de francophonie, des coopérations diplomatiques et sécuritaires et même stratégiques, notamment contre le terrorisme islamiste dans la région du Sahel. Les liens sont très forts. Une déstabilisation de ce pays dans le cadre d’une sorte de révolution arabe pourrait être dramatique.

On se souvient de la guerre civile algérienne. Tout le monde en a peur. Mais d’un autre côté, beaucoup d’Algériens ne supportent plus qu’on leur dise que s’ils manifestent, il y a un risque de retour à la guerre civile. Ce spectre ne fonctionne plus, même si cela inquiète, de manière légitime, les voisins.

Rachid Nekkaz s’est fait connaître pour défendre, notamment, le port du voile en France. Ce personnage a-t-il des chances d’être élu en Algérie ?

Je pense que Rachid Nakkaz n’a aucune chance d’être élu. C’est un véritable imposteur. Il est capable de n’importe quoi pour être célèbre. Il a très souvent dit qu’il n’était pas islamiste et qu’il n’était pas contre le voile. Mais juste pour faire de la provocation et pour soi-disant défendre des femmes et leur liberté, il n’arrête pas de payer les amendes des femmes en burka depuis des années. C’est un défi envers les autorités françaises et républicaines. Il a joué sur deux tableaux, deux nationalités, deux pays. Il a, finalement, renoncé à sa nationalité française pour remplir les conditions constitutionnelles pour se présenter contre Bouteflika. Il est capable de n’importe quoi. Je pense même qu’il serait capable de s’allier avec les islamistes, qui espèrent beaucoup dans ces manifestations contre les candidatures de Bouteflika.

Rachid Nekkaz est tout simplement quelqu’un de dangereux, non pas parce qu’il est violent, mais parce qu’il est totalement incontrôlable et instable.

La seule chose qui compte, c’est qu’il fasse parler de lui comme il l’a fait en France. Il n’est absolument pas crédible. Il n’a aucune retenue. Il n’est pas sérieux.

Une grande communauté algérienne vit en France. Si des événements violents surviennent en Algérie, cette violence pourrait-elle se répercuter sur le territoire français ?

Je ne pense pas. Lorsqu’il y a eu une guerre terrible dans les années 90 à la suite de l’annulation de la victoire du FIS, il y a eu du maquis, le GIA et le GSPC pendant des années. Des mouvements islamo-terroristes se sont confrontés au pouvoir en place. Il y a eu 150 à 200 000 morts. C’est quelque chose d’énorme pour un pays voisin. Il n’y a pas eu d’importation de ce conflit.

Assez bizarrement, malgré ces horreurs, les gens d’origine algérienne en France manifestaient, à l’époque, davantage pour la Palestine plutôt que pour leur propre pays d’origine.

Il y a un phénomène étonnant. Les Algériens, en France, exhibent souvent le drapeau algérien lors d’un match de foot. Ils font souvent croire qu’ils ne se sentent pas français ou qu’ils sont très patriotes, très algériens, mais bizarrement, lorsqu’il faut vraiment se mêler des situations de leur pays d’origine, très peu d’Algériens de France se mobilisent.

Contrairement aux Tunisiens et aux Marocains, les Algériens de France se sentent un peu algériens par leur origine, mais sont relativement coupés politiquement de leur pays d’origine. Ils n’y sont pas présents et ne connaissent, souvent, pas la langue. Je ne pense donc pas, pour ces raisons, que cela puisse être importé. Il y a vraiment une différence entre les Algériens de France et le pays d’origine. Nous n’avons jamais vérifié cette importation des conflits. Je le répète, les Algériens de France sont souvent davantage mobilisés contre Israël que contre des ennemis internes en Algérie qui, pourtant, existent.

WWWWWW

Le Parisien a retiré sa une : « Marseille se mobilise contre Bouteflika »

03 Mar 2019MachinchoseImmigration, International, Macron, Manipulations médiatiques, République et laïcité

Ce matin, vers 9 h30, sur gogole news, le Parisien titre :  « Marseille se mobilise contre Bouteflika »

HENAURME !! Hélas ça a disparu depuis, les clowns du Pharisien  ont dû se rendre compte de l’insulte faite à cette malheureuse ville, en laissant entendre que c’est fini pour l ‘ex deuxième ville de France, devenue première ville algérienne sur le continent européen, grâce à l’ inconscience, la lâcheté, la corruption de tous ces politichiens qui y ont bien oeuvré depuis 40 ans

Un Nuremberg doit être institué pour tous ces traîtres, après la remigration qui doit arriver!!

