Algérie : 7,5 milliards d’euros et 600 milliards de DA, la valeur des biens confisqués

Spread the love

Le montant des biens appartenant aux hommes d’affaires et politiciens condamnés pour des faits de corruption s’élève a plus de 7,5 milliards d’euros et 600 milliards de DA. Ces sommes colossales devraient être récupérées par le Trésor public qui s’est constitué partie civile dans ces affaires de dilapidation de biens. Ainsi, après le jugement de ces patrons, leurs biens ont été saisis.

Il s’agit d’argent placé dans des banques, de biens immobiliers ainsi que d’usines à l’arrêt et d’autres qui continuent à tourner sous le contrôle d’administrateurs désignés par le gouvernement. A titre illustratif, Abdelmadjid Tebboune a ordonné au ministre du Commerce de trouver une solution pour la récupération de l’usine de production d’huiles végétales implantée à Jijel. L’entreprise n’étant plus la propriété des frères Kounin conda

D’autres biens ont fait l’objet d’une confiscation par la justice. Ils devraient être légalement récupérés par le Trésor public. Cette mesure de récupération ne doit avoir aucun obstacle sur le plan juridique, selon les spécialistes en droit. Les verdicts de la justice en seconde instance sont exécutoires dès leur prononciation.

Ainsi, selon les spécialistes, « la démarche est différente lorsqu’il s’agit des peines privatives de liberté, car à ce niveau, elles ne peuvent être considérées comme étant définitives qu’à la fin du processus enclenché auprès de la Cour suprême. Pour le volet relatif aux biens matériels, il en est autre puisque la confiscation devient exécutoire dès que la cour d’Alger, où se déroulent les procès en appel, rend son verdict et confirme donc cette confiscation. L’arrêt rendu est donc exécutoire pour la partie civile ».

25 milliards de dollars rien que pour l’affaire Mourad Eulmi

Selon le journal Le Soir d’Algérie, les biens appartenant aux hommes d’affaires et anciens hauts responsables ont été tous récupérés au cours de ces derniers mois. Il s’agit de Ali Haddad, Mahieddine Tahkout, Mourad Eulmi, Abdelghani Hamel, les frères Kouninef ainsi que les personnes dont les biens ont fait l’objet d’un ordre de saisie dans l’affaire du montage automobile. Le montant total de ces biens est vertigineux. Il est estimé à plus de 7,5 milliards d’euros et 600 milliards de DA. Pas moins de 25 milliards de DA concernent uniquement l’affaire Mourad Eulmi, ancien représentant de la marque Sovac en Algérie.

Par ailleurs, des administrateurs ont été désignés pour gérer les entreprises appartenant à ces hommes d’affaires, en attendant leur nationalisation. Une décision qui tarde à venir. Il faut noter que les autorités ne communiquent pas beaucoup sur ces dossiers. Les montants saisis font l’objet de spéculations, étant donné que les chiffres exacts ne sont pas rendus publics.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*