Des experts analysent l’héritage de Trump au Moyen-Orient - DEFI
Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

Israel

Des experts analysent l’héritage de Trump au Moyen-Orient

Publié

le

Depuis Israël ou l’étranger, ils expliquent comment le mandat non conventionnel du 45e président a changé la région – en bien et en mal

Danielle Pletka (Senior Fellow, American Enterprise Institute)Danielle Pletka. (Crédit photo : AEI, autorisation)

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se dirigent vers le Bureau ovale pour une rencontre à la Maison Blanche, le 5 mars 2018 (Crédit :AFP Photo/Mandel Ngan)

Donald Trump a rompu avec la convention bipartisane dans sa politique au Moyen-Orient.

Certains disent qu’il a renversé la sagesse conventionnelle stagnante qui récompensait les ennemis tout en punissant les alliés.

D’autres affirment que l’ancien président a porté atteinte aux intérêts américains et a abandonné ses engagements de longue date dans la région.

Le Times of Israel a demandé à des experts en Israël et à l’étranger de donner leur avis sur l’impact durable de Trump sur le Moyen-Orient.

La présidence Trump a représenté un tournant pour le Moyen-Orient, une transformation tout à fait inattendue. Avant Trump, la région est restée en grande partie statique, la sagesse acceptée guidant les présidents démocrate et républicain vers une série de politiques similaires. Rétrospectivement, cette volonté d’accepter les platitudes conventionnelles et académiques sur la meilleure façon de gérer la politique au Moyen-Orient était insensée.

Faire toujours la même chose et attendre des résultats différents n’est peut-être pas la définition de la folie en politique, mais c’est certainement la définition de l’incompétence et de la paresse.

La plupart des observateurs peuvent répéter les mantras de ces politiques qui ont échoué : La route vers la paix au Moyen-Orient passe par Ramallah (Jérusalem) ; les sunnites et les chiites (et les juifs) ne pourront jamais travailler ensemble ; le monde arabe n’acceptera jamais un État juif ; l’Iran et l’Arabie saoudite doivent « partager » la région et plus encore.

Le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, a été accueilli avec mépris par les partisans de la paix et les experts politiques de Washington et du Moyen-Orient, et nous avons eu tort. Il fallait quelqu’un qui se désintéresse des politiques ratées du passé pour envisager une nouvelle région.

Quatre accords de paix avec Israël plus tard, le Moyen-Orient s’est réaligné de façon spectaculaire. Une partie du mérite revient à l’inclinaison pro-iranienne de l’administration Obama ; soudain, le monde arabe s’est réveillé pour se rendre compte qu’il ne pouvait pas compter sur Washington. Mais une grande partie du mérite revient à l’équipe Trump.

L’héritage de Donald Trump chez nous est en lambeaux, et à juste titre. Mais au Moyen-Orient, on devrait à juste titre se souvenir de lui comme d’un artisan de la paix révolutionnaire.

Certains suggéreront que les États-Unis ont soudoyé ces accords de paix, se souvenant mal que les États-Unis ont soudoyé tous les accords de paix au cours du dernier demi-siècle.

Certains diront que la guerre deviendra inévitable parce que l’Iran n