La France aurait acheté le terrain qui doit abriter la prochaine Ambassade de France à Marseille, on parle du quartier du Roucas BLANC, d’où les nostalgiques pourront, par beau temps, admirer le port d’ Alger…

Ce midi à Paris, nous devons déjeuner du côté de République

Zut! metro fermé, raison: les Algériens de Paris y manifestent contre la vieille marionnette à piles.

Suggestion : contrôles d’identité, tout citoyen « français »,  dans cette foule d’ Algériens, sans doute « Franco-algérien » destitué de sa nationalité française, et renvoyé dans ce pays – caricature, Franco de port !!

A force d’ excéder le vrai peuple de France, malheur à vous politichiens puants et ce jour-là les balles pourraient remplacer les mots de la colère.

Note de Christine Tasin

Et pendant ce temps, des milliers d’Algériens qui ont quitté leur pays pour vivre ailleurs manifestent partout en France (et notamment à Marseille) :

Et à Paris, place de la République :

Et même à Berlin, devant l’ambassade d’Algérie :

A Alger ils manifestent, ils sont très nombreux, ils ont raison, mais ça ne regarde que l’Algérie. Je ne comprends pas que l’on autorise des associations étrangères reçoivent le droit de manifester en France, que l’on utilise nos policiers, notre argent… pour des non citoyens. Parce que des citoyens franco-algériens n’ont pas à manifester en France pour ce qui se passe en Algérie.

Sexe, drogue et goinfrerie : 

la face cachée du ramadan

Le mois saint des musulmans n’a rien de sain et vire comme chaque année au bal des hypocrites, estime Mehdi Aifa, militant LGBT de culture musulmane. 

Le ramadan, mois saint des musulmans, s’ouvre en même temps qu’un bal un peu particulier, celui des hypocrites. Ce mois d’expiation, d’introspection personnelle et spirituelle, où la foi doit être plus forte, l’orthopraxie plus intense et l’orthodoxie ardemment étudiée, où la solidarité et la charité sont au cœur de ce 4e pilier de l’islam, est contradictoirement, le mois de tous les excès. On festoie comme des rois, on se gave à en vomir, on dépense sans compter, quitte à s’endetter pour avoir tous les soirs une tablée bien garnie quitte à oublier l’essentiel, la modération.

Cette surconsommation entraîne un gaspillage contraire aux textes religieux. Ce mois exacerbe toutes les frustrations. La frustration sexuelle qui accompagne ce mois de privation est telle, qu’en Egypte, à la nuit tombée, les activités liées à la prostitution augmentent de plus de 200%. Certaines prostituées se prostituent exclusivement pendant le mois du ramadan. Un mois saint très lucratif pour l’économie du sexe.

La consommation d’alcool, quant à elle, est réduite dans les pays musulmans – les points de vente ferment un mois avant le début du ramadan – a contrario des drogues, qui elles, augmentent. Un rapport du CHU Ibn Rochd à Casablanca estime la hausse de la consommation de psychotropes pendant le mois du ramadan entre 10 et 15%. En France, le trafic de drogues provenant des banlieues islamisées ne s’arrêtent pas pendant le ramadan. Elles tournent au contraire à plein régime.

Ces musulmans, qui toute l’année ont un comportement délictuel, suivent ce mois saint comme une mode, de l’aube au crépuscule ce sont des anges, une fois la nuit tombée, les vieux démons réapparaissent. Ces caricatures en quamis, survêtements Lacoste et chaussures TN en dessous, entretiennent l’archétype même de la racaille de banlieue. Ils tiennent les murs et font la loi dans ces zones de non droit.

Ces musulmans brisent le jeûne à la tombée de la nuit avec une datte, un verre de lait et un joint pré-roulé pour l’occasion. Pour ces gens-là, le ramadan n’a de religiosité que le nom, c’est un faire-valoir pour justifier tous les excès. Ils font partie du bal des hypocrites et pourtant ce sont les premiers à jouer à la police islamique.

Attention à celui qui ne suivrait pas le tempo. Celui qui s’éloignerait d’une tradition cultuelle et culturelle pendant ce mois est mis sur le banc des accusés, ostracisé et dénoncé à sa famille, à son entourage et à son entière communauté avec toutes les conséquences que cela suppose. Car il est inconcevable pour ces chantres de l’islam de se nommer Mehdi, Karim, Abdel, Mounir… et de ne pas pratiquer le ramadan dans un environnement aussi clanique que la banlieue peut l’être.

J’ai une pensée pour toutes ces personnes d’origine maghrébine, athée intérieurement mais musulmane d’apparence, qui doivent, pour satisfaire les diktats d’un système oppressif, revêtir un habit qui n’est pas le leur. J’ai une pensée envers toutes celles et ceux pour qui, dans nos territoires perdus, avoir un prénom à consonance maghrébine, ne pas faire le ramadan et se déclarer comme apostat est inconcevable pour nos ex-coreligionnaires.

J’ai aussi une pensée pour tous ces salariés d’origine maghrébine qui devront manger en cachette ou attendre la fin de leur shift pour éviter d’attirer les foudres de leurs collègues musulmans et ainsi éviter une réprobation communautaire, voire un outing forcé qui aura pour conséquence un rejet familial. En effet, il ne fait pas bon d’être un apostat dans une famille musulmane et encore moins dans un environnement où la religion majoritaire est l’islam. On deviendrait sans nul doute le mouton noir qu’il conviendrait d’égorger pour l’Aïd.

Vivre ce mois dans une cité quand on ne partage ni la culture ni la religion islamique, c’est vivre un mois d’enfer. Barbecues sauvages, rodéos, musique islamique et arabe à fond jusque tard dans la nuit, attroupements et nuisances sonores… Ce mois de tous les excès est aussi le mois de tous les emmerdements pour cette « majorité » devenue au fil des ans minoritaire.

Religion d’imposteurs, à la base, elle le demeurera. Il n’y a que nos dirigeants politiques qui ne l’ont pas compris, à commencer par notre X-énarque Giscard avec son regroupement familial.

La déferlante est devant nous…

Algérie : La statue de la vierge Marie vandalisée à Oran

Montage : Santa Cruz Oran – statue de la vierge Marie

La statue de la vierge Marie de l’église chrétienne de Santa Cruz à Oran dans l’ouest de l’Algérie, a fait objet d’actes de vandalisme. La statue de la grotte de Notre-Dame de Santa Cruz a été renversée avec son socle de pierre et a été endommagée. Il s’agirait d’une tentative de vol qui a mal tournée. 

Selon la même source, le procureur de la République prés le tribunal d’Oran a ordonné le placement sous mandat de dépôt de quatre (4) gardiens de l’église. Ils seraient selon les premiers éléments de l’enquête, à l’origine de cet acte criminel.

En effet, la chapelle de Santa Cruz construite en pierres extraites de la montagne du Murdjadjo où elle est perchée, a fait objet d’une tentative de vol en début du mois. Quatre pilleurs auraient détruit la statue de la Vierge Marie en tentant de la voler. Ils auraient même, détruit d’autres monuments saints sur leur passage.

Lors des investigations, les soupçons se sont retournés contre les quatre hommes chargés de garder les lieux. Les enquêteurs se sont basés sur les déclarations des mis en cause. En effet, les quatre gardiens du lieu de culte auraient donné des versions totalement contradictoires au moment des dépositions.

Fonctionnaires à la municipalité d’Oran, ces individus, qui devaient garder la chapelle de Santa Cruz auraient saccagé le lieu de culte et détruit la statue de la Vierge Marie en tentant de la voler afin de la vendre au marché noir, comme objet d’antiquité.

La situation des chrétiens en Algérie inquiète

Par ailleurs, la communauté chrétienne en Algérie dénonce depuis plusieurs années, les intimidations dont font objet les fidèles. De nombreux chrétiens ont dénoncé la série de fermetures des églises sur le territoire national.  Plusieurs associations et organisations évangéliques ont appelé à cesser « les pressions et les intimidations croissantes de la part du gouvernement algérien ».

Mardi, le Congrès américain avait sévèrement critiqué les autorités algériennes concernant la fermeture des lieux de cultes chrétiens. Des représentants américains avaient signé une lettre adressée au Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*